Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Quand Al-Qaïda s’invite en Afrique

Quand Al-Qaïda s’invite en Afrique

Fondée en 1987 par le cheik Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama Ben Laden, Al Qaïda, rendue mondialement et tristement célèbre après le double attentat contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar Es-salaam en août 1998 et le triple attentat du 11 septembre 2001 à New York et à Washington DC est maintenant en agonie.

En fait, elle n’est qu’une organisation virtuelle qui repose sur le réseau informel des combattants  vétérans d’Afghanistan.

Comme une multinationale, Al Qaïda est dirigée par un comité de direction appelé shoura dont Ben laden est en quelque sorte le président. Sous l’autorité de cette direction centrale on trouve des sous comités qui ont un rôle bien précis au sein de l’organisation. Chaque sous comité étant un organe bien indépendant des autres, il n’en travaille pas moins de concert. L’organisation a développé une chaîne relationnelle très importante. Des experts prétendent qu’à son apogée, le réseau Al-Qaïda était présent dans près de 65 pays.

L’organisation qui voilà neuf (09) ans a  inauguré la stratégie du Djihad est maintenant confrontée à une sérieuse et violente répression en Arabie saoudite et en Occident et pour ne pas disparaître, elle décide d’aller à la conquête de nouveaux territoires jadis sous le contrôle d’autres organisations.

Le 25 janvier 2007, L’organisation terroriste nommée Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui sévissait essentiellement en Algérie, a changé de nom en passant sous la coupe d’Oussama Ben Laden. Devenue Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), elle a élargi son champ d’action et sévit aujourd’hui au Maghreb, au Sahara et dans les pays du Sahel : l’Algérie, le Mali, le Niger, la Mauritanie, et dans une moindre mesure le Sénégal et le Burkina Faso. L’AQMI multiplie les enlèvements de ressortissants occidentaux. La France a découvert son existence avec l’enlèvement de Pierre Camatte, libéré après négociations en février 2010, suivi de celui du travailleur humanitaire Michel Germaneau, enlevé en avril et exécuté le 24 juillet dernier. La veille de l’exécution de celui-ci, un raid franco-mauritanien contre une base de l’AQMI dans le nord du Mali avait échoué à le faire libérer.

Les enlèvements revendiqués par AQMI se succèdent ; le dernier en date est celui du 16 septembre 2010 ; 07 personnes ont été enlevées au Niger dont 05 français, 01 togolais et un malgache.

Outre l’Algérie aux premières loges contre la lutte antiterroriste, le Sénégal, le Mali, le Niger, la Mauritanie, et le Maroc  ont bien compris que Al-Qaida plus qu’un problème occidental, devenait un problème international.

Cette forme de terrorisme développée ces dernières années est  en train de prendre de nouvelles formes très inquiétantes.

Aux Etats africains de prendre la mesure de l’enjeu.

aymard

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :