Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Journalières: octobre 4, 2010

Midterms : les sièges à risque

Midterms : les sièges à risque

« Un ouragan électoral pour les Démocrates ». C’est ce que Pollster.com et la plupart des instituts de sondages prédisent pour ces élections de mi-mandat. Reste à connaître l’étendue des pertes. Enjeux de ce triple scrutin: 435 sièges soit l’intégralité de la Chambre des représentants, 37 sièges sur 100 au Sénat, tandis que 37 gouverneurs sur 50 doivent également être renouvelés. Radiographie des états prêts à changer de camp, chambre par chambre. 

Le Sénat
Les Démocrates occupent actuellement 57 sièges au Sénat auxquels s’ajoutent 2 indépendants alliés. Sur les 37 sièges qui sont en jeu cette année, 13 ont très peu de chance de changer de bord. Les Donkeys risquent par contre de perdre l’Arkansas, l’Indiana et le Dakota du Nord.

L’issue est incertaine pour les 21 autres sièges. Les bastions démocrates pourraient bien en faire les frais, comme dans l’Illinois ou en Californie. Dans le Golden State, la Démocrate Barbara Boxer est au coude à coude avec la Républicaine Carla Fiorina, l’ancienne PDG de Hewlett-Packard.
Même les “swing state” qui ont voté pour Obama en 2008, pourraient à nouveau basculer. Dans l’Ohio, les sondages indiquent que les républicains ont l’avantage.

Les scrutins sénatoriaux revêtent également un aspect symbolique pour les leaders de la majorité.
Dans le Nevada, Harry Ried, le chef de file de la majorité au Sénat, joue la course contre la montre avec son challenger Républicain. Le Delaware, acquis depuis 36 ans à la cause de Joe Biden, est déstabilisé par l’entrée en jeu de Christine O’Donnel. Malgré quelques casseroles, la candidate républicaine soutenue par le Tea Party et par Sarah Palin, pourrait bien soutirer l’état au Vice-Président.

Les sièges au Sénat font même l’objet d’une lutte inter-parti. Bien qu’il puisse reprendre la main dans cette chambre, le GOP va devoir composer avec son nouvel meilleur-ennemi : le Tea Party. La Floride est le théâtre d’une triangulaire entre Marc Rubio, le candidat Républicain labellisé Tea Party, Charlie Crist, le gouverneur Républicain sortant devenu candidat indépendant, et le candidat Démocrate.

La Chambre des Représentants
Les Démocrates jouissent actuellement d’une large majorité à la Chambre des Représentants avec 255 des 435 sièges. Les estimations des pertes démocrates varient, mais le consensus actuel est que les Démocrates ont toutes les chances de perdre le contrôle de cette chambre.

L’élection des Gouverneurs
Très peu d’états semblent être décidés. Les Républicains ont toutes les chances de garder le Nebraska et de ravir le Wyoming. Pour les 35 autres états l’issue est incertaine, en particulier dans des bastions démocrates tels que le Massachusetts ou la Californie. Dans le Massachusetts, le gouverneur Démocrate actuel Deval Patrick essaie de garder sa place face au challenger Charlie Baker. En Californie, Arnold Schwarzenegger a atteint la limite du nombre de mandats et laisse la candidate Républicaine Meg Whitman, ancienne PDG d’eBay, se mesurer au candidat Démocrate Jerry Brown.

Pourquoi critiquer alors que regarder en se taisant suffit?

René DESCARTES dans les « Méditations Métaphysiques » définissait l’homme comme un être mortel et capable de l’erreur, c’est selon lui un être fini imparfait.

La conduite des affaires d’une Cité ne saurait incomber aux seuls citoyens élus pour ce faire.

Aucun homme n’ayant le monopole des idées parfaites, il urge pour le bien de tout un chacun et de tous de rappeler aux citoyens qui ont la charge de gérer la Cité, ce pour quoi ils ont été élus et passer au peigne fin les décisions qu’ils prennent en notre nom.

Chacun a son opinion et l’opinion est souvent faite de bon sens. Ceux qui sont au pouvoir ont besoin d’être assistés par le peuple et non applaudi par le peuple selon Emmanuel Kant qui affirme par ailleurs que « la possession du pouvoir corrompt inévitablement la raison ».

Rester passif et laisser les pouvoirs publics gérer et régenter la vie publique de l’Etat à leur guise sans aucun regard critique ne saurait faire avancer un Etat sinon que ces pouvoirs publics, imbus de leur autorité succomberont dans l’excès de zèle et  risquent fort de se détourner de la mission à eux confiée par le peuple.

Un chef de gouvernement doit alors prendre de la hauteur et accepter les différences de vues; condition sine qua non pour une solution de développement saine.

Une démocratie saine est une démocratie dans laquelle les opinions, aussi critiques soient-elles, doivent s’exprimer librement.

Les pouvoirs publics ont tout intérêt à laisser libre cours aux critiques, à faire leur travail comme il se doit et comme ils le peuvent et le reste, l’histoire le dira.

aymard