Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Journalières: octobre 20, 2010

Ils veulent bruler le pays

M. Hervé BESANCENOT, ambassadeur de la France près le Bénin

Mme Françoise COLLET, Chef de la délégation de la commission de l’union européenne

Mme Nardos BEKELE-THOMAS

Mme Nardos BEKELE-THOMAS, Représentant Résident du PNUD

L’ Union Européenne et le PNUD veulent déstabiliser le Bénin, c’est la conclusion qu’on peut tirer de leurs agitations et agissements et surtout des derniers actes posés par ces institutions dans notre pays.

La liste électorale permanente informatisée (LEPI) est un instrument majeur de transparence qui crédibilise les consultations électorales ; raison pour laquelle, son projet de réalisation a été introduit au parlement par le gouvernement du général Mathieu KEREKOU en Octobre 2004.

Pour un si important outil de transparence et de rationalisation des dépenses électorales, toutes les parties de la société civile et de la classe politique doivent être présentes et s’entendre afin que le résultat final qui est la liste électorale permanente informatisée ne soit remis en question.

Depuis Août 2008 que le gouvernement de Boni YAYI a décidé de doter le pays de cet important outil, il fait cavalier seul ; ne voulant même pas s’arrêter un instant pour écouter les plaidoyers des uns et des autres.

Son langage est clair et radical : il faut continuer coûte que coûte.

Alors que de nombreux goulots d’étranglement se font voir dans cette marche forcée à la LEPI et que les acteurs politiques ne s’accordent pas sur le minimum, les partenaires au développement du Bénin avec à leur tête l’Union Européenne et le PNUD, soutiennent le gouvernement dans sa démarche unilatérale et lui donnent même les moyens pour vite atteindre son objectif. Cette attitude des partenaires au développement qui, ne favorise guère l’installation d’un climat d’apaisement et de paix doit être décriée, décriée et décriée pour qu’à l’heure du bilan, chacun puisse être situé sur ces responsabilités et mis devant ces actes.

Ces partenaires au développement comme à leur habitude attisent les foyers de tension sur le continent depuis les années 1960 pour revenir plus tard se présenter comme les sauveteurs.

Les deux premières phases de la réalisation de cette liste ont toutes été sujettes à problème et pourtant, les critiques n’ont pas fait arrêter la Commission politique de supervision (CPS), organe de réalisation de cette liste.

De graves dysfonctionnements ont été constatés et relayés et pourtant ; les agents qui devraient être recrutés par la MIRENA conformément aux textes ont plutôt été recrutés par la CPS et leur qualité de même que la qualité de leur travail laisse à désirer.

La troisième et dernière phase de ce processus de réalisation s’est déroulée dans l’Ouémé-Plateau dans des conditions qui rappellent celles dans lesquelles les deux premières ont été réalisées.

On retient de façon générale qu’en pleine crue, la CPS avec l’appui de l’Union européenne et du PNUD ont décidé de conclure l’élaboration de la liste dans l’Ouémé-Plateau, une zone sinistrée où les populations sont plus préoccupées par le problème de subsistance que celui d’aller passer des heures et des heures sur les sites d’enregistrement pour inscrire leur nom sur une liste dont elles ne savent pas la finalité.

Les équipes déployées par la CPS ne sont parvenues qu’à enregistrer pour, les équipes les plus tenaces qu’une cinquantaine de personnes par jour.

A cela, s’ajoute l’in opérationnalité des kits, des empruntes de huit (08) doigts sur dix (10) éliminés chez certains, l’incompétence de certains opérateurs kit et tout cela entraîne la lenteur dans le traitement des données.

La crédibilité de cette LEPI est contestable et elle doit être contestée.

Pourquoi le gouvernement s’efforce de réaliser sans consensus cette LEPI ?

Pourquoi l’Union européenne veut contribuer à la mise en place d’une LEPI dans le cafouillage et contre la volonté du peuple béninois ?

Qu’es-ce que cela couterait à BAKO de s’arrêter et d’écouter les plaintes des uns et des autres, les associer puis reprendre ensemble le processus ?

Si le Bénin a pu sortir haut de toutes les échéances depuis 1990 ce n’est pas à cause de la LEPI mais simplement à cause du consensus autour duquel les acteurs politiques se sont toujours rassemblés et sur lequel ils se sont toujours entendus.

Pourquoi Boni YAYI s’évertue t’il à détruire tout ce qui a fait du Bénin un pays de paix ?

Le peuple béninois doit rester éveillé et prêt à questionner l’histoire.

La France avec tous ces pays de l’Union européenne sont à la base de tous les conflits en Afrique.

Cette attitude jusqu’au boutisse et du « chien aboie, la caravane passe » de l’Union européenne entretemps épaulée par le PNUD est très suspecte et très révoltante pour qui connaît le mode de fonctionnement de ces institutions.

Une LEPI forcée pour 2011 sera incontestablement source de problèmes.

Peut-être, sont-ils fatigués de voir que le Bénin soit un pays de paix et de quiétude ?

Ils aimeraient qu’on soit en guerre, qu’il y règne le chaos et qu’ils viennent nous proposer la solution de Marcoussis.

Le peuple béninois ne peut accepter que des gens depuis l’extérieur viennent s’ingérer dans son processus électoral en lui imposant une liste entachée d’irrégularités, de fraude et donc une liste bâclée.

L’appel est lancé à tout le peuple pour qu’il garde un œil vigilant et très vigilant sur ces personnalités et ces institutions parce que quand les troubles commencent, ils sont les premiers à prendre l’avion et après, demandent à leurs ressortissants de quitter le pays, laissant les autochtones s’entretuer et s’entredéchirer.

Tous les hommes épris de paix doivent se lever pour dire :

STOP A CES INSTITUTIONS !

NON A L’INGERENCE DANS NOS AFFAIRES !

LAISSEZ LE PEUPLE BENINOIS SUIVRE SA VOIE

aymard

Le Livre programme de Gbagbo

L`élection présidentielle à venir est capitale pour la Côte d’Ivoire en ce sens qu’elle est la plus ouverte et elle sanctionne la fin de la crise ivoirienne. Le candidat Laurent Gbagbo s’adresse aux Ivoiriens dans un livre-programme dans lequel il aborde entre autres les origines de la crise ivoirienne.

Voir ci-dessous l`introduction.

Bâtir la paix sur la démocratie

Ce que nous avions cru impensable s’est donc produit. Il y a eu la guerre en Côte d’Ivoire. Il y a eu des morts, des vies brisées, des déplacés de guerre et des réfugiés. Nous avons constaté qu`avec la guerre, nous étions tous menacés dans les mêmes droits élémentaires. Quelles que soient nos appartenances régionales, religieuses ou politiques, quelles que soient nos positions sur la guerre elle-même, nous avons frôlé une catastrophe collective. Notre pays, la Côte d’Ivoire, a failli sombrer dans le chaos.
Mais les peuples entrent en action quand l’histoire l’exige. Les peuples se mobilisent toujours pour sauver les nations du péril. Le peuple ivoirien s’est dressé pour opposer au mauvais destin une même volonté résolue. Il a refusé la régression et nous sommes restés debout.
Aujourd’hui, la guerre est terminée. Il s’agit à présent de gagner la Paix.
Mais pour gagner réellement la Paix, il importe que nous comprenions et la guerre et les enjeux de notre résistance.
Notre pays doit reprendre sa marche vers la prospérité dans la démocratie et, pour cela, il nous faut accéder à la modernité.
La modernité aujourd’hui, c’est la démocratie et le développement, je veux dire les libertés individuelles, la capacité de l`Etat à faire face aux besoins individuels et aux besoins collectifs par l’éducation et l`industrialisation. Nous mettre à l’abri de la guerre, c’est nous donner les moyens de décider ensemble, nous-mêmes, des orientations de notre développement. Le temps est venu de travailler ensemble à l’avènement d’une vie commune meilleure, d’une vie protégée des incertitudes et des angoisses de la guerre.
N’oublions jamais qu’au cours de cette guerre, au-delà de nos vies et de nos biens, les cibles principales des forces qui ont attaqué la Côte d’Ivoire, ce sont la Démocratie, la République et l`Etat de droit. Par-dessus tout, elles ont voulu détruire la nation ivoirienne. Souvenons-nous de ce qu`elles ont voulu faire de notre pays, par les armes d`abord et par la diplomatie ensuite.
Elles ont voulu dénier au peuple ivoirien son droit souverain de désigner démocratiquement ses dirigeants. C’est pourquoi, elles se sont attaquées aux institutions issues des élections: la présidence de la République et l’Assemblée nationale.
Elles ont voulu changer la nature du régime de notre pays. C’est pourquoi elles se sont attaquées à la Constitution.
Elles ont voulu affaiblir l’État, le rendre fragile et vulnérable de façon chronique. C`est pourquoi, elles ont voulu transférer le centre du pouvoir exécutif des mains des personnes élues par le peuple, à des personnes choisies par elles.
Elles ont voulu désintégrer la nation ivoirienne. C`est pourquoi elles ont opposé les ethnies, les régions et les religions les unes aux autres.
Au total, elles ont voulu remettre en cause à la fois l`indépendance de la Côte d`Ivoire, les acquis des luttes démocratiques du peuple ivoirien, et l`unité de la nation. Voilà pourquoi, nous avons résisté. Voilà pourquoi, nous devons continuer à résister pour sauvegarder l`unité de notre nation, sauver la Démocratie, la République et l`Etat de droit. Nous devons résister pour demeurer une nation libre et digne, une nation généreuse et solidaire. Nous devons résister pour poursuivre notre quête de la prospérité. Nous devons résister pour sortir enfin de la culture et de l`esprit du parti unique.
Depuis 1990, la Côte d`Ivoire négocie le passage d`un monde qui finit, l`ère du parti unique, pour entrer dans le monde de la démocratie. Nous vivons les derniers soubresauts caractéristiques de cette fin d`époque. C`est pourquoi nous devons aller à un nouveau pacte social et républicain.
La guerre imposée à notre pays ainsi que la longue période de crise qu`elle a engendrée nous ont beaucoup appris. Elles nous ont appris qu`il ne suffit pas d`invoquer la paix pour l`avoir, ni de la décréter pour la vivre.
La paix est une des denrées à laquelle la raison et les désirs des hommes attachent le plus de prix. Mais elle est sans doute aussi, la plus fragile de ces denrées qui font le ciment des sociétés. S`il suffisait d`un décret pour imposer la paix, quel dirigeant politique sincère ne l`aurait établie pour le bien de son peuple ?
La Paix est toujours le nom d`un ordre donné et repose sur cet ordre. Pendant longtemps notre pays a connu un certain ordre de paix que je me suis gardé d`évoquer ces derniers temps: la Paix du parti unique. Le moment est sans doute venu d`en parler, car beaucoup de nos compatriotes ont choisi de travestir la vérité en rappelant le passé de paix des Ivoiriens. Ils en parlent comme s`il s`agissait d`un passé lointain et mythique de notre vie nationale. Ils en parlent avec nostalgie. Et lorsqu`ils évoquent les moments présents, marqués par de profondes turbulences au sein de notre société, ils refusent de pointer leur doigt accusateur là où il le faut, pour dire la vérité. Or les solutions que nous recherchons pour sortir notre pays de la crise et bâtir l`avenir de notre nation ne se trouvent pas dans ce passé nostalgique.
Le passé pour la Côte d`Ivoire, c`est le parti unique et son ordre. Et le parti unique n`est pas et ne peut être un modèle à revendiquer. Au contraire, nos difficultés actuelles sont le legs de ce régime politique dont nous n`avons pas su tirer les leçons. C`est en effet une constante de l`histoire. Partout où les peuples ont été longtemps soumis à un régime de parti unique, il y a eu tôt ou tard de grandes turbulences: l`ex-Union des Républiques socialistes soviétiques (Urss), après la chute du mur de Berlin.
en 1989, l`ex-Yougoslavie, après la mort du maréchal Tito, l`ex-Zaïre après la chute du maréchal Mobutu en 1997, la Guinée, après la mort de Sékou Touré en 1984, la Côte d`Ivoire, après la mort du président Houphouët-Boigny en 1993, etc.
La paix du parti unique est en effet une paix factice imposée dans la violence, et sous laquelle la violence couve en permanence. En Côte d`Ivoire, le parti unique a engendré la guerre des héritiers qui débute en janvier 1993, le coup d`Etat de décembre 1999 et le régime militaire de 1999 à 2000. Ce sont les contrecoups de .ces rivalités qui conduiront à la tentative de coup d`Etat de janvier 2001, et à la guerre civile déclenchée en septembre 2002.
Le parti unique a prospéré en Afrique, il a été encouragé et soutenu au plan international à cause du contexte international dominé par la Guerre froide. Il a fini par être considéré comme une modalité de la paix internationale.
En Côte d`Ivoire, la Paix du parti unique reposait sur trois piliers :
– un pilier politique, le parti unique;
– un pilier économique, l`exploitation de ressources naturelles abondantes pour une population peu nombreuse et l’endettement extérieur facile;
– un pilier stratégique, le caractère spécifique des accords de coopération avec la France.
Ces trois piliers ont garanti la stabilité relative de l`Etat et la situation de paix que l`on a pu observer.
Mais le système n`a pas résisté aux crises qu`il a lui-même engendrées. Il était miné par un déficit démocratique qui a entraîné la dégradation progressive du contrat de confiance entre les dirigeants et les populations. Dès l`apparition des premières difficultés économiques et sociales véritables, ces piliers se sont effondrés les uns après les autres.

Premier pilier : Le parti unique

Ce que l`on a appelé la « démocratie à l`ivoirienne », reposait sur l`emprise que le président de la République, président d`honneur puis président (à partir de 1980) du parti unique, exerçait sur les hommes et sur les Institutions. Une des conséquences de ce système était assurément l`attrait des cadres pour l`exercice d`une fonction politique, condition de leur promotion personnelle. Mais la pression sur les postes politiques devait très tôt engendrer des fractures à l`intérieur du parti unique et menacer la stabilité même du régime.
La question était alors de savoir comment maîtriser les velléités des cadres en nombre croissant et atténuer la pression qu`ils exerçaient sur les postes politiques forcément limités, tout en maintenant sous contrôle et bien à l`écart, ceux qui refusaient d`être membres du parti unique.
L`une des réponses a été l`augmentation du nombre des circonscriptions électorales et l`introduction des compétions électorales au sein du parti unique à partir de 1980. Désormais, pour être maire ou député, il fallait se soumettre au suffrage des populations. Mais même dans ce système, la compétition électorale épargnait « le fauteuil du chef de l`État », au nom, disait-on, de la stabilité sociale et politique. Cette  » démocratie » à double vitesse a pris fin sous la pression des luttes démocratiques du peuple ivoirien, avec la proclamation du multipartisme en 1990.
Une autre réponse a été le recrutement des cadres au sein ou à la tête des entreprises publiques et de la haute administration publique. Dans l`euphorie d`une économie de plantation et d`endettement en forte croissance, ce que l`on a appelé le « miracle ivoirien », le pays a ouvert de nombreux chantiers. Les grandes entreprises d`Etat et la haute administration servaient à absorber le flux de cadres et donc à résoudre non seulement le problème de leur emploi, mais aussi à soutenir financièrement le parti unique. Car dans bien des cas, les cadres étaient aussi cooptés dans les instances du parti unique. Mais très vite, le système atteignit ses limites. Dès les années 1980, ce fut la crise économique, avec l`apparition des Programmes d`ajustement structurels (Pas) caractérisés par l`obligation de la bonne gouvernance, le désengagement de l`Etat des secteurs productifs, la réduction de l`appui de l`Etat aux secteurs sociaux, les privatisations tous azimuts, le chômage des cadres et la misère des populations.

Deuxième pilier : L’exploitation de ressources naturelles abondantes pour une population peu nombreuse et l’endettement extérieur facile

Le niveau de développement économique qui a soutenu la Paix en Côte d`Ivoire reposait à la fois sur la faible densité de la population, des ressources naturelles abondantes et un endettement facile.
A l`indépendance, la Côte d`Ivoire comptait à peine 3 millions d`habitants. Le choix de rester dans l`économie de plantation, héritée de la colonisation, a entraîné d`une part, une politique agricole axée principalement sur les produits agricoles d`exportation au détriment de la production agricole vivrière et, d`autre part, comme conséquence de cette politique, un double mouvement migratoire des populations vers les zones propices à la culture de ces produits d`exportation: un mouvement interne des régions du Centre et du Nord vers la zone forestière d`une part, et d`autre part, la poursuite et l`intensification du mouvement externe, en provenance des pays limitrophes, vers ces mêmes forêts.
Très vite, l`exploitation sans mesure de la forêt et le rythme d`occupation des sols ont eu raison des ressources et de la cohésion sociale. Aujourd`hui, la forêt a disparu. Au moment de l`indépendance nous avions 16 millions d`hectares de forêt. Nous n`en avons maintenant qu`à peine 2,5 millions. La population ivoirienne qui était d`environ trois millions d`habitants en 1960 dépasse aujourd`hui les 20 millions. Les populations étrangères vivant dans le pays, dont 48 % sont nés en Côte d`ivoire, ont dépassé les 26 % de la population totale.
Les terres propices à la culture des produits d`exportation se font rares. L`absence d`une vision politique capable de prévenir les conflits liés au modèle économique adopté par le pays, a fait du monde rural un vaste champ de conflits multiformes liés à l`occupation des terres.
Pendant ce temps, l`endettement prend des proportions insupportables. La dette de la Côte d`Ivoire que nous payons aujourd`hui date, pour l`essentiel, des années 1970, 1980 et 1990. C`est au cours de ces trois décennies qu`elle a connu une évolution fulgurante. De 100 milliards de Fcfa, équivalant à 17,7 % du Pib en 1973, le montant de la dette est passé successivement à 2371 milliards, soit 75,6 % du Pib en 1985 puis à 8 468 milliards, soit 136,2 % du Pib en 1996.
Avec une telle évolution de l`endettement, on comprend bien que la Côte d`Ivoire soit devenu un pays pauvre et très endetté. Bâtir la Paix aujourd`hui, demande la mise en œuvre d`un nouveau modèle économique. La réforme de l`économie est pour moi, un enjeu de la Paix.

Troisième pilier : Les accords de coopération avec la France

Les accords de coopération avec la France, signés en 1961, prolongeaient au-delà de l`indépendance, la « paix française » instaurée en Côte d`Ivoire sous la colonisation. Ces accords, favorisés par le contexte international de la Guerre froide ont, pendant longtemps, accordé à la Côte d`Ivoire une place de choix dans la diplomatie française et permis de réussir un solide attelage entre les deux pays. Mais cette paix liée, fille aînée des retombées de la coopération avec la France s`est, elle aussi, effondrée sous le poids de divers facteurs internes et externes.
Au plan international, la chute du mur de Berlin en 1989, marquant la fin de la division du monde en deux blocs, la création de la monnaie unique européenne et l`élargissement de l`Europe, la mondialisation enfin, remettent en cause, de fait, les principes économiques fondamentaux et les enjeux stratégiques des accords de coopération.
Au plan national, l`évolution du niveau global d`instruction de la population, le regain démocratique qui s`accélère à partir de la fin des années 1980, le développement d`une conscience nationale, la diversification des besoins de l`économie nationale, demandent un horizon de coopération plus large que celui fixé au lendemain de l`indépendance.
Aujourd`hui, la France elle-même ne fait plus mystère de sa volonté de réviser ces accords, y compris les clauses relatives à la défense. La Côte d`Ivoire doit pouvoir assumer totalement la Paix et la sécurité à l`intérieur et à l`extérieur de ses frontières. Je veux, avec le soutien de tous nos amis, y compris la France, doter la Côte d`Ivoire des moyens d`assurer la sécurité de ses frontières, et celle des personnes et des biens sur son territoire.
Les trois piliers du parti unique se sont donc effondrés, et avec eux, la Paix qui est aujourd`hui encore évoquée avec nostalgie. Il n`est pas envisageable de revenir à ce passé. Il est révolu. Définitivement. Voilà pourquoi, il nous faut bâtir la paix sur la démocratie comme base du nouveau pacte social et républicain que je propose aux Ivoiriens et à tous les habitants de ce pays.
Les Ivoiriennes et les Ivoiriens, comme tous ceux qui vivent en Côte d`Ivoire, voient et savent les efforts que je ne cesse de déployer, depuis le 19 septembre 2002, pour ramener la paix dans notre pays.
Mais il ne faut pas se tromper. La Paix que je veux et que j`appelle de toutes mes forces, c`est la Paix que nous aurons tous voulue en tant que peuple et en tant que nation. Une Paix que nous désirons en connaissance des expériences vécues au cours de cette période difficile. Nous voulons une Paix réelle et vraie, issue d`un ordre social et politique que nous nous serons donné. Et ce sera notre Paix à nous, habitants de la Côte d`Ivoire. La Paix que je veux pour la Côte d`Ivoire est celle qui repose sur l`ordre démocratique; une paix pour jouir de nos libertés et vivre notre indépendance.
C`est la raison essentielle pour laquelle nous devons aller aux élections. L`enjeu principal de ces élections, c`est la Paix et la quête de la prospérité. Mais c`est aussi la démocratie.

En Côte d`Ivoire, l`instauration du multipartisme le 30 avril 1990 a marqué une étape historique vers la démocratisation du pays. Elle a suscité un espoir légitime de liberté, de justice et de Paix. Il aurait fallu aussitôt bâtir la Paix sur le socle de la Démocratie. Mais les gouvernants de l`époque et les héritiers du parti unique en ont décidé autrement. N`ayant pas accepté le changement, ils ont voulu maintenir le régime ancien contre le Temps, contre l`Histoire et contre la volonté du peuple, empêchant ainsi la Nation de se former et l`État de se consolider sur la voie de la modernisation politique et économique.

Malgré tout, le peuple ivoirien est resté fidèle à son projet de faire de la Côte d`Ivoire un pays prospère, un pays de paix; un pays où la paix et la prospérité reposent sur le fonctionnement démocratique des institutions. La prochaine élection présidentielle donne aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens l`occasion de renouveler cet engagement.

En 2000, j`ai été élu sur un programme que nous étions en train de réaliser lorsque la guerre est survenue. Dans le programme dont je présente ici les grandes lignes, j`indique les priorités` qui sont aujourd`hui les nôtres mais surtout, je prends l`engagement de poursuivre les réformes dont notre pays a besoin pour assurer le bien-être des populations, avoir une économie prospère et disposer des services d’un État efficace au service de tous dans un monde désormais multipolaire.

Laurent Gbagbo