Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Mensuelles: décembre 2010

Mes voeux pour vous en ce début d’année

aymard vous souhaite une heureuse année 2011

Que ce nouvel an soit pour vous une occasion de réussite, d’amour et de partage…. Soyez heureux !

Publicités

Bon réveillon et joyeux Noel !

aymard vous souhaite un bon réveillon et un joyeux noël

Le blog pourrait fonctionner au ralenti ces temps ci mais nous reprendrons le travail pleinement en 2011.

Coup d’éclat au Bénin : Boni Yayi démissionne

Coup d’éclat au Bénin : Boni Yayi démissionne

Avertissement : ceci n’est pas réel, c’est ni plus ni moins qu’un écrit personnel, une chronique pour retracer un peu avec humour, et maïeutique la vie sociopolitique du pays et les évènements qui se sont déroulés ces dernières années.

ET SI C’ETAIT VRAI…

S’IL LE FAISAIT…

Béninoises, Béninois, mes chers compatriotes,

Lorsque je fais le bilan de ces années écoulées, que je passe en revue les événements qui se sont produits, les transformations que j’ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’est vous qui m’avez volontairement élu à 75%), je me dis qu’il faille reculer vu que je n’ai pas le moral au point pour me présenter devant vous pour solliciter un second mandat.

Même si j’ai parfois un peu dérapé, j’ai voulu que notre pays connaisse naturellement l’émergence et entre dans la modernité.

Alors Chantale et moi avons décidé de vous offrir le plus beau des cadeaux, celui que vous semblez appeler de tous vos vœux.

Je vous présente ma démission de Président de la République, car j’ai décidé de partir au bout du monde avec ma petite famille, passer des fêtes de fin d’année un peu plus apaisées.

Je vais vendre mes magnifiques appartements de Djougou et de Parakou –  que vous aimeriez bien posséder – et je vais vivre avec l’argent qu’il me rapportera, ainsi qu’avec les retraites que j’espère toucher de la fonction présidentielle.

Ma famille et moi explorerons le monde en Paloma, le yacht privé du PDG de Havas, le milliardaire français Vincent (Bolloré) – qui étend ses tentacules et garde le monopole et la main mise sur les économies des pays Africains – à qui j’ai accordé la concession du terminal conteneurs du port de Cotonou pour une durée de 25 ans ; ils m’en seront reconnaissant naturellement, lui et son ami intime le président Sarkozy.

Je n’aurai alors plus à me soucier des critiques lors de mes retours de voyage.

Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces étudiants qui ne sont jamais satisfaits et sont tout le temps prêts à organiser des mouvements sur le campus universitaire, qui critiquent le ministre de l’enseignement quel que soit le ministre, et qui cassent des vitrines, des bus pour prouver je ne sais quoi.

Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes – les mêmes à la tête des centrales syndicales depuis les années 90 – qui empoisonnent le quotidien des béninois avec leurs grèves à répétition, malgré les très gras salaires de syndicalistes qu’ils se taillent et les différents fonds à eux alloués dont je n’ai pas pu vérifier l’usage ; des syndicalistes qui croient avoir la solution à tous les problèmes avec leur jusqu’auboutisme lors des négociations, toujours entrain de parler d’avantages acquis.

Je ne verrai plus les manigances de cette vieille classe politique dont la totale destruction a été mon premier objectif spécifique ; objectif non atteint évidemment vu la complexité de la tâche.

Je n’aurai plus à me faire emmerder par ces béninois de l’extérieur qui n’ont que pour seule activité que de me critiquer et de me faire une contre publicité à l’étranger au lieu de s’occuper de leurs vies socio–professionnelles et de comment aider le pays par la création d’entreprises et des institutions fortes.

Ras le bol de ces jeunes bloggeurs irrespectueux et autres internautes qui passent leurs journées sur le net à se défouler sur ma modeste et respectée personne.

Fini, de me laisser emmerder par tous ces « penseurs » et autres intoxicateurs qui veulent faire croire aux Béninois et au monde entier que notre pays est devenu une dictature, que notre police n’attend qu’une chose, c’est la permission de se défouler sur les marcheurs pour les tabasser correctement bref, les massacrer.
Marre de ces femmes, nos chères mamans que pourtant j’aime tant à qui j’ai promis 30 % de postes lors de mes nominations et qui depuis lors me font perdre mes journées de travail par leurs harcèlements.

Bon débarras de ces fonctionnaires qui fonctionnent à l’envers, à qui il faut faire des courbettes pour obtenir le moindre papier administratif, et dont la qualité de service est mauvaise. J’ai tout fait pour redresser l’administration béninoise mais hélas, elle est gangrénée jusqu’aux moelles et je n’y peux rien naturellement.

Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie, disent que je dépense trop d’argent et sans compter mais qui sont tout heureux quand je les emmène lors de mes nombreuses sorties se balader aux quatre coins du monde, aux frais du contribuable béninois.

Terminé, les critiques à l’encontre de mon épouse Chantale et de son parti le FRAP dont certains ont dit qu’il était soutenu par Guy AKPLOGAN, le PDG de ICC-Services que je ne connais naturellement pas.

Ras le bol de ces écureuils, de mauvais footballeurs  en qui j’ai placé ma confiance et donné des milliards – car je comptais en tirer le meilleur parti – qui sont incapables de faire une bonne prestation à la CAN et pourtant se prennent pour des professionnels.

Alors je pars et je vous laisse le pays, je pars me reposer car vous êtes restés insatisfaits ; je pars donc avec mon programme de micro crédit aux plus pauvres que certains, même des gens qui ne s’y connaissent pas en micro finance se sont permis de critiquer. Quel pays !

Débrouillez vous avec l’Union fait la Nation – cette vieille classe politique que je haïs tant – la coalition ou alliance ABT, du moins ce qu’il en reste, le Parti Communiste qui se bat contre sa disparition, avec les différents mouvements hétéroclites créés pour me soutenir (ils risquent bien évidemment de disparaitre ou de se convertir car la défaite est orpheline, ils n’étaient avec moi que pour leurs intérêts).

Certains compatriotes se sont permis de me critiquer parce que le taux de croissance serait passé à 2%, s’ils savaient qu’il y a des pays qui se retrouvent à 1% ils auraient demandé à ce que je sois décoré tout comme je l’ai été au Sénégal vu tout l’effort fait en période de crise et toute la disponibilité que j’ai mis à la disposition de notre chère nation.

Demandez à mon successeur, de vous faire travailler moins pour gagner plus, vous qui avez passé tout le temps à faire des grèves pour revendiquer des primes qui font pour certains quatre (04) fois leur salaire.

Mais moi, je serai L.O.I.N et H.E.U.R.E.U.X même si T.R.I.S.T.E – moi qui n’ai pas pu avoir des nuits calmes depuis fort longtemps – sans vous bien sûr, vous qui avez souhaité mon départ avec tant d’insistance et de manigance.

Mes chers compatriotes, je vous laisse naturellement à vos grèves à répétition, fermez les écoles, fermez les hôpitaux, faites tout ce que vous voulez, je ne suis candidat à rien, je vous laisse avec notre dette – car je me suis vachement endetté auprès des organismes internationaux pour construire les écoles en bambou un peu partout dans le pays, les deux passages à niveaux  et l’échangeur de Houeyiho mis en chantier – que vous allez naturellement rembourser sur des générations.

Je vous souhaite tout naturellement le bonheur et un avenir plus radieux.

Chantale et moi vous embrassons, et je vous laisse, en faisant un petit vœu :

Que notre chère nation que j’adore puisse connaitre l’émergence ! et qu’aussi je puisse avoir des vacances paisibles !

Bonnes fêtes de fin d’année à tous et à toutes.

Que Dieu bénisse le Bénin, notre beau pays !

BENIN : Affaire Pierre Urbain Dangnivo, Grèves généralisées dès janvier 2011

Les premiers jours du mois de janvier 2011 promettent d’être particulièrement mouvementés. L’affaire Dangnivo dans laquelle, parents et collègues du disparu tiennent à voir clair serait le détonateur de mouvements de grèves généralisés. Au cours d’un sit-in le mardi dernier à la Direction du trésor, des syndicalistes ont en effet réitéré leur volonté d’observer un mouvement de grève ce jeudi 23 décembre 2010 et projettent d’autres actions radicales dès les premières semaines de l’année prochaine.

Une énième grève de 24 heures décrétée hier jeudi 23 décembre 2010 pour exiger du gouvernement toute la vérité sur la mystérieuse disparition de leur collègue, Pierre Urbain Dangnivo. Cet arrêt de travail observé hier constitue l’une des recommandations du sit-in du mardi dernier par la Fesyntra-Finances à la Direction du trésor. A en croire les manifestants, l’arrêt de travail du jeudi sera l’avant-dernier de la série de 24 heures de grève par semaine, enclenchée depuis plus de trois mois déjà, pour retrouver leur collègue. Par ailleurs, ils projettent de généraliser ces mouvements dès les premières semaines de l’année 2011. C’est à travers chants et slogans hostiles au gouvernement que les collègues de Dangnivo ont exprimé leur désarroi face à la tournure que prend ce dossier. « Ce sera un débrayage des syndicats du secteur des finances et qui auront à leurs côtés toutes les Confédérations et Centrales syndicales en vue de faire le maximum de bruit », a confié le secrétaire général de la Fesyntra-Finances, Laurent Mêtongnon. Dès lors, a ajouté celui-ci, des dispositions sont prises pour que toutes les manifestations prévues soient réglementairement observées sur l’ensemble du territoire national. Ceci pour un ultime objectif : amener l’Exécutif à élucider cette affaire qui n’a que trop duré. Confiants que Urbain Pierre Dangnivo leur reviendra sain et en possession de ses facultés physiques et mentales.Nombreux sont ses collègues qui accusent le gouvernement d’être à l’origine de sa disparition. Ils considèrent d’ailleurs, nombre de faits et gestes de l’Exécutif comme des manœuvres pour étouffer le dossier. « Dans quelques jours, il n’en sera plus question », a martelé le Secrétaire général de la Fésyntra-Finances prêt à engager le bras de fer.

Aziz Fondo

Le Matinal

BENIN : Signature de protocole d’accord entre l’« Un » entre le Mds et Pdps : Edmond Agoua et Sacca Fikara soutiennent Houngbédji

« L’artillerie « mise en place par l’ensemble politique Union fait la Nation (« Un ») pour participer aux joutes électorales de mars 2011, s’agrandit et se consolide. Il a en effet signé hier, jeudi 23 décembre 2010 à son siège à Cotonou, des protocoles d’accord avec deux partis politiques : le Mouvement pour la démocratie et la solidarité (Mds) du député Sacca Fikara et le Parti pour la démocratie et le progrès social (Pdps) de l’honorable Edmond Agoua.

Tour à tour, les deux formations politiques ont à travers une cérémonie fort simple, adhéré aux idéaux de l’Union et pris l’engagement de soutenir la candidature de Me Adrien Houngbédji en mars 2011. Pour Sacca Fikara, il est temps de se réunir pour mener un combat commun car, pendant longtemps, les énergies ont été dispersées. L’heure a aussi sonné, à l’en croire, de mettre fin aux difficultés sociopolitiques auxquelles sont confrontées les populations depuis l’avènement du régime du Changement. « Les libertés publiques sont constamment violées, il est temps qu’on y mette fin », a-t-il déclaré justifiant ainsi son entrée dans l’« Un » en présence de la forte équipe de l’Union composée du président Bruno Amoussou, du coordonateur général, Antoine Kolawolé Idji, des députés Augustin Ahouanvoébla, Eric Houndété et du chargé de la communication, Moukaram Badarou.

Le président du Pdps, Edmond Agoua a quant à lui, confié que son parti renforcé par les mouvements Mru-Tonignon, Bep et le Fpds s’inscrit dans la même ligne d’action que l’« Un » pour le combat qui assure aux populations de meilleures conditions de vie et de travail ». Pour le député qui était accompagné hier, de ses militants, cette option a été faite pour se débarrasser du régime du Changement qui a porté un coup dur aux libertés publiques durant les cinq dernières années. « Les actions de ce régime sont caractérisées par la négation de l’homme, les violations des droits de l’homme, la désacralisation de nos cultes et la banalisation de nos institutions », a-t-il laissé entendre avant de préciser qu’il s’engage avec le Pdps à intégrer l’Un en signant le protocole d’accord entre les deux entités politiques. Le président de l’« Un », Bruno Amoussou, a pour sa part vanté les qualités des deux députés et de leurs partis politiques. Il a montré la pertinence de leur choix et souligné que l’Union essaie de regrouper les forces politiques de tout le pays afin que chaque Béninois s’identifie à travers elle. « N’ayez pas peur, allez au combat. Il existe des manœuvres mais nous allons les déjouer », a-t-il lancé aux militants du Pdps et du Mds. Avec le ralliement des partis de ces deux députés membres du G13, en attendant d’autres formations politiques qui se sont déjà annoncées, l’« Un » conquiert du terrain et se renforce pour les batailles de 2011.

Allégresse Sassé (Coll)

Gbagbo le dictateur contre le démocrate de la communauté internationale

Côte d'Ivoire : Championnat  du monde de boxe!!!

Depuis la décision du Conseil constitutionnel qui donne le président Laurent Gbagbo, vainqueur des élections ivoiriennes, le bal des gérémiades s’est ouvert, l’ONU a pris officiellement la tête de la rébellion et tout le monde s’accorde à dire que Gbagbo est un dictateur alors qu’il n’a pas encore fait arrêter d’opposants comme Ouattara lui s’était précipité pour le faire arrêter quand il était premier ministre. Il faudrait donc à Gbagbo qu’il donne le pouvoir à Ouattara, son contraire, le gentil démocrate.

En observant le déroulement des différents évènements qui nous ont conduits là, on se rend bien compte que la communauté internationale avait déja son président avant les élections. Il est difficilement compréhensible qu’après trois jours de délibérations à la commission électorale, qu’aucun consensus n’ait pu être trouvé entre les membres ; élément sine qua non sans lequel le résultat ne peut être validé. Cela déchargeait bien évidemment le Président de la CEI qui, se voit ainsi libéré d’un véritable imbroglio électorale sans issu en passant (au nom du droit Ivoirien) ce dossier au conseil constitutionnel à qui il revient de statuer en dernier recours pour mettre fin à cette longue attente.

Et là, COUP DE THEATRE digne d’une symphonie inachevée ; comme appelé par le chant du cygne, on ne sait pas quel tourniqué, M. Youssouf Bakayoko (Président de la CEI) se retrouve dans l’antre du Golf Hotel, lieu de Résidence de la délégation des rebelles du MPCI depuis des années et accessoirement Quartier Général de campagne du RDR. (Il convient d’ajouter que la Résidence personnelle de Mr Ouattara est située à moins d’un Km de là). Ainsi dans la soirée du jeudi 02 décembre, les chaines d’informations Françaises que sont France 24, TV5, I Télé, Euronews et BFM TV passent sur leurs antennes une déclaration du Président de la CEI qui proclame des résultats qui seraient ceux des élections Présidentielles en Côte d’Ivoire avec une majorité de 54% des suffrages exprimés pour Alassane Ouattara ; alors qu’il avait été dessaisi du dossier par le conseil constitutionnel au nom de la législation. Aussitôt, on aperçoit Alassane Ouattara qui fait une déclaration POUR les chaines de Télés Françaises, se présentant comme le nouveau Chef de l’Etat de Côte-d’Ivoire, enjambant ainsi l’autorité du conseil constitutionnel qui ne l’a jamais investi dans une telle fonction.

Le conseil constitutionnel visiblement surpris par ces évènements successifs qui piétinent son autorité monte alors au créneau par la voie de son Président Paul Yao N’Dré pour rétablir la vérité : « Depuis le 28 Novembre la CEI avait trois jours pour prononcer les résultats provisoires. Le délai qui lui a été imparti est un délai constitutionnel et impératif. Ce délai a expiré le mercredi à minuit et la CEI n’a pu se prononcer pour donner les résultats provisoires. Une fois expiré, LA CEI N’EST PLUS COMPETENTE POUR SE PRONONCER SUR LES RESULTATS. Dès cet instant, la CEI est forclose pour pouvoir annoncer des résultats […] Il y a certains médias qui jouent à un jeu dangereux. Dans les différents pays au monde il y a des organes chargés des élections. Et ce sont ces organes là qui sont compétents à donner des résultats. Il y a des chaines de télés qui s’amusent à donner des résultats : ces résultats sont nuls et non avenus. C’EST LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SEUL, QUI EST HABILITE A DONNER LES RESULTATS DEFINITIFS DES ELECTIONS APRES QUE LA CEI AIT ETE BLOQUEE PAR MANQUE DE CONSENSUS. […] Nous sommes dans un ETAT DE DROIT. Aucune organisation internationale comme l’ONU, aucune organisation continentale comme l’union Européenne ou l’union Africaine, aucune organisation sous régionale comme la CEDEAO n’est habilitée à donner les résultats des élections Présidentielles en Côte d’Ivoire. EN DERNIER RECOURS, C’EST SEUL LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUI PEUT LE FAIRE ». Le championnat de boxe entre les deux finalistes est farouche et tous les moyens sont utiles, seule la victoire compte.

Regardez bien…Alassane Ouattara et Youssouf Bakayoko ont fait leurs déclarations dans la même pièce, sur la même table, devant le même mûr granulé…et devant les mêmes médias qu’ils ont bien sélectionné sans inviter la Télévision nationale…

Depuis quand la CEI proclame les résultats au QG électorale d’un candidat ? C’est une innovation apportée à ce gala de boxe.

Depuis quand la CEI proclame les résultats en Présence d’un candidat ? Il n’en a jamais été ainsi et cela montre bien que soit M. Youssouf Bakayoko n’a pas agi de son propre gré soit, il est animé d’une mauvaise volonté.

Ici Youssouf Bakayoko lors de la proclamation des résultats provisoires du Premier tour :  Quel contraste saisissant !!!

Après tout ceci, le Conseil Constitutionnel parla. Et toute la communauté internationale commenca à s’agiter. Elle avait déjà élu à la place des ivoiriens leur président et ne s’était aucunement préparé à entendre que Gbagbo soit réélu.

Sur ce point précis, les juristes africains sont tous devenus myopes et ignorants. Ce flagrant déni d’autorité de ces pseudos démocrates à un organe juridique ne leur dit pas grand chose . On se rappelle encore comme si c’était hier qu’en pleine campagne électorale, Sarkozy l’ancien ministre de l’Intérieur (devenu président) n’a pas hésité à affirmer son admiration pour le coup d’État de 1992 en Algérie. Jeudi 12 avril, au micro d’Europe 1, il félicitait les putchistes algériens : « l’Algérie avait été très courageuse au début des années 90 en interrompant le processus démocratique », affirmait-il.

Le voilà aujourd’hui défenseur de la démocrate, lui qui n’a pas hésité à contourner cyniquement le vote des Français contre la constitution européenne pour finalement l’imposer par le vote dans les deux chambres : assemblée nationale et le sénat.

Les diverses pressions pour faire tomber le gouvernement de Gbagbo n’ayant pas l’air de marcher, alors les médias européens (je n’ai rien contre eux) font de la désinformation et de la manipulation.

Regardez ceci : une preuve de la méconnaissance des dossiers de certains journalistes qui traitent de la crise ivoirienne ou alors une désinformation tout court. L’image en dessous est une capture d’écran du site du Figaro qui évoque « des membres armés des Forces nouvelles favorables à Laurent Gbagbo »… Alors que tout le monde sait que les membres armés des Forces nouvelles sont les ex-rebelles et sont favorables à Monsieur Ouattara; d’ailleurs ce dernier ne manque pas d’éloges à leur égard.

Nous sommes là et c’est une première, face à une situation d’ingérence grave de la France et des Etats-Unis dans les questions de souveraineté d’un pays africain, ce n’est pas une première pour les Américains, c’est même un sport favori depuis la fin de la Société des Nations et la création de l’ONU entièrement contrôlée de façon anti-démocratique par les Américains.

Les plus récentes sont les expéditions militaires de la famille Bush en Irak et en Afghanistan en passant par l’humiliation et la défaite à laquelle ils ont fait face en Somalie en 1993, pays qu’ils ont dû quitter avec leurs morts, déception à la clé. Georges Bush père s’était invité militairement dans le Golf en 91 pour combattre l’Irak et son fils a récidivé en 2003, lui cherchant des armes nucléaires qu’il n’a pourtant pas trouvé depuis 2003. Obama, plus africain veut se distraire en Afrique sur invitation de son serviteur Sarkozy. Et, ils menacent déjà.

Et comme si cela ne suffisait, Ouattara fait appel à la CPI et Luis Moreno Ocampo entre dans la bataile pour intimider Gbagbo afin qu’il puisse se laisser conduire sagement comme un agneau à l’abattoir en se laissant attaquer.

Très marrant cet argentin, professeur de droit à l’Université de Havard devenu par la force des choses procureur de la Cour Pénale Internationale depuis un triste mois de Juin 2003. Un homme fourbe dans sa profondeur et vicelard dans le comportement. On ne peut pas se lever pour commencer à donner des leçons de morale aux uns et aux autres si on ne peut pas faire une rétrospection sur sa propre vie. Lui qui, délivre des mandats d’arrêt tous azimuts pour crime de viol n’est jamais parvenu à élucider celui dont on l’a accusé en Décembre 2006, procès terminé dans un imbroglio ou se sont mêlés et entremêlés le pouvoir et l’argent.

« S’ils commencent à tuer des gens, alors c’est un crime et nous engagerons des poursuites contre eux », a t’il déclaré sur France 24 concernant la crise ivoirienne alors qu’il sait bien que la Côte d’Ivoire n’est pas signataire du Statut de Rome, fondement juridique de sa Cour. La CPI ne peut inculper un individu que si ces crimes ont été commis sur le territoire d’un Etat partie ou s’il est ressortissant d’un Etat partie. Il compte peut-être sur le Conseil de sécurité de l’ONU qui peut étendre sa juridiction à un Etat non partie au statut de Rome et le charger d’enquêter en Côte d’Ivoire ; ce serait une deuxième ingérence.

Depuis tout le temps qu’il est à la tête de cette affaire de cour pénale, il ne fait que torturer les familles africaines à travers l’arrestation en solitaire et sur coup de tête de leurs fils afin de remplir à bien sa mission d’aliénation. Il n’a pas vu Georges Walker Bush tuer des enfants en Irak pour du pétrole, détruire tout un peuple à la recherche d’un présumé terroriste. Il n’a vraiment pas vu, c’est vrai il n’a pas vu. Mais, il a vu Jean Paul Bemba et l’a fait arrêter suivant une procédure au dessus de toutes normes avant de complèter deux autres charges pour bien l’assomer, celui qu’il appelle « son gros poisson ». Deux ans après, les principaux témoins présentés par ce tout puissant procureur se mélangent les pédales et oublient même leurs témoignages mettant à nu le cirque qu’ils avaient organisé.

De Bahar Idriss à Omar El Béchir (devenu depuis peu un client potentiel de la CPI), le tribunal de Moreno tourne à plein régime avec dans sa nasse les menues fretins et quelques malheureux puisque les gros bonnets comme Georges Bush se la coulent douce dans leurs beaux ranchs où il est d’ailleurs invité de temps en temps. Flagornerie mondiale !

Pauvres africains ! Et voilà des nègres qui sont allés se prosterner en France pour avoir la nationalité française nous parlent aujourd’hui de démocratie et demandent le départ de Gbagbo. Comme des valets, ils gémissent aux trousses de leurs maîtres, criant aux abois, ne sachant pas ce qu’est la démocratie, l’Etat de droit, le respect de son peuple et des intérêts de son peuple et du continent que ce que leur a appris la France. Ils l’apprendront de nouveau.

aymard

Crise post électorale en Côte d’Ivoire : Les révélations explosives de Jean-François Probst

Jean-François Probst : « Je crois que Gbagbo est plus proche de Mandela que de Mugabe.»

Le couple Ouattara proche de la CIA ? Les révélations explosives de Jean-François Probst

Jean-François Probst, l’ancien bras droit de Jacques Chirac, est un éminent spécialiste de l’Afrique. Après une carrière politique extrêmement riche (il a notamment été conseiller de Jérôme Monod au RPR, secrétaire général du groupe RPR au Sénat, conseiller d’Alain Juppé et directeur de la communication de la Mairie de Paris pour Jean Tibéri), il est aujourd’hui consultant international en communication et conseille des chefs d’entreprise, des politiques et des chefs d’État africains. Il était l’invité de Yannick Urrien mardi 21 décembre à 8h10 sur Kernews.

Nous publions quelques extraits de l’entretien avec Jean-François Probst. Ce script ne constitue pas l’intégralité de l’entretien sonore : compte tenu de la longueur de l’entretien, nous avons dû trier, de notre point de vue, les citations les plus marquantes de M. Probst.

Kernews : Pour quelles raisons le gaulliste que vous êtes estime-t-il que nos compatriotes, particulièrement ceux qui sont attachés aux souverainetés nationales, doivent s’intéresser aux événements de Côte d’Ivoire qui, selon vous, marqueront l’histoire de l’Afrique ?

Jean-François Probst : Pour comprendre ce qui se joue aujourd’hui, il faut se reporter à la fin de la IVème République. Les socialistes n’arrivaient pas se dépêtrer des affaires coloniales et c’est là que le général De Gaulle a joué un coup majeur, pour l’intérêt supérieur de la France et des Africains : il a octroyé par référendum à chaque pays la possibilité de devenir indépendant et souverain. La base de l’indépendance nationale lorsque l’on est gaulliste, c’est le 18 juin 1940. C’est le refus de l’occupant, c’est le refus de la collaboration avec l’ennemi, c’est la capacité, malgré la difficulté, à résister. En Côte d’Ivoire, la flamme d’une résistance générale, contre les colonisateurs, les anciens colonisateurs ou les nouveaux colonisateurs que sont les États-Unis, la Chine ou l’Inde, cela existe. Dans le monde entier, des centaines de milliers de jeunes gens s’informent et voient bien qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Ce qui ne fonctionne pas, c’est un point très cher à la doctrine du général De Gaulle : l’organisation des Nations Unies, «le machin» comme l’appelait le général. C’est une organisation qui n’a pas lieu de s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays pour régler ou annoncer les choses à sa manière. Dans ce qui se passe, la responsabilité de l’ONU est patente. Les Nations Unies ne font pas respecter leurs résolutions de manière générale, que ce soit en Israël, en Iran ou au Kosovo après les trafics d’organes… En Côte d’Ivoire, les Nations Unies n’ont pas fait leur travail pour organiser une élection dans un pays qui a connu une dizaine d’années de crise. Monsieur Gbagbo a été élu en 2000. Il n’est pas arrivé du ciel, il n’est pas seulement un homme un peu socialiste soutenu par les socialistes français. C’est un Ivoirien qui a souffert dans le passé en tant qu’opposant et c’est d’ailleurs Monsieur Ouattara qui l’avait mis en prison quand il était premier ministre de Monsieur Houphouët-Boigny. Pour revenir à ce qui nous préoccupe, les Nations Unies auraient dû organiser des élections incontestables. Or, ce qui vient de se passer montre que rien n’était prêt : les listes électorales n’étaient ni faites ni à faire, on a vu 20 000 électeurs supplémentaires par rapport aux inscrits dans le nord où Ouattara et Soro ont été des rebelles à l’élection… Il y a eu des fraudes, tricheries et truandages… Le délégué des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Monsieur Choi, a, à mon avis, une technique coréenne qui n’a rien à voir avec la démocratie moderne. S’il souhaite par la suite qu’il y ait deux Côte d’Ivoire, comme il y a deux Corée depuis 70 ans, c’est son affaire… Mais en Afrique, on est en Afrique, on n’est pas en Asie ! Il y a 15 000 Français en Côte d’Ivoire et ils ne doivent pas subir les effets de la carence, de l’incompétence de l’ONU dans l’organisation d’élections. On voit bien qu’il y a eu beaucoup de fraudes. On me dit qu’il y en a eu des deux côtés. Probablement, mais je vois les cinq régions dans lesquelles certains bureaux de vote sont quasiment à 95% pour Monsieur Ouattara… Il y a eu des empêchements de voter, des violences, des viols et on m’a même raconté que dans certains villages, les amis de Messieurs Ouattara et Soro y allaient à l’arme pour intimider les gens et même parfois les tuer. Les Nations Unies ne peuvent pas fermer les yeux sur de telles affaires. Monsieur Choi n’a pas fait son travail dans le nord… Est-ce que cela exonère pour autant le président Gbagbo et son équipe de tous les défauts ? Sûrement pas, mais ce n’est pas à nous, gens de l’extérieur et prétendument de la communauté internationale, de nous ingérer dans les affaires de la Côte d’Ivoire… La Côte d’Ivoire n’est pas un pays qui est appelé à vivre en guerre civile. C’est un pays que je connais depuis 1969, c’est un pays gaulliste et houphouëtiste dans son cœur et dans ses tripes, c’est un pays uni et rassemblé avec de nombreuses ethnies et des étrangers. Et voilà que les Nations Unies, au lieu d’installer et de préserver la paix, viennent de sécréter la guerre. Je dis que Monsieur Ban Ki-Moon et Monsieur Choi vont avoir très mauvaise conscience et du sang sur les mains.

Pourquoi l’ONU a-t-elle fermé les yeux sur les fraudes dans le nord et pourquoi soutient-on Monsieur Ouattara à Washington en lui attribuant cette victoire ?

Avant de parler des États-Unis, de Monsieur Obama, de Washington et de la CIA, finissons de parler des Nations Unies et de leur rôle. Je crois qu’il y a beaucoup de soldats dans les chars marqués UN. Il y a beaucoup de fonctionnaires et de bureaucrates et, d’après des témoins sur le terrain, on n’a pas vu beaucoup d’observateurs dans les bureaux de vote des cinq régions du nord où il y a eu toutes ces fraudes. Là où l’ONU a encore un rôle encore plus critiquable, c’est que le président de cette fameuse commission électorale indépendante – qui, en réalité, n’avait d’indépendante que le nom – Monsieur Bakayoko, à peine avait-il quelques résultats partiels, s’est enfui à l’Hôtel du Golf… Tout cela est une farce ! Les Nations Unies couvrent cette ouattaresque pantalonnade et c’est très grave ! Cela s’apparente à un vol et un cambriolage de voix d’Ivoiriens par Monsieur Ouattara, malheureusement téléguidé par l’extérieur…

Vous avez évoqué la CIA…

De mon point de vue, et du point de vue de certains observateurs avertis et connaissant bien les affaires ivoiriennes, il est évident que depuis longtemps la CIA téléguide avec quelques longues cornes, et assez facilement semble-t-il, le couple Alassane et Dominique Ouattara… Les rebelles du nord sont manipulés de l’extérieur, et pas seulement par l’islam avec Al Qaïda, des islamistes du nord de l’Afrique qui voudraient bien pousser jusqu’au sud. Tout cela est un imbroglio dans lequel les États-Unis nagent comme d’habitude à contre-courant. Ils ont engendré beaucoup de guerres et beaucoup de conflits civils, avec de nombreux morts dans de nombreux pays où il y a du diamant, de l’uranium, de l’or, du pétrole et d’autres richesses… Tout le monde fait la danse du ventre autour de la Côte d’Ivoire, mais les États-Unis, avec leurs manières lourdingues et obamesques, un peu comme Bush le faisait en Irak, arrivent à entraîner derrière eux des petits satellites ou des vassaux. Malheureusement pour mon beau pays de France, que le général De Gaulle avait fait sortir du commandement intégré de l’OTAN, le président Sarkozy a réintégré l’OTAN. Le président Sarkozy est à la traîne des États-Unis et la France est un wagon de queue de la grosse locomotive américaine… Les USA voudraient le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal, la Guinée, le Mali, le Niger et cette Haute-Volta, devenue Burkinabè, qui veut percer vers le sud jusqu’à Yamoussokro pour, disent-ils, transformer la basilique Houphouët-Boigny de Yamoussoukro en mosquée. Obama, comme Sarkozy, c’est un peu une marionnette entre les mains du complexe militaro-industriel américain et des grandes multinationales de l’agroalimentaire qui font ces barres chocolatées qui rendent obèses tous les enfants du monde. Cette action américaine me fait retourner un peu en arrière, au moment de la mort du président Houphouët-Boigny. La France avait déjà cette espèce de difficulté à être ensemble de façon gaullienne pour reconnaître les bienfaits et les défauts de la politique d’Houphouët. Mais Houphouët a dû gérer un pays après l’indépendance, il a commis sûrement des erreurs. Il a sûrement commis celle de mettre dans le même marigot Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, qu’il a nommé premier ministre pendant que sa femme, Dominique, jouait un rôle semble-t-il bizarre à Abidjan et à Yamoussoukro. À la mort d’Houphouët, dans l’avion qui emmenait les autorités, Chirac ne parlait quasiment plus à Balladur… Messmer l’Africain représentait un peu l’autrefois. Il était difficile pour ces gens-là de se parler, même pour Mitterrand qui était carrément attaché aux années 40-50, pour ne pas dire à Vichy puisqu’il y avait carrément reçu la francisque… Le seul en France, socialiste d’ailleurs, qui avait une vision de l’avenir, c’était Gaston Defferre. Aujourd’hui, le président Sarkozy n’a aucune compétence dans le domaine de l’Afrique. Il l’a d’ailleurs démontré par deux stupides discours : celui de Dakar, qui était à la fois raciste et précolonial, et celui de Pretoria, que je viens de relire, dans lequel il annonçait que la France retirait toutes ses bases et tous ses militaires… Aujourd’hui, ce qu’il reste à faire à Monsieur Alain Juppé et à Madame Alliot-Marie, c’est conseiller au président Sarkozy de tenir son engagement : retirer les troupes françaises et pas à cause des élections cafouilleuses de Côte d’Ivoire, mais parce que nous allons vers un monde nouveau, vers la communauté de destin de 53 pays d’Afrique : 1 milliard d’habitants et pas seulement le petit Gabon, dont ne s’occupent que les Balkany, les Bourgi ou les Guéant… Nicolas Sarkozy pourra de façon grossière et indécente s’agiter, vociférer, s’ingérer dans les affaires intérieures de la Côte d’Ivoire, mais il n’aura que des réponses cinglantes des Ivoiriens qui lui répondront que la Côte d’Ivoire n’est pas une sous-préfecture française. Donc, de grâce, que les Américains, que la France de Monsieur Sarkozy, que l’Europe de Messieurs Baroso et Van Rompuy, se calment et s’abstiennent de commentaires vasouilleux et menaçants… Pendant ce temps, Monsieur Netanyahou n’a que faire des recommandations des Nations Unies et Monsieur Ahmadinejad s’assoit sur les recommandations des Nations Unies et de Monsieur Obama…

Sommes-nous en train de vivre un cas de manipulation médiatique mondiale comme ce fut le cas avec l’Irak ?

Incontestablement. Il y a intoxication des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs sur la situation qui prévaut à Abidjan et en Côte d’Ivoire. Bien sûr, il y a la responsabilité des journalistes, dont certains ne connaissent rien à la réalité ivoirienne : c’est le cas de Monsieur Jean-Michel Apathie qui s’est fait moucher par un artiste africain… Mon cher Yannick Urrien, je suis né en 1949, j’ai travaillé dans la politique, et des manipulations, il y en a eu plus d’une… D’abord, il y a un grand nombre de monopoles de journaux qui sont tenus par des marchands de canons, des marchands d’avions, des marchands de caleçons ou de béton… Mais c’est aussi vieux que le monde, la manipulation, l’intoxication, c’est aussi vieux que la politique étrangère… Mais cela n’a jamais été aussi accéléré qu’aujourd’hui, parce qu’il y a les médias et surtout Internet, avec les révélations de Wikileaks qui sont tout-à-fait extraordinaires ! Donc, on peut mentir à la population mondiale une fois, comme disait Abraham Lincoln, mais on ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps. Par conséquent, les États-Unis, qui sont un géant aux pieds d’argile, feraient mieux de réfléchir plusieurs fois avant d’installer la guerre dans des endroits où ils finiront, comme partout, par être rejetés… Ce qui se passe en Côte d’Ivoire, ce n’est pas seulement de l’intoxication et de la désinformation, ce n’est pas simplement l’instrumentalisation d’un gars comme Ouattara pour mettre le pied dans la porte des richesses. La nouvelle guerre qui se tient maintenant dans tous les coins du monde, c’est celle entre les États-Unis d’Amérique et la République populaire de Chine. L’Afrique de l’Ouest sera l’eldorado des vingt prochaines années dans le monde et, si nous ne comprenons pas que nous avons le devoir, même cynique, d’un rapport Nord-Sud intelligent, il vaut mieux que nous allions nous coucher et la France deviendra un espèce de vaste musée où l’on viendra voir les statues de cire de Monsieur Sarkozy, de Madame Dati ou de Monsieur Delanoë au musée Grévin… Il faut aussi que les journalistes, comme Monsieur Elkabbach, arrêtent de prendre les élites africaines pour des petits «négros Banania»… Cela dépasse l’entendement ! Je viens de réécouter l’interview par Monsieur Elkabbach de Monsieur Pierre Kipré, brillant ambassadeur de la République de Côte d’Ivoire en France, et je me demande s’il ne serait pas temps que les Duhamel, Apathie et Elkabbach aillent directement à la maison des vieux artistes de Ris-Orangis ! On sent l’incompétence, l’arrogance et presque l’injure. Cela rejoint ce que pensent de nombreux Français de Nicolas Sarkozy. Ce garçon a trop tété le biberon de Charles Pasqua et il est le roi de la rodomontade. La politique étrangère, cela nécessite du calme, de la hauteur de vue et de la discussion. Je recommande aussi à nos reporters de France Info et d’ailleurs, d’arrêter de camper dans des halls d’hôtel et de lire des papiers qui leur sont confiés par je ne sais qui à l’ambassade de France ou par d’autres officines… Je suis très peiné pour mon pays, parce que l’on disait la France fille aînée de l’église et la Côte d’Ivoire petite sœur de la France. Les Ivoiriens et nous, nous étions faits pour nous aimer et nous entendre. À Abidjan, il y a quelque chose d’un peu marseillais et en France il y a quelque chose de très ivoirien, ce goût de l’indépendance, de la liberté de la souveraineté et de la rébellion. Ne négligeons pas le fait que 60% des Ivoiriens ont moins de 20 ans. Ne négligeons pas que, comme les gaullistes de la Résistance, ils ont envie de s’opposer aux colonisateurs et au totalitarisme… Seulement, les Chinois ont une diplomatie un peu plus intelligente que la nôtre… Actuellement, ce n’est pas difficile, parce que des crétins gèrent notre approche française de l’Afrique… L’ONU n’a pas été capable de préparer et de contrôler convenablement ces élections et je les entends dire, dans le camp Ouattara de l’Hôtel du Golf, que le Conseil constitutionnel est à la solde du président Gbagbo. Mais ils sont injurieux ! Est-ce que Monsieur Louis Joxe était à la solde de De Gaulle ? Est-ce que Monsieur Roger Frey était à la solde de Pompidou ? Est-ce que Monsieur Roland Dumas était à la solde de Mitterrand ? Est-ce que Monsieur Jean-Louis Debré était à la solde de Chirac ou à la solde du président Sarkozy ? Les journalistes, prétendus spécialistes de l’Afrique, qui essaient de faire passer Gbagbo pour Mugabe se trompent : je crois que Gbagbo est plus proche de Mandela que de Mugabe.

Radio Kernews

Le fichier son de l’entretien avec Jean-François Probst est disponible à l’adresse suivante: http://www.kernews.fr/mp3/Probst.mp3 (Sur PC, placez votre souris sur le lien, cliquez sur le bouton droite de votre souris puis « enregistrer la cible sous » pour télécharger le fichier)

Gbagbo à la jeunesse africaine : «Je fais cadeau de mon combat à l’Afrique»

Le chef de l’Etat a reçu hier en audience au Palais présidentiel plus d’une dizaine de jeunes africains venus lui manifester son soutien dans la bataille pour la libération de l’Afrique. Ces jeunes arrivent tout droit du Bénin où ils ont participé à un sommet sur le thème  » Promotion de la solidarité des jeunes leaders africains face aux défis de la souveraineté. »

Il y avait donc tous les leaders des mouvements des jeunesses africaines. La rencontre s’est tenue du 18 au 20 décembre à Cotonou. Après 2 jours d’âpres discussions, plusieurs résolutions ont été prises. Mais celles qui devait être lue sur la Côte d’Ivoire, a été stoppée par les jeunes du Bénin et du Burkina.

Plus d’une dizaine de jeunes de l’Ethiopie, du Ghana, du Mali, de la Tanzanie, de l’Ouganda, du Cameroun, du Congo-Brazzaville, du Kenya, ont de ce fait, décidé de venir faire la déclaration ici à Abidjan hier au Palais présidentiel. Il y avait alors le ministre Blé Goudé qui a souhaité la bienvenue à tout le monde. C’est après que le jeune Kenyan Kenedy Wallousala, a au nom de l’Afrique anglophone, déclarer son soutien au Président Gbagbo. C’est après lui que la belle Tamousso Marie du Cameroun a exprimé le soutien de l’Afrique Francophone au Président Gbagbo.

Le président très à l’aise a donné un message clair aux peuples africains. « C’est comme ça qu’on a colonisé l’Afrique (…) Ce qui arrive à Gbagbo peut arriver à tous les chefs d’Etat africains (…) Ils n’ont pas aidé Lumumba. Mais ils ont tous subis le sort de Lumumba (…) C’est un passage obligé pour que demain, vous soyez libre. Le sacrifice que nous faisons vous permettra d’être libres demain. Je suis pour ça. C’est un cadeau que je fais à l’Afrique. » A confié le chef de l’Etat aux jeunes visiblement heureux de l’entendre.

Le Temps

Al Qaida s’ingère dans la crise ivoirienne

Al Qaida, menace la France, des chefs d’Etats, des hommes politiques Africains, et certains Organismes internationaux comme l’ONU pour leurs complots contre la Côte d’ivoire et le reste de l’Afrique entière.

Al Qaida Afrique de l’Ouest(AQAO) situé au Mali allié aux frères de l’Al Qaida Maghreb Islamique (AQMI) tous sous tutelle de l’Al Qaida Afrique (AQA) dirigé par le Chef Al-Sam Van basé en Somalie à Mogadiscio, met la France et l’ONU en garde pour la recolonisation que veulent imposer à la côte d’ivoire, tort fait à tous les pays d’Afrique depuis bien longtemps.
L’heure est venue pour en finir définitivement avec la Françafrique pour la vraie indépendance en Afrique.

Dans un message posté sur internet envoyé depuis le 02 décembre 2010 juste après le second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 en côte d’ivoire par Cheick El-Izi chef d’Al Qaida Afrique de l’ouest (AQAO) au côté de ses supérieurs à Mogadiscio, pour traiter dans un sérieux absolu, la crise qui prévaut en côte d’ivoire depuis une décennie.

Selon le Chef Cheick El-Izi , « l’AQAO est aussi présent pour défendre tout peuple de l’Afrique de l’Ouest qui subit l’indignation forte et une pression injuste de la part de la communauté internationale et surtout de la France qui pourtant existe grâce aux ressources bien attendu de ces pays colonisés dont fait partie la côte d’ivoire que nous avons l’obligation de défendre le plus tôt possible ».

Il affirme aussi que les pays les plus riches comme la France, les USA …….et certains organisations dites de paix et respect comme l’ONU, UE, UA etc sont aussi des machines dirigées par ces puissances pour piller avec volonté les pays moins puissants pourtant très riches en ressource pétrolière, minière et autres.

« La guerre des grandes puissances contre l’Afrique est engagée car l’Afrique reste le continent le plus riche du monde », ils sont dit-il en alerte massive à défendre la Côte d’ivoire et l’Afrique en général.

Voici alors le message du Cheick El-Izi chef d’Al Qaida Afrique de l’Ouest (AQAO), message qui fait des révélations troublantes sur l’existence réel et précis d’Al Qaida en Afrique et des menaces qui touchent certains États Africains, Européens surtout la France et quelques individus dans les temps à venir.

« Al Qaida Afrique de l’Ouest(AQAO) situé au Mali allié aux frères de l’Al Qaida Maghreb Islamique (AQMI) tous sous tutelle de l’Al Qaida Afrique (AQA) dirigé par le Chef Al-Sam Van basé en Somalie à Mogadiscio, met la France et l’ONU en garde pour la recolonisation qu’ils veulent imposer à la côte d’ivoire.

Nous, AQAO branche d’AQA, ne resterons pas silencieux si longtemps face à de telles injustices faites par la France à la Côte d’ivoire, à l’Afrique de l’ouest, à l’Afrique toute entière.
Si j’ai décidé volontairement d’être membre d’AQAO et aujourd’hui chef, c’est pour un but : la souveraineté et la dignité de notre continent l’Afrique, qui depuis longtemps est piétiné par l’occident dont vous en êtes les premiers témoins.

Pour ce qui concerne, la crise ivoirienne, nous vous adressons cette note suivi des dossiers pour en examiner l’urgence qui anime nos membres d’ici et d’ailleurs.

Chef Al-Sam Van, ce cas avait déjà été bien traité mais pour l’importance puis la gravité des faits, la date est encore très longue, et donc nous demandons d’y penser très rapidement en abrégeant cette date ou en donnant un mot d’ordre si peu.

Juin 2011 est justement la date conclue une semaine après la menace du chef suprême Oussama Ben Laden à la France, il y a 3 mois de cela en octobre 2010 ou le Chef suprême Oussama Ben Laden avait précisé et accusé la France de « s’ingérer dans les affaires des musulmans, des peuples, dans le nord et l’ouest de l’Afrique en particulier ».

Ce message si fort et profond nous va droit au cœur, c’est pourquoi nous demandons l’exécution dans les plus brefs délais.

Certains chefs d’Etat Africains ou hommes politiques Africains dans la zone de l’AQAO, qui adhèrent avec les colonisateurs jusqu’aujourd’hui aux pillages et à la déstabilisation de leur propre pays, sont très bien connus et sont sur notre liste noire, l’heure est venue pour en finir définitivement avec la françafrique pour la véritable indépendance Africaine. L’heure est peut être venue pour diminuer les étapes de notre mission si énorme en Afrique.

L’AQAO est aussi présent pour défendre tout peuple de l’Afrique de l’Ouest qui subit l’indignation forte et une pression injuste de la part de la communauté internationale et surtout de la France qui pourtant existe grâce aux ressources bien attendu de ces pays colonisés dont fait parti la côte d’ivoire que nous avons l’obligation de défendre le plutôt possible.
La France a fait trop de victime et continu e d’en faire encore trop sur notre Zone. La France, l’ONU et certains chefs d’états complices de ces indignations doivent payer si fort le sang versé de l’Afrique, c’est pourquoi nous nous sommes engagés à AQAO, à mourir pour le peuple digne d’Afrique.

Depuis 50 ans ou plus, de la traite négrière, l’esclavage, la colonisation à la françafrique,
Pouvons-nous compter les morts faites par la France en Afrique durant ces décennies ?
Qui, entre la France et l’Al Qaida reste sincèrement le plus grand terroriste du monde ?

Moi, Cheick El-Izi chef d’Al Qaida Afrique de l’ouest (AQAO), J’ai la haine qui coule en moi et mes hommes dans nos vaines contre la France du 1er à la Nicolas Sarkozy surtout et certains autorités Africaines mal nées puis mal éduquées.

Comme vous le savez chef Al-Sam Van, les génocides en Afrique sont crées par la France et la complicité de certains Etats.

Si, avant, nous Africains ne comprenionst pas les actes et la création d’Al Qaida par le haut maitre et suprême Abdullah Azzam, puis après par le chef suprême Oussama Ben Laden, maintenant on en comprend autant que jamais.

C’est pourquoi nous le faisons avec le strict engagement en nous même et la mort n’est rien pour nous si on doit sauver notre future génération d’un dictateur mondial qu’est la France, les USA et autres.

Nous, AQAO au nom du chef suprême Oussama Ben Laden, demandons d’abréger cette date car la guerre est déjà déclenché par la France et son homologue assassin le président Burkinabé Blaise Compaoré, qui est le premier chef d’Etat noir sur notre liste que le grand chef a déjà certifié la mort.

Dans quelques jours, nous quitterons le Mali moi et certains membres pour la Côte d’ivoire en attendant le retour important de ce message. J’ai avec moi mes frères et chefs ; Idriss Hucicila du Sénégal, Jin Oton Sun d’Algérie, El-Jihada du Niger avec son vice, Mark Abda du Burkina Faso, Tom i-Trihity du Tchad, Bara Al-Vi du Nigéria avec son secrétaire Alice Del Hoppas.
Pour certains Chefs comme Dramana Djouj de la Mauritanie, Abu Aziz de la Tunisie, Ihab-As II de la Libye, Abou Anas Al-Chanqiti de l’Egypte et Carlos Hutu du Soudan viendrons individuellement nous rejoindre sur place en Côte d’Ivoire dans notre QG.

Tous nous vous saluons sincèrement et avec courage pour l’amour le respect qui nous habite. Nous vous disons merci pour le projet et ce qui nous réunit tous.

En côte d’ivoire, comme ailleurs le recrutement se fait si discrètement possible et l’engagement de nos membres est vraiment déterminé, le canal est assuré et les codes secrets de la Sunnite sont respectés avec rigueur ; al-jihad bi anfousikoum , al-jihad fi sabil Allah , jihādun bis-sayf.

Des documents de preuves concernant cette crise ivoirienne seront attachés à cette note pour plus d’information en plus des documents envoyés au paravent.

Il ne s’agit pas en côte d’ivoire d’élection véritablement mais plutôt de recolonisation par la France, selon nos membres. La guerre des grandes puissances contre l’Afrique est engagée car l’Afrique reste le continent le plus riche au monde. Le pétrole et autres ressources attirent ces colons dont la vie de l’être noir n’en vaut plus rien. Sous hommes, nous en sommes selon eux.

Pour eux, les humains d’Afrique ne sont rien, leur intérêt en vaut plus.

Nous ne devons pas enfreindre notre première règle, celle de protéger le peuple Islamique, alors que les deux candidats à l’élection présidentielle du 2nd tour en côte d’ivoire ne sont pas Musulmans.
Et pourtant un des deux candidats est bien et belle soutenu par la France, de Nicolas Sarkozy, un de nos 1er ennemis depuis bien longtemps.

Nous, Al Qaida de l’Afrique de l’Ouest(AQAO), demandons que ce message soit aussi acheminé vers le chef suprême Oussama Ben Laden, car le cas est important et très préoccupant pour l’AQAO.

ان يترك الجيش الفرنسي الافريقي أراضي تماما, لان لكل منا الفرنسية يشكل خطرا
على افريقيا.

وقال ان فرنسا مستعدة للحرب في افريقيا تفصيله جيدا, ثم نقوم الآن القرض الذوق
(محاسن) صاحبة (منه) تماما وبشكل نهائي.

ان الله هو السلام على الشعوب الافريقية

En entente d’une suite favorable, Veuillez agréer Monsieur le Chef de l’Al Qaïda Afrique (AQA), Chef Al-Sam Van, l’expression de ma plus grande sincérité et engagement.

Votre serviteur Chef Al Qaida de l’Afrique de l’Ouest(AQAO),

Cheick El-Izi,

Mali, Bamako le 02 décembre 2010 »

couleursdafrique.eu

Côte d’Ivoire : Blé Goudé appelle à une grande manifestation le 29 décembre

« Pour que le droit soit dit, pour que nos institutions soient respectées, j’appelle tous les jeunes ivoiriens, tous les démocrates d’Afrique, à nous rejoindre à la Place de la République mercredi 29 décembre dès 08H00 ». C’est l’information donnée par  le ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé ce jeudi 23 décembre à Abidjan.

Comme depuis le début de la crise en Côte d’Ivoire en septembre 2002,  c’est La place de la République, l’une des plus grandes d’Abidjan pouvant contenir près de 500 000 personnes, qui va abriter cette grande démonstration de force.

Il est recommandé à cet effet de se vêtir de blanc pour cette manifestation pacifique, symbole de paix pour démonter la volonté de la Côte d’Ivoire d’afficher sa volonté de souveraineté dans la paix, selon le leader de la jeunesse ivoirienne.

« Nous viendrons de blanc vêtus, pour essayer de démontrer aux gens que la majorité des Ivoiriens veulent qu’on laisse la Côte d`Ivoire travailler », a indiqué le Ministre de la jeunesse.

Il a par ailleurs invité la communauté internationale à la retenue tout en indiquant à la CEDEAO qu’une option militaire n’était pas appropriée en Côte d’Ivoire.

Ouattara Lancinan