Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Bénin : Manoeuvres de Boni Yayi pour déstabiliser l’UN : son émissaire Galiou Soglo prêche dans le désert

Appel à une candidature du Zou à la prochaine élection présidentielle pour destabiliser l’UN : Galiou Soglo prêche dans le désert

Le ministre de la Culture, Galiou Soglo, a organisé un meeting à Abomey pour appeler les fils du Zou à avoir leur candidat à la prochaine élection présidentielle. C’était le samedi dernier. A voir les réalités politiques actuelles, il y ressort qu’il a prêché dans le désert, surtout que les populations n’ont pas répondu à son appel comme il l’aurait souhaité.

Il faut que le Zou ait son candidat à la prochaine élection présidentielle. C’est le message que le ministre de la Culture, Galiou Soglo, est allé délivrer aux populations d’Abomey, ce week-end dans le Zou sans savoir qu’il prêchait dans le désert pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le Zou, la Renaissance du Bénin et Force Clé ont déjà tout verrouillé pour le candidat unique de l’Union fait la Nation, Me Adrien Houngbédji. Sur ce terrain, il n’y a plus de places pour les plaisantins. Si sa logique était d’aller saboter la vision de cette coalition, il devrait revoir sa copie dès son retour à Cotonou. De même, en faisant une telle propagande en tant que ministre de la Culture, Galiou Soglo commet des erreurs graves indignes de son rang. Dans le monde entier, on fait l’apologie des grands ensembles, parce que c’est l’union qui fait la force.

Dans les grandes démocraties, on forme des blocs autour d’un candidat. Aux Etats-Unis, les Républicains et les démocraties présentent un candidat à l’élection présidentielle. En France, c’est le même scénario entre la Gauche et la Droite. Au Nigéria et au Ghana à côté, il y a deux candidats sérieux dans la course à la Magistrature suprême. Galiou Soglo devrait encourager une telle option de l’Union fait la Nation ou, à la limite, se taire s’il n’a rien de sérieux à proposer. A Abomey et environs, la voix du ministre de la Culture du président Boni Yayi ne porte plus loin. La seule et unique solution qui s’offre à lui est de retourner au bercail, car il y a de la place pour tout le monde à l’Union fait la Nation.

Cécile AGOSSA

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :