Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Croyant au charlatanisme pour retrouver Pierre Urbain : La famille Dangnivo escroquée

Croyant au charlatanisme pour retrouver Pierre Urbain : La famille Dangnivo escroquée, 02 suspects arrêtés

La disparition de Pierre Urbain Dangnivo donne des idées aux escrocs. Deux individus se faisant passer pour des charlatans ont proposé leur service à la famille Dangnivo pour retrouver le disparu. Mais pas à n’importe quel prix. Ils ont empoché la somme de 400.000 Fcfa contre promesse non tenue. Ayant pris le maquis, Léon Ouéyidjo et son acolyte Alain Boko ont été retrouvés et présentés au Procureur de la République qui les a écroués le 08 novembre 2010.

Alors que l’instruction se poursuit du côté de la Justice pour faire la lumière sur la disparition de Pierre Urbain Dangnivo, sa famille fait plutôt recours aux pratiques occultes pour retrouver le disparu. L’expérience qu’elle vient de vivre à ce sujet est révélatrice. Selon les informations glanées ici et là, deux individus nommés Léon Ouéyidjo et Alain Boko, ont été conduits au Commissariat central de Cotonou au début du mois de novembre 2010 par un responsable syndical. Comment en est-on arrivé là ? Quelques semaines plus tôt, Léon Ouéyidjo a contacté le responsable syndical, son frère de village en lui demandant de le mettre en contact avec la famille Dangnivo qu’il compte aider à retrouver Pierre Urbain. Il se fait passer pour un féticheur et l’a convaincu de ce que l’homme est toujours en vie et ses parents peuvent le voir. Connaissant l’ampleur du dossier, le syndicaliste ne doute pas de la sincérité de la démarche. Après plusieurs échanges, il aurait rassuré le supposé féticheur de mettre ses relations en jeu pour établir le pont entre la famille Dangivo et lui. Selon les mêmes sources, il informe un autre responsable des travailleurs, qui à son tour s’adresse à un autre leader syndical plus proche du cadre du ministère de l’Economie et des finances. A trois ils estiment que c’est sérieux et auraient décidé de se tourner vers le principal avocat de la famille Dangnivo pour avoir sa position. Et, lui non plus n’a pas d’objection à propos.

Tout le monde est d’avis pour introduire Léon Ouéyidjo auprès des parents du disparu. Informés, ils se déclarent également favorables, ont indiqué nos sources. Le jour de la rencontre a été décidé de commun accord. Le supposé féticheur était au rendez-vous accompagné de Alain Boko. En présence de la famille Dangnivo, de l’avocat et des leaders syndicaux, les deux acolytes se font plus clairs en ajoutant qu’ils sont en contact avec un esprit qui vit dans l’eau sans le concours duquel rien n’est possible. Après avoir expliqué faussement comment, Pierre Urbain Dangnivo a été enlevé, ils affirment qu’il est toujours aux mains de ses ravisseurs, sain et sauf, précisent nos sources. Mais avant de bénéficier de leurs services pour le retrouver, ils exigent la somme de 400.000 Fcfa et promettent d’honorer leur promesse dans les quatre jours suivants. La famille rassemble 300.000 Fcfa et le reste a été débloqué par un tiers. Quatre jours sont passés, et les deux escrocs sont devenus introuvables et injoignables. Si l’interrogation était visible sur tous les visages, l’inquiétude pesait lourd sur le premier responsable syndical qui a été contacté. Etant donné que c’est de file en aiguille, que les deux escrocs ont réussi à se faire introduire dans la famille, la responsabilité devenait collective. L’on commence par évoquer l’hypothèse d’une escroquerie. Le seul moyen pour la personne contactée de se tirer d’affaire, c’est de retrouver son frère de village et l’autre complice. Cette option a porté ses fruits. Après plusieurs semaines de recherches infructueuses, de grands moyens ont été déployés. Ce qui a permis de retrouver Léon Ouéyidjo et Alain Boko. Conduits au Commissariat central de Cotonou, la police les auditionne et les défère devant le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou. Ecroués, pour association de malfaiteurs, complicité d’assassinat et trafic de charlatanisme, ils risquent gros. Si personne n’a pu déjouer leur plan, c’est du fait des responsables syndicaux. Très engagés dans la bataille pour retrouver le disparu, les escrocs les ont utilisés comme caution morale. A commencer par le premier qui a été contacté.

FN

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :