Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Les africains vendent l’Afrique

L’émissaire kenyan, et premier ministre de son pays, ingénieur technicien de formation est celui que l’UA vient de dépêcher à Abidjan afin de mener une action commune avec L’équipe de Jonathan Goodluk dans le règlement du conflit post-électoral survenu en Côte D’Ivoire. L’UA dont certains fonctionnaires forment des vrais pions des Occidentaux, sinon de vaillants activistes pour le compte des Occidentaux, sont à ce jour considérés comme de très bons vendeurs de l’Afrique pour bénéficier des avantages personnels après que leur mission ait réussi.

Railla Odinga pour ce dernier, après que ses militants aient massacré leurs compatriotes au Kenya en 2008 dont le nombre de tués à la machette, a été évalué à plus de 1300 personnes, eh bien, ce monsieur n’a jamais été interpellé. Bien au contraire, avec l’arrivée d’Obama comme président des États-Unis dont le père est Kenyan, Raila Odinga, certes grand politicien semble être en renfort et en confiance dans son pays.

La cour pénale internationale n’a pas encore bougé dans son projet d’enquêtes à propos de ce génocide contre lui. Sûrement qu’il continue à bénéficier d’une protection de ses protecteurs du ciel pas.

Au fait, quel message apportent tous ces gens qui viennent en Côte d’Ivoire?
Ils viennent pour la crise en Côte d’Ivoire. C’est bien, c’est ce que l’on veut, au lieu d’allumer du feu.

Cependant, ce qui ne marche pas, c’est la même pression qu’exercent les grandes puissances, en tête : Sarkozy et Obama qui ont décidé le départ de Laurent Gbagbo.

Dans cette situation, les fonctionnaires de l’UA, et de la CEDEAO, y compris les chefs d’État des mêmes pays de la CEDEAO, continuent à se mettre à genoux devant leurs maîtres qui leur font de menaces. Ou ils acceptent les ordres, ou ils courent le risque d’être débarqué du pouvoir. Voilà ce que l’on ne dit pas.

De Wade à Compaoré en passant par Yayi Boni jusqu’à Gnassigmé Faure, le sommeil de ces chefs d’État est troublé plus que celui de Laurent Gbagbo. Le président de la Sierra Leone, quant à lui par exemple, plus agité que d’autres, ce dernier confesse sans gêne en disant clairement qu’il n’y a rien à négocier,« ils viennent parler à Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Ouattara». Point barre.

Et si Laurent Gbagbo leur dit qu’il n’en est pas question : qu’adviendra-t-il?

Pour des individus déterminés à faire mal à l’Afrique et en Côte d’Ivoire, cela suppose qu’ils ne vont pas tarder à lancer l’assaut sur Laurent Gbagbo, surtout que les 9000 mercenaires de l’ONUCI et les 900 mercenaires français de Licorne sont déjà sur le territoire ivoirien, sans compter les rebelles de Ouattara et Guillaume Soro.

Comme vous pouvez le constater par vous-même, la colonisation occidentale en Afrique est toujours là avec la complicité d’autres Africains. Cette colonisation n’a changé que de tactique. Les complices des colonisateurs, comme les Jean Ping, les Goodluck ou Compaoré et consorts, seront toujours là. Par ailleurs des faux intellectuels africains, ces petits jaloux qu’on y trouve un peu partout, n’ont rien à y voir puisque c’est bien les intellectuels africains qui complotent avec les occidentaux pour embraser l’Afrique. On ne saurait en tout cas, incriminer nos parents dans les villages qui n’ont aucun contact avec les colonisateurs.

Ce sont nos petits intellectuels ayant étudié en France, en Angleterre, aux USA, qui continuent à vendre l’Afrique. Pour que le continent africain soit respecté, c’est aux intellectuels africains qu’incombe le rôle de défense et de protection de l’indépendance de l’Afrique, en parlant ouvertement aux Occidentaux et en leur montrant ce que veulent les Africains.

Mais dès lors que ces intellectuels jaloux rentrent en collusion avec les colonisateurs : par quel miracle peut-on parvenir à créer une bonne image de l’Afrique lorsque de Libreville à Brazzaville, en passant pas Yaoundé, Bangui, Kinshasa, Abidjan, Lomé, Bamako, Ouagadougou jusqu’à Dakar, les prétendus intellectuels diplômés la tête en bas, les pieds en l’air, font honte à l’Afrique.

Voilà qu’on vient démarrer avec la deuxième décennie du 21e siècle que le continent est secoué aux premières heures de la fin de la première décennie, faisant que les Africains soient toujours des gens pleins de médiocrité.

Tout le monde doit sûrement se rappeler qu’à 3 années seulement de la fin du 20e siècle, un pays pas de moindre par rapport à la richesse de son histoire, parce que regorgeant des gisements pétroliers, le Congo Brazzaville n’a pas été épargné en lui imposant une guerre dans les mêmes conditions que la Côte d’Ivoire aujourd’hui. C’est Elf qui décide de faire partir par la force un président démocratiquement élu pour faire revenir au pouvoir un assassin, appelé Sassou Nguesso. Et, qui dit Elf, on voit directement la France.

Curieusement, pendant qu’au Congo Brazzaville, Sassou menaçait d’embraser toute l’Afrique centrale, les gens ne mesuraient pas la gravité de ses propos pour penser sans calcul qu’il s’agissait bien la France qui parlait sous le couvert d’une marionnette.

ET ce qui devrait arriver arriva. On a bien vu ce que certains n’ont pas encore vu de leur vie.
Aujourd’hui, avec la Côte d’Ivoire, nous sommes en train d’assister à un bis repetita.

L’UA et la CEDEAO ne sont que des marionnettes. C’est bien des colonisateurs qui frappent et qui vont effectivement frapper en Côte d’Ivoire parce que les Africains sont toujours dans la logique du béni-oui-oui. Cette attitude est grave. Sans compter notre jalousie à l’égard de l’autre.

Gervais Mboumba

Militant des droits de l’homme

Publicités

Une réponse à “Les africains vendent l’Afrique

  1. africaib janvier 5, 2011 à 11:40

    note pauvre tu ferais mieux de venir préparer l’exil du dictateur GBAGBO à cotonou.

%d blogueurs aiment cette page :