Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Affaire Dangnivo : La cour d’assises révèle les dessous le 18 janvier prochain

Le dénouement de l’Affaire ‘’Disparition d’Urbain Pierre Dangnivo’’ est proche ou du moins, un coin de voile sera levé, le 18 janvier prochain. Ce sera à l’occasion des assises qui vont se tenir au Palais de Justice. Déjà, la CSTB de Gaston Azoua et ses pairs ont sonné la mobilisation des travailleurs.

Les grèves perlées qui continuent de secouer le Ministère de l’Economie et des Finances et les marches de protestation qui secouent le monde syndical depuis la disparition d’Urbain Pierre Dangnivo, le 17 août 2010, prendront certainement une autre tournure à partir du 18 janvier prochain. Vont-elles cesser ou prendre de l’ampleur ? Chacun sera fixé au cours des assises qui vont se tenir le 18 janvier 2011 au Palais de Justice de Cotonou. Dans cette affaire dite ‘’Disparition d’Urbain Pierre Dangnivo’’, beaucoup d’encre et de salive ont coulé. En effet, la Fédération des syndicats du Ministère de l’Economie et des Finances (Fesyntra-finances) dont le Secrétaire général est Laurent Métongnon, a pris, au lendemain de la disparition d’Urbain Dangnivo, la résolution d’organiser des sit-ins et marches de protestation pour réclamer Urbain Pierre Dangnivo, cadre du Ministère, vivant et sain. Ainsi, le mardi, mercredi et jeudi de chaque semaine, les travailleurs du Ministère réclamaient, à cor et à cri, leur collègue Urbain Pierre Dangnivo.

Vu les impacts négatifs de ces mouvements sur les usagers du Ministère, ces grèves perlées ont été allégées. Aujourd’hui, les travailleurs font un sit-in le mardi matin et font le débrayage le jeudi. Les syndicats du Ministère sont soutenus par les centrales syndicales à savoir la CSTB de Gaston Azoua, la CGTB de Pascal Todjinou, la COSI de Georges Glélé Kakaï. Une radicalisation qui a amené le Ministre de l’intérieur, Martial Sounton à prendre une décision d’interdiction des marches de protestation concernant le dossier Dangnivo afin de laisser travailler dans la quiétude la Justice. La non observance de cette décision d’interdiction des syndicats a amené les autorités à barricader la Bourse du travail qui est le siège des centrales syndicales. Lors des assises du 18 janvier prochain au Palais de la Justice, les circonvolutions de l’enquête judiciaire seront connues, les mis en cause écoutés, les médecins légistes livreront les résultats de leur travail sur le macchabée découvert à Womey. Ainsi, un coin de voile sera levé sur le dossier Dangnivo. Parallèlement, la CSTB de Gaston Azoua et ses pairs ont sonné l’alerte pour mobiliser les travailleurs ce 18 janvier 2011. Pour les syndicalistes, il leur faut Urbain Pierre Dangnivo sain et sauf ou rien. Pourvu que chacun sache raison gardée.

L’aube nouvelle

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :