Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Tenue de la présidentielle à bonne date, le camp Abt accuse le gouvernement d’entretenir l’incertitude

Le régime du Changement serait l’auteur de la confusion qui s’observe autour de l’organisation de la prochaine présidentielle. A tout le moins, l’Honorable Amouda Issifou Razaki lui impute cette responsabilité et l’invite à démissionner.

Au fur et à mesure que le Bénin s’approche de la date fatidique du 27 février 2011, date du 1er tour de la présidentielle, des inquiétudes se précisent par rapport à l’effectivité des échéances électorales. De réels problèmes liés à la réussite du processus électoral se font jour. La Liste électorale permanente informatisée (Lépi) désormais « imposée par la Cour constitutionnelle » pour la présidentielle reste encore à établir, car le respect des délais constitutionnels de sa mise en œuvre relèverait d’une gageur. Selon plusieurs observateurs de la scène politique nationale, de graves menaces planeraient sur le Bénin. Pour d’aucuns, le Chef de l’Etat fort de son influence sur la Cour constitutionnelle « tramerait tout pour entraîner le peuple dans le chaos ». Et même la convocation du corps électoral ne garantirait pas la tenue effective de l’élection présidentielle. L’honorable Amouda Issifou Razaki s’est voulu très incisif en soutenant que « le président Yayi Boni et la Cour constitutionnelle devenue une deuxième chambre de Parlement façonnant et taillant les lois telles que le veut le Prince, ont entrainé le Bénin dans une pente sérieusement glissante avec leur enfermement sur la Lépi ». Il enfonce le clou en affirmant que l’élection présidentielle ne peut se dérouler dans les conditions d’une Lépi rendue incontournable, à la date du 27 février 2011. Et une analyse du processus électoral en cours semble malheureusement confirmer les appréhensions de l’Honorable Razaki. En effet, la Lépi que le peuple réclame de tout vœu, et qui se réalise à pas forcé, voire sans consensus ni véritable dialogue, n’est pas encore prête. Et elle ne le sera peut-être pas au jour du scrutin, car c’est désormais un exercice assez difficile pour les acteurs impliqués dans ledit processus de respecter scrupuleusement les délais d’affichage (15 jours), de réclamation des citoyens (10 jours), de recours à la Cour constitutionnelle (05 jours) et décisions de la Cour (10 jours suivant sa saisine) fixés par les dispositions de la loi n°2009-10 portant organisation du Rena et établissement de la Lépi. Pis, les déclarations de candidature qui devraient être déjà déposées par les candidats ne le sont pas encore. Selon l’article 33 de la loi n° 2010-33 portant règles générales pour les élections en République du Bénin, « la déclaration de candidature est déposée trente (30) jours avant la date fixée pour le démarrage de la campagne électorale à la Céna où à l’un de ses démembrements ». Des faits qui annoncent certainement le climat peu serein fait de précipitations qui devrait caractériser les tout prochains jours. Et face à cet imbroglio perceptible, l’Honorable Razaki préconise la démission du Chef de l’Etat pour un report des élections. « La démission permettra sans violer la Constitution, de reporter les élections pour mieux les organiser, d’améliorer et terminer la Lépi désormais incontournable. Le pays pourra ainsi disposer d’environ deux (02) mois supplémentaires… c’est la seule chose qu’il est possible de faire pour nous éviter le chaos », a-t-il estimé. Très convaincu par l’efficacité de sa proposition, l’Honorable a poursuivi en invitant Yayi Boni qui a toujours proclamé « son amour pour son pays et pour lequel il est d’ailleurs prêt à verser son sang » à démontrer cet amour en démissionnant. « Toutes les forces vives de la Nation doivent s’unir dans ce sens », a insisté le député.

AS

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :