Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Yahouédéhou décidé à empêcher Yayi d’aller au second tour

Le samedi dernier, la commune de Zakpota a vibré aux sons et aux couleurs de la cérémonie de déclaration de candidature de l’honorable Janvier Yahouédéhou à la présidentielle de février-mars prochain.

C’est devant un parterre de personnalités et une population estimée à plus de 15 000 habitants que l’honorable Janvier Yahouédéhou a déclaré ses intentions de briguer la magistrature suprême pour mettre fin à la corruption qui, pendant cinq ans d’une gouvernance caractérisée par la navigation à vue, le népotisme et la précipitation, a désespéré plus d’un.

Connu il y a quelques mois pour son engagement aux côtés du Dr Boni Yayi, le député Janvier Yahouédéhou, contrairement aux thuriféraires du pouvoir, a refusé non seulement de se compromettre mais surtout d’être complice des fossoyeurs de l’économie nationale. Cette attitude de défenseur de l’intérêt général, Janvier Yahouédéhou l’a démontré à maintes reprises au cours du quinquennat finissant de Boni Yayi. Convaincu de la culpabilité du gouvernement du changement, il n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger les différentes irrégularités qui ont caractérisé le projet de promotion de mécanisation de l’agriculture. Le coordonateur du dit projet, André Biaou Okounlola et le ministre Grégoire Akoffodji se souviendront pendant longtemps encore de la ténacité de ce ‘’mouvancier’’ qui a montré à loisirs le chemin qui mène à la bonne gouvernance.

En acceptant de se présenter à cette élection présidentielle, Janvier Yahouédéhou marque définitivement sa rupture d’avec un régime qu’il a participé à installer mais dont les pratiques lui sont devenues au fil du temps insoutenables. C’est aussi un signal fort qu’il lance au président sortant Boni Yayi qui doit d’ores et déjà se préparer à répondre des accusations de son ancien collaborateur.

Quelques soit l’issue du premier tour du scrutin, Boni Yayi sait d’office qu’il ne pourra plus compter avec un report de voix favorable de Janvier Yahouédéhou. Comme quoi, avec cet élu du peuple, il faut être blanc, ne pas traîner de casserole pour bénéficier de son appui.

Faustin B. ADJAGBA
L’ intégralité du discours rénovateur du candidat

Honorables députés à l’Assemblée nationale

Majestés et têtes couronnées

Distingués Dignitaires, Sages et notables

Militantes et militants,

Honorables invités,

Chers amis,

Chers frères et sœurs,

Je voudrais d’abord vous dire du fond du cœur merci d’avoir répondu aussi massivement au géant meeting organisé par la coalition « ESPOIR DU PEUPLE » en alliance avec le parti « REVEIL PATRIOTIQUE » et « MSP ».

Un merci particulier à tous ceux qui de près ou de loin me soutiennent.

Chères Sœurs béninoises,

Chers Frères béninois,

Le moment est enfin venu, pour que je vous parle

J’ai entendu vos différents appels, vos différentes sollicitations depuis plusieurs mois et aujourd’hui je me dois de vous répondre.

Mais avant, je voudrais vous prier de faire une minute de silence à la mémoire de tous ceux qui ont perdu leur vie du fait de la mauvaise gouvernance sous toutes ses formes, et surtout de l’affaire ICC Services.

Quel chemin avons-nous parcouru depuis notre dernière démarche d’apporter notre contribution au plus haut niveau de l’appareil d’Etat à la résolution des problèmes de notre pays ?

Qu’il vous souvienne, que je vous avais dit et fort heureusement démontré par mes écrits, mes actes, et mes prises de position politiques diverses, que la corruption sous toutes ses formes reste le principal fléau de la gouvernance de notre pays.

En 2005, Il a été établi que notre pays perdait environ 30% de ses revenus à travers les mailles de la corruption ; C’était avant 2006. Aujourd’hui et depuis 2006, C’est la descente aux enfers. J’ai personnellement dépouillé les dossiers des différents chantiers liés aux investissements publics. Chers amis, depuis 2006, l’expression « Appel d’Offre » a disparu du jargon de l’administration. Ce qui devrait être une exception est devenu la règle. Presque 100% des marchés publics sont passés de gré à gré. Les quelques « appels d’offres lancés » sont ensuite déclarés infructueux pour aboutir encore à des « gré à gré ». Conséquence, les scandales perlés qu’ont suivi avec désarroi et émotion les béninois. Aujourd’hui donc, de 30% environ en 2005, le taux est estimé à environ 53 % ! 53% C’est un chiffre très alarmant, mais c’est un chiffre réel. Il est d’autant plus réel que personne n’ignore, les affaires CEN-SAD, machines agricoles, Vol de l’OCBN, le bitumage de la plupart des voies par la seule et même entreprise etc.

Exemples :

Dans l’Affaire CEN-SAD par exemple :

– Le parking gros porteur réalisé à l’aéroport de Cotonou dont le coût réel est de 8 milliards a été déclaré à 15 milliards. Moins d’un an après sa réception, ce parking était devenu presque inexploitable.
– La réfection du Palais des Congrès et du Centre de Conférence de Cotonou qui valait à peine 2 milliards a été déclarée à 7 milliards

– L’accueil et la réception des chefs d’Etat ont couté plus de 2 milliards
– Vous avez appris à travers les dénonciations des centrales syndicales des finances que des gants ont été acheté à 90.000 F et des imperméables à 400.000 F

– La construction de 7 villas ont coûté 14 milliards de francs CFA aux contribuables
– Les exonérations fantaisistes accordées aux copains qu’on peut qualifier de détournement sont évaluées à 10 milliards

Au total, le sommet de la CEN SAD a couté au trésor public près de 70 milliards, alors qu’en réalité il ne dépasse pas 38 milliards.

Dans l’affaire des matériels agricoles, la valeur réelle des matériels achetés est de 2 milliards et 800 millions, mais le gouvernement a déclaré près de 8 milliards. Ce qui représente un détournement de près de 6 milliards.

De 2006 à 2011, il a été dilapidé dans notre pays plus d’argent du contribuable qu’il ne l’a été de 1960 à 2006. Certains scandales n’ont pas encore éclatés. Je vous en parlerai plus tard. Mais en attendant, je peux vous annoncer le prochain que je mettrai sur la place publique. C’est celui lié aux voyages du chef de l’Etat. Entre 2006 et 2010, ces voyages ont coûté au peuple béninois des milliards. Et tenez-vous bien ! Les avions ont été en réalité affrétés auprès du même réseau qui se cache sous différents noms de sociétés.

Chers amis, Tous ces scandales qui ont affecté le développement de notre pays sont évalués à des centaines de milliards.

Imaginons toutes les réalisations qui auraient pu être faites.

Imaginez combien d’écoles auraient pu être construites.

Imaginez combien de centre de santé auraient pu être construits

Imaginez combien de routes et de pistes rurales auraient pu être bitumées

Imaginez combien de localités auraient pu être électrifiées

Imaginez combien de marchés qui auraient pu être construits

Il reste encore beaucoup de choses à citer dont la seule évocation monte la colère des béninoises et béninois.

J’enrage moi-même, de ce qu’on a fait de notre pays, j’enrage de l’avenir qu’on réserve à notre jeunesse, j’enrage et vous le savez tous, je l’ai manifesté dans mes écrits ‘’les vrais couleurs du caméléon’’ ; ‘’Crépuscule d’un dictateur’’, ‘’Etat d’urgence’’. J’ai crié mon désespoir, j’ai donné l’alerte, mais que puis je si vous ne portez pas ma voix ; que puis je si vous n’accompagnez pas le mouvement contre la corruption, ce combat que je mène quotidiennement et que je vous jure de continuer jusqu’à mon tout dernier souffle.

Votre combat quotidien contre la pauvreté est le mien, mon combat contre la corruption est le votre, c’est pourquoi face à vos sollicitations diverses je réponds OUI, je suis candidat aux élections présidentielles de février 2011. OUI Je vais diriger le Bénin en toute dignité à partir du 6 avril 2011.

Je dis Oui, et je vous invite frères et sœurs à retenir et ne jamais oublier ceci, aujourd’hui, demain et face à l’urne le 27 février 2011:

Mon projet de société est déjà prêt. Il sera mis à la disposition du peuple béninois dans les prochains jours. Aujourd’hui, je ne vous dresserai pas une liste de projets que dès demain les pilleurs de la République déclareront comme des idées démagogiques. Chers amis, Si nous pouvons réduire la corruption, en vérité, en vérité je vous le dis,

Rien qu’avec les centaines de milliards détournés par an,

Assurer la réalisation effective de l’autoroute reliant Cotonou à Bohicon ;

Nous trouverons les ressources pour réfectionner moderniser et étendre les Chemins de fer de Cotonou jusqu’au Niger, en passant par le Zou bien sûr ! avec des locomotives modernes et neuves !

Nous trouverons les ressources pour la réalisation d’un grand marché de type international à Bohicon qui est un grand carrefour !

Nous trouverons les ressources pour former nos étudiants dans de meilleures conditions
nous trouverons les ressources pour libérer les énergies de la jeunesse et créer des emplois
nous trouverons les ressources pour assurer un dialogue social agissant avec les travailleurs
nous trouverons les ressources pour libérer les élans aux initiatives privées
nous trouverons les ressources pour promouvoir les hommes d’affaires et créateurs d’emplois
nous trouverons les ressources pour construire des écoles et accompagner l’enseignement comme un droit de tous les citoyens quelque soit leur condition sociale
nous trouverons les ressources pour construire des centres de santé et accompagner les soins de santé comme un droit de tous les citoyens quelque soit leur condition sociale
nous trouverons les ressources pour bitumer les principales voies, routes et pistes afin de faciliter le commerce à travers l’écoulement des productions locales
nous trouverons les ressources pour électrifier les principales localités
nous trouverons les ressources pour accompagner le développement de l’agriculture, et de la petite entreprise.

Nous trouverons les ressources pour accompagner nos artistes et promouvoir nos cultures endogènes
Nous trouverons les ressources pour libérer et protéger la parole
Etc.

Chers frères et sœurs, J’y crois et j’y travaillerai.

La liste n’est pas exhaustive, mais un domaine important de notre économie me préoccupe. Il s’agit du secteur informel. Je pense à nos braves femmes, nos braves artisans, menuisiers, peintres, maçons, jardiniers, mécaniciens, chauffeurs, zémidjans etc. Je tiens ici, à leur dire toute ma compassion pour la plus grande escroquerie dont ils ont été victimes. Les pauvres, c’est eux qui s’échinent tous les jours pour des miettes et au lieu qu’on leur apporte une contribution afin de les soulager, les organiser, les accompagner pour bâtir une économie forte et prospère, le gouvernement dit du changement et son chef ont choisi avec leurs complices de la pègre internationale de les déposséder et de les ruiner à jamais. Au total, selon les chiffres annoncés par le gouvernement, plus de 156 milliards ont été détournés par ICC-Services et consorts. Mais la réalité est encore plus triste. Elle est très loin des 156 milliards des pauvres béninois dépouillés jusqu’aux os. L’économie béninoise qui est à plus de 60% informelle est par terre et le pays avec. Quelle tristesse ! Ils ont besoin, tous ceux là qui ont aidé, encouragé et protéger les voleurs d’une correction parfaite à travers les urnes le 27 février 2011 afin que le Bénin et tous ses fils debouts, puissent chanter en cœur tous ensemble l’Aube nouvelle.
En 2006, nous avons commis une erreur grave en choisissant Yayi Boni. Aujourd’hui plus d’aventure. Nous n’avons plus le droit de nous tromper. Vous me connaissez. Je vous connais. Vous pouvez me faire confiance.

Vive le nouveau départ,

Vive la démocratie,

Vive le Bénin

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :