Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Journalières: février 7, 2011

BENIN : Ils veulent gagner sans leurs victimes…

Les contours de l’Etat-Fcbe se précisent de plus en plus au fur et à mesure que s’approche le scrutin de février 2011. Il s’agit de ce Bénin réduit à un corps électoral considérablement expurgé du maximum de damnés du Changement, dépourvus de tout, et tentés de prendre une revanche sur docteur-président. Dessein en passe d’accomplissement, grâce à l’attelage Cour constitutionnelle-Bako-Yayi, ils seront des milliers voire des millions à manquer à l’appel des urnes, le 27 février 2011. La manœuvre a déjà réussi à pousser dans les oubliettes un nombre incalculable d’omis surtout dans les zones où le ressentiment envers les émergents et leurs amis faux placeurs sont les plus tenaces. Les réclames se limitent exclusivement aux enrôlés des différentes étapes, laissés en rade à une étape de la procédure. Plus personne ne parle des autres milliers qui n’ont jamais vu un cartographe, un recenseur porte-à-porte ou des appareils d’enregistrement biométrique dans leur vie. Combien sont-ils ? 1.000 ? 2.000 ? Un million ? Il s’agit de ces anonymes incapables de revendiquer leur droit de se faire enrôler comme le feraient le maire de Porto-Novo Océni Moukaram, le porte-parole du Fonac, Jean-Baptiste Elias ou mes célébrissimes confrères Charbel Ayiou et Médéric François Gohoungo.

C’est connu que le processus a démarré dans un indescriptible méli mélo, par la cartographie censitaire. Le casting des agents cartographes s’est opéré selon les propres lorgnons des tous puissants maitres de la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). C’est ainsi que des vendeurs d’essence, des menuisiers, des tontiniers, des coiffeuses se sont retrouvés avec des instruments Gps sans savoir comment s’en servir. Pendant que les quelques géographes normalement compétents s’ennuyaient ferme. Le tout dans une inorganisation érigée en tic congénital de l’ère du Changement. Les recenseurs porte-à-porte ont été lancés à leur tour dans la mêlée sans contrat, sans équipement en pleine période de pluie comme en échos aux grognes bruyantes de leurs prédécesseurs cartographes. Des grèves de recensement qui ont considérablement agité le processus. Mais au pays du berceau de la démocratie en Afrique, les auteurs de l’asservissement inhumain des agents recenseurs, cartographes et autres opérateurs de kit ne risquent rien. Au contraire, à eux, les mirobolantes primes, les véhicules de fonction, les frais de mission et surtout le privilège exclusif d’avoir l’oreille des sages de la cour.

Aux victimes de toute cette pagaille « constitutionnalisée » de subir ensuite la double peine, celle de s’être donné beaucoup de peine à apprêter leurs pièces d’état-civil sans se faire enrôler, et ensuite se faire priver de leur droit de vote. Par qui ? Par les mêmes auteurs des ratés mentionnés plus haut. Le régime n’est d’ailleurs pas à un cynisme près. Les femmes de Dantokpa en savent quelque chose, elles à qui la Marina a offert des prêts après avoir augmenté les prix du gaz domestique, de l’eau, de l’électricité, des hydrocarbures. Mais revenons aux exclus du processus électoral dont les émergents espèrent augmenter le nombre à chaque étape du processus. Il en est ainsi de tous ces autres anonymes ayant franchi les 3 premières étapes de la Lépi et qui se croyaient au bout de leur calvaire lorsqu’ils constatent que leurs noms ne figurent pas dans les listes dites provisoires affichées. Il est presque sûr que la purge va se poursuivre jusqu’au jour du vote avec les milliers appelés à subir la disparition de leurs noms dans les affichages au bureau de vote, le jour du scrutin. Les émergents si prompts à procéder à l’exclusion massive de certains citoyens ne rechignent pourtant pas à les gouverner, au besoin, sur deux mandats consécutifs. Ces citoyens dont les épargnes ont pourtant servi à assurer en grande partie la propagande au régime par la ruse des faux placeurs.

La peur d’un vote sanction massif, surtout en zone Icc…

arimi choubadé http://arimi.freehostia.com

« Le remboursement des spoliés de ICC Service doit commencer aujourd’hui et non après les élections », dixit Abdoulaye Bio Tchane

Le président Abdoulaye Bio Tchané a déposé son dossier de candidature à la Commission nationale électorale vendredi dernier. Occasion pour lui de répondre à quelques questions des hommes de médias.

Monsieur le président, pouvez-vous nous dire un peu plus sur l’acte que vous venez de poser ?

Je tenais vraiment à être candidat. Le 04 janvier passé, j’ai fait une déclaration solennelle. J’ai essayé d’expliquer à travers tout le pays, le sens de ma démarche au-delà de ce que j’ai fait le 04 janvier. Et là, je crois que l’acte est également fondateur de mon ambition qui s’affiche à travers le dépôt ma candidature. Je tenais à le faire moi-même pour montrer que l’acte est solennel, volontaire et délibéré. Il n’y avait pas lieu de le laisser faire par quelqu’un d’autre. J’ai des amis qui sont très compétents et qui m’ont aidé à rassembler mes pièces. Je viens du terrain, du Bénin profond. J’ai vu et entendu des choses qui me donnent beaucoup d’espoir. Les jeunes et les femmes ont parlé et j’ai compris que mes concitoyens ont des attentes et elles sont nombreuses.

Quelles sont vos appréhensions par rapport au processus électoral et la LEPI ?

Ecoutez ! Moi je m’en tiens à ce qui a été retenu officiellement. La Cena nous dit que la date est maintenue tandis que le gouvernement dit quant à lui que la date est réaliste. Je prends acte et en attendant, j’accomplis les formalités conformément à cette date. Il faut que chacun joue sa partition. La mienne est de déposer mon dossier et ce, conformément à la loi et aux propositions des institutions qui ont la responsabilité des élections. C’est ce que j’ai fait. Pour le reste, nous aviserons, vous et moi le moment venu.

Abdoulaye Bio Tchané, dites nous quand vous serez élu le 06 avril prochain, que pensez-vous faire à l’endroit de ces nombreux concitoyens qui ont été grugés par les promoteurs de structures illégales de placement d’argent ?

Bien ! Je pense qu’il faut poser la question au gouvernement actuel qui a eu beaucoup de responsabilités dans la gestion de ce dossier. D’abord dans la gestion avant crise, pendant et l’après crise. Le régime actuel dispose suffisamment de temps pour rembourser les pauvres populations qui ont été victimes de cette arnaque. Et je crois qu’il doit le faire. Car mon intime conviction est que le gouvernement doit rassurer les nombreux épargnants spoliés. Ils sont plus de 300.000 pour un montant qui dépasse 300 milliards de francs. Ce remboursement doit commencer aujourd’hui et non après les élections.

Réalisation Cellule de communication ABT

Dossiers de candidature à la Présidentielle de 2011 – 23 candidats dont 6 dossiers incomplets enregistrés par la CENA

La Commission électorale nationale autonome (Céna 2011) a définitivement bouclé dans la nuit du samedi 5 février 2011 dernière, le dépôt des candidatures des prétendants à la Marina. Au total, 23 candidatures ont été enregistrées.

Il s’agit, selon l’ordre d’arrivée, des sieurs Adjovi Thierry Didier, Lary-Egoundoukpè Olivier Agossou, Badarou Yacouba Olaniyi, Gbèdo Akuavi Marie Elise Gbèdo Christiana, Houngbédji Adrien, Noudjènoumè Phillipe Toyo, Dahissiho Joachim, Yayi Boni, Tchala Saré Késilé, Yahouédéou François Janvier, Médrid Henri, Kouagou M’po Cyr, Capo-Chichi Ganséli Hermine, Ago Simènou Patrice, Bio Tchané Abdoulaye, Tobossou Louis, Topanou Prudent Victor, Issa Salifou, Biokou Salomon Joseph Ahissou, François Xavier-Loko, Antoine Dayori, Sinzogan Jean Yves et enfin Lagnidé Enock-Christian qui a bouclé la boucle au dernier jour à 23 Heures 30 minutes.

Les 6 candidatures qui seront probablement invalidées par la Cour Constitutionnelle.

Sur les 23 candidats ayant pu se faire enregistrer à la Commission électorale nationale autonome (Céna), 6 ont leurs dossiers incomplets et pourront probablement être recalés par la Cour Constitutionnelle. Il s’agit des sieurs Adjovi Thierry Didier, Lary-Egoundoukpè Olivier Agossou, Badarou Yacouba Olaniyi, Capo-Chichi Ganséli Hermine, Ago Simènou Patrice et Tobossou Louis.

 Au décompte final, si la Cour Constitutionnelle en arrive à invalider les dossiers de ceux-ci, les prochaines consultations électorales présidentielles enregistreront 17 candidats qui vont s’affronter.

Les grands absents de la liste

A grand renfort médiatique ou tambour battant, bien de personnalités politiques ont réussi à attirer l’attention de l’opinion sur eux comme de potentiels candidats à la présidentielle du 27 février prochain. Au nombre de celles-ci, on peut citer la Présidente de la Dynamique du Changement, Célestine Zanou qui s’était déjà essayée à la chose une fois en 2006.

Il y a également l’ancien ministre d’Etat, Pierre Osho qui a parcouru le territoire national en expliquant aux populations, qu’il avait bien des prétentions de briguer la Magistrature Suprême. On croyait également voir dans la course, le Président du Mouvement « Le Nationaliste », Iréné Agossa qui avait même déjà déclaré sa candidature.

Dans le lot, on peut citer également Zul Kifl Salami qui n’a pourtant pas manqué d’étaler ses intentions présidentielles à chacune de ses sorties. Mais curieusement, tous ces potentiels au fauteuil présidentiel ont brillé par leur absence sur la liste de la Commission électorale nationale autonome (Céna). Au nombre des 23 candidats donc, les pressentis à la course à la Marina précédemment cités ont tout simplement renoncé à leur ambition. Reste désormais à savoir pour qui ils rouleront le 27 février prochain.

Les candidats subissent la visite médicale ce matin

Les 23 candidats enregistrés au niveau de la Commission électorale nationale autonome subissent ce matin, une phase déterminante de leur candidature à la présidentielle du 27 février prochain. Il s’agit donc de la visite médicale exigée d’eux par les dispositions de la loi fondamentale.

D’ores et déjà, la Cour Constitutionnelle a pris les mesures nécessaires qu’il faut afin qu’ils subissent cette rigueur de la loi qui sera très déterminante dans la décision de validation ou d’invalidation de leurs candidatures par la Cour. Selon le communiqué de la Cour, tous les candidats devront se présenter au siège de l’institution ce matin à jeun pour se faire examiner par le collège de trois médecins retenus pour opérer la visite médicale.

Donatien GBAGUIDI, L’évenement précis

Le Gabonais André Mba OBAME contre-exemple de l’Ivoirien Alassane OUATTARA ?

La situation que connaît le Gabon inspire forcément des comparaisons avec celle que vit la Côte d’Ivoire. Dans l’un comme dans l’autre pays, il y a querelle de légalité, de légitimité, au plus haut niveau de l’Etat. En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara  revendique un score de plus de  54 % à la présidentielle au détriment de Laurent Gbagbo : c’est sur la base de la proclamation provisoire des résultats (illégale dans la forme comme dans le fond) par le  président de la CENI  à l’Hôtel du Golfe. Au Gabon, André Mba Obame réclame la victoire contre Ali Bongo, estimant avoir gagné avec 52 % de voix.  C’est ce qu’a confirmé un film documentaire qui a estimé que les chiffres avaient été inversés en faveur du fils de feu Omar Bongo, avec la complicité des services secrets français. Dans un pays comme dans l’autre, on assiste à une duplication d’organes gouvernementaux avec en toile de fond, l’imputation de la France dans toute cette panade.


André Mba Obame

Manifestations à Libréville

Mais comment réagit cette dernière par rapport à ces deux pays ?  De façon totalement opposée, il faut le dire.

Pour le Gabon, on retiendra que la France, patrie des droits de l’homme, respectueuse des principes universels qui fondent la démocratie, ne saurait substituer sa propre volonté à celle d’un peuple pour lui imposer un président. Le pays de Sieyès, de Lamartine, de Victor Hugo, respecte les institutions, les lois, les constitutions des autres pays comme elle respecte les siennes. Et évidemment, comme il s’agit d’un pays d’expression française, les  Etats-Unis comme la Chine et les USA ont embrayé sur le même registre : le seul président est Ali Bongo. Et les zones d’influence sont ainsi respectées. Les USA ont beau jeu de demander «le respect de la loi gabonaise et de la Constitution».

Cette position partagée est ainsi relevée par le journal « La Voix du Peuple Gabonais » du 03 février 2011, en ces termes : « Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valéro, a invité le 2 février les acteurs politiques gabonais au respect de la Constitution. Pour son pays, la victoire d’Ali Bongo au scrutin du 30 août 2009 ne souffre d’aucune contestation. A la faveur d’une conférence de presse tenue le 2 février à Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valéro, s’est exprimé sur la situation politique actuelle du Gabon, consécutive à la prestation de serment d’André Mba Obame, secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition), le 25 janvier à Libreville. ‘Les résultats du scrutin présidentiel qui s’est tenu le 30 août 2009 ont été validés par la Cour constitutionnelle du Gabon’ ». Voilà qui est bien dit, qui du reste est tout à fait dans le ton de ce qui se dit en ce moment par rapport à la Tunisie et l’Egypte. Là-bas aussi, la France ne saurait commettre la grave faute de soutenir qu’un président doit quitter le pouvoir, d’en appeler à un autre pour assumer les charges présidentielles ou de s’immiscer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures de ces pays.

La belle affaire ! Si tel était le cas, pourquoi avoir adopté une attitude tout à fait opposée par rapport à la Côte d’Ivoire ?

A ce qu’on sache, là-bas aussi, il y a une loi fondamentale, des organes mis en place en fonction de cette constitution, des institutions fonctionnant dans le respect de la hiérarchie des normes juridiques. Qu’est-ce qui explique alors que les dirigeants français, s’agissant de ce pays, se permettent de harceler des présidents d’institutions par des coups de téléphone, des notes, pour leur donner des instructions contraires à celles de leurs dirigeants ? D’où vient qu’à partir de capitales étrangères, le président français puisse, sur un ton autoritaire, définitif, ordonner au président Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir dans les 48 heures sous peine de sanctions ? Surtout, qu’est-ce qui justifie que les dirigeants français, américains…dans la négation des institutions ivoiriennes, de la constitution de Côte d’Ivoire, puissent reconnaître sur la base d’une fausse proclamation provisoire des résultats, l’élection d’un président en lieu et place de celui issu d’une proclamation du Conseil constitutionnel, seul organe habilité en la matière ? A la vérité, tout cela n’est que roueries, mépris et politique à deux vitesses, qui témoignent de la pérennité de l’esprit de Berlin !

En définitive, les jurements de non immixtion convainquent ni dans le cas des pays arabes en révolution ni dans celui du Gabon et a fortiori celui de la Côte d’Ivoire. Ce qui est constant, c’est la permanence du diktat des grandes puissances.

Le seul point de différence à souligner ici entre les deux pays francophones de référence, c’est qu’au Gabon, André Mba Obame, qui a formé son gouvernement et qui n’a pas l’appui de la France, est le président effectivement élu par le peuple gabonais. Il s’y bat tout seul, sans le soutien des médias de France et de Navarre, sans ceux de la communauté internationale car le mot d’ordre, en ce qui le concerne, c’est « Circulez, y a rien à voir ! ». Ban Ki Moon, peu diplomate, a même demandé au représentant du PNUD où Mba Obame et ses ministres sont retranchés, de les faire virer manu militari ! Ce n’est pas qu’au Gabon, il n’y ait pas de protestations, de marches suivies de répressions par le gouvernement mais on ne veut pas permettre que la relation en soit faite pour créer un « buzz » autour de l’homme qu’on a électoralement éliminé. Par contre, Alassane Ouattara, non élu sinon par la communauté internationale, qui se trouve à l’Hôtel du Golfe de son plein gré, est l’objet de toutes les attentions : les médias sont à ses ordres et Ban Ki-moon n’a de cesse d’exiger qu’il soit mis fin au blocus contre l’Hôtel du Golfe où il est retranché.

Ah philosophie de la misère, misère de la philosophie ! Quand donc en finira-t-on avec cette gouvernance dictatoriale, hypocrite, pratiquée à la tête des Nations Unies par cinq Permanents qui s’y sont impatronisés ?

La Rédaction

San Finna N°602 du 07 au 13 Février 2011

Crise ivoirienne : Chronique des crimes de la France néocolonialiste en Côte d’Ivoire

La France n’a jamais été neutre dans la guerre ivoirienne partie de la tentative de coup d’Etat du 19 septembre 2002 qui s’est muée en rébellion contre Laurent Gbagbo, président démocratiquement élu depuis octobre 2000. De Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy, le projet de ce pays, qui se targue pourtant d’être l’avocat des Droits de l’Homme, est passé de l’ombre à la lumière.

Des faits du néocolonialisme français en parlent.

Un panel de 5 chefs d’Etat africains a été constitué, la semaine dernière, suite au 16ème Sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba (Ethiopie) pour la résolution de la crise ivoirienne post présidentielle. Ce groupe comprend la Mauritanie, l’Afrique du Sud, le Burkina Faso, la Tanzanie et le Tchad.

Mais, déjà, que de sons discordants qui laissent supposer que la France de Sarkozy, l’ONU de Ban Ki-moon et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à la sauce sénégalaise d’Abdoulaye Wade, assaisonnée d’épices nigérians de Jonathan Goodluck et du Burkinabé Blaise Compaoré, sont déterminés à empêcher l’éclatement de la vérité en Côte d’Ivoire.

Eux reconnus comme des ennemis notables du poumon de l’Afrique de l’ouest qui manœuvrent, depuis la mise en place du panel conforme aux désirs des présidents de l’Afrique digne, pour imposer Alassane Dramane Ouattara comme président de la République aux Ivoiriens. Parce que Sarkozy le veut ainsi.

Un projet que les dignes filles et fils de la Côte d’Ivoire s’attellent à rejeter, même au prix de leur sang, en s’opposant au rêve fou et démoniaque de la France néocolonialiste et de son candidat perdant qui vit désormais reclus avec des centaines de ses rebelles, depuis la mi-décembre 2010, au Golf Hôtel d’Abidjan.

Lieu d’où il appelle comme un sourd, des forces étrangères à bombarder la Côte d’Ivoire qu’il prétend aimer afin que les mafieux de la planète lui permettent de s’installer par la force dans le fauteuil présidentiel qui lui a déjà échappé par les urnes depuis le 28 novembre 2010.

Du jamais vu, serait-on tenté de crier si la France, depuis 2002, n’avait pas habitué les Ivoiriens à une interminable série de crimes perpétrés sur leur propre sol ! Le scandale du 21ème siècle En effet, le 13 décembre 2010, dans un entretien exclusif accordé à la radio française Kernews 91.5 Fm, Alcide Djédjé, ministre des Affaires étrangères ivoirien, dénonce l’ingérence des Nations unies, manipulées par la France et les Etats-Unis, dans la gestion de la crise post présidentielle en Côte d’Ivoire qui a vu la victoire du candidat de LMP, Laurent Gbagbo, avec 51, 45 % des suffrages exprimés. Cela, au détriment de son rival du RHDP, Alassane Ouattara, crédité de 48, 55 %.

«Cette ingérence s’est faite d’abord au Conseil de sécurité, à New York, puisque le représentant des services extérieurs des Nations unies a reçu de fortes pressions pour que le président de la Commission électorale indépendante (CEI) qui, normalement siège de façon collégiale et par consensus, soit amené dans les locaux de l’ONUCI à Abidjan pour proclamer les résultats. Monsieur Choi a refusé et il m’a appelé à cet effet. C’est ainsi que ce président de la CEI, Monsieur Youssouf Bakayoko, a été amené à l’Hôtel du Golf, le QG de campagne de Monsieur Ouattara pour proclamer de faux résultats devant la presse étrangère dont France 24», révèle le diplomate ivoirien.

De vrais faux résultats qui seront dans la précipitation reconnues par Choï et consorts. «A l’analyse de ces résultats, le taux de participation passe de 70% à 81%. Nous avons donc constaté que plus de 630 000 voix ont été ajouté au bénéfice du candidat Ouattara après la fermeture des bureaux de vote. Voilà ce qui se passe et cela a été fait par la France et les États-Unis dont les ambassadeurs sont très actifs en Côte d’Ivoire».

Selon Alcide Djédjé, la veille, le président Sarkozy a envoyé un courrier au président de la Commission électorale indépendante pour lui demander de proclamer les résultats sur-le-champ. «J’étais moi-même en face de militaires français qui, à 22 h 40, tentaient de remettre ce courrier au président de la Commission électorale indépendante. Cela nous a été signalé par les militaires ivoiriens. Je me suis rendu sur les lieux moi-même et j’ai appelé l’ambassadeur de France qui a demandé aux militaires de retourner au camp Licorne, ils semblaient très embarrassés. Ce sont ces instructions du président Sarkozy qui ont été exécutées le lendemain. Ensuite, le président Sarkozy, et aujourd’hui le président Wade, ont appelé le président Jonathan Goodluck pour orienter la décision de la CEDEAO.

Plus grave encore, l’ambassadeur américain à Abidjan que j’ai reçu dans mon bureau, savait la veille la position que l’Union africaine allait prendre», insiste le ministre des Affaires étrangères ivoirien avant de conclure : «Il s’agit non seulement d’une ingérence dans les affaires intérieures mais aussi d’une manipulation des institutions telles que la CEDEAO et l’Union Africaine pour que Alassane Ouattara soit déclaré président. Malheureusement pour eux, il n’a aucune prise sur la réalité du terrain ici en Côte d’Ivoire. Donc, nous avons formé notre gouvernement parce que le président Gbagbo a été élu président de la République, suite à ses réclamations et aux décisions du Conseil constitutionnel qui l’a proclamé vainqueur».

Et Sarkozy perd la tête Deux semaines après ce hold-up électoral manqué, le 17 décembre 2010, Nicolas Sarkozy déclare que Laurent Gbagbo doit quitter le poste qu’il occupe « en violation de la volonté du peuple ivoirien ». C’était lors d’une conférence de presse, à l’issue du Conseil européen. Pour le président français, son homologue ivoirien doit lui obéir « avant la fin de la semaine » sous peine d’encourir des sanctions européennes et d’avoir affaire au tribunal pénal international. « Est-ce qu’il veut laisser l’image d’un homme de paix ? Il est encore temps, mais le temps presse et il doit partir. Ou est-ce qu’il veut laisser l’image de quelqu’un qui a fait tirer sur des civils parfaitement innocents?

Et, dans ce cas-là, il y a des juridictions internationales comme la Cour pénale», persiste Nicolas Sarkozy. Aussitôt, ses menaces sont relayées par l’Union européenne à travers son Conseil et par Washington qui signifie à Laurent Gbagbo qu’il dispose d’un « temps limité » pour quitter le pouvoir et que son épouse et lui ont désormais «leur destin entre leurs mains ».

A l’instigation de Nicolas Sarkozy, Laurent Gbagbo et son épouse, Simone Gbagbo, la « dame de fer » du régime, sont « nommément inscrits sur la liste des sanctions » européennes, tout comme des personnalités du pays jugées proches du couple présidentiel et «qui refusent de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle du 28 novembre».

Les visas vers l’Union européenne de ces personnes sont interdits et leurs avoirs gelés, pour ceux qui en ont. L’appel de Laurent Gbagbo à la constitution d’un Comité d’évaluation pour enquêter sur la réalité de l’élection présidentielle ivoirienne est difficilement perçu hors du pays, dans un premier temps.

Mais dans un second temps, sur le continent noir, les agitations schizophréniques et les injonctions néo-colonialistes de Sarkozy au président ivoirien finissent par réveiller bien des soupçons. Des voix s’élèvent pour réclamer que l’on cherche à voir plus clair dans le dossier ivoirien. Et que cela doit se faire malgré l’opposition des loups habitués aux manœuvres obscures sur le continent noir au risque d’être effrayés par l’éclat de la lumière de la souveraineté qui pointe à l’horizon.

Neuf années de tentative de recolonisation ! Pour tout comprendre, il faut remonter le temps. En effet, l’horreur tombe sur le peuple ivoirien dès l’aube de la nuit du jeudi 19 septembre 2002 où tout bascule. Dans la Côte d’Ivoire naguère havre de paix, l’insoutenable se déclenche. Des tirs de canon et d’armes lourdes réveillent brusquement le pays du cacao, dès 3 h du matin. Le président de la République, Laurent Gbagbo, se trouve en visite de travail en Italie.

Les principales villes du pays telles qu’Abidjan, Bouaké et Korhogo sont simultanément attaquées par une horde de rebelles sans foi ni loi. Ils sont recrutés au Burkina Faso, au Libéria, au Mali et dans le nord de la Côte d’Ivoire. Des centaines de civils et de militaires issus des rangs des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) sont froidement massacrés, en particulier des gendarmes égorgés avec leur famille. Parmi les illustres victimes, figurent Emile Boga Doudou, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur ; le général Robert Guéi, ancien chef d’Etat putschiste (1999-2000) ; les colonels Dagrou Loula, Dali Oblé et Yodé, ainsi que le célèbre musicien-arrangeur Marcellin Yacé. Jusqu’à 13 h, les combats pour la prise d’Abidjan, siège du pouvoir politique, sont d’une rare violence. Surtout devant la gendarmerie d’Agban considérée comme la poudrière à prendre aux gendarmes loyalistes. On attribue ces attaques meurtrières des assaillants à un certain nord ivoirien qui ne supporterait plus d’être victime d’exclusion et de xénophobie de la part du reste du pays. Mais on saura très vite que, derrière cette opération barbare, se cache une tentative de coup d’Etat planifiée par la France de Jacques Chirac.

Le putsch est destiné à renverser – mort ou vivant et ce, dans un délai de deux jours – le président Laurent Gbagbo, pourtant démocratiquement élu en octobre 2000, sur un programme de gouvernement et un projet de société résolument révolutionnaire qui repose sur l’Assurance-maladie universelle, la Décentralisation et l’Ecole gratuite.

Bien qu’ayant lamentablement échoué grâce à la bravoure des Forces de défense et de sécurité ivoiriennes, mal équipées à cette période, mais aussi avec la résistance de l’ensemble des patriotes ivoiriens, les rebelles continuent à occuper la partie nord de la Côte d’Ivoire.

Ils refusent même de déposer les armes malgré les appels pressants de nombreuses sociétés civiles nationales et des sommets sur cette crise sans précédent. Aux premières heures de la guerre, les rebelles sont mis en déroute par les FDS dans une offensive destinée à libérer Bouaké. Ce qui fait crier -trop tôt – victoire au ministre de la Défense de l’époque, Moïse Lida Kouassi. C’est donc ce moment que choisissent les troupes françaises du 43ème Bataillon d’infanterie de marine (BIMA) – des héritiers des troupes coloniales dans lesquelles ont servi de nombreux africains pendant les guerres – pour demander une trêve de deux jours aux belligérants.

Le temps d’évacuer, selon les soldats de Jacques Chirac, les ressortissants français, américains et des autres communautés internationales de la ville. Mais, au lieu de deux jours, ils traînent le pas deux semaines et font craindre, en toute logique, le pire aux Ivoiriens. En réalité, le prétexte est tout trouvé pour épauler les rebelles.

Une fois mis sur orbite, les ennemis de la Côte d’Ivoire cueillent à froid les FDS, tuant plusieurs d’entre elles, sans compter les prisonniers que ces rebelles détiennent. Ainsi ce qui passait pour être des rumeurs en période de guerre se révèlent juste : il est revenu de façon récurrente à la population ivoirienne que, pendant les hostilités, les attaques des bandes terroristes sont précédées de patrouilles de soldats ou de convois militaires français suspects.

Par la suite, quand l’Ouest montagneux est à son tour attaqué, des caisses d’armes sont saisies sur des rebelles en plein combat. Elles sont estampillées «Ambassade de France au Burkina Faso».

La connexion entre la France et le Burkina Faso, dans la guerre faite à la Côte d’Ivoire est établie. La France est pourvoyeuse d’armes, le Burkina sert de base-arrière des agresseurs de la Côte d’Ivoire. De plus en plus, la vérité se manifeste. Les soldats français, dans un coup de gueule qui tranche avec le sacré langage militaire, avouent un bon matin que les rebelles sont plus armés que les soldats ivoiriens. Ainsi pour prévenir, selon eux, une débâcle des FDS, un cessez-le-feu doit être signé entre les deux belligérants. Ce qui est effectif en septembre 2002.

Juste après, le président Laurent Gbagbo tend la main à la France qu’il croyait certainement de bonne foi : «Nous n’aurons la force tampon que d’ici une semaine. J’ai demandé à la France de jouer, pour le moment et ce, pendant une semaine, le rôle de force tampon pour permettre de surveiller la non-belligérance d’une part et d’autre part, de mettre en place l’administration dans les zones où elle a disparu, en entendant que la CEDEAO commence à les désarmer (les rebelles, ndlr)», annonce le président ivoirien, dans un discours à la nation, le 17 octobre 2002. En fait, la déclaration de Laurent Gbagbo fait suite à l’accord de Bouaké signé, quelques heures auparavant, avec la médiation du Groupe de contact de la CEDEAO.

Début de la partition du pays par Paris La France, qui n’attendait pas mieux, saisit la perche. Elle met en branle sa machine d’hypocrisie. Jaques Chirac prétend qu’il veut éviter «un Rwanda bis» sur le sol ivoirien. Dès lors, s’appuyant sur les accords de défense que la France colonialiste a signés avec la Côte d’Ivoire, le 24 avril 1961, soit quelques mois après l’indépendance du jeune Etat acquise le 7 août 1960, le ministère français de la Défense dépêche, sur le territoire ivoirien, de nombreuses unités. Les premières à y débarquer sont les légionnaires. Leur mission est de bloquer la progression des rebelles vers Yamoussoukro, la capitale politique du pays, et d’autres zones au-delà de ce qu’occupent déjà Guillaume Soro Kigbafori et ses rebelles de tueurs, de violeurs, de pilleurs et de buveurs de sang humain. Les soldats français devraient également porter assistance aux troupes ivoiriennes. Mais rien de suffisamment clair en réalité.

Sur le terrain, la France est convaincue de l’inefficacité des forces onusiennes déployées en Côte d’Ivoire depuis le 13 mai 2003 par la Résolution 1479 du Conseil de sécurité des Nations unies. A partir du 1er octobre 2002, Paris envoie alors une opération nommée Licorne en Côte d’Ivoire dont le général Emmanuel Beth est le premier commandant. Le choix de son QG est stratégique. C’est le 43ème BIMA, basé depuis l’époque de l’indépendance nationale dans la commune de Port-Bouët, près de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dans le cadre des accords de défense et de coopération entre les deux Etats.

Officiellement, Licorne se présente comme une force d’interposition. Officieusement, ce sont les soldats français qui vont penser tout à la place des rebelles. Sous les ordres du général Beth, ils aident à mettre à exécution le plan diabolique de déstabilisation de la Côte d’Ivoire et d’assassinat du président Laurent Gbagbo. Ce que le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly, appelle «la guerre économique de la France contre la Côte d’Ivoire» qu’il développera dans son ouvrage du même nom. Aujourd’hui, la force Licorne prétend qu’elle vient en appui à l’ONUCI dont elle servirait de force d’intervention rapide.

En vérité, les soldats français ont un statut ambigüe: ils sont sous mandat de l’ONU sans être aux ordres de l’ONU ; ils obéissent directement à l’Elysée ou au Quai d’Orsay. Des exemples sont légion.

L’Hôtel de la bêtise française L’an 2004 marque le paroxysme de la bêtise française de l’Opération Licorne en Côte d’Ivoire. Les 6, 7, 8 et 9 novembre de cette année, le pays retient son souffle. La France a pour la première fois ouvertement déclaré son parti-pris pour les rebelles. Les faits. Dès le 4 novembre, les FDS lancent l’Opération César. Son but est de débarrasser la Côte d’Ivoire de ses rebelles en vue de sa réunification. Au second jour de l’offensive, dans le quartier général des rebelles, à Bouaké, les troupes françaises estiment que les frappes aériennes ivoiriennes à l’aide de redoutables Mi 24 ont touché leur base, faisant, selon eux, 9 morts dans leurs rangs. Mais l’Etat français ne montrera jamais leur corps aux yeux du monde, ils ne seront jamais non plus autopsiés. Ce qu’Abidjan considère jusqu’à aujourd’hui comme un prétexte à la déclaration de guerre de Paris.

En effet, au deuxième jour de l’opération de l’armée ivoirienne, sur ordre du président français Jacques Chirac, à Yamoussoukro et à Abidjan, Licorne détruit – au sol – tout l’aéronef ivoirien. Le Grumman présidentiel de Laurent Gbagbo, ainsi que sa résidence officielle de Cocody sont également touchés. Dans le même temps, partout à Abidjan, une colonne de plus de 120 chars français se déploie dans les rues et tous les coins stratégiques de la mégapole. Ils sont appuyés par des tirs d’hélicoptères. Certains des chars, avec perfidie, font mouvement vers la résidence officielle du président Laurent Gbagbo, à Cocody. Sur leur chemin, des dizaines de milliers d’Ivoiriens se dressent à l’appel de Charles Blé Goudé, leader de l’Alliance de la Jeunesse patriotique de Côte d’Ivoire.

Les Français envahisseurs sont stoppés net dans leur élan. Ils se replient devant l’Hôtel Ivoire, à quelques centaines de mètres de la résidence présidentielle. Les jeunes patriotes ivoiriens les encerclent et leur demandent de s’en aller dare-dare. Désemparés face à la détermination farouche des résistants ivoiriens aux mains nues, les soldats de l’opération Licorne, dans laquelle on compte des snippers embusqués dans des chambres de l’Hôtel Ivoire, ouvrent le feu sur les pauvres manifestants.

Les mêmes scènes se produisent sur les deux ponts -Général de Gaulle et Félix Houphouët-Boigny-, à l’entrée de l’aéroport international FHB et dans l’ouest du pays où tout le peuple est également debout.

Le bilan de cette barbarie des soldats français fait officiellement 65 morts dont un gendarme froidement abattu, et le jeune Jean-Louis Coulibaly (25 ans) décapité par un char devant l’Hôtel Ivoire. On dénombre aussi plus de 2100 blessés. Pour la chaîne de télé française Canal+, qui a filmé ou eu droit à toute la scène de la boucherie, ce crime contre l’humanité mérite d’être immortalisé au plus haut degré autant pour son public que pour le reste du monde. La chaîne française lui consacre un documentaire qu’elle intitule «Côte d’Ivoire : quatre jours de feu». Les images des bombes larguées sur des manifestants aux mains nues recueillies auprès de caméras amateurs ivoiriennes ayant osé les captées font le tour du monde et provoquent partout une onde de choc. Tout comme la découverte d’un CD-Rom dans lequel figurent les profils de toutes les autorités ivoiriennes, suite à ces événements sanglants de novembre 2004.

Dans ce document abandonné par les snippers français dans leurs chambres de l’Hôtel Ivoire, on trouve également l’itinéraire du cortège du président Gbagbo à Abidjan et à Yamoussoukro, le nombre de véhicules qui l’escortent, le blindage de sa voiture et divers autres informations suspectes. Comme si la France de Chirac était devenue totalement folle, elle propose et fait signer, le 15 novembre 2004, par les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies, la résolution 1572 qui place immédiatement la Côte d’Ivoire sous le coup d’un embargo sur les armes ; lequel est toujours en cours.

Selon la France, la prise de cette résolution est liée à la fameuse opération contre leurs poulains. Mahé, «Secret défense» ? Plus révoltante est encore l’affaire Mahé qui continue de troubler le sommeil du général Henri Poncet, ex-commandant de la force Licorne en Côte d’Ivoire. Elle est révélée longtemps après le crime prémédité par 5 militaires, dont le général lui-même, le 13 mai 2005 sur l’axe Duékoué-Man, par un des tortionnaires de l’Ivoirien.

En effet, un jeune paysan de l’ouest montagneux nommé Firmin Mahé a eu le plus grand tort d’être un vaillant résistant. Il meurt, suite à des tortures perpétrées sur sa personne par des soldats de la Licorne détachés dans cette région, la plus endeuillée par la guerre ivoirienne. Après l’avoir blessé par balle, traqué dans sa fuite, capturé, puis ligoté, les militaires du pays des droits de l’homme – ironie du sort – l’étouffent mortellement dans un de leur blindé en lui enfonçant dans la gorge un sachet en plastique.

Contrairement à ce que les Français font croire, ce jeune paysan n’est pas un coupeur de route. Firmin Mahé est, en réalité, un résistant à la recolonisation de la Côte d’Ivoire qui se trouve être un des obstacles à la mise à exécution de leur plan funeste. L’affaire semble être classée «Secret défense». Même si la presse française rapportait (mars 2009) que le juge d’instruction du Tribunal aux armées de Paris (TAP), Florence Michon, a bouclé son enquête sur le meurtre de l’Ivoirien.

Dans la même région et la même année, Massé, un autre patriote ivoirien et correspondant du quotidien Le Courrier d’Abidjan, succombe au terrorisme d’Etat des Français. Trouvé gênant, il est pisté comme un gibier, puis abattu par la Licorne. Cette affaire, qui choque toutes les âmes sensibles, reste, elle aussi, sans suite.

De même qu’un enfant de 12 ans tué aux tirs de lance-pierre dans la région de Dimbokro, au centre de la Côte d’Ivoire. La BCEAO Et que dire encore des casses des agences de la BCEAO de Bouaké et de Man, respectivement en 2003 et en 2004. Tout simplement du gangstérisme caractérisé au cœur de l’armée française. A Bouaké, en effet, deux de ces soldats ont été pris avec des sacs d’argent. Dans un simulacre de procès en France, ils auraient été condamnés. A M’Bahiakro (aujourd’hui tombée aux mains des rebelles), dans le centre de la Côte d’Ivoire, les soldats français sont surpris, en 2003, par les éléments du sous-groupement aux ordres du lieutenant Zadi (aujourd’hui passé capitaine), avec une carte du pays.

Ils sont en train de prendre les mesures du pont, à l’entrée de la ville. A Abidjan, précisément à Angré, commune de Cocody, des biscuits avariés sont distribués par les soldats de l’opération Licorne à des écoliers d’un établissement scolaire, près du 22ème Arrondissement de police. Le scandale est révélé le 11 mars 2005 par le quotidien ivoirien Notre Voie et a pour conséquence colère et indignation chez les parents qui menacent de porter plainte. «Qu’ils partent chez eux, ces militaires français ! Nous sommes fatigués d’eux. Après avoir tué des jeunes ivoiriens, ils veulent maintenant empoisonner nos enfants. Comment peuvent-ils donner des aliments avariés à des enfants si fragiles ?». Tel est le cri de douleur et de révolte d’une dame de l’établissement. Mais tout cela reste lettres mortes.

Le témoignage suivant publié in Le courrier d’Abidjan est celui de Camara Kassoum, un Ivoirien qui était en service au 43ème BIMA, au moment de l’éclatement de la guerre en septembre 2002. Selon lui, pendant que la France réitère son refus d’appliquer les accords de défense sous le prétexte qu’il s’agit d’un conflit ivoiro-ivoirien, ses soldats mettent en place un système de deux réseaux de communication en vue d’espionner les FDS ivoiriennes, avec la complicité de certains éléments de l’armée ivoirienne. Il s’agit de l’INMARTSAT composé de toutes les stations d’émission et de réception sur le territoire ivoirien.

De deux stations fixes (SICA et EIT au 43ème BIMA) avant la guerre, la Licorne passe à 11 dont une est remorquée sur un navire, le tout coordonné par deux satellites en liaison avec la métropole. Carthage, c’est le nom du second réseau mobile. Il est monté sur des véhicules qui parcourent le territoire avec une base-arrière. Un dimanche de mai 2003, à 19h, il apprend qu’une mission dite Largage 1°RTP fournit des armes aux rebelles locales de Bouna, dans le nord-est de la Côte d’Ivoire, et que les Français y transportent des avions militaires français. Voilà une des causes de sa révolte.

En octobre 2002, sans ordre de mission, certains des soldats français sont arrêtés par la population à Oumé, puis transférés dans la ville voisine de Gagnoa, une zone pourtant située dans le centre-ouest du pays qui n’est pas déclaré zone de guerre. Ils seront remis à la gendarmerie de la ville pour leur sécurité, car ils étaient sous la menace d’un lynchage. Le 43ème Bima a toujours servi de refuge aux rebelles et aux leaders de l’opposition politique. C’est ça aussi la France des Droits de l’Homme et de la légalité constitutionnelle. Résultat, une manifestation de l’Union des patriotes pour la libération de la Côte d’Ivoire, le mardi 22 octobre 2002, est organisée en face du 43ème BIMA. Objectif de cette protestation: exiger l’extraction d’Alassane Dramane Ouattara de la résidence de l’ambassadeur de France devenu son lieu de refuge favori, sous la protection du très actif feu Renaud Vignal (paix à son âme), alors ambassadeur de France à Abidjan.

A cette colère des jeunes patriotes, l’armée française riposte et fait des centaines de blessés graves.

Certes il y a à manger et à boire quand il s’agit de la France mais voilà en quelques faits, ce que les soldats de Jacques Chirac et maintenant de Nicolas Sakozy font à la Côte d’Ivoire qui lui a pourtant tout donné : l’eau, l’électricité, le pétrole, les grands travaux, le téléphone…

Boulimie sans limite !

Voilà aussi comment le temps de se mettre debout s’impose face à l’amie devenue l’ennemie, car un peuple peut tout perdre, sauf sa dignité.

La Côte d’Ivoire et l’Afrique ont tout pour relever ce défi de l’impensable.

Schadé Adédé (schadeci@yahoo.fr)

notre voie