Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Égypte : l’armée promet des élections dans six mois

La Constitution est suspendue et le Parlement dissous, pour satisfaire aux exigences de l’opposition.Le gouvernement tente d’organiser le retour à une vie normale.

L’armée aux commandes pour six mois. Après deux jours de fête dans les rues du Caire et de flottement à la tête du pays, l’armée égyptienne est sortie du flou, hier. Le Conseil suprême des forces armées, auquel Hosni Moubarak avait confié le pouvoir en démissionnant, vendredi soir, a suspendu la Constitution et dissous les deux chambres du Parlement.

Dans son « Communiqué n° 5 », lu à la télé publique, le Conseil dirigé par le maréchal Tantaoui affirme qu’il « gérera les affaires du pays pour une période de six mois ou jusqu’au terme d’élections présidentielle et législatives ». Dans l’intervalle, une commission va préparer des amendements à la Constitution ¯ très contestée ¯ qui seront soumis à un référendum.

L’opposition satisfaite. Cette clarification devenait urgente. Car, après l’explosion de joie de vendredi soir, l’inquiétude était revenue, samedi, sur la place Tahrir du Caire, centre nerveux des dix-huit journées révolutionnaires qui ont fait tomber Moubarak. Les opposants au régime les plus résolus avaient publié un « Communiqué n° 1 du peuple », où ils réclamaient la dissolution du Parlement, dominé par le PND de Moubarak, et un calendrier précis pour le retour à un régime civil.

Dimanche matin, des escarmouches avaient éclaté quand la police militaire a voulu faire décamper quelques milliers de manifestants encore présents sur la place Tahrir, rendue à la circulation pour la première fois depuis trois semaines. Hier soir, l’opposant libéral Ayman Nour saluait des engagements de l’armée et parlait de « victoire pour la révolution ».

Retour à la normale. Confirmé à son poste par la junte, le Premier ministre Ahmed Chafic ¯ un ancien chef de l’aviation ¯ a indiqué que sa priorité est de « restaurer la sécurité et de faciliter la vie quotidienne des Égyptiens ». Il s’exprimait alors que 13 000 prisonniers, évadés à la faveur des troubles, courent toujours, que des policiers ont manifesté et tiré en l’air au Caire pour réclamer des hausses de salaires et que des entreprises étaient toujours en grève.

Le Premier ministre a aussi promis de s’attaquer à la corruption et, selon certaines sources, plusieurs ministres auraient reçu l’interdiction de quitter le territoire. Ahmed Chafic a enfin assuré qu’Hosni Moubarak se trouve toujours à Charm el-Cheih (mer Rouge), démentant une rumeur selon laquelle le raïs déchu aurait fui l’Égypte.

Dix-huit pièces de grande valeur, dont deux statues de Toutankhamon, ont été dérobées au Musée égyptien du Caire, pendant les troubles, a annoncé, hier, le patron des antiquités, Zahi Hawass.

Plus d’informations dans le journal Ouest-France

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :