Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Sortie maladroite de la CEDEAO / Charles Blé Goudé répond à M. Gbeho

Dans une dépêche de l’Afp publiée le 08 février 2011, le président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), James Victor Gbeho, a accusé certains chefs d’Etat ouest-africains d‘avoir trahi la solidarité qui régnait entre les présidents des pays membres de la Cedeao. James Gbeho s’est étonné de voir certains présidents de la Cedeao encourager le président Laurent Gbagbo à ne pas céder et surtout disait-il, de voir que l’Afrique du Sud ait décidé d’envoyer une frégate au large des côtes ivoiriennes.

Nous voulons juste expliquer à M. Gbeho qu’il existe, fort heureusement encore, des fils dignes de l’Afrique qui ne peuvent accepter, tolérer qu’un des leurs soit traité avec mépris, haine et arrogance comme le font les puissances occidentales à l’endroit du Président Laurent Gbagbo. M. Gbeho est certainement complexé par l’homme blanc. Il est certainement nostalgique de la période de la traite négrière où pour des broutilles et des peccadilles, des chefs africains ont vendu leurs enfants les plus valeureux.

Pour sûr, M. Gbeho adule le rôle du régisseur qui, dans les plantations esclavagistes d’Amérique se réjouissait des tâches de bourreau de ses frères qu’on lui confiait et qu’il exécutait avec joie et fierté. Nous aimerons réveiller M. Gbeho et lui dire que l’époque de la canonnière et celle où des suppôts africains de la France ont favorisé la mort des Um Nyobé, Félix Moumié, Patrice Lumumba, Sylvanus Olympio, Ernest Ouandié, Thomas Sankara, cette époque-là est révolue, enterrée pour l’éternité.

Une fois de plus, nous aimerions féliciter ces dignes fils de l’Afrique qui œuvrent et ne ménagent aucun effort pour que la souveraineté de la Côte d’Ivoire et de son peuple ne soit pas bafouée. J’aimerais leur dire qu’ils sont des héros et l’Afrique tout entière est fière, très fière d’eux. Nous Ivoiriens, sommes heureux de savoir que notre combat est partagé par certains de nos frères. Et nous espérons qu’avec la venue du panel de Chefs d’Etat mandaté par l’Union africaine, ceux qui étaient encore sceptiques rejoignent le camp de la vérité, le camp de la liberté, celui du respect des Institutions des pays souverains de l’Afrique.

Que M. Gbeho sache que l’histoire jugera chacun des acteurs de la crise ivoirienne selon le rôle qu’il a joué. Et la mère patrie, l’Afrique, sanctionnera ceux de ses fils qui auront porté le glaive au sein de l’une de ses plus belles filles, la Côte d’Ivoire. Devant le tribunal multi générationnel de l’histoire de la souveraineté et de l’éveil de l’Afrique digne et consciente, M. Gbeho, ses mandants et leurs parrains seront sévèrement jugés, la sentence sera impitoyable et sans appel.

Charles Blé Goudé

Leader des jeunes patriotes ivoiriens

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :