Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

La France serait-elle rétive aux changements en Afrique noire ?

Après la chute inattendue de Ben Ali et de Moubarak sous la pression de la rue, la France ne semble toujours pas prendre la mesure de cette histoire qui s’écrit chaque jour en directe sous nos yeux. Elle est sans doute persuadée que ce qui se passe dans le monde arabo-musulman, en Afrique du Nord, ne se produira jamais en Afrique Noire.

En effet, alors que l’Amérique de Barack Obama a vite compris que les temps ont changé et s’emploie résolument à accompagner très activement les mouvements populaires de lutte pour la liberté et l’instauration d’une véritable démocratie partout dans le monde (tous les observateurs avisés savent que Washington a été un acteur essentiel dans les dossiers tunisien et égyptien ; comme ils l’ont fait pour Ben Ali, les Américains ont poussé Moubarak à partir même s’ils ne le disaient pas ouvertement), la France de Nicolas Sarkozy elle, continue de ne pas prendre en compte les aspirations à liberté et la démocratie des peuples noirs africains.

Visiblement rétive aux changements en Afrique noire, la France s’évertue au contraire à perpétuer à travers sa diplomatie des pratiques d’un autre âge basées sur le soutien aux régimes dictatoriaux et corrompus, et donc sur l’humiliation et l’assujettissement des peuples de ses anciennes colonies africaines. Et pour cause ! Alors que le monde entier a les yeux rivés sur ce qui se passe dans le monde arabo-musulman, l’ambassadeur de France au Congo Brazzaville, Jean-François Valette qui n’ignore pourtant rien de la misère et des difficultés quotidiennes des Congolais (cf. photos ci-dessous à titre d’illustration) a choisi de rassurer le pouvoir de Brazzaville sur le soutien de son pays en ces temps difficiles où le doute et la peur gagnent toutes les dictatures du monde entier. Cette marque de soutien de la France au régime dictatorial et corrompu de Brazzaville s’est matérialisée par une distinction honorifique décernée à M. Jean Dominique Okemba, neveu et conseiller spécial du cynique dictateur sanguinaire congolais Denis Sassou Nguesso, qui a ainsi été élevé par Jean-François Valette au grade d’officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur française.

Dans le contexte actuel, il est difficile en effet de ne pas interpréter cette distinction honorifique décernée à Jean Dominique Okemba par l’ambassadeur de France au Congo comme une marque de soutien de la France à un régime de fer honteusement justifié par la nécessité de la stabilité et de la sécurité de ce pays. La France continue donc de soutenir un régime autoritaire qui tue, musèle et paupérise son peuple depuis vingt-sept ans.

Et d’ailleurs Jean-François Valette ne s’est embarrassé d’aucune précaution pour le faire savoir puisqu’il a expliqué que cette distinction honorifique est une reconnaissance par la France des qualités et de l’action de Jean Dominique Okemba dans le domaine militaire, sécuritaire et diplomatique et qu’elle traduit l’excellence des relations d’amitié, de fraternité et de coopération entre la France et le Congo.

Et il l’a fait au nom de la France et de son Président Nicolas Sarkozy comme il l’a clairement indiqué de son allocution : «… C’est dans cette dernière donc, l’administration de l’Etat, que notre Président de la République a souhaité mettre en avant aujourd’hui à travers les trois dimensions qu’incarne M. Jean Dominique Okemba. Tout d’abord son rôle en tant que militaire qui permet de rappeler que l’armée est un élément central dans la stabilité des pays. Vous avez amiral commencé votre carrière comme homme du rang et vous avez gravi les échelons de cette institution, vous la connaissez donc bien et vous savez comme tous qu’elle est la clé de l’unité nationale.

Ensuite la sécurité, tous ceux qui ont œuvré dans ce domaine particulier savent combien il est délicat. A l’heure où les menaces deviennent plus nombreuses, plus immédiates et en même temps plus insaisissables (…). Enfin, la reconnaissance d’aujourd’hui s’adresse également au diplomate qui a travaillé au sein des ambassades du Congo, notamment en République démocratique du Congo (RDC). Ce domaine est celui de la négociation permanente, des compromis souvent difficiles mais qui permettent de garantir la bonne entente…», a déclaré Jean François Valette.

Donc après M. Jean-Paul Pigasse, ce mercenaire économique crapuleux qui, on se souvient, avait été décoré par l’ancien Président français Jacques Chirac de la même légion d’honneur pour sa participation active aux massacres des populations du Sud-Congo, c’est au tour de Jean Dominique Okemba d’être honoré de cette haute distinction française pour ses soi-disant qualités de bon militaire, de bon sécurocrate du régime sanguine de l’ami Denis Sassou Nguesso et de bon diplomate (selon la France).

Or chacun sait que le malaise qu’éprouvent les Congolais face au régime de Denis Sassou Nguesso est tellement profond qu’il n’est plus tenable. C’est une réalité indéniable que M. Jean François Valette ne peut ignorer comme tous les diplomates en poste à Brazzaville. Donc en agissant ainsi, la France ferme délibérément les yeux sur le décalage fragrant qui existe entre ce que dit le pouvoir dictatorial de Brazzaville et la réalité sur le terrain. C’est pourquoi nous disons qu’en refusant de suivre le cours de l’histoire et en continuant de soutenir les régimes autoritaires et ultra-répressifs comme celui de Denis Sassou Nguesso, la France risque de se disqualifier elle-même en Afrique et sur la scène internationale.

Cliquer sur le lien suivant pour voir les images de cette cérémonie de décoration avec du champagne qui coule à flots, contrastant fortement avec les images ci-après de ces malheureux Congolais qui sont abandonnés à leur triste sort, sans abris et les pieds dans l’eau: http://www.congo-siteportail.info/slideshow/61706/

Alors la question est : pendant combien de temps encore les Congolais supporteront-ils cette situation devenue intenable ? Autrement dit, le Congo ne se dirigerait-il pas inéluctablement vers une révolution à la tunisienne et à l’égyptienne ?
Une dernière question pour déterminer : Cette belle image du dictateur sanguinaire congolais Denis Sassou Nguesso embrassant chaleureusement le désormais ex-dictateur déchu égyptien Hosni Moubarak sous le regard bienveillant de Kadhafi ne serait-elle pas tout simplement une image prémonitoire ? Notre réponse à cette question est : Wait and see.

Mais en tout cas ce que nous savons et dont nous sommes sûrs c’est que Sassou Nguesso et son entourage souhaitaient que Hosni Moubarak ne cède pas à la pression de la rue ; ce qui pourrait leur servir d’exemple à suivre et à brondir face à une éventuelle pression internationale au cas où. Mais malheureusement pour eux c’est peine perdue, après le Tunisien Ben Ali, le raïs égyptien Hosni Moubarak n’a pas résisté très longtemps ; poussé par les Américains, il a fini par démissionner au 18è jour de la contestation. A chacun donc de tirer son enseignement.

Bienvenu MABILEMONO

S.G. du Mouvement pour l’Unité et le Développement du Congo (M.U.D.C.)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :