Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Bilan sur les réalisations routières du Changement : Le Msd expose les incohérences de la mouvance présidentielle

Mensonge politique et incohérences. Ce sont là les manipulations relevées avec chiffres à l’appui par le Mouvement pour la sauvegarde de la démocratie (Msd) dans le bilan des réalisations routières du gouvernement de Yayi Boni. C’était hier, jeudi 17 février 2011au cours d’une conférence de presse au siège de l’Union fait la Nation.

Après leur première sortie médiatique le 02 février dernier qui avait pour objectif de mettre à nu les mauvais chiffres communiqués sur les infrastructures réalisées par le régime du Changement, le Msd et le Cercle de réflexion pour la mobilisation autour du président Houngbédji (Crmh) ont exposé à nouveau leurs critiques. Le président du Msd, le professeur François Dègbèlo, a rappelé que les mouvements avait démontré qu’en réalité sur les 414,805 km présentés par le gouvernement dans son bilan, « le gouvernement Kérékou avait déjà négocié et obtenu entièrement le financement de 401,7 km soit un pourcentage de 96,84% et que le régime du Changement n’a négocié et obtenu que le financement de 13,105 km soit un pourcentage de 3,16% ». Les mêmes mouvements, a-t-il poursuivi, avaient demandé sans succès un débat contradictoire avec le ministre des Transports. Mais contre toute réponse, commente-t-il, le gouvernement a préféré publier un autre tableau en confirmant les données arrêtées par le Msd et le Crmh et a comptabilisé dans son bilan des projets tels que Godomey-Pahou, Calavi-Akasato et giratoire de Dassa et ses voies d’accès ; des projets non encore réalisées. Ce nouveau bilan défini par le Changement qui lui a permis de présenter un nouveau chiffre, 764 km et non plus 400 km dont il crédite le gouvernement Kérékou III de 41% et lui-même de 59% est tout à fait impertinent, à en croire le professeur François Dégbèlo. En effet, selon les démonstrations du conférencier principal et de celles de l’ingénieur des travaux publics Jacques Ayadji et du professeur Grégoire Baléro, membres du bureau du Msd, de 2001 à 2006, le gouvernement Kérékou III a fait réaliser 848 km de routes bitumées. Une réalité qui les a poussés à soutenir que le ministre Nicaise Fagnon « a fait à la face du monde l’aveu de son mensonge ». Le Msd qui ne manque par d’expertise en ce qui concerne la réalisation d’infrastructures routières au Bénin, a fait savoir que des corrections ont été apportées au tableau du gouvernement par insertion des 848 km omis et par neutralisation des projets non encore effectifs. Et en prenant en compte les travaux achevés entre 2001 et 2011, lesdits mouvements ont comparé les performances des gouvernements de Kérékou et de Yayi. De cette étude, on peut montrer que 1170,505 km de routes ont été construites dont 99,2% imputés au régime de Kérékou et 0,8% mis à l’actif du Changement car, ont confié les conférenciers, des travaux non achevés n’ont pas été retenus.

La route Akassato-Bohicon toujours au cœur de la polémique

« Dans une publication ( de certains journaux) datant du lundi 14 février 2011, qui fait le point exhaustif des routes dont les financements sont déjà bouclés, le ministre n’a guère inscrit la route Akassato-Bohicon dont les travaux ont été lancés par le chef de l’Etat le 10 février dernier seulement. Cette omission ne donne-t-elle pas raison à l’Honorable Eric Houndété et autres qui persistent et signent que la Chine n’a accordé aucune subvention de 144 milliards de francs à notre pays pour la construction de cette route ? », s’est interrogé François Dègbèlo hier, jeudi. C’est une interrogation qui a consolidé le doute de l’ingénieur des travaux publics, Jacques Ayadji. En effet, ce cadre du ministère des Transports a estimé que l’annonce faite par M. Nicaise Fagnon à la télévision nationale par rapport à l’aide apportée par la Chine dans le cadre de ce projet, sans en informer le cercle des ingénieurs des travaux publics de son département ministériel, fait peu de foi. Il a souligné par ailleurs qu’au cours de la cérémonie du lancement des travaux de la route Akassato-Bohicon, le nom d’aucun entrepreneur n’a été communiqué au public pour donner plus de crédibilité à l’évènement. « Nous ne pouvons pas confirmer que le financement n’existe pas. Mais les conditions montrent que la Chine n’a rien donné », a-t-il ajouté.

Allégresse Sassé, Le matinal

Comments are closed.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :