Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Présidentielle 2011 – Pourquoi ne pas voter pour Abdoulaye Bio Tchane ?

Après «Mes 10 raisons pour voter contre Boni Yayi », voici à présent «Pourquoi ne pas voter pour Abdoulaye Bio Tchane ? 3 raisons pour ne pas voter pour le candidat de l’alliance ABT ».

Avant d’évoquer ces trois (03) raisons qui ne militent pas en faveur de sa candidature,  je tiens à m’exprimer (même si ça n’en vaut pas la peine) sur un article du professeur Andoche Amégnissè, article publié dans son journal, TSYB 20011 N° 0015 Janvier 2011.

Je suis resté coi après la lecture de cet article intitulé « 6 raisons pour ne voter pour Houngbedji », une analyse d’une rare subjectivité (l’angle d’attaque était trop personnel) , d’une autre époque et dépourvu de tout sens objectif. Par ce genre d’articles malheureux dont il est coutumier, le professeur Amégnissè apporte une réponse maladroite à ceux qui se sont toujours posés et se posent des questions sur son état de santé après son séjour où on sait de quelques mois suite à une de ces parutions mal appréciée par le prophète du changement.

Dans son article de journal, Amégnissè s’est évertué à ternir l’image du candidat de l’Union fait la Nation.

L’auteur affirme dans sa première raison que Houngbedji n’a jamais été un opposant véritable et que je cite : « Après sa défaite électorale de 2006, Houngbedji avait renoncé à prendre la tête de l’opposition quand je suis allé le supplier de le faire. Il trouvait plus intéressant d’envoyer des personnalités du PRD comme Ministres dans le gouvernement qu’il accuse aujourd’hui de tous les maux simplement parce que Yayi a chassé du gouvernement les gens du PRD. Ce n’est pas opposition sincère et par engagement politique. C’est plutôt la preuve que maître Adrien Houngbedji ne choisit pas par conviction et par amour pour son peuple. Il choisit hélas par intérêt personnel ou partisan ».

Selon donc Amégnissè, Houngbedji a donc péché en n’acceptant pas sa proposition d’inclure le PRD dans une posture d’opposition directe et en préférant composer avec Boni Yayi en 2006. En acceptant d’aller au premier gouvernement de Boni Yayi, Houngbedji a adopté la meilleure attitude et montré par la même occasion qu’il se soumettait à la volonté du peuple qui a préféré Boni Yayi, qu’il préfère une gouvernance apaisée en lui laissant la chance de s’affirmer que de commencer à tirer à boulets rouges sur lui dès le 07 avril. Je ne lui apprend rien de nouveau : c’est juste de la real politik. Il faut savoir abandonner ses idéaux pour composer avec la réalité.

Cette attitude proposée par Amégnissè à Houngbedji aurait embrasé le pays depuis et la situation de blocage politique actuelle où toutes les parties se sont radicalisées aurait été observée depuis 2007 car Boni Yayi aurait radicalisé son pouvoir. Ce qui pourrait se retourner contre Houngbedji que Boni Yayi doigtera pour masquer l’échec de sa gouvernance car dira t’il Houngbedji n’a pas voulu de sa main tendue et…

Où se trouve le problème de Amégnissè si Adrien Houngbedji et son frère Gratien ne s’entendent plus ? Ceci est la cinquième raison évoquée pour laquelle il demande aux béninois de ne pas voter pour Houngbedji.

Amégnissè rajoute que les leaders actuels de l’UN disaient en 2005 et 2006 au peuple que c’est de Boni Yayi que le pays avait besoin.

Inexact ! C’est entre les 2 tours, donc en 2006 et jamais 2005 que ces derniers ont appelé leurs militants à reporter leurs voix sur Boni Yayi. Peut-être auraient-ils mieux fait de demander à leurs militants de reporter leurs voix sur Amégnissè ?

Même si ces leaders avaient demandé au peuple de voter pour Houngbedji et non Yayi, Houngbedji n’aurait pas été élu car le peuple verrait en leur décision un complot contre lui pour le bloquer dans sa volonté de changement ; volonté qu’il a exprimé en votant pour Boni Yayi à 35% au premier tour et ceci aurait amené tout net un conflit post-électoral. On n’a pas besoin d’être sociologue ou anthropologue pour comprendre cela, ces leaders n’ont fait que tenir compte des aspirations de leurs militants sinon les militants les auraient désavoués et ils auraient été comme des généraux sans troupe.

Pour finir, il revient comme, Boni Yayi dont le projet de société est le programme Nord contre Sud sur le fait que l’Union fait la Nation est un regroupement régionaliste dont les leaders ne sont tous qu’au Sud ; ceci, pour faire peur aux populations.

C’est vraiment inquiétant, ABT n’a pas encore gagné les élections et celui qui se veut son chantre (même s’il ne fait pas l’unanimité au sein de l’alliance) fait déjà la chasse aux sorcières.

Je revois le même scénario de 2005-2006 qui a consisté à diaboliser la classe politique de l’époque et à proposer Boni Yayi comme l’alternative crédible et cela me met très mal à l’aise. Et pour qu’on ne revive plus ce calvaire qu’on a dû vivre depuis 2006 et pour éviter le pilotage et la navigation à vue,  il est vital de ne pas voter pour Abdoulaye Bio Tchané.

Voici trois (03) raisons fondamentales pour lesquelles il serait suicidaire de voter pour Abdoulaye Bio Tchané, le candidat de l’alliance ABT.

Je n’ai rien contre l’homme mais je suis obligé compte tenu de l’enjeu d’évoquer ces raisons qui feront de lui un pas meilleur président que Boni Yayi.

1ere raison

Comme Boni Yayi en 2006, Bio Tchane vient de la BOAD

Comme Boni Yayi en 2006, Bio Tchane vient sans parti politique et est porté par une coalition de mouvements, de partis et d’associations.

Comme Boni Yayi en 2006, Bio Tchane vient de passer cette dernière décennie hors du territoire national même s’il dit connaître le pays et que je le trouve mieux connaisseur que l’intrus qui s’est installé et qui a affirmé depuis peu ne pas connaitre la maison.

Qui l’avait même invité ?

La vie d’une nation est trop chère, vu que nous venons de perdre cinq (05) années inutilement  pour qu’on puisse tolérer de la navigation et du pilotage à vue à la tête de notre pays encore pour cinq ans.

En politique, comme l’affirmait Georges Clémenceau, il ne saurait y avoir de génération spontanée, le cas de Boni Yayi est le dernier exemple en date de l’échec du technocratisme africain et des intellectuels africains. Confondant les sciences politiques et les sciences de développement qui sont indubitablement liées, ils choisissent de faire l’une sans l’autre.

2e raison

L’alliance ABT qui soutient Bio Tchane est composée des déçus du changement de Boni Yayi, ses militants de première heure qui n’ont pas été appelés par Boni Yayi à s’asseoir près de la table pour partager le gâteau national qu’est le Bénin, les recalés sociaux, des démissionnaires des partis politiques qui voient leurs avenirs politiques en pointillés dans ces formations politiques qui les ont fait connaitre. Bref, c’est une alliance hétéroclite où chacun milite pour ces intérêts en posant en première ligne Bio Tchane et se servir de son image afin d’être élu ou réélu députés, conseillers, chef quartiers, nommés directeurs de sociétés d’Etat et ainsi de suite. Comme des fauves blessés, ils sont tous liés par l’instinct de survie, l’instinct de survie politique. Ce conglomérat milite au nom de Tchane pour la réalisation, chacun à son niveau de son vœu secret.

Bref, c’est du déjà vu. Cette scène a déjà été observée en 2005 et nous sommes toujours dans le même scénario qui aura aussi la même fin.

Comme s’ils ne tiraient leçon du passé et pour donner raison à Kérékou selon qui les cadres béninois sont tous des intellectuels tarés, Amégnissè et consorts veulent jeter une fois de plus le pays en aventure comme Tévoédjrè l’avait fait en 2005-2006 avec l’aventurier qui est au pouvoir actuellement et qui vient de passer cinq ans à voyager, à festoyer et à détruire tout ce qui a été fait depuis des décennies.

3e raison

Comme l’alliance FCBE, le projet de l’alliance ABT est porté par un homme et tourne autour d’un homme : Abdoulaye Bio Tchané. Tout autour de lui, gravitent des électrons libres ; la plupart sans base électorale fixe mais qui comme des opportunistes veulent se servir de son image.

En cas de victoire électorale, l’alliance sombrera inéluctablement dans le culte de la personnalité (que je hais tant) et l’autosatisfaction. Chacun des membres de l’alliance voudra à tout prix se mettre dans les bonnes grâces du nouveau chef et cela conduira à une déification de son pouvoir et ceci même si l’homme affirme être posé et ne pas être impulsif. Bien sûr, Dieu ne donne pas le pouvoir, c’est le peuple qui le donne.

En vérité, je le dis dans le contexte actuel ABT ne sera pas un bon président, n’en déplaise à Amégnissè et compagnie. Dans les mêmes conditions, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.

Comme en 2006 où Tévoédjrè a trompé le peuple (au profit de ses intérêts) en lui faisant croire qu’il n’y a pas meilleur homme de développement que Boni Yayi, Amégnissè et consorts s’apprêtent à retromper le peuple en lui faisant croire que ABT est la solution.

Peu importe, eux ils seraient déjà devenus ministres, députés, conseillers ou autres.

A vous de choisir chers compatriotes entre une mort certaine programmée et une renaissance !!

aymard

2 réponses à “BENIN : Présidentielle 2011 – Pourquoi ne pas voter pour Abdoulaye Bio Tchane ?

  1. ren mars 4, 2011 à 10:04

    tu es trop bête toi. pas meilleur candidat q le tien lol kel reveur tu es !

    • aymard mars 4, 2011 à 4:15

      ren,
      Les arguments que j’ai avancés sont clairs et tout net.
      Ce n’est pas qu’il est un mauvais candidat mais juste qu’il sera pas un bon président dans le contexte actuel or, la finalité est d’être président donc autant attirer l’attention de tous et surtout des indécis comme vous sur ce fait afin que vous puissiez vous rattraper et bien choisir.
      Ce n’est pas non plus une question d’affinité ou de rêve, c’est une question de bon sens.
      Très amicalement

%d blogueurs aiment cette page :