Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Réunion de l’UA à Addis-Abeba : Laurent Gbagbo représenté par Pascal Affi N’Guessan et Alcide Djédjé

C’est désormais certain ! Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan et le ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé, sont les deux personnalités qui représenteront le Chef de l’Etat Laurent Gbagbo à Addis-Abeba. Où se tiendra, aujourd’hui mercredi, la 4e réunion du panel des cinq Chefs d’Etat mandatés par l’Union africaine pour trouver des solutions à la crise ivoirienne. Réunion qui sera suivie, demain jeudi 10 mars, de celle du Conseil de paix et de sécurité de ladite organisation régionale.  La délégation du président ivoirien a embarqué hier matin à 9 heures 30 à l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Port-Bouët à bord d’un vol commercial.

Sans le président du Conseil économique et social, Laurent Dona-Fologo, comme l’annonçaient certaines sources. Concernant les raisons du choix des membres de la délégation, elles reposent sur leur connaissance du dossier.

S’agissant de Pascal Affi N’Guessan, il dirige le Fpi, parti de Laurent Gbagbo, depuis l’élection de ce dernier à la magistrature suprême en octobre 2000 et il a été son unique Premier ministre librement nommé jusqu’à l’éclatement de la crise militaro-politique, le 19 septembre 2002. a Linas-Marcoussis en janvier 2003 où il était pour le camp présidentiel, Laurent Gbagbo sera contraint de le remercier pour nommer Seydou Elimane Diarra au poste de Premier ministre, chef du gouvernement de réconciliation nationale. Marqué par le partage du pouvoir et l’entrée de la rébellion dans le gouvernement en plus de l’opposition.

Durant la campagne pour la présidentielle du 31 octobre et du 28 novembre 2010, le président du Fpi a joué le rôle de porte-parole du candidat de La majorité présidentielle (Lmp), Laurent Gbagbo. Cette coalition compte, outre le Fpi, neuf autres partis politiques alliés. Quant au ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé, il est rompu aux affaires diplomatique et politique. Puisqu’il a été auparavant conseiller diplomatique et Représentant permanent de la Côte d’Ivoire à l’Onu jusqu’au lendemain de la présidentielle. Il faisait, en outre, partie de la délégation présidentielle lors des négociations de Ouagadougou en février 2007 et qui ont donné naissance à l’Accord de paix de Ouaga signé le 4 mars de la même année. Ainsi, que ce soit la crise post-électorale, la crise militaro-politique, l’implication de la France, de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Cedeao et de l’Onu, ce sont de véritables personnes-ressources qui représenteront le Président Laurent Gbagbo à Addis-Abeba.

Outre la délégation présidentielle et le Dr Alassane Ouattara, président du Rassemblement des républicains qui a annoncé samedi dernier qu’il effectuerait le déplacement du 10 mars, le président du Conseil constitutionnel y est également attendu. Cependant, nos sources indiquent que le Pr Paul Yao N’Dré, juge des élections et qui a déclaré Laurent Gbagbo vainqueur face à Alassane Ouattara, ne devrait pas répondre à l’invitation de l’Union africaine. Le panel mandaté depuis le 16e sommet de l’Ua fin janvier n’ayant pu dire, après évaluation de la situation, ce qu’il en est ni proposé de solution consensuelle, les parties vont donc poursuivre les discussions qui devront, on l’espère, aboutir à une décision acceptée par tous et «contraignante pour toutes les parties».

PAULIN N. ZOBO, Fraternité matin d’Abidjan

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :