Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Ils veulent bruler le pays

Comme on pouvait s’y attendre très objectivement, la chère LEPI n’a pas permis d’organiser une élection transparente mais bien au contraire, elle nous a aidés à organiser la pire des élections et avec la pire loi électorale depuis les années 90, c’est une honte.

Je vous propose cet article publié le 20 octobre 2010 dans lequel, j’évoquais le risque d’une élection frauduleuse avec cette LEPI, je tenais pour responsables le PNUD et l’Union Européenne de tout le désordre qui découlerait d’une élection frauduleuse et par lequel j’invitais tout un chacun à garder les yeux bien ouverts sur ces hommes et femmes qui veulent voir le pays sombrer en finançant la réalisation d’une telle liste, une liste qui a fait des vivants des morts.

Plus que jamais, nous devons être vigilants et les garder de vue, le bal a été ouvert par les touristes qui nous ont été envoyés comme observateurs. Leurs yeux n’ont quasiment rien vu si ce n’est le retard observé à certains endroits et à la virgule près ils ont rédigé et lu le même discours bien que provenant d’horizons divers. Leur présence à Cotonou aura été inutile et paradoxalement juteuse et bénéfique pour eux qui, ont eu le privilège de se faire recevoir par un des acteurs clé et principal artisan de la mauvaise organisation de ces élections et des fraudes constatées ça et là, à cela n’en tienne.

A l’avenir, faudra réfléchir par deux fois avant d’accorder l’accréditation à de pareils pyromanes.

Gros plan, sur ces charognards qui ont financé la LEPI de la honte et de la fraude pour aider le docteur-président à se faire réélire, (sa côte de popularité étant en chute libre 2008) ou à défaut amener le désordre au Bénin . Évidemment, la LEPI n’y a pu rien faire.

J’écrivais ceci

M. Hervé BESANCENOT, ambassadeur de la France près le Bénin

Mme Françoise COLLET, Chef de la délégation de la commission de l’union européenne

Mme Nardos BEKELE-THOMAS

Mme Nardos BEKELE-THOMAS, Représentant Résident du PNUD

L’ Union Européenne et le PNUD veulent déstabiliser le Bénin, c’est la conclusion qu’on peut tirer de leurs agitations et agissements et surtout des derniers actes posés par ces institutions dans notre pays.

La liste électorale permanente informatisée (LEPI) est un instrument majeur de transparence qui crédibilise les consultations électorales ; raison pour laquelle, son projet de réalisation a été introduit au parlement par le gouvernement du général Mathieu KEREKOU en Octobre 2004.

Pour un si important outil de transparence et de rationalisation des dépenses électorales, toutes les parties de la société civile et de la classe politique doivent être présentes et s’entendre afin que le résultat final qui est la liste électorale permanente informatisée ne soit remis en question.

Depuis Août 2008 que le gouvernement de Boni YAYI a décidé de doter le pays de cet important outil, il fait cavalier seul ; ne voulant même pas s’arrêter un instant pour écouter les plaidoyers des uns et des autres.

Son langage est clair et radical : il faut continuer coûte que coûte.

Alors que de nombreux goulots d’étranglement se font voir dans cette marche forcée à la LEPI et que les acteurs politiques ne s’accordent pas sur le minimum, les partenaires au développement du Bénin avec à leur tête l’Union Européenne et le PNUD, soutiennent le gouvernement dans sa démarche unilatérale et lui donnent même les moyens pour vite atteindre son objectif. Cette attitude des partenaires au développement qui, ne favorise guère l’installation d’un climat d’apaisement et de paix doit être décriée, décriée et décriée pour qu’à l’heure du bilan, chacun puisse être situé sur ces responsabilités et mis devant ces actes.

Ces partenaires au développement comme à leur habitude attisent les foyers de tension sur le continent depuis les années 1960 pour revenir plus tard se présenter comme les sauveteurs.

Les deux premières phases de la réalisation de cette liste ont toutes été sujettes à problème et pourtant, les critiques n’ont pas fait arrêter la Commission politique de supervision (CPS), organe de réalisation de cette liste.

De graves dysfonctionnements ont été constatés et relayés et pourtant ; les agents qui devraient être recrutés par la MIRENA conformément aux textes ont plutôt été recrutés par la CPS et leur qualité de même que la qualité de leur travail laisse à désirer.

La troisième et dernière phase de ce processus de réalisation s’est déroulée dans l’Ouémé-Plateau dans des conditions qui rappellent celles dans lesquelles les deux premières ont été réalisées.

On retient de façon générale qu’en pleine crue, la CPS avec l’appui de l’Union européenne et du PNUD ont décidé de conclure l’élaboration de la liste dans l’Ouémé-Plateau, une zone sinistrée où les populations sont plus préoccupées par le problème de subsistance que celui d’aller passer des heures et des heures sur les sites d’enregistrement pour inscrire leur nom sur une liste dont elles ne savent pas la finalité.

Les équipes déployées par la CPS ne sont parvenues qu’à enregistrer pour, les équipes les plus tenaces qu’une cinquantaine de personnes par jour.

A cela, s’ajoute l’in opérationnalité des kits, des empruntes de huit (08) doigts sur dix (10) éliminés chez certains, l’incompétence de certains opérateurs kit et tout cela entraîne la lenteur dans le traitement des données.

La crédibilité de cette LEPI est contestable et elle doit être contestée.

Pourquoi le gouvernement s’efforce de réaliser sans consensus cette LEPI ?

Pourquoi l’Union européenne veut contribuer à la mise en place d’une LEPI dans le cafouillage et contre la volonté du peuple béninois ?

Qu’es-ce que cela couterait à BAKO de s’arrêter et d’écouter les plaintes des uns et des autres, les associer puis reprendre ensemble le processus ?

Si le Bénin a pu sortir haut de toutes les échéances depuis 1990 ce n’est pas à cause de la LEPI mais simplement à cause du consensus autour duquel les acteurs politiques se sont toujours rassemblés et sur lequel ils se sont toujours entendus.

Pourquoi Boni YAYI s’évertue t’il à détruire tout ce qui a fait du Bénin un pays de paix ?

Le peuple béninois doit rester éveillé et prêt à questionner l’histoire.

La France avec tous ces pays de l’Union européenne sont à la base de tous les conflits en Afrique.

Cette attitude jusqu’au boutisse et du « chien aboie, la caravane passe » de l’Union européenne entretemps épaulée par le PNUD est très suspecte et très révoltante pour qui connaît le mode de fonctionnement de ces institutions.

Une LEPI forcée pour 2011 sera incontestablement source de problèmes.

Peut-être, sont-ils fatigués de voir que le Bénin soit un pays de paix et de quiétude ?

Ils aimeraient qu’on soit en guerre, qu’il y règne le chaos et qu’ils viennent nous proposer la solution de Marcoussis.

Le peuple béninois ne peut accepter que des gens depuis l’extérieur viennent s’ingérer dans son processus électoral en lui imposant une liste entachée d’irrégularités, de fraude et donc une liste bâclée.

L’appel est lancé à tout le peuple pour qu’il garde un œil vigilant et très vigilant sur ces personnalités et ces institutions parce que quand les troubles commencent, ils sont les premiers à prendre l’avion et après, demandent à leurs ressortissants de quitter le pays, laissant les autochtones s’entretuer et s’entredéchirer.

Tous les hommes épris de paix doivent se lever pour dire :

STOP A CES INSTITUTIONS !

NON A L’INGERENCE DANS NOS AFFAIRES !

LAISSEZ LE PEUPLE BENINOIS SUIVRE SA VOIE

aymard

J’avais écrit cela et cinq (05) mois après on se rend compte que bien que l’opposition ait accepté d’aller aux élections avec cette liste, Boni Yayi s’est amusé à frauder sur tout le territoire. Bien évidemment, les PTF qui ont financé yeux fermés et tête baissée ce processus voudront décliner toute responsabilité en cas de mauvaise tournure du processus électoral pour renvoyer les acteurs dos à dos et c’est là que le peuple devra se lever pour leur rappeler leurs actes et les mettre face à leurs responsabilités.

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :