Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Déclaration de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Développement (UNDD) sur la Guerre Vengeresse en Lybie

Après avoir échoué à embarquer l’OTAN et l’Union européenne dans sa guerre contre Mouammar Kadhafi, la France de Nicolas Sarkozy a su, une fois de plus, entraîner notamment Barack Obama dans l’adoption d’une Résolution des Nations Unies qui blesse, au-delà de l’honneur de la Libye, celui de l’Afrique.

L’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), profondément attachée à la promotion d’une démocratie vivante au Burkina Faso comme dans toute l’Afrique, n’a jamais adhéré à l’idée, prônée pendant longtemps par les Occidentaux,  de son application à géométrie variable, édulcorée, cosmétique au monde arabe pour respecter le substrat sociologique et religieux prétendument rétif des peuples de ces contrées. Le parti,  interpellé par la révolution démocratique, qui, partie du Maghreb, a gagné tout le Machrek, ne  pouvait être indifférent aux demandes qui se sont manifestées en Libye pour une gouvernance moins méprisante pour les droits de l’homme et plus soucieuse de fonder une démocratie issue de la volonté populaire et contrôlée par le peuple souverain libyen. Mais le parti s’est de tout temps opposé à toute velléité de recolonisation du continent par le truchement de dirigeants acquis ou par le retour à la politique de la canonnière.

Tout en regrettant les conditions et la structuration de cette Résolution 1973 votée sur la Libye, il apprécie cependant que ce vote soit intervenu dans l’abstention significative de pays comme la Chine, la Russie, l’Allemagne, l’Inde, le Brésil, qui par le fait enlève une partie de sa légitimité à ce texte  adopté à la hussarde. Il en appelle à l’engagement de ces pays pour exiger un cessez-le-feu immédiat et la mise du différend sur la table du dialogue, seule voie porteuse de règlement durable de tels conflits.

Le parti dénonce d’ores et déjà l’application extensive et hors normes qui est faite de cette résolution avec une scénarisation beaucoup plus propre à satisfaire des egos qu’à sauver des vies humaines. A la vérité, aujourd’hui en Libye, l’alibi de l’humanitaire, des droits de l’homme et de la démocratie ont tout du cheval de Troie pour faire main basse sur les richesses de ce pays au régime désobéissant.

Le parti souhaite vivement que les peuples des pays intervenants s’auto saisissent sur la vraie nature de cette  guerre. Il exhorte en tout état de cause les démocrates africains à condamner cette nouvelle forme de recolonisation africaine, hypocrite et à la carte,  qui ne dit pas son nom.

L’UNDD relève à l’encontre de l’Union africaine (UA) que si de telles ingérences se multiplient dans le continent, c’est parce qu’elle aura prêté le flanc en ne se révélant pas capable d’incarner les politiques qui répondent aux aspirations des peuples d’Afrique et qui posent les bases d’une gouvernance responsabilisée. Pour autant, le parti approuve que pour le coup, elle ait refusé d’être à la table des convives chargés de prendre la décision de faire pleuvoir sur la Libye, pays membre, des torrents de larmes et de sang et de l’exposer à la « somalisation ».

Le parti, cohérent et vigilant,  condamne avec énergie cette intervention  impérialiste porteuse de néo-domination qui prétend protéger des vies humaines et la révolution arabe quand elle pèche par une politique choquante de deux poids, deux mesures qui, tout en frappant ici la Libye, laisse là se débrouiller des peuples en lutte pour la liberté et la démocratie comme au Yémen, au Bahreïn, en Arabie Saoudite, au Qatar, en Jordanie, en Algérie, en Syrie…sans parler des peuples au sud du Sahara. Il incite enfin l’Union africaine à faire montre de plus d’activisme pour arrêter cette guerre, pour mieux protéger les droits des Etats souverains d’Afrique contre les nouveaux « samaritains » et contrecarrer leur volonté de superposition d’une légitimation internationale des pouvoirs en Afrique à celle de ses peuples.

Oui au dialogue et à une mission d’évaluation en Libye !

Non aux mensonges et guerres personnelles !

Non aux pouvoirs à vie !

Oui à une universalisation sincère et objective de la démocratie !

Oui à une Afrique maîtresse de ses ressources naturelles !

Ouagadougou, le 19 mars 2011

Le Secrétaire national chargé des Relations Extérieures

Deval MILLOGO

www.undd.org

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :