Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Journalières: mars 23, 2011

BENIN : Au bout des chars d’assaut…

Après le K.O. des cantines non scellées, convoyées par vague depuis d’obscurs bureaux de vote fictifs, le tour des blindés, avec Porto-Novo dans les viseurs. Les aïnonvis auraient commis le péché de lèse docteur-président en ayant l’outrecuidance de se réjouir de tendances favorables à l’ennemi Houngbédji. Cela vaut bien une guerre, une vraie, de la part du régime du Changement. Dispersion musclée de scènes de liesse, matraquage de population, arrestations puis déploiement militaire exceptionnel. Jamais, même en 17 ans de régime militaro-marxiste, les Porto-noviens n’ont côtoyé d’aussi près la puissance de feu de l’armée béninoise. Ou plutôt, la capitale béninoise n’a jamais été une cible militaire déclarée. On ne peut néanmoins pas reprocher aux émergents de ne pas avoir de suite dans les idées. En effet, les édifices sensés abrités des intérêts de l’Etat-Fcbe bénéficient, eux, de protection particulière. Il fallait préserver le peuple de Yayi des autres. Grâce à l’armée émergente on pourrait parvenir à extirper du peuple les empêcheurs de détourner en rond, de passer des marchés publics gré à gré, de protéger les escrocs, faux placeurs et faux pasteurs.

Ce n’est pas assez que le Bénin dégringole de tous les classements internationaux d’évaluation de l’état de la démocratie et de la bonne gouvernance depuis l’arrivée de Yayi à la Marina. Le modèle enrhumé fait déjà les choux gras des médias occidentaux à la suite du premier tour de l’élection présidentielle 2011 sans liste électorale. Les forums internet raffolent désormais des images de chars et de blindés en tout genre dans les rues de la capitale. Ceci sans qu’aucun responsable militaire ou civil n’éclaire l’opinion sur les motivations de cet acte de guerre. On ne connait pas la mission, la cible et les ennemis visés par cette opération d’envergure. Ces décors insolites rappellent tout simplement les grotesques parures très prisées des régimes autocratiques. A se demander celui qui a eu cette diabolique idée d’imposer à des citoyens, certes militaires, de regarder les concitoyens par le lorgnon d’un char d’assaut à longueur de journée. Une bêtise qui n’a rien de typiquement béninois et qui conforte les rumeurs du recours à une mystérieuse légion étrangère. De toutes les façons, le déploiement de la grande muette en pleine ville constitue une offense au professionnalisme de la police nationale normalement compétente et qui a fait ses preuves un peu partout dans des opérations de maintien de l’ordre à travers le monde.

Visiblement, cette armée est loin d’avoir trouvé la parade absolue à toute contestation du rempilage annoncé du docteur-président. Les annonceurs du K.O. ont attribué à Houngbédji pas moins d’un million de suffrages exprimés. Même si les chars du K.O. parvenaient à écraser toute la population de Porto-Novo, il en resterait d’autres et d’autres citoyens encore révoltés à d’autres endroits du pays pour s’insurger contre la parodie électorale du 13 mars 2011. Il faudrait alors plus de troupe, non seulement pour mettre hors d’état de nuire les contestataires, mais également, pour protéger les émergents. Des expédients qui ne dispensent en rien le pouvoir des conséquences de son propre bilan : les caisses de l’Etat exsangues, les défections de partenaires techniques et financiers, les tensions sociales et politiques, le remboursement de plus de 100 milliards aux spoliés de Icc-Services. Rien de tout cela ne figurait au tableau des préoccupations des citoyens à l’avènement du Changement en 2006. Peut-être que le docteur-président-plus-que-Dieu dispose de la faculté d’effacer les stigmates de la corruption et de la violation des libertés publiques par des obus de char sur des sanctuaires d’électeurs d’un adversaire politique.

Après l’émergence, la refondation au bout des chars !!!

arimi choubadé http://arimi.freehostia.com

Publicités

BENIN : Nicéphore Soglo s’offusque contre l’injonction faite au Bénin par Jonathan Goodluck et rappelle ce dernier à l’ordre

Le Bénin n’est pas un Etat de la République fédérale du Nigéria. A ce titre, en sa qualité d’ancien président de la Cedeao, Nicéphore Soglo dénonce les propos partisans du président en exercice de la Cedeao, Goodluck Jonathan. Dans une déclaration faite hier à son cabinet devant des autorités nigérianes, l’ancien président du Bénin implicitement, s’insurge contre la réaction passive du président Boni Yayi, garant de la dignité et de l’intégrité du Bénin. Pour Nicéphore Soglo, le dénouement d’une crise politique au Bénin, passe par l’écoute de toutes les parties qu’une prise de position. A ce propos, il enseigne au président nigérian que le président français ne saurait intervenir dans la vie interne de la Hollande.

(Lire ci-dessous l’intégralité de la déclaration du Président Nicéphore Dieudonné Soglo, suite à la visite du Président Nigérian Goodluck Jonathan)

La déclaration du Président Nicéphore Dieudonné Soglo

Dans le cadre des relations de bon voisinage entre les Etats qui partagent des frontières communes comme le Nigéria et le Bénin, il est normal que des échanges et des visites de hauts niveaux se tiennent régulièrement.

C’est d’ailleurs un bon signe de l’excellence des relations séculaires, historiques, culturelles, sociales et économiques qu’ont su tisser au cours de leur histoire commune les peuples du Nigéria et du Bénin ainsi que leurs dirigeants.

J’ai voulu bien croire que la brève visite qu’a effectuée au Bénin le vendredi 18 Mars 2011, le Chef de l’Etat de la République Fédérale du Nigéria, son Excellence Monsieur Goodluck Jonathan s’inscrivait dans ce cadre, si ce n’était l’expression on ne peut plus étonnante de sa déclaration qui a fortement surpris l’opinion nationale ainsi que la classe politique. Je cite :

« Je félicite les populations du Bénin pour l’élection présidentielle qui s’est tenue sans violence et voudrais inviter les candidats et les électeurs à accepter les résultats des élections afin d’éviter la violence et la guerre. Le Nigéria ne va pas accepter la violence, la guerre à sa porte.  » Fin de citation.

En cette période très sensible où le peuple béninois éprouve d’énormes difficultés, avant, pendant et après, l’élection présidentielle du 13 Mars 2011, cette injonction aux acteurs politiques et aux électeurs à savoir le peuple béninois est inacceptable. Le Bénin est certes un petit pays, mais c’est un grand peuple très fier de son histoire et de son indépendance.

Si le Chef de l’Etat nigérian lors de sa visite du 18 Mars 2011 avait cherché à écouter les différents acteurs de la classe politique béninoise, à commencer par les anciens Chefs d’Etat, et à prodiguer des conseils aux uns et aux autres pour éviter une crise latente, sa mission aurait été hautement appréciée par tout le peuple béninois. Il aurait non seulement agi en ami et en voisin mais il aurait certainement accompli une œuvre fort utile et préventive en sa qualité de leader régional, Président en exercice de la Cedeao.

Il est regrettable que cette injonction ait été faite en présence du Chef de l’Etat du Bénin garant de sa dignité et de son intégrité. Le Bénin est membre de la Cedeao, de l’UA de l’ONU et d’autres organisations internationales.

En tant qu’ancien Président de la Cedeao ayant contribué en son temps au règlement de la guerre fratricide au Libéria, j’aurais tant souhaité que son Excellence Monsieur Goodluck Jonathan n’ait pas eu à prendre parti dans la situation politique que connait le Bénin.

C’est tout comme si, non content d’user de l’influence que leur confèrent les poids démographiques et économiques de leurs pays, le Président français, le Premier Ministre britannique ou la Chancelière d’Allemagne, intervenaient dans la vie interne de la Hollande, du Royaume de Belgique et du grand Duché de Luxembourg.

Imagine-t-on qu’à l’intérieur des Etats Unis d’ Amérique, le gouvernement de l’Etat fédéré de New York donne des injonctions au Massachussetts, à l’Etat fédéré du Connecticut ou celui de la Californie à ceux du Nevada ou de l’Arizona, ou bien celui de Texas à ceux de la Louisiane ou de l’Arkansas. L’Union européenne et la Fédération américaine n’y survivraient pas.

Notre rêve, c’est que, le plus tôt possible, la Cedeao devienne une Fédération comme le Brésil qu’elle surpasse par sa population et soit un acteur majeur de la vie politique, économique, internationale.

Je vous remercie.

Monsieur Nicéphore Dieudonné SOGLO

Ancien Président de la République du Bénin,

Ancien Président de la CEDEAO

Vice-Président du Forum africain des anciens Chefs d’Etat et de Gouvernement

Election présidentielle du 13 mars : la lettre de Jacques Tévoédjrè qui ravive les soupçons de fraude

Le scrutin du 13 mars n’en finit pas d’alimenter la polémique sur sa fiabilité et sa transparence. Quelques jours après la proclamation des résultats provisoires par la Cour constitutionnelle,  c’est une lettre de Jacques Tévoédjrè qui suscite des inquiétudes et des soupçons.  Il s’agit des informations peu rassurantes sur la fiabilité du traitement informatique de statistiques issues du dépouillement.

Le scrutin présidentiel qui s’est déroulé au Bénin le 13 mars dernier continue de susciter la polémique, surtout avec les résultats provisoires proclamés il y a quelques jours par la Cour Constitutionnelle et qui donnent le candidat Boni Yayi vainqueur dès le premier tour. Pour le moins qu’on puisse dire, plusieurs irrégularités constatées sur le terrain ne militent pas en faveur de la sincérité des résultats qui ont été proclamés. Le contenu de la fiche adressée par M. Jacques Tévoédjrè, responsable de la Cellule de traitement informatique et statistique de la Cena 2011 au président et aux membres de la Cena est assez révélateur des manipulations frauduleuses dont la Cena est aujourd’hui responsable. Lors du traitement informatique des fiches de dépouillement en provenance des bureaux de vote, il s’est en effet avéré que les suffrages exprimés dans les bureaux de vote sont souvent supérieurs aux nombres d’inscrits. Très logiquement, le logiciel conçu pour traiter ces données interdit dans de tels cas aux opérateurs de saisie de poursuivre les opérations de saisie. D’ailleurs, au vu de la lenteur observée dans le traitement informatique des fiches de dépouillement en provenance des bureaux de vote à la suite de l’élection du 13 mars 2011, la Cellule de traitement informatique et statistique de la Cena 2011 que dirige M. Jacques Tévoédjrè s’est rendu compte que les verrous de deux applications informatiques provoquent de nombreuses erreurs dues aux dites fiches. Et pour contourner cette difficulté, M. Jacques Tévoédéjrè a suggéré que lesdits verrous soient sautés. Bien entendu en accord avec les deux cabinets informatiques commis par la CENA et qui ont accepté d’accéder à la requête de M. Tévoédjrè pour peu qu’ils aient la couverture de l’Autorité de la CENA par une décision. Aussi troublante qu’e1le soit, le contenu de cette lettre interpelle à bien des égards la conscience du Président de la Cena et celle du Président de la Cour Constitutionnelle. Car, elle apporte aujourd’hui de l’eau au moulin des candidats qui contestent les grandes indications livrées par la Cena et qui sont confirmées par la Cour Constitutionnelle. En décidant de sauter les verrous de sécurité d’un système informatique conçu pour traiter les données du scrutin présidentiel du 13 mars 2011, la Cena ne laisse-t-elle pas ainsi libre cours à la manipulation frauduleuse et au gonflement exponentiel des chiffres? C’est en tout cas la grande interrogation. Et sur tout un autre plan, de qui la Cena détient-elle l’ordre d’autoriser la Cellule de traitement informatique et statistiques de sauter les verrous de sécurité et ce, à quatre niveaux: opérateurs ou opératrices de saisie, apureurs, superviseurs de validation, responsables CTIS et ses adjoints par divers sondages? Il y a manifestement une intention cachée derrière cette manœuvre qui biaise malheureusement les données et renforce la thèse selon laquelle le scrutin présidentiel du 13 mars 2011 est irrégulier sur toute la ligne.

Source : LNT

Contestations des résultats provisoires proclamés par la Cour : Les Centrales syndicales appellent à la résistance

Après la vague de contestations de l’opposition suite à la proclamation par la Cour constitutionnelle des résultats provisoires de la présidentielle du 13 mars, c’est au tour des Centrales syndicales de dénoncer un hold-up électoral. A travers un meeting organisé hier mardi 22 mars 2011 à la Bourse du travail à Cotonou, ils ont appelé tout le peuple béninois à la résistance.

Déférant aux appels des organisations et Centrales syndicales que sont la Confédération générale des travailleurs du bénin, (Cgtb), la Centrale syndicale des travailleurs du Bénin, (Cstb) la Centrale des syndicats autonomes, (Csa), de nombreux militants et 4 députés de l’opposition ont pris d’assaut la salle de conférence de la bourse du travail pour dénoncer les irrégularités ayant entaché le scrutin présidentiel. Les responsables syndicaux ont rejeté en bloc les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle. Pour eux, en effet, ce verdict est le résultat des manipulations politiques, des fraudes massives et des achats de conscience orchestrés par de la mouvance présidentielle pour déclarer gagnant le candidat Yayi Boni. Au regard de ces irrégularités, les Secrétaires généraux de la Cstb, Gaston Azoua et de la Cgtb, Pascal Todjinou ont martelé que le scrutin présidentiel a été une mascarade et ont conclu que le président déclaré vainqueur par la Cour est illégitime et doit être chassé du pouvoir. « Le vainqueur d’une telle élection est naturellement illégitime. Il faut le combattre comme tel et le chasser de la tête du pays » pestent-ils. Ils ont par ailleurs déploré la manière dont le candidat Adrien Houngbédji s’est autoproclamé Président de la République. Venus en renfort aux Centrales syndicales, les représentants de la société civile n’ont pas eux aussi tari d’arguments pour dénoncer les mauvaises conditions de déroulement du scrutin. Les responsables syndicaux saisissent l’opportunité pour appeler les populations à la résistance.

Claude Ahovè, Le matinal

Dédicace au peuple béninois de l’Hymne d’appel à l’égalité et aux combats des droits de l’homme

Hymne d’appel à l’égalité et aux combats des droits de l’homme

Bob Marley Get Up, Stand Up

Get up, stand up: stand up for your rights!

Get up, stand up: stand up for your rights!

Get up, stand up: stand up for your rights!

Get up, stand up: don’t give up the fight!

Preacher man, don’t tell me,

Heaven is under the earth.

I know you don’t know

What life is really worth.

It’s not all that glitters is gold;

‘Alf the story has never been told:

So now you see the light, eh!

Stand up for your rights. come on!
Get up, stand up: stand up for your rights!

Get up, stand up: don’t give up the fight!

Get up, stand up: stand up for your rights!

Get up, stand up: don’t give up the fight!
Most people think,

Great god will come from the skies,

Take away everything

And make everybody feel high.

But if you know what life is worth,

You will look for yours on earth:

And now you see the light,

You stand up for your rights. jah!
Get up, stand up! (jah, jah! )

Stand up for your rights! (oh-hoo! )

Get up, stand up! (get up, stand up! )

Don’t give up the fight! (life is your right! )

Get up, stand up! (so we can’t give up the fight! )

Stand up for your rights! (lord, lord! )

Get up, stand up! (keep on struggling on! )

Don’t give up the fight! (yeah! )
We sick an’ tired of-a your ism-skism game –

Dyin’ ‘n’ goin’ to heaven in-a Jesus’ name, lord.

We know when we understand:

Almighty god is a living man.

You can fool some people sometimes,

But you can’t fool all the people all the time.

So now we see the light (what you gonna do?),

We gonna stand up for our rights! (yeah, yeah, yeah! )
So you better:

Get up, stand up! (in the morning! git it up! )

Stand up for your rights! (stand up for our rights! )

Get up, stand up!

Don’t give up the fight! (don’t give it up, don’t give it up! )

Get up, stand up! (get up, stand up! )

Stand up for your rights! (get up, stand up! )

Get up, stand up! (… )

Don’t give up the fight! (get up, stand up! )

Get up, stand up! (… )

Stand up for your rights!

Get up, stand up!

Don’t give up the fight! /fadeout/

Pour ceux qui ne comprennent pas anglais, voici la traduction en français

Lève-Toi, Tiens-Toi Debout

Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout, n’abandonne pas la bataille!

Prêtre, ne me dis pas

Que le paradis est sous la terre

Je sais que tu ne sais pas

Ce que la vie vaut vraiment

Ce n’est pas que tous ce qui brille est or

La moitié de l’histoire n’a jamais été dite

Alors maintenant tu vois la lumière, eh!

Bats-toi pour tes droits, allez!
Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout, n’abandonne pas la bataille!

Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout, n’abandonne pas la bataille!
La plupart des gens pensent

Que le Bon Dieu descendra du ciel

Et reprendra tout

Et faire en sorte que tout le monde se sentira bien

Mais si tu sais ce que la vie vaut

Tu chercheras la tienne sur terre

Et maintenant tu vois la lumière

Tu te bats pour tes droits, ouais!
Lève-toi, tiens-toi debout! (Ouais, ouais!!)

Bats-toi pour tes droits! (Oh-hoo!)

Lève-toi, tiens-toi debout! (Lève-toi, tiens-toi debout!)

N’abandonne pas la bataille! (La vie est ton droit!)

Lève-toi, tiens-toi debout! (Alors nous ne pouvons abandonner la bataille!)

Bats-toi pour tes droits! (Dieu, Dieu!)

Lève-toi, tiens-toi debout! (Continue de te battre!)

N’abandonne pas la bataille! (Ouais!)
On en a marre de vos jeux de isme-skisme

Mourir et aller au paradis au nom de Jésus, Dieu

On sait quand on comprend

Que Dieu Tout-Puissant est un homme vivant

Tu peux parfois prendre les gens pour des idiots

Mais tu ne peux pas le faire pour tout le monde, tout le temps

Alors maintenant nous voyons la lumière (Qu’est-ce que tu vas faire?)

Nous allons nous battre pour nos droits! (Ouais, ouais, ouais!)
Alors tu ferais mieux de

Lève-toi, tiens-toi debout!(Le matin! Lève-toi!)

Bats-toi pour tes droits! (Bats-toi pour tes droits!)

Lève-toi, tiens-toi debout!

N’abandonne pas la bataille! (N’abandonne pas, n’abandonne pas)

Lève-toi, tiens-toi debout! (Lève-toi, tiens-toi debout!)

Bats-toi pour tes droits! (Lève-toi, tiens-toi debout!)

Lève-toi, tiens-toi debout!

N’abandonne pas la bataille! (Lève-toi, tiens-toi debout!)

Lève-toi, tiens-toi debout!

Bats-toi pour tes droits!

Lève-toi, tiens-toi debout!

N’abandonne pas la bataille!

Grand merci à mon ami Jacob Siyabonga qui m’a envoyé ce texte et qui le dédie à tout le peuple béninois