Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Transformer l’impasse en espoir ???

On les crédite de pouvoirs magiques. Les 7 mages de la Cour constitutionnelle en auraient certainement besoin pour solder définitivement les comptes de la présidentielle 2011. Ce scrutin vraiment magique sans liste électorale, sans lois électorales, sans liste des bureaux de vote. Allons-y scénario par scénario. Une confirmation du passage en force dès le premier tour : le Bénin opte alors pour l’aventure sans lendemain. Les émergents raillaient le fonds de caisse de 200 millions à eux laissé par le régime Kérékou. Cette fois-ci, le point de départ s’analyse à partir d’un leste de plus de 150 milliards sur l’épargne privée et de près de 400 milliards sur les entreprises privées sous forme de dette intérieure. A cela s’ajoute la gestion des recrutements anarchiques dans la fonction publique à des fins électoralistes. Pendant que, une à une, les entreprises privées mettaient la clé sous le paillasson, le docteur en économique de développement faisait reverser des agents sans formation dans l’administration publique et en enrôlait de nouveaux à tour de bras. Tout cela dans un contexte de cristallisation de la tension politique et sociale, de dénaturation de la constitution et des institutions, de prostitution des valeurs-refuges par excellence.

Les deux autres configurations ne sont que les faces d’une même pièce : un deuxième tour ou une annulation pure et simple du premier. Porte ouverte au compromis politique à l’issue incertaine. Longues et interminables négociations sur un éventuel prolongement du mandat présidentiel finissant, palabres autour du fichier électoral, recherche d’un remède à la fin du mandat parlementaire, réhabilitation de la Cour constitutionnelle, apaisement de la tension politique et sociale. Pleins feux sur un processus dont personne ne peut prédire l’aboutissement. Une sorte de retour à une conférence nationale bis. Ce que Kérékou a réussi à faire faire aux Béninois au bout de 17 années de régime militaro-marxiste, Yayi y est parvenu en 5 ans seulement de présidence pourtant sous un régime de démocratie libérale. Exploit impossible à réaliser sans le concours et la détermination de la Cour de Robert Dossou. Pour que la pilule puisse bien passer, le docteur-président a eu l’ingénieuse intuition de mettre deux propriétaires présumés de la constitution, c’est-à-dire des rédacteurs du projet du texte fondamental. Des privilégiés qui pourraient se permettre d’outrepasser la stature de simples juges de droit. Tout y passe : leçon de civisme, de patriotisme, de morale, de probité et de conscience aux députés, injonctions répétées à la représentation nationale, imposition d’une élection présidentielle sans liste électorale, sans organe de gestion fixe pour le scrutin, en violation de tous les délais légaux et constitutionnels. Ne parlons pas des shows médiatiques de recadrage du président de la Cour, de la sélectivité dans le traitement des recours selon qu’ils proviennent d’un opposant ou d’un émergent (presque instantané sur demande de la Marina, aux oubliettes si c’est pour les intérêts des partisans Abt ou Un).

Le chef-d’œuvre de cette course démentielle demeure la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Un truc dont on ignore tout mais dont on nous disait qu’il apporterait le modernisme et la clarté dans les élections. Elle aurait la vertu d’empêcher la délivrance frauduleuse de carte d’électeur à des présumés morts. A la réalité, se sont des milliers de Béninois, bien vivants, qui ont squatté en vain les centres de repêchage de dernière heure sans pouvoir obtenir leur droit de vote. A la fin, on hérite d’un Etat en roue libre, complètement à la dérive, avec deux présidents élus, des rues en effervescence, une police désorientée qui cogne sur tout ce qui bouge (député, journaliste, manifestants, paisibles populations débauchées à domicile…), un Etat sans constitution… sans lois électorales…

Un Etat … magique…

arimi choubadé http://arimi.freehostia.com

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :