Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Il y a un siècle, des bombardements aériens “ouvraient” la Tripolitaine à “la civilisation”

La Cyrénaïque et la Tripolitaine étaient sous domination turque lorsque l’Italie en entreprit la conquête en octobre 1911. A cette occasion, l’historien Alain Ruscio nous le rappelle, pour la première fois dans l’histoire, l’aviation – l’aviation italienne en l’occurrence – a été utilisée pour bombarder des positions ennemies.

L’Empire ottoman renonça à ses droits dès 1912, mais la conquête italienne ne se termina qu’en 1932. Les Italiens fusionnèrent les trois régions historiques (Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan) en une colonie libyenne, laquelle devint une « province italienne » en 1939. La colonisation italienne fut très dure : entre 1911 et 1945, les Italiens exterminèrent ou forcèrent à l’exil la moitié de la population locale.

Gouvernée par le roi Idris 1er de la confrérie des Senoussis qui avait symbolisé la résistance aux Italiens, la Libye fut la première colonie d’Afrique à accéder à l’indépendance en 1951. Le pays comptait alors parmi les plus pauvres… jusqu’à la découverte de gisements pétroliers, en 1958 et 1959. Le 1er septembre 1969, un coup d’État militaire dirigé par le capitaine Mouammar Kadhafi, alors âgé de 27 ans, renversa la royauté

Le Petit journal du 15 octobre 1911 (© Cent.ans)

Il y a cent ans en Libye : la première guerre aérienne terroriste

On attribue généralement aux frères américains Wright le mérite d’avoir procédé au premier vol, le 17 décembre 1903. Prodige de l’esprit humain. Mais aussi terrifiante logique : immédiatement, certains se sont interrogés : et si cette invention pouvait être utilisée pour acquérir un ascendant à la guerre ? De nombreux hommes politiques et militaires imaginèrent que cette invention pouvait devenir une arme – de reconnaissance et / ou de bombardement –.

Quand cette idée fut-elle pour la première fois mise en pratique ?

Pour la quasi totalité des études historiques, la première guerre aérienne fut celle de 1914-1918 [1]. C’est vrai, si l’on retient comme critère le combat dans le ciel entre militaires, en quelque sorte à armes égales. Mais c’est oublier une autre forme : le bombardement aérien. L’utilisation de l’aviation fut vite perçue par les stratèges militaires comme un moyen radical, de terrasser l’ennemi – les fantassins au sol ou… les populations civiles – qui, lui, évidemment, ne pouvait riposter.

Et c’est aux colonies que ce type de terrorisme – au sens premier du terme : usage de la terreur pour obtenir un avantage – fut, pour la première fois, appliqué.

Dans cette course au déshonneur, les militaires italiens arrivèrent « bons » premiers. Et ce en Tripolitaine, appelée aujourd’hui… la Libye. Le pays était alors sous la coupe de l’Empire Ottoman, qui avait – miraculeusement – conservé cette parcelle de son ancien immense domaine. L’Italie, jeune nation, furieuse d’être partie trop tard dans la course aux colonies, devancée par exemple par la France en Tunisie, manifesta ses appétits de conquête dans cette partie de la côte septentrionale de l’Afrique.

La guerre commença le 29 septembre 1911. Dès le 22 octobre, le capitaine italien Carlo Piazza effectua le premier vol militaire – une reconnaissance – au-dessus des lignes turques ; dès novembre, des largages de bombes par avions sont attestés sur le même front [2].

Les Français ne voulaient certes pas être les derniers à envisager cette hypothèse. Dès septembre 1910, une mission avait été chargée d’étudier la mise en place d’une station d‘aviation dans le sud algérien. Signe qui ne trompe pas, ce fut le ministère de la Guerre qui en fut chargé [3].

L’armée française arriva seconde de ce palmarès, coiffée sur le fil par les frères latins d’Italie : dès 1912 – donc l’année de l’établissement du protectorat –, au Maroc [4], il fut procédé à des bombardements aériens.

Une suggestion à nos croisés – dixit Guéant – de l’Occident en Libye : si la guerre dure toujours en novembre, pour le centenaire du premier largage aérien de bombes de l’histoire de l’humanité, organisez une petite fête… mais soyez discrets.

Alain Ruscio

source : http://www.ldh-toulon.net

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :