Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN: 17 militaires en prison pour avoir abusé d’une serveuse de bar

Les patrouilles nocturnes qui s’organisent depuis quelques années au Bénin et qui se sont intensifiées ces dernières semaines en raison de la tension politique de plus en plus aigue ne visent pas que la traque aux malfrats et aux armes de guerre en circulation sur l’étendue du territoire. Ces patrouilles sont aussi sexuelles. La preuve en a été apportée au cours de la semaine écoulée avec le déferment à la prison civile de Cotonou de 17 militaires poursuivis pour abus sexuel sur une serveuse de bar raflée sans pièce.

C’est en effet à la faveur de leur traditionnelle patrouille nocturne que 17 militaires ont choisi d’assouvir leur plaisir sexuel sur une jeune serveuse de bar embarquée au niveau du passage à niveau de Houéyiho. Selon les premiers propos de la jeune fille abusée, les choses ont commencé par de petits attouchements et ont fini par des pénétrations sexuelles brutales et violentes. Dépourvue de sa carte d’identité et ne voulant pas finir au poste, la jeune serveuse a été obligée d’accepter de subir l’agression sexuelle que lui ont infligée ses amants de circonstance. Un à un, les 17 égarés du corps Kaki sont passés à l’acte sexuel et ont fini par la larguer la pauvre infortunée à la hauteur du Ceg Godomey avec en prime, deux pièces de 100 F. Comme on pouvait s’y attendre, les choses ont mal tourné pour les militaires patrouilleurs de sexe. La jeune serveuse ne pouvant plus contenir les douleurs atroces qu’elle a subies, a parlé à son patron qui l’a aidé à formuler en bonne et due forme une plainte. L’affaire a été portée devant les juridictions compétentes. Interpellés, les 17 militaires chasseurs de sexe ont fini devant le procureur qui les a mis sous mandat de dépôt. Selon des indiscrétions, ils risquent la radiation de l’armée. Cette sanction servira certainement de leçons aux militaires en faction devant le siège de la Fédération béninoise de football à Porto-Novo car des voix s’élèvent aussi pour indiquer qu’eux aussi transforment les installations de l’institution faîtière du football béninois en lieu de séances jambes en l’air. Selon des indiscrétions, l’information est déjà parvenue des responsables de la Fbf qui attendent qu’un cas palpable soit porté à leur attention pour agir.

Euloge Badou, L’évenement précis

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :