Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Libye: Un pas de plus de la France dans la guerre

Nicolas Sarkozy a promis ce mercredi une intensification des raids aériens internationaux contre les forces de Mouammar Kadhafi au président du Conseil national de transition libyen (CNT). Le président français a ainsi répondu favorablement aux demandes de Moustapha Abdeljalil, pour la première fois reçu à l’Elysée ce matin. Hier déjà, le Premier ministre François Fillon, avait évoqué cette amplification.

  • Pas de troupes au sol

La France exclut toujours une intervention terrestre. « Ce n’est pas la résolution 1973 » du Conseil de sécurité de l’Onu, qui a autorisé les frappes aériennes, a dit le ministre de la Défense, Gérard Longuet après le conseil des ministres, tout en admettant que c’était « un vrai sujet qui mérite une réflexion internationale ». « Nous ne prenons pas d’initiative pour demander une nouvelle résolution du Conseil de sécurité », a précisé en parallèle le porte-parole du gouvernement, François Baroin.

  • … mais des officiers sur le terrain

François Baroin a cependant confirmé que des pays de la coalition, dont la France, enverraient « un petit nombre d’officiers de liaison auprès du CNT afin d’organiser la protection de la population civile ». Il a précisé que le nombre de ces officiers envoyés par la France serait inférieur à dix. Le Royaume-Uni a fait mardi une annonce similaire.

  • Bernard-Henri Lévy aux manettes

Selon l’écrivain français Bernard-Henri Levy, qui joue les intermédiaires entre le CNT et Paris depuis le début, trois militaires – un Français, un Britannique et un Italien – sont déjà dans la salle d’opérations des insurgés à Benghazi. Leur rôle est « d’éviter les bavures » comme celle qui s’est récemment soldée par la destruction par erreur de quatre chars des insurgés, a-t-il expliqué à Reuters. « L’ambassadeur de France m’a lui-même présenté le 10 ou le 11 avril dans les bureaux du président du CNT le capitaine de corvette français qui venait d’arriver pour servir d’officier de liaison », a souligné Bernard-Henri Levy.

Selon une source familière du dossier, les Britanniques auraient aussi dépêché en Libye une vingtaine de membres de leurs forces spéciales et les Français 10 à 15, dont plusieurs à Misrata. Ce que Paris ne confirme cependant pas. Cet après-midi, Rome a annoncé mettre dix instructeurs militaires à disposition du CNT.

  • Abdeljalil dans la roue de Sarkozy

Moustapha Abdeljalil, qui était accompagné par plusieurs autres membres du CNT et devait être reçu mercredi après-midi par François Fillon, est un des premiers dignitaires du régime Kadhafi à avoir fait défection. Pour la Bulgarie, ce magistrat reste l’homme qui avait confirmé la peine de mort de cinq infirmières bulgares accusées d’avoir inoculé le virus du sida à des enfants libyens et dont le président français a obtenu la libération en 2007.

Soucieux de donner une crédibilité politique au CNT alors que se pose la question de la succession de Kadhafi, Nicolas Sarkozy n’en a pas moins multiplié les attentions à son égard. ll l’a ainsi accueilli et raccompagné sur le perron de l’Elysée entre deux rangées de gardes républicains. Le président du CNT a pour sa part promis l’édification d’un Etat démocratique et s’est engagé à lutter contre le terrorisme, l’immigration illégale et « la traite des êtres humains ».

La stratégie semble payer puisque le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et l’Union européenne (UE) ont apporté à leur tour cet après-midi leur soutien au Conseil national de transition, au terme d’une réunion à Abou Dhabi.

Monde – l’Humanité.fr

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :