Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

TOGO : L’ANC demande le retrait du buste du général Gnassingbé Eyadéma de la Place de l’Indépendance

A l’occasion du cinquante-unième (51è) anniversaire de l’indépendance du Togo, le gouvernement togolais vient de placer à la Place de l’indépendance quatre bustes d’ anciens chefs d’Etat : Sylvanus Olympio, Nicolas Grünitzky, Kléber Dadjo, Gnassingbé Eyadema. Dans un communiqué rendu public ce jour, l’ANC de Jean-Pierre Fabre s’insurge contre cette situation et exige le retrait du buste d’Eyadema de la Place de l’indépendance. L’ANC accuse en outre Gilchrist Olympio d’être complice de cette double forfaiture de la réécriture de l’histoire du Togo, en mettant côte à côte tout d’abord Sylvanus Olympio et son assassin présumé Gnassingbé Eyadema, puis l’indépendantiste que fut le premier président et celui qui « n’a pas pris part à la lutte pour l’indépendance du Togo et n’a apporté aucune contribution à l’émancipation du peuple togolais ».

La polémique de la pertinence de la présence du buste d’Eyadema à la Place de l’indépendance est bien lancée. Tout a commencé en réalité, il y a six ans, quand Faure Gnassingbé a procédé, avec la suggestion du Premier ministre Edem Kodjo, à l’installation de la Commission pour la Restitution et la Réhabilitation de l’Histoire du Togo (CRRT) chargée de faire la revue des grands hommes de l’histoire. Laquelle commission (dont la composition et même l’installation est controversée) a mis en lumière les quatre hommes.

 D E C L A R A T I O N DE L’ANC

Gnassingbé Eyadéma n’a pas sa place au monument de l’indépendance du Togo !

Les populations togolaises constatent avec indignation que le régime RPT a positionné autour du monument de l’indépendance des bustes d’anciens présidents de la République, Sylvanus Olympio et Nicolas Grunitzky et d’anciens chefs d’Etat, Kléber Dadjo et Gnassingbé Eyadéma. Cet acte constitue un affront de plus infligé au peuple togolais par un régime qui, de tout temps, manipule l’histoire avec pour seul objectif de mettre Gnassingbé Eyadéma à une place que rien ne justifie.

Sylvanus Olympio a conduit la lutte pour la libération de notre pays et donné sa vie pour l’indépendance. Il est donc normal que la nation reconnaissante lui érige un mémorial au lieu consacré à la naissance de notre nation togolaise, à côté du monument de l’indépendance. La République devra réserver un autre lieu à la mémoire des autres grands hommes, ceux reconnus comme ayant mérité de la nation.

Les Togolais n’oublient pas que le régime RPT a toujours manifesté la volonté de gommer les attributs de la souveraineté internationale chèrement acquise, le 27 avril 1960, par les pères fondateurs de la nation togolaise. Les Togolais ont encore en mémoire les décisions iniques du parti unique visant à supprimer le 27 avril et à détruire le monument de l’indépendance, le drapeau national, les armoiries, l’hymne national ainsi que la devise de notre pays.

Le régime RPT a vainement essayé, en particulier, de démanteler le monument de l’indépendance, au prétexte fallacieux de sa disharmonie dans le paysage, dès la construction de la ‘’maison du RPT’’, du CASEF et de l’hôtel 2 Février. Aujourd’hui, le régime tente d’assouvir ses desseins jadis rejetés par la résistance du peuple togolais, en érigeant la statue du dictateur Gnassingbé Eyadéma à la Place de l’indépendance.

Cette tentative de réécrire l’histoire de notre pays en faisant entrer Eyadema au panthéon de la lutte pour l’indépendance est une imposture. En effet, pendant que le peuple togolais livrait au prix du sang, le combat pour sa libération, Etienne Eyadéma trucidait les Fellaghas, combattants de l’indépendance, dans les Aurès en Afrique du Nord. Il n’a pas pris part à la lutte pour l’indépendance du Togo et n’a apporté aucune contribution à l’émancipation du peuple togolais, pour figurer sur un quelconque piédestal national.

L’ANC condamne la manipulation de l’histoire de notre pays par le régime RPT. La falsification de l’histoire ne peut, en aucun cas, faciliter la réconciliation nationale.

L’ANC dénonce la complicité active de Gilchrist Olympio qui n’a de cesse de brader la lutte héroïque du peuple togolais contre la dictature et de souiller la mémoire des pères fondateurs de la nation togolaise. La participation de Gilchrist Olympio ne confère aucune légitimité à cette manipulation qui demeure une supercherie grotesque.

L’ANC appelle les populations togolaises à la vigilance et leur demande de se mobiliser massivement pour faire échec à la manipulation de l’histoire de notre pays et à la profanation du monument de l’indépendance par l’attelage RPT/ Gilchrist Olympio.

Fait à Lomé, le 21 avril 2011.

Pour le Bureau National,

Le Président

Signé : Jean-Pierre Fabre

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :