Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : La Tricherie plurielle

Titre provocateur s’il en est mais résume bien l’état du scrutin en cours de préparation. Comme à son habitude, la classe politique hypnotisée, n’en dit rien. L’organisation des élections législatives du 30 avril n’a rien de scientifique, d’honnête et de crédible. Et pour cause. Aucun indicateur de suivi de l’activité ne rassure.  A la soirée électorale de l’élection présidentielle du 13 mars 2011, animée par mon confrère Euloge Nanga de LC2, j’évoquais des questions préjudicielles pour la continuation du processus électoral.  En effet, le vote par dérogation était un phénomène incompréhensible, porte ouverte à tous les fantasmes de tricherie de type archaïque.  Voilà une élection démocratique qui n’autorise pas l’affichage des centres de bureaux de vote. Et pourtant, la loi l’exige tout comme la liste électorale qui  doit être publiée et disponible sur internet au moins cinq jours avant le jour du scrutin. Les bulletins de vote doivent porter le numéro indiqué sur leurs souches.

Le discours de lancement de la campagne n’en dit rien. Au contraire, le Président de la Commission Electorale Nationale Autonome (Cena) se livre à cœur joie, à une rhétorique de non-dit préjudiciable à la sincérité du scrutin. On est curieux de savoir si les élections législatives ne seront pas une parodie…à l’africaine.

Si l’opposition, Union Fait la Nation (UN) est considérée comme une victime consentante des manœuvres illégales, les autres composantes de la majorité présidentielle ne se laisseront pas faire. Déjà à l’entame de la campagne électorale, une querelle de coépouse, telle un  vertige de l’inexplicable, ou plutôt de l’injustifiable,  saisit toutes les listes non Fcbe, considérées à tort comme n’ayant pas l’onction du Chef de l’Etat. Autrement dit, les Fcbe excluent déjà toutes les autres listes de la nouvelle famille. Devant une telle attitude affichée avec une grande désinvolture par la tête de liste Fcbe de la 5è circonscription électorale, on s’en remet à Platon dans les méditations du Timée. D’où l’interrogation fondamentale. Pourquoi ?

Ce nouveau débat honteux au sein de la majorité présidentielle est un séisme qui  ébranle les certitudes des individus et les systèmes ayant concouru au K.O historique qui fait école à notre porte de l’Est. La terre bouge, les croyances à la bonne foi du Président Boni Yayi flageolent, l’âme des mouvanciers originels et opportunistes se fend.  A la déclaration de la  « douce » Claudine Prudencio qui déménagea en catastrophe du nouveau courage pour les Fcbe, on peut imaginer le sentiment du superviseur de la Lépi, tête de la liste Amana, qui croit aussi appartenir à la mouvance.

Les déclarations des membres du parti au pouvoir (Fcbe) feront  surgir des vérités enfouies qui ébranleront les vertus de la démocratie et l’honneur des institutions  » fortes  » de la République. Le chaos politique est à notre porte. Pour beaucoup de têtes de listes,  Boni Yayi a trahi la cause. Ce n’est pas assez !!! Il suffit de scruter la galaxie des candidats Fcbe. Après la dissolution, pardon, le rejet de la liste FRAP, il a été trouvé une place sur FCBE à Madame, la première de la République, l’épouse très  bien aimée devant les caméras des grands évènements. Pour une tête de liste (mouvance) de la 15ième qui n’est pas Fcbe,  c’est être enterré vivant, c’est la mort soudaine et la sépulture immédiate.  Tristesse pour  celui-là, il n’a donc pas de base et compte sur la  « popularité » du KO pour faire effraction à l’Assemblée Nationale.  Quand tout s’effondre en termes d’assurance, alors tout se renverse, en un paroxysme d’injustice. En un tel hic et nunc de l’incompréhensible, il y a ceux qui voient la preuve d’un chef qui se mue en quelque chose de peu maîtrisable. La tragédie qui se prépare est à la hauteur de cette feinte de corps en pleine campagne électorale. Ils auraient ainsi choisi. Goya fuyant l’inquisition avait peint des cornes sur lesquelles on pouvait lire avec attention que :  « le sommeil de la raison engendre des monstres » .

Au commencement la raison a sommeillé, et Epiphane Quenum récupéré fit allégeance. Avant de sortir du doux sommeil, c’était trop tard. Ensuite, la raison a sommeillé….et Bako Nassirou qui remplaça le premier, continua l’œuvre. Puis encore, la raison sommeilla, …et la dérogation engendra des urnes sans scellés et des bureaux de vote fantaisistes et fictifs. Enfin, la raison sommeilla derechef, et les artisans complémentaires du KO sont exclus de la paternité  » Cauris « , le cœur meurtri, les yeux en larmes, l’esprit déboussolé, le regard désaxé et décontenancé.

Conclusions inconciliables. La mouvance est en lambeaux.  Dans la mythologie, le poète Simonide est éveillé par un ange qui le prévient d’un séisme et le fait sortir de chez lui à temps : unique survivant, il peut identifier les cadavres. Leçon d’une aventure : on n’est jamais assez fort en comptant sur l’autre. L’identité en politique sous-tend le rapport de force. Cette leçon vaut mieux qu’une méditation sur les bords de l’Okpara.

H. TAUYE

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :