Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Confidences sur l’entretien entre Gbagbo, Tutu, Annan et Robinson

La rencontre n’était pas prévue dans le programme officiel de la délégation des « Elders », ces « aînés », anciennes figures de la scène publique retirées des affaires, et qui offrent leurs bons offices sur un certain nombre de terrains conflictuels. Les « Elders » (Desmond Tutu, Kofi Annan, Mary Robinson), venus à Abidjan à la demande d’Alassane Ouattara, ont tout de même souhaité rencontrer Laurent Gbagbo, notamment pour s’assurer qu’il était bien traité, après les images traumatisantes servies ad nauseum par les médias internationaux le 11 avril. Ils ont, selon des sources diplomatiques, exprimé le souhait de rencontrer Simone Gbagbo aussi, mais ont au final considéré qu’il était pratiquement difficile de faire à la fois le voyage de Korhogo et de se rendre à Odienné. En toute logique, les Elders se sont rendus à l’hôtel Pergola, où sont détenus plusieurs dizaines de cadres de la majorité présidentielle (LMP). Ils ont exprimé le vœu de voir ces cadres retrouver le droit aux communications téléphoniques et aux visites familiales…

A Korhogo, les Elders ont trouvé un Laurent Gbagbo en pleine forme, ce qui dément la rumeur persistante, lancée comme un ballon d’essai par la presse ouattariste, qui évoquait une tentative de suicide. Il a dit être bien traité – son médecin personnel, le docteur Blé, est avec lui – mais a demandé, comme son épouse Simone, si l’on en croit les confidences de Ouattara à La Croix, une Bible. Signe qu’il ne se considère pas comme à la retraite, il a demandé un livre contenant les discours les plus célèbres des plus grands hommes politiques. Séance tenante, le ministre de la Justice de Ouattara, Jeannot Ahoussou Kouadio, lui a remis la biographie de Félix Houphouët-Boigny écrite par Frédéric Grah Mel. Et a promis de lui faire parvenir une Bible version Louis Segond. Les Elders ont été surpris du tonus de Laurent Gbagbo. Kofi Annan est allé jusqu’à lui dire qu’ils s’attendaient à voir un homme non pas rayonnant, mais au visage défait et triste…

La question de la procédure judiciaire lancée contre le président Laurent Gbagbo a été évoquée à la fin de l’entretien par Jeannot Ahoussou Kouadio. Gbagbo a insisté sur sa requête, déjà exprimée, mais visiblement ignorée, de rencontrer ses avocats avant sa première audition. Ahoussou Kouadio a, devant les Elders, promis que la question serait réglée. D’où le report de l’audition en question, qui devait se dérouler ce mardi, mais aura lieu sans doute en fin de semaine… Gbagbo attend également de parler à ses avocats avant de donner une suite à la demande des « Elders » de le voir s’adresser à la Nation, notamment pour encourager ses partisans à aller dans le sens de la réconciliation.

Plus globalement, les Elders sont plus ou moins inquiets quant à la rapidité des procédures judiciaires et « réconciliatrices » mises en place par le gouvernement Ouattara. Ils s’interrogent sur les attributions et le champ de compétence de la Commission Vérité et Réconciliation et aimeraient que toutes les couches sociales soient représentées dans son bureau, y compris les femmes. Ils ont peur que les procès qui s’engagent s’inscrivent dans la logique de la « justice des vainqueurs » et perturbent le processus de réconciliation.

Bon à savoir : le 6 avril 2011, les « Elders » avaient accablé Laurent Gbagbo, estimant qu’il était le « premier responsable » de la violence en Côte d’Ivoire « qu’il a déclenchée (…) en refusant de quitter le pouvoir ».

Une correspondance de Philippe Brou

Le Blog de Theophile Kouamouo

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :