Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Cote d’Ivoire : Gouvernance – La différence entre Gbagbo et Ouattara

La gestion du pouvoir n’est pas une chose aisée. Entre le putschiste Alassane Ouattara et le Président démocratiquement élu, Laurent Gbagbo, il y a une grande différence. Sous le régime du second, les leaders de l’opposition étaient bien traités. Ils insultaient à longueur de journée le chef de l’Etat sans être inquiétés. Mieux, ils étaient bien traités et choyés. La preuve, Henri Konan Bédié et Alassane étaient en exil, Laurent Gbagbo les a fait rentrer au pays.

Ils reçoivent respectivement chacun un salaire mensuel en tant qu’ancien chef d’Etat pour Bédié et ancien premier ministre pour Alassane. Ils avaient une résidence avec des gardes de corps. Leur sécurité était garantie. Ils étaient libres de leurs mouvements. Ils animaient des meetings à travers l’ensemble du territoire national. Au cours de ces rencontres, ils tenaient des propos haineux contre leur bienfaiteur qui n’est autre que Laurent Gbagbo.

En outre, ce dernier leur rendait régulièrement visite. Il était à leurs cotés quand ceux-ci sont frappés par un malheur. Il a toujours évité d’humilier ses adversaires. Et pourtant, il pouvait se venger d’eux. Puisqu’il a subi des humiliations sous leurs règnes. Il a fait plusieurs fois la prison. Son salaire a été bloqué à maintes reprises. C’est ça la grandeur d’un homme. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Alassane prend le pouvoir par les armes. Il arrête Laurent Gbagbo et toute sa famille. Ainsi que ses collaborateurs, les personnalités qui le soutiennent. Les responsables de la majorité présidentielle sont mis aux arrêts. Ils n’ont pas droit à la parole. Leurs portables ont été arrachés. Pas de visites.

La presse internationale ne doit pas les rencontrer. D’autres sont obligés de s’exiler. Les journaux proches de Gbagbo sont interdits de parution. Leurs locaux, mis à sac. C’est la chasse aux sorcières. Les militants de Lmp sont assassinés tous les jours. Des militaires sont mis aux arrêts. Et avec la complicité de la France. On revient à l’heure du parti unique. Personne n’a le droit de critiquer le despote Alassane Ouattara. Autre différence : La famille du putschiste est au palais.

Son frère est directeur financier et sa nièce, directeur à la communication. Il n’a pas oublié ses frères du Burkina Faso. Le fils de l’ancien président du Faso, Sangoulé Lamizana est nommé directeur général du Port de San Pedro. Les Ivoiriens voient la différence. Ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Le vrai bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu. Le combat continue.

Enise Kamagate

Source : Le Temps

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :