Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Angola: le Gouvernement dénonce l’interventionnisme armé en Afrique

Le ministre angolais des Relations Extérieures, Georges Chicoty, a declaré jeudi à Addis Abeba, que l’Afrique était marqué par l’interventionnisme armé et par une forte implication politique des puissances occidentales dans la résolution de leurs problèmes dont la politique interne.

Georges Chikoty a fait cette dénonciation dans son discours prononcé à la session extraornaire de l’Assemblée des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA) qui se déroule depuis mercredi à Addis Abeba (Ethiopie).

Le Chef de la diplomatie angolaise qui y a participé en qualité de représentant du Président José Eduardo dos Santos, il  a cité à titre d’exemple les cas de la Côte d’Ivoire et de la Libye, rappelant que les Nations Unies ont autorisé les interventions militaires dans ces pays avec un soit-disant objectif de protéger les populations locales.

Selon lui, pour la première fois cette formulation a été utilisé de façon aussi claire par l’ONU pour justifier l’invention dans un conflit, faisant remarquer une nouvelle manière d’agir dans la gestion de crises.

Dans son allocution faite devant 13 Chefs d’Etat et 24 chefs de gouvernement africains, Georges Chicoty a souligné que la nouvelle tendance du conseil de sécurité de s’engager de façon active et se plaçant en faveur de l’une des parties en conflit, entre en choc avec le concept traditionnel de maintien de la paix conçue comme rigourireusement neutre depuis la création de l’ONU.

Pour le diplomate, le monde vit de grandes transformations qui ne peuvent être indifférent à aucune nation, vu que les pays africains qui avaient fait tant de progrès sont l’objet de destruction systématique et programmée avec des conséquences imprévisibles pour l’avénir du continent.

Il a fait observer que indépendamment des expériences vécues, aujourd’hui personne ne sait par où viendront les prochains conflits et par conséquent l’Afrique ne peut se croiser les bras et espérer que surgissent de nouvelles crises pour trouver des solutions.

« Les Etats africains doivent assumer leurs responsabilités devant l’organisation continentale, lui fournissant une autonomie financière, en évitant ainsi une dépendance des contributions des pays donateurs, en redéfinissant des priorités de l’organisation, en créant un agenda minime et plus efficace.

VIA

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :