Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Remaniement ministériel, les artisans du K. O sacrifiés par Yayi

L’ancien ministre de l’Eau, Sacca Lafia n’est plus dans le gouvernement. Ce qui a surpris plus d’un observateur. En effet, l’homme de l’hélico du 13 mars 2011, l’homme qui a pris les dispositions les plus hardies pour affréter un appareil volant spécial le jour de la présidentielle pour aller desservir Tchaourou, la ville natale du président de la République qui était confrontée à un retard criard dans l’acheminement de la logistique électorale, cet homme de main de Boni Yayi, n’a pas tergiversé pour prendre les mesures qui s’imposent.

La suite on la connait : un oiseau volant a convoyé expressément le matériel électoral au profit des frères du chef de l’Etat. Mais au bout du rouleau, il a été éjecté du gouvernement.

Zakarie Baba Body, l’ancien ministre chargé des relations avec les institutions, très peu connu de l’échiquier politique national, a joué un rôle de premier plan dans la victoire de Boni Yayi. En effet, sa partition dans la réalisation forcée de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) a été remarquable.

En interface entre la Commission politique de supervision de la Lépi et le gouvernement, cet avocat a servi la cause du gouvernement. En dépit des récriminations de l’opposition, les grandes étapes se déclinaient selon les exigences du pouvoir de Changement. Lui qui assurait les intérêts a été renvoyé du gouvernement comme un petit chenapan. Au même moment son interlocuteur dans la déclinaison, en l’occurrence Arifari Bako a été promu à un poste de souveraineté : le ministère des Affaires étrangères. Mieux, lors de la grande bataille de la société civile pour la désignation de leur représentant à la commission électorale nationale autonome, la mission d’orfèvre de Baba Body a permis à la société civile d’obédience mouvance présidentielle de s’imposer. Ce qui a permis à la mouvance d’avoir six membres contre cinq à l’opposition. Mais au finish, cela n’a pas pesé dans la balance lors de la formation du gouvernement.

Le dernier grand perdant suite au remaniement, c’est Candide Azanai. Lors de la dernière présidentielle, c’est le missi dominici de Boni Yayi. Son passé dans la maison Renaissance du Bénin, là où il a appris comment on fait écrouler tous les plans politiques échafaudés, l’ancien porte-parole du gouvernement et ministre de l’Industrie a fait preuve d’une maestria sans égale.

Si en dépit de l’arrimage de la RB à l’Union fait la Nation, Boni Yayi a fait presque jeu égal avec Adrien Houngbédji, dans le Littoral, c’est dû à Candide qui a travaillé comme s’il était en territoire conquis. Après avoir convoyé les unités électorales mobiles au profit du chantre du Changement, il a finalement réédité le même exploit cette fois-ci à son propre profit. La preuve, il a eu deux sièges sur cinq dans la 16ème circonscription contre l’UN en dépit du quadrillage de ce landerneau par la famille Soglo. Après cet effort, Candide Azanai se retrouve sans un maroquin. Voilà ceux qui ont été des artisans non négligeables du K O imaginaire du 13 Mars 2011 et qui ont été mis sous l’entonnoir de la Refondation.

par dp 24h

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :