Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : Elévation d’Idriss Deby Itno à l’UAC, Boni Yayi élève un DICTATEUR au grade de Dr Honoris Causa

Les mercredi 6 et jeudi 7 juillet  2011, le président tchadien, Idriss Deby Itno était en visite d’amitié et de travail au Bénin. Après les usages protocolaires et diplomatiques, l’hôte du Bénin s’est rendu au Port autonome de Cotonou pour une visite guidée. Il s’est agi en effet de faire découvrir à l’illustre président, ce poumon de l’économie béninoise qui dessert le Tchad, pays de l’hinterland.

Toujours au cours de son séjour de 48 heures en terre béninoise, le président tchadien, Idriss Deby a été fait grand croix dans l’ordre national du Bénin. Ceci en présence de son homologue béninois, Boni Yayi. Mieux en visite sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi, le numéro 1 tchadien a été élevé au grade de Docteur Honoris Causa de l’Université d’Abomey-Calavi par le conseil scientifique avant son départ dans l’après-midi d’hier 7 juillet 2011. Décoration qui n’a pas laissé indifférent les intellectuels. En effet, après cette cérémonie, ils sont plusieurs, les intellectuels qui n’ont pas caché leur amertume de voir les distinctions galvaudées comme cela se passe actuellement sous le régime Yayi. Tout le monde connait le parcours du général Idriss Deby Itno. Ancien rebelle, il a accédé au pouvoir par les armes après un coup d’Etat. Mieux, la démocratie n’est pas la chose la mieux partagée au Tchad. Tout le monde a encore en mémoire la disparition mystérieuse de l’opposant tchadien, Ibni Oumar Mahamat Saleh depuis le 2 février 2008 dont on est sans nouvelle jusqu’à ce jour. Rien qu’avec ce palmarès peu glorieux, Deby ne mérite pas d’être fait Docteur Honoris Causa dans un pays surnommé quartier latin d’Afrique. Il se raconte que c’est parce qu’il a offert des tentes d’une capacité de 1200 places  pour servir d’amphithéâtre aux étudiants béninois que cet honneur lui a été fait. Cela a même été dit lors de l’élévation de ce dernier. Toutefois cette raison souffre de pertinence. Ce n’est pas parce que quelqu’un offre une tente ou toute autre chose à une Université qu’il faut l’élever au grade de Docteur Honoris Causa. Les dizaines d’années passées à la tête de son pays n’effacent pas ses actes peu glorieux dans le domaine du respect des libertés individuelles, de la démocratie et des droits de l’homme. Le chef de l’Etat, Boni Yayi l’a si bien compris au point où il n’a pas voulu embrasser l’heureux du jour une fois que les attributs de ce grade lui ont été décernés. Il a fallu l’intervention du chef du protocole d’Etat pour qu’il se tourne vers lui pour procéder à cette pratique de civilité. En effet, Boni Yayi sait très bien que la démocratie et le respect des droits de l’homme ne sont pas les choses les mieux pratiquées au Tchad et que le général Idriss Deby qui est un président qui se fait élire dans des conditions que tout le monde connait. Au regard de cela, il ne mérite pas de recevoir cette distinction hautement intellectuelle. On se rappelle que même Mathieu Kérékou n’a pas vu son nom attribué à l’Université d’Abomey-Calavi. En effet, à quelques mois de son départ du pouvoir, des personnes ont souhaité que l’Université d’Abomey-Calavi porte le nom de Mathieu Kérékou pour service rendu à la Nation. A l’époque des intellectuels s’étaient opposés à un tel projet estimant qu’on ne saurait donner le nom d’un général de l’armée à un haut lieu de savoir qu’est l’Uac. C’est dire donc que c’est une farce inopportune organisée par le conseil scientifique de l’Université d’Abomey-Calavi avec à sa tête Norbert Awanou hier.

E.N. L’autre Fraternité

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :