Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Un pyromane quitte le Bénin

Hervé Besancenot

Hervé Besancenot quitte enfin le Bénin. Sale temps en vue pour les citoyens du pays qui l’accueillera en tant qu’ambassadeur.

En attendant peut-être sa décoration puisqu’au Bénin, les décorations sont comme des cacahuètes et se donnent à n’importe quel égaré, Besancenot pourrait nous dire avant de partir en quoi sa venue au Bénin a amélioré le quotidien des béninois, apporté paix et prospérité au Bénin ; bref, en quoi sa coopération avec le Bénin aura été fructueuse pour le pays.

De Khartoum au Bénin en passant par Casablanca et le Caire, cet homme aurait fait un parcours exemplaire si l’on veut bien fermer les yeux sur ses excentricités et ennuyeux discours du 14 juillet dont le premier qui m’aura marqué tant le contraste était saisissant est celui prononcé le 14 juillet 2007 à l’occasion de la célébration du 218ème anniversaire de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Notre ami y invitait les nations démocratiques au perfectionnement de leurs institutions en omettant d’ajouter que son pays est et a toujours été contre la démocratie et le bon fonctionnement des institutions en Afrique.

Cet homme aura laissé une mauvaise image de lui dans toute la jeunesse béninoise pour qui il a été un pion essentiel de Sarkozy, les yeux de la France dans la politique béninoise et l’acteur principal avec ses autres collègues Françoise COLLET de l’Union européenne et Nardos BEKELE-THOMAS, de la réélection ambigüe de Boni Yayi.

Sa mission au Bénin arrivée à terme depuis plusieurs mois, l’agité de l’Elysée n’a pas trouvé mieux à faire que de prolonger son mandat d’un an ; tout ce qui comptait en ce moment pour Sarkozy étant la réélection de Boni Yayi à qui il s’est empressé aux lendemains de son fameux chaos électoral d’adresser une lettre de félicitation.

Au moment où l’opposition demandait un arrêt du processus de réalisation forcée de la liste électorale permanente informatisée (Lepi) pour évaluer la fiabilité de la liste (réalisée de la manière dont on sait), un communiqué de l’Union Européenne en date du 06 avril 2010 bien paraphé par lui, disait ceci : « L’Union européenne ne préconise pas l’interruption du processus de réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi)… et confirme son appui technique et financier dans le cadre du projet Parel géré par le PNUD en soutien aux opérations de la MIRENA et de la CPS ».

Le retrait des représentants de l’opposition de la commission politique de supervision de la Lepi, les révoltes bruyantes et intempestives au sein des agents recenseurs qui  se sont rebellés maintes fois à cause des conditions exécrables de travail, la logistique des opérations qui laissaient à désirer avec des kits qui tombaient régulièrement en panne, la cartographie censitaire mal effectuée, le recensement porte-à-porte bâclé, la crue qui a englouti des dizaines et dizaines de villages, les énormes perturbations de chacune des phases exécutées ; rien de tout cela n’avait ému notre ami Besancenot et sa clique.

Pendant que le Hcr criait à l’aide pour soulager la peine de tous ces pauvres béninois pris entre les eaux, l’Union européenne et le Pnud finançaient tête baissée à coup de milliards la marche forcée de la réalisation de la Lépi dans l’espoir de faire gagner les élections à Boni Yayi par des manipulations électroniques. Le défaut de la Lépi pour les élections de 2011 serait pire catastrophe que ces villages engloutis par les eaux et ces milliers de béninois devenus batraciens de circonstance ou encore ce million de béninois qui devra attendre une décennie avant de pouvoir user de son droit de vote parce que exclu du processus. Tous les moyens sont bons pour se faire réélire et faire réélire le fidèle serviteur qu’est Boni Yayi.

La liste a été réalisée, les élections organisées ; elles se sont aussi déroulées de la manière dont on sait avec des bulletins de vote héliportés de manière unilatérale le jour du scrutin, des cantines parvenues à la Cena hors délai et non scellées et les résultats, proclamés : Boni Yayi aurait été réélu au premier tour. Mission effectuée : Besancenot peut maintenant revenir à la maison. Sa famille peut mettre des bâches pour fêter son retour. Il a bien rempli sa mission. Les ambassadeurs occidentaux en Afrique, c’est de la neutralité à l’ingérence.

aymard

Publicités

Une réponse à “Un pyromane quitte le Bénin

  1. cotonou juillet 10, 2011 à 9:03

    Enfin, il est dit clairement ce qui a été régulièrement sous-entendu dans la presse béninoise tout au long du séjour d’Hervé Besancenot… Sans d’ailleurs que cela ne porte à conséquences: pas d’enquêtes alors qu’il y a(vait) tant d’évidences ! Pas sûr qu’il ait un autre poste: cf la publication en France de l’édition poche des « Diplomates. Derrière la façade des ambassades de France » de Franck Renaud. Hervé Besancenot y est gravement mis en cause dès son introduction. On peut y apprécier son mépris exprimé à l’égard des média béninois.

%d blogueurs aiment cette page :