Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Côte d’Ivoire : Miaka Ouretto Sylvain remplace Mamadou Koulibaly à la tête du Front populaire ivoirien

Koulibaly Mamadou parti. C’est Miaka Ouretto Sylvain qui prend la tête du Front populaire ivoirien (Fpi). Il est Secrétaire général du parti et n’est, pour le moment, pas inquiété par les autorités ivoiriennes. L’intérim était revenu à Koulibaly Mamadou pour la simple raison que le président du Fpi (Affi N’Guessan) et ses deux vice-présidents (Aboudramane Sangaré et Simone Gbagbo) sont privés de liberté. Seul parmi les présidents du parti fondé par Laurent Gbagbo à être libre de ses mouvements, c’est donc dans l’ordre normal des choses que Koulibaly a assuré l’intérim. Avec sa démission intervenue, lundi 11 mai 2011, il n’y a plus de président du Fpi en liberté. Conformément aux textes, c’est Miaka Ouretto Sylvain qui prend les commandes.

Le président du Conseil général de Soubré sera secondé dans sa tâche par Laurent Akoun. Secrétaire général-adjoint du Fpi chargé des fédérations du nord, il est, lui aussi, en liberté. Pour le moment. Ces deux cadres, qui ont collaboré récemment avec Koulibaly Mamadou, n’ont pas affiché leur volonté de partir du parti « rose et bleu ». Bien au contraire. A travers leur déclaration dans la presse, Miaka et Akoun ont montré leur détermination à rester au Fpi. « Nous n’allons pas laisser tomber le parti.

Il est soudé, il a une cohésion générale. C’est lui le seul vice-président qui restait. Il est parti, le secrétariat général va assumer ses responsabilités », a déclaré Miaka Ouretto (Cf, Nord-Sud du mardi 12 juillet 2011). « Je vais convoquer mes camarades du secrétariat général et ensemble, nous allons discuter pour savoir ce qu’il faut faire », a-t-il affiché ses intentions. Même son de cloche du côté de Laurent Akoun. « Koulibaly s’en va, nous perdons quelqu’un, mais le Fpi reste et survivra à ce départ. Il est venu au Fpi au nom de la liberté, au nom de cette même liberté, il s’en va », a-t-il affirmé (Cf, l’Inter du mardi 12 juillet 2011). « Je ne partage pas les arguments de Koulibaly, je le comprends. Mamadou Koulibaly n’est pas le centre de notre lutte. C’est son droit de partir. On est éprouvé, mais on se relèvera. Je répète que Koulibaly s’en va mais le Fpi reste. C’est ce qui est important pour nous », a précisé le député Laurent Akoun.

Désormais Miaka Oureto Sylvain, Laurent Akoun et les autres camarades restés à Abidjan vont, en liaison avec la Coordination des exilés du Fpi à Accra dirigée par Assoa Adou, essayer de faire vivre le parti de Laurent Gbagbo. Réussiront-ils ? On attend de voir…

SYLLA A | Soir Info -|

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :