Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Senegal : Intégrisme Libéral

Abdoulaye Wade ne changera jamais. Le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais est un intégriste. Dans son genre, il s’arroge le droit inaliénable de faire de la politique à tous moments et en maints endroits. Son culte politique ne s’accommode d’aucune autre forme de croyances et ne s’embarrasse d’aucune convenance.

Le Khalife général des Mourides appelle à la cessation de toutes activités politiciennes dans la ville sainte de Touba. Wade organise des séances de tam-tam endiablées aux environs de la grande mosquée. Les intégristes libéraux poussent les frontières de la profanation plus loin. Ils embarquent maintenant leurs concitoyens dans l’univers onirique de l’interprétation des rêves. Convoquer Serigne Saliou Mbacké dans un débat purement politicien est une forme d’attaque terroriste. Mais la voiture de la candidature de Wade semble piégée pour de bon. Au-delà de l’aveu suicidaire du « wax waxeet », la crise du régime libéral est une crise de la volonté libérale, c’est-à-dire leur capacité à commencer quelque chose de nouveau. Et ce n’est écrit nulle part : le stratagème de 2007 ne sera pas forcément efficace en 2012. La vérité du mois d’août n’est pas celle de février. Car à la chandelle, même une chèvre peut sembler demoiselle.

La mobilisation libérale est suspecte. Pour les ambianceurs et autres chauffeurs de salle, Wade est le nouveau Crésus. Le souverain des bords de la Pactole est assis sur un budget colossal de guerre. Mais il faut être objectif. Personne ne peut reprocher aux libéraux de faire de la politique. Le but de tout pouvoir est de se maintenir au sommet. Cependant, aucune fin ne peut justifier tous les moyens. Wade a le droit de donner une réponse politique aux messages politiques de ses adversaires. Mais, pour les Mourides sincères, Serigne Saliou Mbacké est un saint homme. Son nom et son aura ne doivent faire l’objet d’aucune exploitation politicienne. D’autant qu’il y a quelque chose de proprement scandaleux dans les explications fournies par le secrétaire général du Pds tel que rapporté par la presse. Selon Wade, Serigne Saliou Mbacké lui avait fait cadeau d’une bague. Toutefois, si on suit ses explications, il n’avait pas jugé utile de la mettre. Dans un rêve, il aurait vu une bague. Le lendemain, il donne ordre à ses hommes d’aller lui faire le même bijou chez un bijoutier réputé de Paris. Comme par enchantement, il retrouve la même bague sur sa table de chevet un jour. Et ses proches de lui rappeler quelque chose qu’il n’aurait jamais dû oublier : le défunt Khalife général des mourides lui avait fait cadeau du même bijou. En voulant frapper les esprits, Wade fait deux aveux très graves : premièrement, aucun mouride sincère n’oublie un cadeau de cette valeur venant d’un homme de cette hauteur. Deuxièmement, c’est à travers ses propres rêves que Wade valide une recommandation du Khalife général des mourides. Un talibé de cette nature ne court pas les rues de Touba. C’est certain.

A la veille de la Présidentielle de 2007, Wade avait fait la même opération de charme en direction de Serigne Touba. Il avait promis d’investir 100 milliards de nos francs pour moderniser la ville sainte. Mieux, il avait promis de terminer les travaux au lendemain de la Présidentielle. Sa promesse reprise par Serigne Saliou Mbacké avait été perçue comme une consigne de vote par beaucoup de mourides. Non seulement, la promesse n’a pas été tenue, mais Wade a eu le courage de convoquer les difficultés économiques pour se justifier. Entre-temps, le pape du Sopi a construit un monument dit de la Renaissance africaine autour d’une opération foncière de plus de 80 milliards de nos francs. Il a même eu la fantaisie récréative d’organiser un festival des arts nègres tout aussi onéreux. Wade doit respecter les mourides. C’est le minimum. Au cours de sa visite à Touba, nous n’avons pas eu vent d’une quelconque rencontre avec des membres de la famille de Serigne Saliou Mbacké. C’est un signe. Ces derniers sont aujourd’hui engagés dans un bras de fer judiciaire pour rentrer dans leurs droits. Un terrain appartenant au défunt Khalife a été attribué à la société nigériane Dangote par l’Etat dirigé par Abdoulaye Wade. Les lobbys autour des Khalifes et des mercenaires de la foi essaieront toujours de faire dire aux Khalifes ce qu’ils n’ont jamais dit. Wade a promis à Serigne Cheikh Maty Lèye de faire de Touba, une ville plus belle que Dakar dans un an. Le Khalife de lui répondre : « On verra dans un an. » Wade et ses alliés concluent rapidement à une bénédiction du marabout pour le prochain scrutin. Le procédé est malhonnête, mais les intégristes sont toujours les grandes victimes du principe de l’exposition sélective. Ils ne voient que ce qu’ils veulent bien voir. Et ils n’entendent que ce qu’ils veulent bien attendre. Pour se faire exploser, il faut bien avoir un esprit et un cœur cadenassés, n’est-ce pas ?

Aliou Ndiaye/ Observateur

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :