Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

BENIN : La politique de la fellation

A la lumière des dernières contingences survenues après les élections présidentielles et législatives au Bénin, que dire des hommes politiques béninois ? Ils sont pour la plupart des prostitués politiques. Je dirai même qu’en Afrique, il y a trop de partis politiques et d’hommes politiques alimentaires.

La démocratie béninoise était en panne, l’unité nationale mise sur béquilles, l’économie nationale mise à genoux,… et c’est pour cela que, l’ensemble Union fait la Nation (UN) serait né nous a-t-on dit ; pour rétablir tout ceci et réconcilier le peuple béninois d’avec lui-même et d’avec le travail car il faut le dire tout net nous avons depuis 2006 le régime le plus paresseux de notre histoire qui, ne rate aucune occasion pour inviter le peuple béninois au repos.

Après donc les deux fameux K.O obtenus de la manière dont on sait, ce grand rassemblement commença à s’effriter. Les premiers qui étaient à sa création de même que les derniers qui sont arrivés ravalent pour la plupart leurs vomissures et sautent pieds joints dans la mouvance où les accueille, les bras ouverts Boni Yayi devenu subitement – le temps de deux élections mal organisées- le messie. Le chauffeur à qui l’on voulait retirer le permis serait-il devenu si meilleur conducteur que ça ?

« Je soutiens désormais l’action du Président de  la République », « J’épouse la vision du Chef de l’Etat » ; ce sont là les phrases que nous sortent les nouveaux convertis ou courtisans de Boni Yayi, passé sans bilan du changement à la Refondation. C’est de l’escroquerie politique et, par ce genre d’actes et de propos répétés de ces hommes politiques, le bloc Union fait la Nation (UN) se retrouve décrédibilisé. Quelle Hypocrisie ! … Quelle Trahison du peuple !

La politique, disait feu Félix Houphouët Boigny, c’est la saine appréciation des réalités du moment. Evidemment, pour les hommes politiques Africains, c’est en clair, l’art de survivre à toute situation. Il faut toujours aller là où il fait bon vivre, se mettre en sécurité en restant du côté du pouvoir en place ; la faim justifiant les moyens. A bas la conviction ! Ces hommes politiques, toujours là à tenir des discours lénifiants pour entrer dans les bonnes grâces des tenants du pouvoir sont tout aussi prêts à un retournement de veste dès qu’un changement de régime intervient. Même vieux, ces hommes politiques béninois, par ailleurs carriéristes politiques puisqu’ils font de la politique leur métier, ne veulent pas se laisser guider par l’esprit de sagesse. Directeur de cabinet quelque part, ils pointent leur nez pour se positionner ; un ministre c’est eux ; un médiateur, c’est encore eux – suivez mon regard -. Pour cette race de politiciens, il faut toujours être là où il y a à manger ou tout au moins là où il y a à boire. Pas question d’abandonner le fréon et les salons feutrés pour devenir ou rester opposant.

Vivement 2013 !

aymard

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :