Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Jean Ziegler : «Laurent Gbagbo reviendra certainement au pouvoir»

Jean Ziegler vice-président du Comité Consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, ancien rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation au sein de la même institution connaît bien l’ONU. Il est par ailleurs l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels: Main basse sur l’Afrique (1978) L’empire de la honte (2005) La haine de l’Occident (2008) qui dénotent d’une maîtrise des rapports complexes entre les occidentaux et les africains. Il était hier dimanche l’invité de Christian Musampa dans le cadre de l’émission « Sans détours » sur la radio camerounaise Cameroonvoice et pour lui le retour de Gbagbo au pouvoir ne se discute pas.

Savoir lire les événements quand le commun des mortels pense que tout est fini ! En tout cas, Jean Ziegler offre une grille de lecture nouvelle de la situation politique en Côte d’Ivoire et pour lui, c’est bien Gbagbo qui sortira grandi de toute cette tourmente politico-juridique qui montre aussi à quel point les nouveaux gouvernants ne sont pas rassurants. D’abord parce que pour lui les ivoiriens ne se laisseront pas faire. « La communauté internationale s’est trompée sur les orientations et les solutions apportées au problème ivoirien. Sur la base de toutes les défaillances qui ont entaché le système électoral en Côte d’Ivoire, l’unique solution était le recomptage des voix. Par conséquent, l’attaque du domicile de Laurent Gbagbo par les forces spéciales françaises, en violation de l’esprit des résolutions de l’Onu, pour installer un larbin comme Ouattara est un acte purement impérialiste », estime Jean Ziegler. Ensuite, parce qu’il estime bien connaître Laurent Gbagbo, il ajoute « Je connais bien Laurent Gbagbo. Je l’ai rencontré pendant son exil ici en France et dans l’international socialiste, c’est quelqu’un qui va certainement revenir au pouvoir(…) il est le seul véritable homme d’Etat de toute la sous-région Ouest Africaine ». L’universitaire préfère d’ailleurs se focaliser sur les capacités de grand lutteur du président Gbagbo qui l’a fait triompher maintes fois alors que la situation semblait compromise. Enfin, parce que la vie nationale continue d’être bloquée et dans ce cas, il faudra bien discuter avec Gbagbo. Laurent Gbagbo lui-même ne le sait que trop. « Il est souvent bon de rire des choses tragiques. D’abord parce que les pleurs ne changeront pas leur cours mais, mieux, leur avènement est porteur de plusieurs enseignements. Pour certains c’est gagné et pour d’autres c’est perdu. Et pourtant… ». Volontairement énigmatique lors de cette première interview accordée à un internaute, Laurent Gbagbo montrait déjà qu’il fallait compter sur lui. Il a d’ailleurs tenu à le redire au fil des interventions de son porte-parole Koné Katinan. Le président Gbagbo y affirme qu’on ne peut pas passer par pertes et profits les relations franco-africaines pour sacrifier les intérêts du peuple de Côte d’Ivoire. Les français doivent gagner, les ivoiriens aussi.

Les autorités françaises ne semblent pour l’instant pas prêtes de l’accepter mais pour combien de temps ? L’histoire de Mandela a pris la même trajectoire il ya aujourd’hui de nombreuses années. Les afrikaneers l’avaient aussi jeté en prison parce qu’il était considéré comme un terroriste. Ce qui n’était pas tout à fait faux parce que la lutte pour l’égalité des races en Afrique du Sud a pris toutes sortes de contours et l’ANC a été un adepte de la lutte armée. Une fois Mandela mis sous les verrous, les blancs ont cru que l’affaire était réglée. Que nenni ! La situation politique fut bloquée pendant de nombreuses années. Au point où le seul moyen de garantir la paix aux populations blanches fut d’aller négocier avec Nelson Mandela qui sortit de prison avant de devenir le premier président noir d’Afrique du Sud. Mandela est aujourd’hui respecté par le monde entier, y compris par les blancs qui ne juraient que sa perte.

La première partie de l’intervention de Jean Ziegler a essentiellement consisté à analyser la situation de la famine dans la Corne de l’Afrique. Sur la question, M. Ziegler a dénoncé la duplicité et la cupidité des organisations internationales méthodiquement soutenues par les Institutions de Bretton Woods qui organisent et imposent à cette partie de l’Afrique une famine non conjoncturelle mais structurelle parce que liée à la spéculation des marchés boursiers sur les coûts des produits alimentaires. Pour lui, il y a à dénoncer un véritable crime contre l’humanité en Somalie où, à cause de la déstructuration de l’Etat, les aides humanitaires sont détournées. Lesquelles aides s’amenuisent à la faveur de la crise financière mondiale qui oblige la réduction du budget de la Fao de 50%. Il est passé de 6000 milliards à 2800 milliards.

Dans la deuxième partie outre la situation en Côte d’Ivoire, Monsieur Ziegler s’est aussi intéressé à l’élection présidentielle au Cameroun, à la guerre en Libye. A propos des élections au Cameroun, il pense qu’elles manqueront une fois encore de transparence à l’instar des autres élections dans certaines contrées d’Afrique comme le Burkina, le Togo, Le Gabon, le Tchad etc.  Et que le peuple Camerounais qui n’a pas encore vécu de véritables élections mérite mieux qu’un dirigeant comme Paul Biya : « Le peuple camerounais ne mérite pas ce genre de dirigeant d’un autre âge […] qui passe son temps à l’hôtel intercontinental et se balade au bord du lac Leman ». Sur la guerre en Libye, le polémiste suisse a salué l’intervention de l’Otan face à ce qu’il a appelé le projet ou l’intention de Kadhafi d’exterminer tous les habitants de Benghazi.

Joseph Marat, in le quotidien ivoirien « Aujourd’hui » N° 40 du mardi 16 août 2011.

Jean Zigler est l’auteur du Livre « Les Nouveaux Maîtres du Monde et ceux qui leur résistent »

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :