Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

L’Union Africaine passe à l’hypocrisie !

Voilà pourquoi nous sommes faibles, chétifs, nauséabonds dans notre propre corps, dangereux, inhumains, traîtres, bêtes…Mir fällt die Wörter, excusez-moi chers lecteurs si je vire dans une autre langue, faute d’avoir aussi été incapable de proposer une langue propre à mon continent, à mon pays. Je suis groggy, estomaqué, impuissant et fatigué. Les mots me manquent pour vous décrire ce conglomérat de voyous, de prédateurs, de voleurs, de pédophiles, de maudits, et de mal éduqués appelé présidents africains. Des pères de famille qui ne sont pas à proposer à aucun continent sur la planète terre. L’Union Africaine, c’est une peste, un cholera bien mieux un cancer.

Enfin l’Union Africaine, c’est le mal qui va ramener le continent à l’époque des chaînes.

Il paraît même que les « maîtres blancs  »auraient déjà fabriqués et à gogo. C’est l’utilisation de ces chaînes qui manque encore à l’appel. Pour la seule année 2011, c’est deux fils du continent qui sont passé à la trappe des Trappeurs Occidentaux. Le confrère Rue 89 s’égosille, jubile, exulte et titre : « Un parfum de recolonisation entre la France et l’Italie ».  Selon les mots du nouveau patron du CNT auto-proclamé par l’Occident, la tête de Mouammar Kadhafi a déjà un prix et vaut 1, 7 millions de dollars.  Le stratège de guerre chinois Sun-Tzu est on ne peut plus clair et explique comment un rat bien mieux un traître peut du jour au lendemain devenir brave: « Dans l’art de la guerre, il n’existe pas de règles fixes. Lorsque les troupes parviennent à se placer dans une situation favorable, les lâches deviennent braves ; que la situation est désespérée et les braves deviennent des lâches ».

Comment hier en Côte d’Ivoire, nous avions vu des chefs de guerre qui ne s’étaient plus lavés pendant des mois venir avec des gueules puantes et bousculer un chef d’Etat d’un pays qui veut qu’on le respecte encore…

L’Union Européenne parle d’une voix. L’UA parle avec 54 voix

Pour nous embastiller et mettre tout le continent africain dans une cellule de prison, ils viennent [Ndlr, les Occidentaux] comme un seul homme, parlent comme un seul homme et sanctionnent comme un seul homme. Nous, nous parlons pour notre compte personnel alors que nous ne sommes mêmes pas encore au stade d’un Etat pour parler de Nation. Et vous voulez que « l’homme Blanc » nous respecte. Et vous voulez que nous rentrions aussi dans la ligue des pays respectables. L’américain noir Farakhan  a beau se provoquer des ulcères en expliquant que, « Tant que l’Afrique ne se lèvera pas debout comme un seul corps, personne ne respectera l’homme Noir », c’est peine perdue ! A peine fini son discours, et revoilà les cancres qui nous dirigent dans leur jeu favori. Il est question de parler de la Libye depuis hier à Addis-Abeba. Et comme on s’y attendait, des pays comme la Côte d’Ivoire, le Burkina-Faso, le Mali, le Rwanda, la Gambie sont déjà passés remettre les clés qui serviront à noyauter le guide libyen. Comme toujours, l’UA a encore appuyé sur sa gâchette puante d’hypocrisie. C’est un peu comme  à la conférence que Hitler, encore au sommet de sa gloire convoque à Munich. Les pays qui constituent les Alliées arrivent mais chacun avec dans sa gibecière une paix et au nom de son pays, histoire de ne pas avoir la fureur et les bombes du « Führer » sur la tête. On croyait ce model démodé, dépassé. Euh ! Les africains sont à ce stade et l’ambassadeur de Libye  à l’UA,  Ali Awdian l’a bien compris, se moque et rit gauloisement ce bal des hypocrites : « Ils reconnaissent que le régime de Kadhafi est terminé. Ils ne l’ont pas mentionné aujourd’hui car ils savent qu’il est terminé ».

Les  Africains commencent par réfléchir sur la faisabilité de laisser les « blancs » pousser sa peuplade dans la mer avec leurs bateaux et prendre définitivement le continent. Ce pourrait être une solution pour une race qui ne comprend que le langage du fouet, de la bêtise, de la traîtrise  et refuse de rentrer dans la civilisation. Le rideau de fer dont parlait Winston Churchill qui serait tombé sur le continent n’existe nullement. Le vieux et premier ministre anglais voulait nous signifier que ce sont des fils et filles noirs qui constituaient ce rideau. Et depuis l’humiliation du président Laurent Gbagbo par la France avec l’aide des Africains, personne ne se fait plus de doute l’a dessus. Personne !

Camus Ali Lynx.info

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :