Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Le mystère de la suite 2806, jusqu’à preuve du contraire …

Qui disait déjà que nous vivons une époque étrange ? A cause notamment de l’emprise des médias, la planète bleue est devenue, non pas seulement un village, mais surtout une immense estrade. Avec des bateleurs plus ou moins doués qui surgissent de partout : du showbiz aux milieux de la finance internationale en passant par les hautes sphères politiques.

Ainsi, pendant plus de trois payes, une simple affaire de culbute (obtenue de gré ou de force) a dominé l’actualité à l’échelle mondiale, au point de reléguer au second plan le drame japonais de Fukushima avec sa centrale nucléaire fissurée et son tremblement de terre suivi de tsunami dévastateur.

Tout comme d’ailleurs, elle a ravi la vedette à la famine qui décime des enfants dans la corne de l’Afrique ou encore, récemment, à l’entrée triomphale des rebelles libyens à Tripoli, avec des chasseurs de l’Otan comme parapluie.

Il est vrai que l’histoire aurait pu inspirer un Charles Perrault, le champion des contes de fées, si ne n’est qu’en l’occurrence, loin du bois, la belle est plutôt tombée sur un boa qu’elle croyait dormant.

Finalement, après plusieurs coups de théâtre où l’on a vu, tour à tour, le puissant DSK et la belle Nafissatou passer, aux yeux des tabloïds américains, du statut de chaperon rouge à celui de loup (ou de louve), le procureur Cyrus Vance a décidé de tirer le rideau, d’arrêter le cirque, de mettre ainsi un terme au massacre médiatique qui, après le Français, se focalisait finalement sur la femme de chambre guinéenne. Tout au moins en ce qui concerne la procédure pénale. Mais, si au retentissement du gong final il est aisé de dénombrer les perdants, on a en revanche du mal à désigner le vainqueur.

Le mari d’Anne Saint-Claire, ancienne animatrice vedette de l’émission 7/7 sur France 2,(vedette de l’emission 7/7 sur TF1 correction d’un auditeur) est certes assuré de ne pas retourner au terrible pénitencier de Rikers Island, mais on ne peut pas pour autant dire que son sort soit enviable. Il a dû abandonner la tête du Fonds monétaire international –FMI-, avant de perdre toute chance de s’aligner sur la ligne de départ de la prochaine présidentielle, alors que les sondages le désignaient comme le futur remplaçant de Sarkozy.

Pis, il pourrait bien se retrouver à nouveau devant un prétoire, cette fois dans son pays, si la plainte pour tentative de viol de la journaliste Tristane Banon prospérait. Mais ce qui va le poursuivre
comme l’œil de Caïn, c’est certainement le fardeau de cette image d’une belle carrière finalement gâchée par ce qui n’était depuis longtemps qu’un secret de polichinelle : un faible irrépressible pour… le sexe faible !

En tout cas, il ne lui sera pas facile d’effacer des esprits une image diffusée sur toutes les télévisions du monde. Celle d’un homme menotté, l’air accablé, encadré par deux volumineux cops newyorkais, et surtout ce terrible regard de forçat qui aurait pu inspirer le réalisateur d’un film sur un Jean Valjean dans les galères.

Mince consolation pour lui, il n’est pas le seul à laisser des plumes dans un feuilleton judiciaire au goût d’inachevé qui ressemble finalement à une affaire de losers. Nafissatou Diallo y a perdu son honneur (et peut-être ses illusions pécuniaires), après avoir été au moins une fois ‘’violée’’ (verbalement), devant une meute de journalistes, par son propre avocat !

Apparemment, Kenneth Thomson qui ne sort pas grandi de l’affaire est plus doué pour les descriptions anatomiques que pour déjouer les traquenards de ses adversaires. Idem pour le procureur Cyrus Vance qui, après maints atermoiements, a plutôt donné l’image de quelqu’un qui est plus préoccupé par son éventuelle réélection que par la recherche de la vérité. En pensant blanchir DSK, il a ôté à ce dernier l’opportunité de dissiper, une fois pour toutes, les soupçons qui pèsent encore contre lui.

Et que dire des organisations féministes qui redoutent, le plus logiquement du monde, que la mésaventure de Nafissatou ne pousse à l’avenir les victimes de viols à la fermer. Surtout quand le satyre appartient au cercle des grands de ce monde. Peut-être que les moins à plaindre sont les avocats de l’ex directeur du FMI qui vont s’en mettre plein les poches et, dans une moindre mesure, la résignée Anne Saint-Claire qui, à force d’être trompée, est comme immunisée contre les escapades de son étalon de mari.

Contrairement au ‘’mystère de la chambre jaune’’ sorti de l’imagination de Gaston Leroux, il n’y aura certainement pas de Rouletabille pour nous édifier sur le mystère de la suite 2806.
Jusqu’à preuve du contraire …

Abdoulaye Top Sylla, Chroniqueur à Aminata.com

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :