Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Les Vrais Chefs d’Al Qaïda se trouvent dans l’Empire

Il me semble que pour bien comprendre la « tragédie » qui se joue en Libye, il faut partir de l’objectif initial de cette intervention qui bien entendu n’a rien à voir avec la « démocratie ». Il y a la volonté d ‘accaparement des avoirs et des ressources, mais je crois que les choses vont bien au delà et sont bien plus graves.

Le président américain Barack Obama en visite dans la communauté juive

L’objectif était la dislocation d’une Nation et d’un État souverain pour en faire la proie de bandes armées et de chefs de guerre et devenir un foyer de déstabilisation de toute la région. Compte tenu de la configuration politique et géographique de la région, l’intrusion des bandes armées n’a pu se faire qu’avec la complicité des généraux égyptiens sous le contrôle direct des « puissances occidentales » et de leurs services de renseignement.

Pour la première fois et le fait est important, les groupes terroristes salafistes combattent ouvertement sous les ordres d’Obama; après la mort de Ben Laden, il apparaît ouvertement que les véritables chefs d’« Al Qaïda » se trouvent à la « Maison Blanche » et au « Pentagone »; c’est toute une longue période de l’histoire de cette « organisation criminelle » qui s’achève et une autre qui commence, celle où les masques tombent.

Il faut accorder la plus grande importance au fait qu’en Syrie la même stratégie d’infiltration de groupes terroristes a été mise en œuvre dans le but d’exploser le pays entre ses différentes composantes ethniques et religieuses. Si les sbires « salafistes » constituent la piétaille et la chair à canon des Vendées arabes, ils ne disposent ni de la base sociale ni de l’enracinement leur permettant de jouer le moindre rôle politique.

Regardons vers Damas. Le Caire ou Benghazi, nous voyons que la confrérie des Frères musulmans a mis toute sa puissance sociale et tous ses réseaux d’influence au service des plans de l’« impérialisme », dont cette organisation est l’une des plus anciennes créations. Ses plus hauts responsables multiplient les rencontres, sont de toutes les réunions, à Washington, à Paris ou à Antalya, partout où les chefs politiques et militaires de l’« OTAN » planifient la destruction, le pillage et la guerre contre les Nations.

Il y a pourtant un fait politique majeur qui a une profonde signification pour tous les peuples du monde, pour tous les hommes de bonne volonté, pour tous ceux qui sont amis de la paix, ces plans de mort et de destruction sont partout mis en échec et se heurtent à la volonté farouche de résistance des peuples. Beaucoup éprouvent un sentiment justifié de nausée devant le déchaînement de la propagande et des mensonges sur la situation en Libye et le silence sur la déroute politique et militaire des prétendus rebelles, mais le plus important est la signification politique profonde de ces mensonges et de ce silence.

Des profitos comme BHL et des nains politiques comme Sarkozy ont beau plastronner, ils ont perdu leur guerre des lâches, la Libye est toujours debout et vivante et leur « CNT » est aujourd’hui comme un corps étranger que tout un peuple est en train de vomir et de rejeter. Il ne faut pas que le monde apprenne et sache que malgré les bombardements de terreur, la souffrance des populations livrées à des bandes terroristes, la coalition vient de subir un échec militaire et politique dont l’onde de choc va se répandre jusqu’à à Bagdad et Kaboul.

Il ne faut pas que le monde sache que dans aucun des pays de la coalition les gouvernements sont capables de réunir le consensus et les conditions politiques qui leur permettraient l’envoi de milliers de soldats pour des combats au sol. Partout, à Washington, à Londres ou à Paris, ils craignent la colère et la mobilisation des peuples contre la guerre. Lequel de ces gouvernements oserait se lancer dans un affrontement au corps à corps contre la population insurgée et les combattants défendant Tripoli, au prix de milliers de morts dans leurs rangs.

C’est une mauvaise nouvelle pour les « maîtres du monde », mais pour gagner une guerre il faut parfois affronter des hommes courageux et capables de se défendre, il faut parfois affronter les couteaux, les fusils et les grenades et cela fait beaucoup plus de morts, des images plus atroces et des communiqués moins triomphants que des bombes larguées à 6000 m d’altitude.

Chacun peut faire semblant de ne pas comprendre la signification réelle des évènements en cours et pourtant il y a bel et bien une crise majeure qui déchire les sommets des grandes puissances et des plus petites. Quoi de plus ridicule et dérisoire que d’entendre un Baroin intervenir pour calmer les marchés, un homme dont strictement personne dans ce pays et probablement à la « Maison Blanche » ne sait au juste de quoi il est ministre. Les commentateurs ont été bien injustes avec les agences de notation, pour une fois qu’elles disaient la vérité, mais il est sans doute des vérités qui ne doivent pas tomber dans toutes les oreilles, les peuples ont beau être stupides, ils finissent toujours par comprendre.

« Standard and Poor’s » l’a pourtant clairement indiqué dans son communiqué, l’abaissement de la note des États-Unis est motivé par un doute politique sur la capacité de l’« Administration Obama » a imposé la politique de réduction des déficits publics. Les pires canailles n’en sont pas moins hommes et leur excès de pudeur nous contraint à un petit travail de traduction en langage simple et compréhensible par tous. Le « Congrès américain » vient d’adopter un plan de réduction des déficits publics qui est une déclaration de guerre adressée au peuple américain par les « Républicains » qui n’en sont plus et les « Démocrates » qui ne l’ont jamais été.

Ce sont toutes les conditions d’existence, toutes les garanties d’une vie à peu près décente et normale qui vont être pulvérisées, des millions de familles qui vont rejoindre les 14 millions d’américains déjà chassés de leurs maisons, salaires, protection sociale, écoles publiques, tout est menacé, tout est condamné. Tous, « Républicains » ou démocrates, se posent la même question qui sous une autre forme se pose dans tous les pays d’Europe ; comment se préparer au choc inévitable avec la colère et la « révolte sociale » de millions et de millions, d’hommes et de femmes, comment affronter ceux qui ne voudront pas sacrifier leurs familles ou l’avenir de leurs enfants pour sauver les banques et les marchés financiers.

Autour de la nébuleuse que l’on appelle le « Tea Party », une fraction importante des classes dirigeantes se dispose pour la guerre civile et pour l’affrontement brutal avec les travailleurs et les syndicats, pour la première fois se constitue aux États-Unis et au sein même de l’un des 2 grands partis institutionnels, l’embryon d’un parti de type « fasciste ».

La complexité et la difficulté de la position d’Obama tiennent à la nature même du « Parti Démocrate » et de ses liens avec l’« AFL CIO », la grande centrale syndicale américaine. Sur le plan personnel, il est certain que lui et les dirigeants de son « Parti » n’auraient aucune hésitation à plonger des millions d’hommes dans la déchéance, ce qu’il ont largement commencé à faire.

L’opposition à Obama ne se trouve pas au sein du « Parti Démocrate », l’opposition à Obama, ce sont les millions de syndiqués qui cherchent la voie de la rupture avec le « Parti Démocrate », ce sont les responsables syndicaux, y compris au plus haut niveau qui ne supportent plus la soumission imposée au mouvement syndical. Les millions qui ont porté Obama au pouvoir, les militants des organisations noires, les militants pour les Droits civiques et contre la guerre, c’est avec ceux-là qu’a commencé un choc frontal avec la politique d’Obama.

Tout ce qui fondait le « conservatisme » politique du peuple américain, son attachement à l’« American way of life », sa croyance au rêve américain, son attachement à ses « institutions démocratiques », tout ce fatras confus d’illusions va se heurter avec la plus grande violence à la politique brutale des fossoyeurs de l’Amérique. Le drapeau levé par Jefferson, son héritage, celui de Lincoln et de Martin Luther King, seuls les travailleurs américains sont aujourd’hui dignes de les recevoir et capable de les défendre.

Dans des conditions terriblement difficiles, face à toutes les formes de la ruse et de la violence que les classes dirigeantes n’hésiteront pas à employer, des millions d’hommes s’éveillent à la conscience politique, c’est cela la grande nouvelle de notre temps. Nous pourrions prendre de multiples exemples de cette situation politique nouvelle qui sera de plus en plus marquée par la marche au chaos et des provocations sanglantes qui vont se multiplier pour terroriser les peuples et les faire reculer.

Le « 11 Septembre » n’a pas été suffisant et le Diable prépare sûrement une nouvelle tragédie a une échelle que le monde n’a sans doute jamais connue d’une ampleur telle qu’elle puisse justifier toutes les attaques contre la démocratie, toutes les mesures d’exception. Il suffira d’attendre ; dans le crime, ces barbares ne nous ont jamais déçus.

J’ignore si comme le dit la « Bible », les israélites sont le peuple élu et Jérusalem est au centre du monde, mais c’est ici et dans cette région d’Israël, dans ce vieux foyer de civilisation plusieurs fois millénaire que va se jouer une grande partie du destin de notre monde et les exécutants sont les occidentaux. Le mouvement en cours en Israël est pour beaucoup, une découverte de ce qui est pourtant une évidence, il y a dans ce petit pays, comme dans tous les pays du monde, des exploiteurs et des exploités dont les intérêts sont inconciliables.

Comme partout dans le monde, un groupe de « capitalistes » s’est accaparé la richesse nationale réduisant la population à la misère sociale. (…) Dans cette situation dangereuse, fluctuante et menaçante, la « puissance sociale » des travailleurs et des peuples du monde est la seule garantie contre le chaos et la barbarie qui vont surgir, cette « puissance sociale » qui leur tient encore la peur au ventre, malgré ce qu’ils en disent et l’« arrogance » et la « morgue » qu’ils affichent aux autres.

Auteur :Rakosky

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :