Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

L’OTAN dans sa guerre des menteurs et des lâches

Les jubilations haineuses de la presse coloniale arriveront-elles à cacher cette question de politique élémentaire : comment des supplétifs que l’OTAN a si difficilement traînés à la « victoire » de Tripoli pourront-ils faire face au peuple libyen et à des adversaires qui ont montré leur détermination, leur pugnacité, leur courage et leurs hautes convictions nationales ? Notre propre presse néocoloniale est la dernière du monde à croire à une victoire des « rebelles » alors même que depuis lundi leurs maîtres occidentaux et leurs médias s’évertuent à expliquer que la « chute de Tripoli » est une prouesse de l’OTAN avec quand même une prime spéciale de triomphalisme cocardier de la presse française. Combien de temps les forces aériennes de l’OTAN et spécialement celles de la France vont rester dans le ciel libyen pour protéger « une rébellion » incapable de se défendre, et la preuve irréfragable de son incapacité foncière est la présence de l’OTAN. Leur propre appel à une intervention étrangère reflète leur profonde et insurmontable nature factice.

On peut arguer de la supériorité militaire des forces nationales libyennes pour justifier cet appel. N’a-t-on jamais vu une rébellion populaire ou une révolution authentique disposer des armes de l’adversaire ou craindre pertes et souffrances ? Faut-il rappeler notre propre cas national et la disproportion des forces entre les bombardiers de l’OTAN – vous avez oublié les bombardements par l’OTAN de nos maquis et sa sollicitude pour l’action de la démocratie française ? – et nos fusils rudimentaires récupérés, justement, pour la plupart en Libye ?

Vous n’avez quand même pas oublié les cas les plus récents – les plus immédiats devrait-on dire – de l’Egypte et de la Tunisie ? Inutile de revenir sur les mégas-médias-mensonges et les fabrications d’images qui ont stupéfait une opinion publique occidentale – et ses assimilés indigènes – qui n’attendaient que le prétexte pour accompagner sur le mode symbolique la reconquête coloniale de l’Afrique du Nord. Le développement des faits montre suffisamment – et montre, même à l’envi – que l’OTAN avait engagé une vraie guerre de reconquête coloniale en Libye et qui doit s’étendre à l’Algérie après avoir réussi à détourner à son profit l’énergie et l’exaspération populaires en Egypte et en Tunisie.

Aujourd’hui, il apparaît bien que cette guerre oppose directement l’OTAN au peuple libyen et ses organisations actuelles de résistance. La jubilation de notre presse néocoloniale qui a – redisons-le – rivalisé dans les termes de mépris à l’endroit de Kadhafi montre surtout combien elle a eu peur d’un échec de l’OTAN qui aurait signifié la ruine de leurs espérances ici même dans notre pays.

La peur haineuse de nos apprentis chouans à la mode Benghazi est à la mesure de l’exploit réussi par l’Etat national libyen. Il a réussi à transformer au cours de sa résistance sa nature d’Etat avec ce qu’implique un Etat en mouvement de résistance. C’est déjà très difficile à réaliser cette mutation à cause des lourdeurs de tout Etat et à cause de la mentalité des fonctionnaires d’un Etat qui restent des fonctionnaires. Il est évident que Kadhafi a joué un rôle central dans cette mutation en accentuant le césarisme qui caractérisait son régime. Alors, mort ou pas mort, Bab El Azizia tombée ou pas tombée, la résistance de l’Etat libyen s’est transmuée en résistance du peuple libyen en ce laps de temps très court. Le nombre insignifiant de soldats et d’officiers déserteurs peut déjà donner une indication de la détermination au combat de soldats et il est impossible que des soldats gardent un haut degré de fidélité et de courage face à une telle adversité – vous avez mesuré l’ampleur de la coalition, l’ampleur des moyens utilisés et la férocité des bombardements ? – sans cette capillarité avec le peuple qui vous donne le courage de résister à tous les adversités.

Leur grande peur d’un retour des idées qui ont construit l’Etat national algérien. Leurs jubilations ont accompagné celles des bourses qui ont retrouvé des couleurs par le sang des Libyens. Il en a toujours été ainsi et depuis toujours la bourse revit du sang des colonies ou des néocolonies ou des territoires ouverts aux délocalisations. La bourse n’attend pour ses profits que la dissolution des frontières devant les marchés comme nos intellectuels compradores et nos compradores tout court n’attendent que la dissolution des Etats nationaux pour s’extraire mentalement de leur indigénat et se servir au passage aux miettes de futures royalties tirées d’un pétrole enfin rendu aux étrangers.

Cette jubilation haineuse cache mal une attente fébrile. On lit presqu’en clair : « Maintenant que Sarkozy en a fini avec le dictateur, on va voir ce qu’on va voir ! » Ils rêvent déjà de monter à El Mouradia derrière les bombes de l’OTAN et après ils vont nous montrer ce qu’ils vont nous montrer.

En fait, ils l’ont déjà commencé. Ils ont recueilli et publié avec ferveur et un courage retapé à neuf les propos de proconsul tenus par le nouvel ambassadeur US. Ils nous resservent en pleine crise du capitalisme les « potions miracles » de l’économie de marché en redoublant de conseils aux décideurs et en regrettant que le pouvoir ait raté les chances infinies de gagner en misant à la bourse mais en oubliant les chances de se planter sont tout aussi infinies que les possibilités de la martingale.

Nous, nous imaginons, tout juste, ce que seraient devenus nos dollars investis dans des fonds qui auraient offert une vie de casino aux candidats flambeurs. Nous essayons d’imaginer à quelle monnaie de singe vont être réduits nos bons du trésor américain. Mais nous essayons d’imaginer encore plus simplement si – au contraire de la Chine grande puissance quand même et par ailleurs – nous aurions la témérité de demander au Trésor US de nous rembourser ou de nous laisser juste l’utiliser pour acheter quoi que ce soit aux USA. Que serait devenu notre argent en cas de conflit avec une puissance étrangère alors que dans le cas de l’Iran et de la Syrie, les USA gèlent des avoirs selon leur bon plaisir ? La crise économique va bien accentuer ces tendances agressives.

La guerre de Libye – les historiens l’appelleront certainement comme cela car il s’agit d’une guerre et par sa durée et par l’ampleur des moyens mobilisés par des super puissances contre un petit pays – marque un tournant dans l’histoire du monde. Dès le départ, les Anglais et les Français ont refusé toute idée de médiation et toute initiative africaine qui aurait préservé l’unité de la Libye. Ils voulaient apparemment la tête de Kadhafi ; ils voulaient en réalité mettre fin aux ambitions d’indépendance de ce dirigeant avec ses projets de monnaie or, de développement de l’Afrique, de coopération accrue avec la Chine et avec son espoir que se développe la coopération sud-sud et interafricaine.

La question de savoir si les supplétifs de Benghazi peuvent tenir la Libye sans l’OTAN a dû être pesée et soupesée par les puissances coloniales. Et ces puissances ne peuvent écarter le risque d’une somatisation de la Libye. Il ne nous reste qu’une seule conclusion possible : ils visent délibérément cette somalisation, cette situation d’instabilité générale dans laquelle l’Algérie deviendra la cible de choix car elle représente au plus haut point, à cause de son histoire, l’idée d’Etat national et l’idée d’indépendance même si du cœur du pouvoir lui-même se développent des initiatives pour nous faire dégoûter sciemment de notre indépendance, mais tout comme hier nous nous sommes battus pour l’indépendance et pas pour nos chefs, nous nous battrons demain pour notre Etat indépendant et pas pour nos dirigeants dont certains auront rejoint une Benghazi algérienne.

La Libye se bat pour l’indépendance de tous les pays du tiers monde. Elle se bat même pour celle des puissances émergentes y compris la Chine la cynique qui n’est pas loin d’inventer le social impérialisme. La Russie de Medvedev qui a donné à sa diplomatie la légèreté des dandys semble se réveiller à la grande arnaque qu’elle a cautionnée et se retrouve dindon de la farce – vous avez le choix de termes plus appropriés – et s’éveille à la réalité politique et sociale qui a donne à Kadhafi la force de tenir tête à une coalition conçue pour la pulvériser. Pour cette Russie, Kadhafi était un homme fini il y a six mois. Il est aujourd’hui une force réelle sur le terrain.

Cela veut beaucoup dire non sur la réalité de Kadhafi mais sur les intentions des USA d’élargir immédiatement son agression vers la Syrie puis l’Iran. L’Algérie aura le Qatar pour s’en occuper en supputant tous les ennuis que peuvent nous créer des pays désormais alliés de l’Emirat aux dents longues.

Quel bonheur alors pour les Bourses : le pétrole à celui qui sait le trouver, aucune frontière sur les mouvements des marchandises et des capitaux et beaucoup de postes de police pour les migrants illégaux ! Enfin débarrassée de l’Etat national, notre bourgeoisie compradore pourra accéder aux royalties sur le pétrole des élites mondialisées qui pourront prouver qu’elles sont sorties de l’indigénat en montrant aux maîtres du monde qu’elles savent tenir le souk et faire suer le burnous. Elles nous taperont sur la tête pour nous éveiller à l’erreur du patriotisme économique et nous expliquer le « réalisme économique ».

A Tripoli, la bataille n’est pas gagnée du tout pour l’OTAN. En Libye, elle est déjà perdue pour elle et pour Sarkozy. Un peuple qui a tenu sous ce déluge de feu et une armée qui n’a pas connu de désertion dans cet enfer ne se réduisent pas avec quelques bombes supplémentaires. Avec ou sans Kadhafi, l’agression de l’OTAN butera sur la résistance d’un peuple héroïque, comme tous les peuples qui se battent pour leur indépendance. Serons-nous capables de développer de telles capacités à l’heure de vérité qui s’approche avec la politique du chaos, seule politique qui reste à des USA en déclin et à ces états vassaux face à la montée des BRICS et pour se sortir de la crise.

Par Mohamed Bouhamidi du quotidien algérien La tribune

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :