Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Lybie : l’aveu de la guerre

La choquante parade prématurée des matamores franco-britanniques

George Bush avait célébré, en d’autres temps,  tour à tour sa victoire sur les talibans en Afghanistan puis en Irak. A ce jour, les talibans sont en passe de revenir à Kaboul  et l’Irak est un pays fantoche,  en guerre civile et religieuse. On a beaucoup reproché au président américain ces triomphes à la romaine largement injustifiés et démentis par la suite dans les faits.

Dans un monde où il n’y a plus de vraies victoires ni de vraies guerres, il est imprudent de se comporter en vainqueurs et la visite éclair en Libye de Sarkozy et Cameron si elle n’était pas scandaleuse, serait pitoyable et parfois divertissante.

On s’est moqué de la résolution de l’Onu

Le scandale majeur réside dans l’aveu arrogant d’une hypocrisie totale. S’il y a des vainqueurs, c’est qu’il y a un vaincu. Si le vaincu est Kadhafi, c’est donc bien que le but  recherché était sa chute et non la protection  de populations civiles. On s’est moqué de la résolution de l’Onu. On a menti et, de plus, on en est fier.

Le comportement de matamore – à l’origine quelqu’un qui se vante de tuer des maures puis par extension  des arabes et des musulmans – est prématuré. Rien ne dit que la Libye ne connaitra pas un avenir irakien ou afghan. On peut  même assurer que ce sera l’un ou l’autre, peut-être les deux à la fois.

Reste qu’il y a aussi de quoi sourire…

Quand le président français affirme qu’il n’est pas intéressé par les ressources libyennes et que sa guerre est morale, mais qu’il rajoute que « si les entreprises françaises étaient récompensées, ce serait  rendre justice au rôle de la France ». C’est de l’humour ?

Quand à l’hôpital de Tripoli il est accueilli par des «  Allah Akbar » cela  reflète bien les convictions profondes de ces « démocrates »

Quand il prononce en français un discours, parait-il gaullien, devant une foule qui ne comprend que l’arabe dialectal avec quelques mots parfois d’italiens.

Quand cette foule acclame les représentants des deux pays colonisateurs historiques du continent, faisant se retourner dans leurs tombes les libérateurs autochtones. La colonisation, la vraie a été elle aussi souvent une libération  de tyrans sanguinaires. Cela devrait faire réfléchir certains.

 N’est ni Scipion l’africain, ni Gordon le défenseur des populations civiles de Khartoum, qui veut… mais notre Lawrence des sables de la tripolitaine  peut se réjouir. Il a occulté le débat ennuyeux des candidats du Ps à la primaire.

Si par malheur pour lui la présidence française lui échappait, il pourrait toujours devenir grand mamamouchi du Fezzan et de la cyrénaïque si bien sur……. le nouveau grand turc le lui permet.

Jean Bonnevey

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :