Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

CPI contre Laurent GBAGBO : Carton jaune au Porte-parole et au FPI !

La Révolution Permanente a lu avec beaucoup de surprise, les différents communiqués qui ont fait suite à une dépêche de l’AFP (Agence France Presse) datée du 3 octobre 2011, annonçant que la Chambre préliminaire III de la Cour Pénale Internationale (CPI) a pris le 30 septembre 2011, une décision autorisant ladite cour à ouvrir « une enquête sur les crimes présumés relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis en Côte d’Ivoire depuis le 28 novembre 2010. ».

La Révolution Permanente reste d’autant plus étonnée qu’en introduction au Communiqué produit par la Direction Intérimaire du FPI le 4 octobre 2011, l’on a pu lire : « La direction du FPI, qui en a été informée par voie de presse, se félicite de la décision de la Chambre préliminaire III de la CPI prise le 30 septembre dernier. Cette décision, qui n’est pas encore un acte d’accusation contre une ou plusieurs personnes déterminées, emporte notre adhésion ».

Dans la même dynamique, un autre Communiqué signé du Porte-parole du Président GBAGBO rendu public le 3 octobre 2011, a pris acte de cette décision de la CPI et formulé des observations notamment sur la période couverte par l’enquête et les circonstances de l’ouverture de cette enquête.

Pourquoi faut-il s’étonner ?

La Révolution Permanente s’étonne parce qu’elle a le net sentiment que les instances qui ont produit les communiqués ci-dessus évoqués, n’ont pas encore pris toute la mesure de l’engrenage international qui se met en  place.

Tout d’abord, l’avènement d’une compétence de la Cour Pénale Internationale en Côte d’Ivoire est l’œuvre de Monsieur Dramane Ouattara. Or de tout ce qui ressort des déclarations constantes du Porte-parole du Président GBAGBO, ce dernier soutient à juste titre qu’il demeure le Président élu de Côte d’Ivoire. Que ni sa déportation par la France, ni le pouvoir de fait instauré par Monsieur Ouattara et la France, ne l’ont amené et ne l’     amèneront jamais à renoncer à sa victoire reconnue et proclamée par le Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire qui l’a par ailleurs investi comme Président de la République.

Dès lors, comment comprendre que le Porte-parole en vienne à reconnaître de façon tacite l’accord de coopération judiciaire signé par un individu qui incarne un pouvoir de fait issu d’un coup de force perpétré par la France contre le Président GBAGBO, en allant jusqu’à admettre la compétence de cette fameuse cour en Côte d’Ivoire au point de lui formuler des observations sur son champ d’investigation ?

Ensuite, notre étonnement est d’autant plus grand, que la Direction du FPI a abondé dans le même sens, aboutissant du coup à une posture totalement illisible pour les combattants engagés dans le combat pour la libération de la Côte d’Ivoire et la restauration de l’Autorité de l’Etat ivoirien.

Par ailleurs, la Révolution Permanente s’interroge sur les raisons pour lesquelles ni le Porte-parole, ni la Direction du FPI n’ont pris en compte le désaveu officiel de la CPI par l’Union Africaine dont le Président en exercice et le Président de la Commission, j’ai nommé Messieurs Obiang NGuema et Jean Ping, ont lors du dernier sommet de l’UA tenu à Malabo, dénoncé publiquement les comportements racistes, fascistes et sulfureux de Monsieur Moreno Ocampo, Procureur de la CPI commis pour venir enquêter sur les crimes éventuels contre l’humanité commis en Côte d’Ivoire.

Ce désaveu officiel des Autorités de l’UA devait être interprété comme une invitation de l’Union Africaine aux dignes fils d’Afrique à privilégier la création de Tribunaux Spéciaux africains pour le règlement des cas de violation des Droits de l’Homme qui prendraient la forme de crime contre l’Humanité. Dès cet instant, nous nous interrogeons sur les raisons pour lesquelles ni le Porte-parole ni la Direction du FPI, ne privilégient la voie visant la création d’un Tribunal Spécial pour la Côte d’Ivoire relevant de l’Union Africaine.

Bien entendu, l’Union Africaine a déjà montré sa faiblesse dans les dossiers qui mettent en jeu les intérêts des impérialistes occidentaux en Afrique. Il en est ainsi du dossier ivoirien dont le règlement dans la voie de la vérité et du droit ivoirien, compromettrait les intérêts français.

Mais permettez-moi, si vous formulez une telle observation, de partager avec vous deux autres interrogations. Je sais, notamment, pour ce qui est du Porte-parole que vous savez que plusieurs Chefs d’Etat africains ont déjà exprimé clairement à Ouattara Dramane qu’ils sont opposés à sa volonté de faire juger le Président GBAGBO et en Côte d’Iovire et par la CPI. Ils sont allés jusqu’à lui suggérer sa libération car en le faisant juger, il créerait un fâcheux précédent en Afrique. C’est pourquoi ils ont préconisé la mise en place d’un véritable cadre de discussion et de réconciliation dont la déclaration récente du Groupe ad hoc baptisé les ELDERS, laisse transpirer les conclusions.

Alors notre question reste de savoir pourquoi cet environnement africain n’est-il donc pas exploité par le Porte-parole en rejetant avec véhémence l’idée d’une enquête qui prend la forme d’une souricière de la CPI contre Laurent GBAGBO et ses proches ?

Deuxième interrogation : comment voulons-nous que l’Union Africaine devienne forte si nous ne l’aidons pas à pousser plus loin, ses pas, même timides, mais qui osent aller dans le sens de la promotion d’une exception africaine ?

Alors permettez-nous de comprendre.

Qu’espère-t-on de la CPI dans le cas ivoirien ?

Qu’elle vienne reconnaître Ouattara coupable de crimes contre l’humanité ? Qu’elle vienne reconnaître Soro Guillaume et ses amis criminels coupables de crimes contre l’humanité ?

Si telle est notre espérance, c’est qu’elle n’est que pure illusion.

Et alors, il faut changer de fusil d’épaule en marquant dès cet instant un arrêt pour que ceux qui sont réellement engagés dans un vrai combat pour la libération de la Côte d’Ivoire prennent leurs responsabilités devant l’histoire.

Car la CPI vient juste pour embrouiller vos esprits en donnant à Ouattara le temps de perdurer en espérant que se produirait un syndrome de Stockholm du côté des militants de la Majorité Présidentielle.

A la vérité, le monde occidental n’a rien à cirer des principes dont il assurait la promotion au siècle dernier.

Il suffit de lire les révélations sur la stratégie de domination du monde proposée par Monsieur Brzezinski pour se convaincre que les anciens principes sur un monde civilisé, sur une justice internationale qui protège les droits humains, sur la promotion de la vérité et des lois comme gage d’une paix internationale, ont tous été jetés à la poubelle par le monde occidental.

Devant les difficultés économiques dont il ne sait comment en sortir, face à la concurrence des pays émergents, le bloc occidental ne croit plus en l’égalité des races, en l’égalité des nations dites souveraines même sur le plan du droit, en l’égalité des hommes à la naissance et devant la loi.

Laurent GBAGBO leur pose problème, ils vont se débarrasser de lui en créant une parodie de justice. Un point un trait.

Car selon, Monsieur Brzezinski, les méthodes ci-après doivent prévaloir désormais dans les rapports entre l’Occident et les Nations faibles pour maintenir une hégémonie intraitable : « 1. Corruptions des dirigeants locaux. 2. Chantages sur ces dirigeants locaux. 3. Campagnes médiatiques de diabolisation. 4. Déstabilisations diverses. 5. Embargos et blocus commerciaux. 6. Coups d’Etat. 7. Provocations de séparatismes. 8. Guerres par intermédiaires. 9. Bombardements. 10. Occupations terrestres. »

Comme le commente Michel Collon, il s’agit de « Toute une gamme de méthodes, on le voit, et qui peuvent évidemment se combiner, mais qui constituent toutes des agressions. »
Et ayant vécu l’expérience en cours en Côte d’Ivoire et en Libye, personne ne peut dire que ces principes ne sont pas mis en œuvre. Or, à la lecture, toutes ces méthodes sont dénuées de tout principe moral et s’inscrivent aux antipodes des valeurs qui sous-tendaient une Justice Internationale ou des rapports civilisés entre Nations au XXème siècle.

Alors pourquoi la Direction du FPI ou le Porte-parole croient, après avoir vécu le comportement négationniste de l’Occident vis-à-vis des lois ivoiriennes, que la CPI constituent une opportunité pour que Justice soit rendue au point de saluer son avènement en Côte d’Ivoire ?

Quels arguments pensent-ils développer avec l’aide des avocats français, pour que cette fameuse cour pénale abandonne sa mission première de neutraliser tous les Africains qui n’obéissent pas au doigt et à l’œil de l’Occident et décide plutôt de neutraliser des suppôts de l’Occident comme Dramane Ouattara et ses hommes ?

Alors je propose !

Que la Direction du FPI et, au besoin, le Porte-parole :

1.    renoncent à toute collaboration avec une cour dite de justice dont les antécédents caractérisés par une partialité insultante et le racisme contre les Africains constituent un motif suffisamment convaincant pour la rejeter et s’opposer à son action en Côte d’Ivoire ;

2.    affirment que la question reste pendante quant l’exercice légitime du pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire depuis le 11 avril 2011 car au moins la moitié des électeurs et des personnes habitant la Côte d’Ivoire ne reconnaissent pas Ouattara comme Président de Côte d’Ivoire tant que la vérité sur les élections de 2010 n’a pas été dite au regard du droit ivoirien. Dès lors, la gestion de fait à laquelle s’adonne Dramane Ouattara n’engage que lui-même y compris les accords qu’il signe avec des acteurs internationaux intervenant dans la crise ivoirienne. Si ce préalable n’est pas levé, toutes actions visant à humilier davantage Laurent GBAGBO et ses camarades de lutte entraînera un droit légitime de défense et les initiateurs desdites actions seront comptables de tout ce qui arrivera ;

3.    doivent comprendre qu’une meilleure coordination de la position, sur les questions importantes, de toutes les sensibilités engagées dans le combat pour la Libération de la Côte d’Ivoire, reste un gage d’unité  pour la victoire de tous et qu’à défaut, la lutte prendrait l’allure d’un gigantesque combat de rue qui verrait l’apparition et la prise totale du contrôle de la situation par des acteurs insoupçonnés qui mettront en œuvre, sans état d’âme, un programme révolutionnaire non partisan, pour faire respecter la Souveraineté de la Côte d’Ivoire.

A très bientôt.

Hassane Magued

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :