Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives Journalières: octobre 14, 2011

Le gangstérisme international d’Etat en Libye

L’humanité a connu des guerres, celles de 1915 et 1945, les guerres indigènes, les guerres eugénistes. Depuis quelques décennies, elle s’acclimate avec un nouveau genre de guerre : les guerres de gangsters : deuxième guerre du Golfe, Guerre de Yougoslavie, Guerre du Kosovo, Guerre en Afghanistan, Guerre des Etats-Unis en Philippines en 2001, Guerre en Irak, Attaque de la Côte d’Ivoire par la France via ses suppôts régionaux en 2002, Conflit alimenté en Haïti en 2004, ainsi de suite puis, en 2011 fin du coup d’Etat contre le régime de Gbagbo en Côte d’Ivoire et actuellement sous nos yeux la Guerre en Libye. Les Etats en faillite sont obligés de faire du gangstérisme d’Etat, s’attaquer aux pays faibles et de taille moyenne qui refusent de laisser mourir leurs peuples pour faire vivre l’Occident.

La désinformation, arme de guerre

Que se passe t-il en Libye ? difficile au citoyen lambda de répondre convenablement à cette question puisque la presse a décidé d’aller à l’encontre de la liberté qui est censée la caractériser et qu’elle est censée exprimer en intoxiquant les citoyens avec l’uniformatisation des articles de presse déformés. Nous assistons à la falsification de l’histoire, à l’embrigadement et au formatage des esprits des citoyens du monde, un travail savamment réalisé par les grands médias qui pratiquent depuis du journalisme de caniveaux.

La première dans cette catégorie de minable chaîne d’information est bel et bien France 24 qui, coiffe les autres minables telles que France 2, BFM TV, i-TV,… Sur le dossier ivoirien, cette chaîne française s’est démerdée pour faire plaisir à ses bailleurs et actionnaires en désinformant largement les Français qui ne voyaient qu’en Gbagbo un immonde dictateur et en Ouattara un gentil démocrate. La presse française sous Sarkozy, c’est la nullité qui est célébrée, le degré zéro du journalisme quoi et ceci, donne raison à l’écrivain et penseur Russe Léon Tolstoï qui écrivît que : « l’activité journalistique est un bordel intellectuel ». La presse écrite se fait elle aussi l’écho de ce type galeux de journalisme. Un exemple de ce genre nauséabond de journalisme est bien Jeune Afrique ou pour certains Jeune à fric, un hebdomadaire d’inféodés et de corrompus qui, le 05 septembre 2011 titrait après la prise de Tripoli par les pseudo rebelles, « l’Afrique humiliée mais l’Afrique libérée » après avoir selon ses propres termes titré en Février 2009, « Au secours, Kadhafi arrive » après l’accession du Guide à la tête de l’Union Africaine. Cette presse propagandiste nous annonce tous les jours sinon toutes les minutes que les rebelles libyens ont pris telle ville ou qu’ils sont aux portes de telle autre. Depuis qu’ils nous annoncent cela, ces rebelles armés par l’Occident et les pétromonarchies du Golfe devraient déjà être à Paris puisque depuis sept (07) mois, ils ne font qu’avancer mais hélas, la réalité est toute autre. Ces « rats » et autres drogués ne finissent pas de compter leurs morts. L’euphorie des premiers jours étant tombée, place au désenchantement. Toutes leurs forces ou ce qu’il leur reste de combattants sont dispersées sur tous les fronts où ils tombent comme des rats. Drôle de révolution ! les révolutionnaires sont vus comme les occupants et les populations pour lesquelles ils auraient pris les armes les accueillent avec les armes, des attentats suicides, des manifestations comme celle de Samedi dernier à Tripoli où le vaillant peuple libyen a montré sa solidarité envers son guide et demandé son retour dans la capitale.

Kadhafi a été accusé dès le départ de « massacres » de la population civile à Benghazi. Et pourtant, depuis lors, aucune télévision n’a diffusé la moindre image de ces massacres qui auraient fait 6.000 morts en quelques semaines. Aucun de ces grands canaux d’information qui s’amusait à qualifier Kadhafi de « fou tyran » n’avait pris la peine de mentionner la résolution de l’Union Africaine (UA) qui s’est prononcée contre toute intervention militaire en Libye, condamné les premiers bombardements et appeler à des négociations et pourtant, la feuille de route de l’UA avait été acceptée par Kadhafi qui ne voulait pas voir détruire son pays.

La résolution 1973 du Conseil de Sécurité n’a jamais mentionné des bombardements de villes ou un Coup d’Etat contre un régime disent-ils dictatorial mais qui a fait ses preuves plus que ceux très très « démocratique » de l’Occident. Elle visait plutôt une interdiction de vol, la No-Flight Zone parcequ’il avait été abondamment relayé par les médias menteurs que Kadhafi pilonnait la ville de Benghazi. Alors même que la résolution stipule explicitement qu’elle vise à instaurer une zone d’exclusion aérienne en vue de protéger les populations civiles, la France a été la première à ouvrir le bal en décidant unilatéralement de lancer des frappes aériennes contre les forces gouvernementales libyennes dans la région de Benghazi. Ça doit se savoir, s’écrire et se dire afin que les falsificateurs de l’histoire n’écrivent pas autre chose dans les livres d’histoire. Il paraîtrait selon le nain de l’Elysée que l’homme noir ne serait même pas suffisamment rentré dans l’histoire.

Détrousser la Libye pour enrichir les multinationales

La crise économique pousse l’Occident vers les pays riches en pétrole, en minerais et en richesses de toute nature. J’avais déjà dans un article précédent (ici ou ) abordé cette question. Nous aurons entre le Conseil National de Transition – Conseil National des Traitres libyens – et les pays affamés de l’Occident des accords secrets (s’ils n’existent pas déjà) qui consacreront la disparition des fonds souverains libyens ; ces fonds seront injectés dans le circuit financier pour soulager le Trésor de ces pays y compris le Trésor américain ; la FED étant devenue par une gymnastique subtile le plus gros détenteur d’emprunt de l’Etat américain devant la Chine et le Japon. L’Occident est donc en quasi faillite. La dette anglaise  fait par exemple 270% du PIB. Pour résoudre cette crise et palier cette situation, l’Occident préfère la fuite en avant. La course aux armements est donc devenue pour elle, le seul moyen de créer des emplois via les entreprises telles que Dassault, créer une menace constante pour les pays concurrents en déstabilisant les faibles et moyens Etats pour maintenir les équilibres géostratégiques. Les armements disponibles, il faudra bien les utiliser et pour justifier les guerres, tous les alibis sont bons surtout face à un public occidental qui a l’air de ne guère se soucier des autres peuples, ils vont gober la préparation. De l’alibi d’épuration ethnique (utilisé contre Slobodan Milosevic) à la protection des civils (utilisé contre Kadhafi) en passant par les armes de destruction massive (utilisé contre Saddam Hussein), le chemin est vite trouvé. En pleine crise, les budgets militaires des pays tels que les Etats-Unis, la France ou la Grande Bretagne ont connu une hausse alors que ceux affectés au volet social et autre subissent des coupes régulières comme quoi la précarité et la décadence sont aux portes de l’Occident.

Avant même la disparition des fonds souverains libyens dans les banques européennes et américaines, un vaste chantier après guerre s’ouvre ; celui de la reconstruction puisque toutes les infrastructures de ce beau pays sont sciemment détruites parce qu’ils savent que leurs entreprises reviendront pour les construire. « Le marché de la reconstruction de la Libye est évalué à 200 milliards de dollars…. Les entreprises, dont certaines sont déjà à l’œuvre, savent pouvoir compter sur l’aide du gouvernement français ». Cela ne vient pas de moi mais de Thierry Courtaigne, directeur général de Medef International, au lendemain d’une réunion sur la Libye tenue mardi au siège du Medef à Paris en présence de nombreux directeurs de groupes du Cac 40 comme Alcatel, Bouygues ou encore Total. Quatre vingt (80) d’entre elles se sont par ailleurs rendues en Libye ce mercredi.

Sacrée guerre humanitaire !!!

aymard

Lire aussi La Libye, les gendarmes du monde et les traîtres africains

Publicités

Le B.A.BA du BHL

Jade Lindgaard et Xavier de La Porte ont été parmi les premiers journalistes à démonter le système BHL avec leur ouvrage Le B.A.BA du BHL paru en 2004 aux éditions la Découverte.

Dans un entretien sur OummaTV, Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart présente la réédition de ce livre en septembre 2011 (Le nouveau B.A. BA du BHL), dans une version très largement actualisée. Elle revient sur l’imposteur BHL, décrit ses réseaux d’influence, et démontre qu’il n’est pas un philosophe. Il n’est ni intellectuel influent, ni militant des sans-grade, ni journaliste chevronné

Elle révèle également que pour faire face à la forte baisse des ventes de ses livres, BHL toujours à la recherche de nouveaux espaces de promotion, adopte une nouvelle stratégie en cherchant à être présent sur le net, principal lieu de sa contestation.

Il incarne un mouvement qui le dépasse, mais dont il fut l’un des moteurs : la réinvention du pouvoir médiatique en illusion intellectuelle.

Voir la vidéo de l’entretien mise en ligne sur dailymotion http://www.dailymotion.com/video/xlk2lb_le-pseudo-philosophe-bhl-mis-a-nu_news

Texte intégral du discours de Mouammar Kadhafi à la 64ème Session de l’Assemblée générale des Nations Unies le 23 Septembre 2009

Texte intégral du discours du Guide du CPIM lors de la 64ème Session de l’Assemblée générale des Nations Unies

Mercredi 23 septembre 2009

A l’occasion de la 64ième session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, le frère Guide du Commandement Populaire Islamique Mondiale a, dans la journée du 23 septembre 2009, fait un discours important au cours duquel il s’est distingué par la clarté, la crédibilité et l’analyse objective du parcours des Nations Unies et du conseil de sécurité ; exposant les situations internationales qui ont accompagné la fondation de cette organisation.

Ensuite, il a souligné la contradiction flagrante entre les lois constitutionnelles et leurs contenus autorisant la domination des grandes nations colonisatrices et il a exposé les preuves historiques illustrant l’échec des Nations Unies et du conseil de sécurité dans la mission de restauration de la paix, la sécurité et la défense des peuples faibles.

Ce discours du Guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne a été un événement exceptionnel qui a fait trembler les fondements de l’Organisation des Nations Unies en vue d’établir la justice. Lisez plutôt !

Intégralité du discours

Mesdames et Messieurs : 

Vous savez que les Nations Unies ont été créées sur la base de trois ou quatre pays unis contre l’Allemagne. Voici ce qu’on appelle les Nations Unies, et non l’Organisation des Nations Unies.

L’Organisation des Nations Unies, ou nous sommes maintenant, est différente des Nations Unies contre l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces pays ont formé le Conseil de sécurité, se donnant des sièges permanents et un droit de veto, sans notre présence.

Telle est la vérité, et c’est la base de cette organisation internationale.  Cela s’est produit en l’absence de (165) nations présentes aujourd’hui.

Ils ont fait la Charte que vous savez – J’ai la Charte des Nations Unies avec moi – son préambule est une chose, et ses matières sont autre chose .

Comment cela est arrivé ?! .

Ceux qui ont assisté à San Francisco en 45, sont impliqués dans l’établissement du préambule, et ils ont laissé d’autres matières, y compris les règlements intérieures du soi-disant  Conseil de sécurité, aux experts, techniciens et politiciens intéressés dans cette affaire, ce qui stipule que le Conseil de sécurité, représente les États qui se sont unis contre l’Allemagne.

Pour le préambule, il n’y a aucune objection à faire, mais tout ce qui est intervenue après est totalement contradictoire avec le préambule. Ce pour quoi nos protestations contre ce préambule, car il n’est plus d’époque, après la Seconde Guerre mondiale.

Le Préambule stipule que les peuples sont égaux, grands et petits.

Est-ce qu’aux sièges permanents, nous sommes égaux ? Jamais, nous ne sommes pas égaux.
Le préambule déclare que l’Organisation des Nations Unies, les grands et petits ont des droits égaux.
Ok. Est-ce que pour le droit de veto nous sommes égaux ?!.

Le préambule dit: «Les nations grandes et petites, sont égaux en droits » .

Donc le veto est contre la Charte, les sièges permanents sont contre la Charte, et c’est ce que nous ne reconnaissons pas et n’acceptons pas.

La Charte le dit dans le préambule «Nous nous sommes engagés à ne pas utiliser la force armée, si ce n’est dans l’intérêt commun ».

Mais il y a eu 65 guerres, après la création de l’Organisation des Nations Unies et du Conseil de sécurité.

Ces guerres qui ont eu lieu, l’agression qui a eu lieu et la force utilisée dans 65 guerres, elles sont dans l’intérêt commun?! Jamais. Elles ne représentent que l’intérêt d’un pays ou deux ou trois pays.

Ceci est en contraste avec le préambule de la Charte, que nous avons accepté pour rejoindre cette organisation.

Et si les choses ne vont pas selon le préambule, dont nous sommes convenus, même notre présence dans l’organisme ne marchera pas dès maintenant. Nous parlons maintenant sur le sort du monde, le sort de la planète, le sort de l’humanité.

Dans ce domaine important, il n’y a pas d’hypocrisie, ni diplomatie, parce que la complaisance, l’hypocrisie et la peur ont conduit à l’apparition de 65 guerres après la création de l’Organisation des Nations Unies.

Si une agression provient d’un État contre un autre, après 1945, l’année de la création de cette Organisation, l’Organisation des Nations Unies est combinée pour empêcher cette agression.
Je veux dire – par exemple – qu’en cas d’attaque Libye contre France, l’Organisation des Nations Unies doit dissuader l’agression Libyenne parce que la France est un Etat indépendant, membre de l’Assemblée générale des Nations Unies et souverain.

Nous sommes déterminés à défendre la souveraineté des nations, collectivement, mais il ya 65 guerres qui n’ont pas étées dissuadées par l’Organisation des Nations Unies. Les nations ayant des sièges permanents au Conseil de sécurité et propriétaire du droit de veto, ont menées huit grandes guerres faisant des millions de victimes.

Les États que nous pensons, avoir la volonté de protéger la sécurité et protéger l’indépendance des peuples, ce sont eux qui ont menacé l’indépendance des peuples et utilisé la force brutale.

Rien dans la présente Charte n’autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un État.

Ce qui signifie que le système de gouvernance est une affaire intérieure à un État, nul n’a le droit de s’ingérer dans cela.  Le système ou le régime dictatorial, démocratique, socialiste, capitaliste, réactionnaire ou progressiste, c’est la responsabilité de la société elle-même. Une affaire interne.

Rome a voté à un jour pour «Jules César» , un dictateur, le Sénat lui a donné un mandat pour être un dictateur, parce qu’ils croyaient que la dictature était utile pour Rome.

Le présent Préambule est la chose que nous avons convenu, et l’avènement de veto n’est pas mentionné dans la Charte.

S’ils nous avaient dit que le veto existait, nous n’aurions pas rejoint l’Organisation des Nations Unies, nous y avions adhéré par ce que nous sommes égaux.

Mais un Etat apparaît, ayant le droit de s’opposer à toutes nos décisions, puis un siège permanent, il se voit attribuer un siège permanent ?! .

Ces quatre pays se sont donné le siège permanent. Le seul État voté par l’Assemblée, est la Chine, la Chine nous lui avons donné nos voix afin d’avoir un siège permanent au Conseil de sécurité.

C’est le seul État, sa présence est démocratique, tandis que les quatre autres sièges ne sont pas démocratiques.

Réformer l’Organisation des Nations Unies -Mesdames et Messieurs – ne se règle pas par l’augmentation des sièges.

Augmenter le nombre de sièges  » ajouterait l’insulte au préjudice » je ne sais pas comment l’interprète a traduit ce proverbe, car c’est difficile à traduire en anglais. Je vous aide : lorsqu’on dit « ajouter l’insulte au préjudice », ça signifie simplement « faire de pire en pire ».

Parce que les grands pays seront ajoutés aux grands États auxquels nous sommes confrontés.

Donc d’ici, nous rejetons l’augmentation du nombre de sièges de cette manière.
La solution n’est pas d’augmenter le nombre de sièges, et la chose la plus dangereuse c’est d’octroyer des sièges aux grands États.. parce qu’ils pourront écraser les peuples du tiers monde, qui forment maintenant le soi-disant « G100 » .. Il existe «100» petits pays, réunis dans un forum nommé « FSS »  « Forum des petits États ».

Ceci est inacceptable, et nous devons fermer la porte a l’augmentation des sièges, et nous y opposer fermement.

L’augmentation du Conseil de sécurité, augmenterait l’injustice et l’iniquité, la tension mondiale et accroîtrait la concurrence entre les Etats très importants.

Il y aura une concurrence entre l’Italie, l’Allemagne, l’Indonésie, l’Inde, le Pakistan, les Philippines, le Japon, le Brésil, l’Argentine, le Nigéria, l’Algérie, la  Libye, l’Egypte, le Congo, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, la Turquie, l’Iran, la Grèce, l’Ukraine.

Toutes ces nations demanderont à avoir un siège au Conseil de sécurité, dans ce cas, la course se poursuivra jusqu’à ce que le nombre de membres du Conseil de sécurité atteindra le nombre de membres de cette Assemblée, ce n’est pas pratique.

Alors, quelle est la solution?

La solution qui est actuellement devant l’Assemblée générale, présidée par M. Ali Triki, soumet l’organisation de vote, la décision contraignante est c’elle de la majorité à l’Assemblée générale sans aucune considération à part. fermer la porte de l’adhésion des États ainsi qu’à l’augmentation des sièges au Conseil de sécurité.

La composition des membres doit se fonder sur la base des unions et non des Etats, car si vous avez ouvert la porte du Conseil de sécurité aux Etats, cela aboutirait à une concurrence entre les pays. Chaque Pays aura le droit de se présenter. Qui aurait le droit de les arrêter ?

Qui a le droit de dire à l’Italie de ne pas chercher un siège, si on donne un siège à l’Allemagne ?

Si nous avons donné un siège à l’Inde par exemple, le Pakistan pourra protester. Parce qu’ils sont en état de guerre, ce serait une chose dangereuse.

Si tu donne un siège au Japon, pourquoi ne pas en donner à l’Indonésie le plus grand pays musulman dans le monde ?

Alors que diriez-vous à la Turquie, l’Iran, l’Ukraine, le Brésil et l’Argentine, la Libye, qui a annulé son programme d’armes nucléaires, elle mérite également un siège au Conseil de sécurité, car elle a servi la sécurité mondiale !

Et ensuite l’Egypte, le Niger, l’Algérie, le Congo, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, ce sont tous des pays importants.

Donc la solution est de parvenir à la démocratie au niveau du Congrès du monde, qui est l’Assemblée générale, qui consiste à transférer les pouvoirs du Conseil de sécurité à l’Assemblée générale, et le Conseil de sécurité devient seulement un instrument de mise en œuvre des résolutions de l’Assemblée générale.

L’Assemblée générale est le parlement du monde, c’est le Congrès du monde, c’est le législateur, ses décisions sont contraignantes, car c’est la démocratie. Ceci est l’autorité législative. Ses membres sont les législateurs de l’Assemblée générale.

Il est écrit que «l’Assemblée générale travaille sur la recommandation du Conseil de sécurité ». Ceci est incorrecte et doit être corrigé, c’est le Conseil de sécurité qui doit travailler sur les ordres de l’Assemblée générale.

Aujourd’hui, nous avons devant nous 190 nations. Ce sont elles les Nations Unies, et non le Conseil de sécurité dans la salle suivante, de dix personnes. Qu’elle est cette démocratie? Quelle sécurité?!  Comment assurer la paix mondiale si notre destin, se trouve entre les mains de dix personnes, dominées par quatre ou cinq, ou contrôlés par l’Etat le plus fort. Mais, nous les 190 nations, nous sommes telles que le jardin de « Hyde Park ». Un Décor !

Vous, vous êtes le décor. Vous n’êtes pas important, comme si vous vous promeniez dans le jardin « Hyde Park »  c’est exactement pareil.

Le pouvoir exécutif du Conseil de sécurité doit être uniquement aux résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Conseil de sécurité lorsque celui-ci devient un port pour des résolutions de l’Assemblée générale. Dans ce cas, il n’y aura pas de concurrence pour les sièges au sein du Conseil de sécurité.

Le Conseil de Sécurité doit être représentatif de toutes les Nations, mais pas par les Etat, ce qui est soumit a l’Assemblée générale est de trouver un siège permanent pour chaque espaces.

Chaque union :

–        UE 27 pays, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        l’Uuni0n africaine 53 pays, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        l’Union de l’Amérique latine, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        ASEAN dix pays +2 ou +3 ou +4, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        Fédération de Russie, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        Les Nations Unies d’Amérique, qui se compose de cinquante Etats dispose déjà d’un siège permanent.

–        SAARC, qui est en voie, un siège permanent

–        Ligue des Etats arabes 22 pays, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        Organisation de la Conférence islamique 45 pays, un siège permanent au Conseil de sécurité

–        Les Etats Non-alignés 120 pays, un siège permanent au Conseil de sécurité

–       Le « G100″ le » Forum des petits États « , un siège permanent aussi
Et s’il ya des pays en dehors de ces unions que j’ai mentionnés, nous pouvons leurs attribuer un siège permanent.

C’est la solution soumise à l’Assemblée générale pour un vote.

M.Ali Triki et M. Ki-moon Travailleront sur les formules administratives et juridiques, ainsi que la formation des commissions de vote. Et désormais le Conseil de sécurité, doit se composer des unions.

Il s’agit de la justice et la démocratie, et de mettre fin à l’occupation du Conseil de sécurité par certains pays. Ceux-ci ont des bombes atomiques, ceux-là ont le pouvoir économique et les autres la technologie. C’est du terrorisme pur.

Nous ne pouvons pas vivre dans un Conseil de sécurité dominé par ceux qui ont la force écrasante. C’est du terrorisme.

Si vous voulez un monde uni et une vie paisible dans la sécurité et la paix, nous devons travailler sur ces propositions. Mais si nous voulons vivre dans le terrorisme, dans des conflits. Restons donc intacte sur nos positions.

Ces sièges, soit ils ont un droit de veto, ou ils n’ont pas tous ce droit.

Dans tous les cas, le Conseil de sécurité dans sa nouvelle composition proposée par l’Assemblée générale pour un vote, est l’outil opérationnel de l’Assemblée générale des Nations Unis.

La souveraineté est aux 190 nations présentes ici.. Ainsi, toutes les nations sont également présentes au Conseil de Sécurité, telle qu’elle existe également dans l’Assemblée générale.

Nous sommes ici à l’Assemblée Générale en toute égalité, nous devons être égaux aussi dans la Chambre du Conseil de Sécurité.

Le fait qu’un pays ait le droit de veto. Et l’autre n’a pas le droit de veto, l’Etat a un siège permanent. Et l’autre ne dispose pas un siège permanent au Conseil de sécurité, nous le rejetons dès à présent. Nous ne le reconnaissons pas du tout, même s’il existe, nous ne succomberont à aucune décision prise par le Conseil de sécurité dans sa forme actuelle.
Nous avons été colonisés. Nous étions sous tutelle, nous sommes indépendant aujourd’hui et nous nous sommes réunis pour décider du sort du monde d’une façon démocratique, afin de préserver la paix et la sécurité pour tous les peuples et nations, grandes et petites.

Le terrorisme n’est pas seulement Al-Qaïda, la situation actuelle est aussi un terrorisme.

La démocratie n’est pas pour le plus fort, ni pour le plus riche, ni pour les terroristes. Elle est pour toutes les nations égales.

Le Conseil de sécurité actuel est une politique féodale pour les titulaires de sièges permanents. Ils l’utilisent contre nous, c’est pour cela que nous ne le nommons pas le Conseil de sécurité, mais le Conseil de l’horreur.

Vous voyez mes frères dans notre vie politique, s’ils veulent utiliser le Conseil de sécurité contre nous, ils se refèrent à ce Conseil, mais s’il y ont pas utilité, ils oublient le Conseil.

Le fait d’attribuer le siège permanent et le droit de veto à celui qui a le pouvoir, c’est scandaleux, nous ne pouvons pas le tolérer et vivre sous son ombre.

Le Conseil de sécurité depuis qu’il a été créé en 45 à ce jour ne nous a pas fournit la sécurité, mais nous a fournit des sanctions et de la terreur. Utilisé seulement contre nous, c’est pour cela que nous ne sommes pas obligés d’obéir aux résolutions du Conseil de sécurité.

Il y a eu après la création du Conseil de sécurité 65 guerres contre les pays du Tiers-Monde. Contre les petits États, soit ils se battent entre eux, ou ils sont agressés par des grands pays, le Conseil de sécurité n’a pas empêché ces agression en violation de la Charte.

L’Assemblée générale se prononcera sur ces solutions historiques, et ensuite, soit nous restons unis, ou scindé en deux parties: des nations égaux ayant leur propre Conseil de sécurité d’une part et d’autre part les propriétaires de sièges permanents titulaires de droit de veto, quatre ou cinq ou trois peu importe, mais nous ne sommes pas avec eux. Qu’ils appliquent le droit de veto entre eux.

Mais nous ne pouvons dès à présent, rester sous le contrôle des titulaires permanents du droit de veto qu’ils se sont doté eux-mêmes.

Nous ne leur avons pas donné cela, nous ne sommes pas fous pour donner le droit de veto à des États et leur donner un siège permanent, méprisant d’autres nations et leur priver de siège permanent et de droit de veto.

Pourquoi mépriser des nations ?

Nous n’avons pas décidé cela, ce sont des notions sacrées et respectées. Il s’agit des 190 nations de la terre.

Le Conseil de sécurité ne peut être utilisé contre les propriétaires des sièges permanents et les titulaires de droit de veto.

Ce qui veut dire que le Conseil de sécurité est fait contre nous, et par conséquent ses décisions sont ignorées.

Et, le plus important, tous les regroupements internationaux, ont commencé à former leurs propres conseils de sécurité. Peu à peu, le Conseil de sécurité dans sa forme actuelle sera isolé :

–        L’union africaine a désormais un Conseil de sécurité.

–        L’union européenne aurait désormais un Conseil de sécurité

–        ASEAN formera un Conseil de sécurité

–        L’Amérique latine aura un Conseil de sécurité

–        Les Non-alignés «cent vingt-Etat», formeront aussi un Conseil de sécurité

Cela indique que le Conseil de sécurité a abusé de nos  confiances, parce qu’il ne nous fournit pas la sécurité, et donc nous nous replions aux conseils régionaux.

Nous ne sommes pas obligés d’obéir au Conseil de sécurité dans sa gamme actuelle, car il n’est pas démocratique et personne ne peut nous forcer à rester dans ce Conseil de sécurité, ou obéir à ses ordres.

Maintenant, mes frères, il n’y a aucune considération pour les Nations Unies. La base de l’Assemblée générale des Nations Unies, n’a aucune considération, ni d’impact sur la vie ou la sécurité  du monde.

La Cour internationale de justice, est une institution judiciaire internationale, ses résolutions sont appliquées aux pays du tiers monde, et refusées par les grandes puissances.

J’ai en face de moi des dispositions édictées par la Cour internationale de Justice, rejetées par d’autres États.

L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique est une institution importante de l’Organisation des Nations Unies, ses décisions ne sont pas soumises aux grands États.

M. Ali Triki à l’Assemblée générale, pourra interroger le directeur de l’énergie atomique et son prédécesseur Mohamed El Baradei. Si nous constatons qu’ils surveillent l’accroissement et la réduction des stocks des pays nucléaires, nous aussi, nous nous soumettrons à l’institution.

Mais s’ils disent,  qu’ils ne peuvent pas aborder les grandes puissances détendeurs des bombes atomiques, par conséquent, nous aussi, nous verrouillons nos portes.

Je dois vous informer, que j’ai appelé ElBaradei, pendant la crise atomique de la Libye et je lui aie dit « ElBaradei : Les accords de réduction des armes de destruction massive, vous les contrôlez ? Si un État a augmenté ses bombes atomiques ou ses missiles nucléaires, en êtes-vous informé ? « ,  il m’a dit: » Jamais, ces grandes puissances, je ne peux pas leur demander, ni même m’en approcher ». Alors vous ne contrôler que nous … sortez !

Ceci n’est pas une agence internationale. Par ce qu’elle ne contrôle que nous.  
Ce n’est pas juste. Ce n’est pas la paix, cela est inacceptable.

Pour l’Afrique, Dr. Ali Triki, l’Assemblée de l’Organisation des Nations Unies, qu’elle soit réparée ou non et avant même le vote sur les propositions actuelles, l’Afrique a besoin à partir de maintenant d’un siège permanent avec un plein pouvoir au Conseil de sécurité. Même si vous ne réformez pas l’Organisation des Nations Unies.

L’Afrique est un continent isolé colonisé et opprimé, considéré comme des animaux et ensuite des esclaves puis des colonies sous tutelle.

Le continent. L’union africaine, mérite un siège permanent, tels que la Chine.
Personne na le droit de dire que l’Afrique. L’union africaine, ne mérite pas un siège permanent.

Qui dit avoir la preuve que l’union africaine ne mérite pas un siège permanent, ou le continent africain ne mérite pas un siège permanent ?

Personne ne peut répondre.

L’Assemblée générale doit organiser un vote à-propos de la compensation des pays colonisés afin d’éviter une toute nouvelle colonisation et que soit répété le pillage des richesses des peuples.

Pourquoi les Africains vont en Europe ? Pourquoi les Asiatiques vont en Europe ? Pourquoi l’Amérique latine se dirige vers Europe ?

C’est parce que l’Europe a colonisé l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine, et a pris de l’or, de l’argent, du cuivre, des diamants, du fer, de l’uranium, des métaux précieux, du pétrole, des fruits, des légumes, des animaux et des humains.

Maintenant une nouvelle génération d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, partent derrière leurs richesses pillées, ils ont le droit et nous sommes incapables de les arrêter.

L’Afrique mérite une indemnité d’un montant de « 777 » trillions. Sept cent soixante dix-sept milliards de dollars en compensation aux États de l’Afrique requises par les colonisés, et l’Afrique sera invité à le faire.

Si vous nous remettez « 777 » milliards de dollars, les africaines iront là où vous avez investis ces trillions.

Il n’y a pas d’exode de la Libye à l’Italie, qui est le pays le plus proche à la Libye.

Pourquoi il n’y a pas de migration de la Libye à l’Italie ? L’Italie a approuvé l’indemnité du colonialisme, s’est excusé et a signé un traité avec la Libye, approuvée par le peuple italien et le peuple libyen.

L’Italie ne permettra aucune agression contre la Libye et ce, par terre, mer ou air de l’Italie, ou de toute autre attaque contre la Libye. Le traité a été approuvé par le Parlement italien, indemnisant la Libye pendant 20 ans pour la colonisation. L’Italie versera chaque année un quart de milliard, et pourra construire un hôpital pour les victimes des mines plantées par l’Italie, pendant la 1ère et 2ème guerre mondiale.

L’Italie en a maintenant la gloire, après cet acte historique du président « Berlusconi ».

Pour éviter une nouvelle colonisation, nous devons juger et criminaliser les pays responsables de la colonisation, afin d’accéder à une indemnisation pour les dégâts causés par le colonialisme.

J’ai un autre point très sensible auquel je vous invite à faire face avec patience. Mais avant ce point je vais dire ce qui suit :

Nous les Africains en particulier, sommes fiers du fait qu’un fils de l’Afrique gouverne les États-Unis d’Amérique. Cela est un événement historique.

Il fut une époque ou « le noir » ne partageait pas le restaurant, ni buvais avec « les blancs », mais aujourd’hui le peuple américain a voté pour « Obama » un Africain Kenyan pour en faire un président des États-Unis.

Cela est intéressant, nous sommes fiers, et nous estimons qu’il pourrait être le début du changement.

Mais pour moi, je considère « Obama » comme un éclair dans les ténèbres pour une période de quatre ou huit ans.

Nous serons satisfaits si « Obama » reste au pouvoir, pour toujours aux Etats-Unis.
Le discours de notre fils « Obama », est totalement différent de tout autre président américain que nous ayons connu.

Les Présidents à l’époque disaient ceci: « Nous vous enverrons des balles, des bombes, des Raisins de la colère, des pluies estivales, de l’opération Tempête du désert, ou la rose de toxiques envoyée aux enfants Libyens en 86.  »

C’est de ce façon qu’ils s’adressaient à nous, en terrifiant le monde: «Nous allons vous envoyer un tonnerre roulant ou un tonnerre rampante comme cela fut au Vietnam, nous vous ferons parvenir l’opération Tempête du désert envoyé en Irak, nous vous ferons parvenir l’opération de chevalier envoyé en Égypte en 56, nous vous ferons parvenir une rose toxiques que Reagan a envoyé aux enfants Libyens en 86 « .

Imaginez un Président d’un grand Etat, membre au Conseil de sécurité, qui devait protéger notre indépendance et nous protéger contre toute agression. Se permet de dire que « Nous avons décidé d’envoyer la Rose toxiques aux enfants Libyens ».

Mais le Discours prononcé par notre fils « Obama », est tout à fait différent. Il nous invite à nous débarrasser des armes nucléaires.

Il dit que l’Amérique ne peut pas résoudre les problèmes du monde seul, le monde a à résoudre ses problèmes.

« L’Organisation des Nations Unies a toujours été une tribune des différences ». C’est vrai nous devons nous unir dans des institutions internationales ou nous sommes tous égaux.
Il dit: «La démocratie ne peut pas être imposée de l’extérieur. »

Alors que le président Bush, disait: «Nous devons imposer la démocratie à l’Irak. »
Et nous devons aussi faire attention à une chose critique, qui est l’expression du monde multipolaire.

Est-il nécessaire d’être un monde multipolaire ? Pourquoi ne pas être des nations égales ?   Est-ce nécessaire d’avoir un patriarche? d’avoir un pape? Pourquoi un monde multipolaire ? Nous voulons un monde où les grandes et petites nations ont égales

Le point Crucial, est le siège de l’Organisation des Nations Unies. Ce siège.
Vous êtes tous  venu de derrière des océans et des continents, vous avez traversé l’océan Atlantique, le Pacifique, l’Asie, l’Europe et l’Afrique pour arriver à ce lieu. Pourquoi ?

S’agit-il de Jérusalem ? Est-ce le Vatican ? Est-ce la Mecque ?

Chacun de vous est fatigué, et son calendrier est modifié, dans un état déplorable en termes de physique. Vous demandez à une personne qui a mis vingt heures de vol, de livrer un discours sur le sort du monde.

Je me suis réveillé aujourd’hui à quatre heures de New York avant l’aube, ce qui correspond à onze heures de la Libye.

Pourquoi cette fatigue ? Si cette situation est ainsi depuis 1945, elle doit toujours continuer ?

Pourquoi ne pas penser à avoir une autre paisible ?

C’est le premier point.

Autre point important, l’Amérique est le pays hôte pour qui incombe la charge d’assurer le Siège des Nations Unies, d’assurer les missions permanentes, héberger des dizaines de chefs d’Etat qui viennent chaque année à cet endroit.

Je tiens à la soulager de ce fardeau. Vous allez alléger le fardeau sur l’Amérique. Dites à l’Amérique merci, nous voulons t’aider.

Supposons qu’un terroriste fait exploser l’Avion ou la voiture d’un Président, qu’allons nous faire ?

Ce bâtiment – Pour votre information – est une cible d’Al-Qaïda.

Oui, ce bâtiment, on se demande comment il na pas été battu le 9 – 11? Peut-être les avions qui ont été avortés, était liés à cet endroit.

La prochaine cible est cet endroit.

Je ne parle pas dans le vide. Nous avons des dizaines de membres d’Al-Qaïda en prison, en état d’arrestation et leurs aveux sont très troublants.

Nous voulons débarrasser l’Amérique de cette préoccupation. « Dites merci, nous voulons vous aider, nous voulons transférer le siège à une place qui n’est pas la cible. »

Normalement chaque 50 ans, on déplace le Siege vers une autre partie du globe.

Cinquante ans dans l’hémisphère occidental, est suffisant.

Les 50 autres années, au milieu du globe ou dans l’hémisphère oriental, et ainsi tous les 50 ans dans une autre partie du monde.

Nous sommes restés maintenant 64 ans, avec un 14 ans de plus que la période l’égale.
Cela est prévu pour le vote à l’Assemblée générale, car l’article 23 de 26 / 7 / 47 dit:  » Le siège de l’Organisation des Nations Unies, ne peux être déplacé que par la décision de l’Assemblée générale à la majorité simple ». Si 51% de l’Assemblée générale accepte le transfert. Le siège se déplace.

Nous ne sommes pas contraints de supporter toute cette fatigue, venir de l’Inde, de Philippines, d’Australie et des Comores.

Je suis surpris que mon frère le président, « Ahmed » a passé 14 heures de vol, comment peut il livrer un discours…?

Il y a certaines exigences gênantes. L’Amérique a le droit d’opérer des restrictions sévères, car elle est ciblée par Al-Qaïda. Par des terroristes. Nous ne refusons pas ces exigences, mais nous supposons que nous ne sommes pas obligés de subir ces procédures.

Pourquoi ? Pourquoi venir à New York ?

Un Président s’est plaint à moi, il m’a dit qu’ils lui ont dit que, votre co-pilote ne vient pas en Amérique parce qu’il a des sanctions. Il leur a demandé, comment pouvons-nous traverser l’océan sans copilote?! Ils lui ont répondu de traverser l’océan sans copilote.

Un autre président s’est plaint à moi, il m’a dit que son aide camp, n’entre pas aux États-Unis parce que son nom est fiché.

Ils ont dit au troisième, que votre médecin actuel a un problème de visa.

Si un pays a des problèmes avec l’Amérique, ils diront que. Vous avez 50 pas dans cette partie. Vous avez 500 mètres dans cette région, comme à Guantanamo.

Il est membre de l’Organisation des Nations Unies, ou un prisonnier de Guantanamo ?

Ceci est sur la table de l’Assemblée générale pour être soumis à un vote, Dr Ali « . Le vote sur le transfert du siège ou non.

Si « 51 » pour cent décide le transfère, nous voterons en deuxième lieu, là où doit être le siège à l’hémisphère centrale ou orientale !

Supposons qu’ils ont dit à l’hémisphère central, nous proposons la ville de Syrte et Vienne.
Allez 1000 km là  ou personne ne vous empêche. Venez avec votre avion plein, même sans visa vous avez droit.

C’est raisonnable de dire à une personne de ne marcher que 500 mètres !

La Libye n’a d’inimitié avec personne, et elle n’est pas ciblée, et à Vienne aussi, je ne pense pas qu’il aura des restrictions de ce genre.

Si nous votons l’hémisphère oriental, je propose la capitale de l’Inde Delhi, ou Pékin la capitale Chinoise.

Personne ne dira que les États-Unis pourront réduire sa contribution.

Pourquoi pensez-vous probablement de mauvaises choses de l’Amérique ? Jamais, l’Amérique n’a été un pays attaché à ses obligations envers l’organisation des Nations Unies.

Nous arrivons aux autres questions que l’Assemblée générale présidé par Ali Abdel Salam Triki, doit examiner.

Nous allons nous juger. Juger l’Organisation des Nations Unies, car cette réunion est extraordinaire. Même mon fils, « Obama », a dit ces mots avant moi, il a déclaré que cette rencontre est extraordinaire et historique.

Premièrement : Pourquoi les guerres  ont eu lieu après l’existence de l’Organisation des Nations Unies ?, où était le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale ? Comment cela est arrivé ? Où est la Charte ?

–        Nous allons commencer par la guerre de Corée, cela est survenu après l’existence des Nations Unies. Laissant des millions de victimes.

Il faut poursuivre en justice ceux qui ont causé cette guerre, pour qu’ils soient jugés et condamnés.

–        Nous passons ensuite à la guerre de Suez de 56, nous devons étudier le dossier de cette guerre.

Pourquoi des pays ayant un siège permanent au Conseil de sécurité, puis le droit de veto, attaquent un membre de l’Assemblée Générale. Membre de l’Organisation des Nations Unies. Un État souverain qui est l’Egypte, la destruction de ses villes et son armée, et tuaient des milliers d’Égyptiens, parce qu’ils ont exercé leur droit de nationaliser le Canal de Suez ?

–        Revenons ensuite à la guerre du Vietnam, 3 millions de victimes. Les Bombes utilisées dans la guerre du Vietnam au cours des 12 jours, sont plus nombreuses que celles utilisées en 4 ans dans la Seconde Guerre mondiale.

Comment pouvons-nous rester silencieux sur ces faits ?

Après la Seconde Guerre mondiale, nous avons crée l’Organisation des Nations Unies, afin d’éviter les guerres.

–        Ensuite, la question du Panama.

L’invasion de Panama, qui est un membre indépendant de l’Organisation des Nations Unies. Membre de cette Assemblée, 4000 Panaméens ont été tués, le président a été arrêté, jugé et mis en prison dans un autre Etat.

Cette affaire doit être évoquée à l’Assemblée générale, nous devons libérer  » Noriega. »
De même la guerre de Grenade. L’invasion de ce pays qui est membre de l’Organisation des Nations Unies, par sept mille hommes, cinq mille navires de guerre et des dizaines d’avions de chasse dans le plus petit pays du monde.

Après la création de l’Organisation des Nations Unies, après l’existence du Conseil de sécurité,  ce pays a été attaqué, dont le nom est Grenade, tuant le Président Maurice Bishop.

Comment faire pour ignorer cette tragédie ?

Nous allons aussi enquêter sur le bombardement de la Somalie.

La Somalie est un État Membre des Nations Unies. Membre de cette Assemblée, bombardée, dans l’ère de « Farah Aidid ». Pourquoi et qui a permis ce bombardement ?

Ainsi que la guerre de Yougoslavie, un pays pacifique comme la Yougoslavie construite brique par brique, après sa destruction par «Hitler», nous venons la détruire à nouveau comme « Hitler ».

La Fédération yougoslave, est un pays pacifique construite par « Tito » le héros de la paix, brique par brique. Après la mort de « Tito » vous venez dépiécer la Yougoslavie pour des intérêts personnels de l’impérialisme.

De même la guerre en Irak  » qui est mère des péchés », ferait aussi l’objet d’enquête, par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, présidé par  » Ali Triki ».

La guerre en Irak soulève quatre questions très graves :

  • Premièrement: l’invasion de l’Irak sans justification, est une violation de la Charte, par les principaux pays ayant des sièges permanents au Conseil de sécurité. L’Iraq est un membre indépendant de l’Assemblée générale. Pourquoi  ne pas appliquer la Charte, qui prévoit la suppression de l’agression ?

Je vous ai lu dès le début que l’Organisation des Nations Unies réprimait l’agression, et je vais vous donner un exemple :

« Quand l’Irak a attaqué le Koweït, ils ont accédé directement à la Charte, déclarant que les Nations Unies doivent réprimer l’agression. Nous sommes tous convenu que des pays arabes frères de l’Irak ont pris part ensemble à la guerre avec les pays étrangers pour dissuader l’agression iraquienne contre le Koweït.

Et pourquoi ne pas appliquer la Charte, quand l’agression a eu lieu contre l’Irak ?

Dans la première Guerre, la charte était sacrée, mais elle a été ignorée totalement lors de la deuxième Guerre, parce qu’ils ont envi d’attaquer l’Irak ».

  • Deuxièmement: Après l’invasion de l’Irak, il y a un génocide. Ils ont tués plus d’un million et demi d’Irakiens dans ce génocide.

Dites nous où est allé la Cour pénale internationale, pour devoir juger ceux qui ont pratiqué un génocide contre le peuple irakien ?

Il est facile de dire à « Bashir » d’aller au tribunal, ainsi que « Slobodan », « Taylor », « Hissène Habré » et « Noriega »!

Alors les commentaires du génocide en Irak ne vont pas au Tribunal international ?
Chacun de nous, grands et petits, devraient être soumis à la Cour pénale internationale.

Nous ne sommes pas des animaux dans un enclos, pour être sacrifié le jour de la fête.
Nous avons le droit de vivre au dessus du sol et sous le soleil, prêt à se battre jusqu’à la mort.

  • Troisièmement: la peine de mort à l’encontre des prisonniers de guerre en Irak.

Comment exécuter des prisonniers de guerre ? Le Président de l’Iraq et son gouvernement quand ils ont été arrêtés, les pays occupants de l’Irak ont déclaré que, ce sont des prisonniers de guerre.

Le prisonnier de guerre, doit être libéré après la fin des opérations réelles.

Qui a exécuté le président de l’Irak ? Répondez-moi.

Le nom du juge est connu, ainsi que son visage et son identité.

Mais qui a exécuté le président ? Le jour de la fête ? Qui veut répondre ? Des gens masqués et cagoulés effectuent la peine de mort.

Si le monde est civilisé, en vertu du droit international; Comment exécuter un chef d’Etat et son gouvernement, par des gens déguisés en travesti ?

Savez-vous ce que les gens disent ?

Certaines personnes disent que c’est le président Américain et le président Britannique, qui se sont déguisés, afin d’appliquer la peine de mort du président irakien et son gouvernement.

Pourquoi exécuter le président d’un Etat  membre de l’Organisation des Nations Unies et son Gouvernement, de cette façon mystérieuse ?

Jusqu’à présent, on ne sait pas qui a commis la peine de mort le jour de la fête de l’Aïd.

  • Quatrièmement: la Prison de Abou Ghraib, qui a connu des actes honteux pour l’humanité.

Je sais que l’Amérique pourra mener l’enquête sur ce scandale. Mais l’ONU ne laissera pas cette question.

L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies examinera cette question. La question d’Abou Ghraib, où les prisonniers de guerre ont été torturés, violés et mutilés par des chiens.

Même les diables ne pourront faire cet acte. Violer des Hommes prisonniers de guerre, dans un État membre de l’Organisation des Nations Unies.

Cette question humanitaire est intolérable, nous devons l’examiner, afin d’obtenir une solution.
Jusqu’à présent – mes chers frères -, il y a un quart de million de prisonniers irakiens à Abou Ghraib, entre hommes et femmes.

Cela ne doit pas être oublié ou laissé, nous devons mener l’enquête.

Puis la guerre en Afghanistan doit être également l’objet d’enquête.

Pourquoi s’opposer aux talibans ? Pourquoi antagoniser l’Afghanistan ?

Si les talibans, veulent faire de l’Afghanistan un Etat religieux, où est le problème.

C’est comme le Vatican, le Vatican est un danger pour nous ? Pourtant il est un état religieux, très calme.

Si les Talibans veulent faire de l’Afghanistan un émirat islamique, que ça soit comme le Vatican.

Qui a dit que les talibans sont des ennemis, pour qu’on mobilises des armées pour les combattre ?

Est-ce que Ben Laden est Afghan ? Est-ce qu’il est Taliban ? Jamais.

Ben Laden n’est ni taliban ni Afghan.

Est-ce que les terroristes qui ont frappé New York, où nous sommes maintenant, sont des Afghans ? Sont-ils des Talibans ? Jamais. Ils ne sont ni Afghans ni talibans.

Si je voulais tromper mes amis Américains et Britanniques, je les encouragerais à envoyer des troupes supplémentaires en Afghanistan. Pour qu’ils se noient dans le bain de sang, parce qu’ils ne parviendront pas à une conclusion ni en Afghanistan ni en Irak.
Vous avez vu ce qui s’est passé en Irak, qui est un pays désertique et ouvert. Contrairement à l’Afghanistan qui est pays montagneux, il n’est pas possible de les vaincre.
Mais j’ai envie de les protéger et sauver les fils des pauvres qui combattent en Afghanistan et en Irak. Je leur demande de laisser l’Afghanistan aux Afghans, et l’Irak aux Irakiens. Laissez les qu’ils se battent entre eux, ils sont libres.

Il n’y avait pas eu de guerre civile ici en Amérique ?

N’y a t-il pas eu de guerre civile en Amérique, en Espagne et en Chine, il y a eu des guerres civiles partout dans le monde ?

Laissez les Irakiens ils sont libres de se battre en eux, laissez les Afghans qu’ils se battent entre eux.

Qui a dit que si les Talibans gouvernent, l’Afghanistan deviendra un danger.

Est-ce que les talibans ont des missiles intercontinentaux ? Est-ce que les avions qui ont frappé New York – cet endroit -, sont venus de l’Afghanistan ou d’Irak ?

Ils sont partis de l’aéroport « Kennedy », ici à New York, et pourquoi aller frapper l’Afghanistan ?

Comment nous pouvons rester muet là-dessus ? Nous ne sommes pas des démons muets.

C’est notre droit, nous tenons à la paix dans le monde. Ainsi que le sort du monde.

De même « Ali » l’Assemblée générale doit également enquêter sur les assassinats.

Vous devrez ouvrir une nouvelle enquête sur l’assassinat de Patrice Lumumba. Qui a assassiné Patrice Lumumba et pourquoi ?

Nous voulons l’enregistrer dans l’histoire de l’Afrique, pour savoir comment ils ont assassiné un dirigent Africain et leader de l’Indépendance.

Qui l’a tué ? Nous voulons le noter dans notre histoire, afin d’enseigner à nos enfants que le héros de l’histoire « Patrice Lumumba » le héros de la libération congolaise a été tué dans telles circonstances.

Qui est l’auteur du meurtre du Secrétaire général des Nations Unies Hammarskjöld ?

Qui a fait exploser son avion en 61. La même année, de l’assassinat de « Lumumba « ?

Puis le meurtre de « Kennedy » en 63. L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, doit ouvrir le dossier de l’assassinat du président américain « Kennedy ». Nous voulons savoir.

Il a été tué par un nommé « Lee Harvey »,  ce dernier a été tué par une personne qui s’appelle « Jack Ruby ». Pourquoi « Lee Harvey » a tué l’assassin de « Kennedy »?

« Jack Ruby »,  qui est Israélien a tué « Lee Harvey »  l’assassin de Kennedy.

Pourquoi cet Israélien tue l’assassin de Kennedy ?

En outre, « Jack Ruby » le tueur de l’assassin de « Kennedy » est mort dans des circonstances mystérieuses avant un nouveau procès. Pourquoi ?

Ce que j’ai lu de l’histoire, « Kennedy » avait décidé d’inspecter le réacteur israélien de Dimona ? Pour cette raison, il a été éliminé.

Nous devons aussi ouvrir le dossier de « Martin Luther King », le pasteur noir, qui a été tué dans une conspiration. Ainsi que le dossier du Palestinien Khalil-Wazir « Bugead », qui a été tué dans la capitale tunisienne, suite à une attaque par quatre navires, deux sous-marins et deux hélicoptères, sans respecter l’indépendance d’un Etat souverain.

Comment pouvons-nous rester silencieux sur un sujet comme celui-ci ?

Après ça, nous devons enquêter sur l’Opération Al-Fardan, dans lequel Kamal Nasser, Kamal Adwan et Abou Youssef Al Najjar, ont perdu la vie.

Trois Palestiniens ont été agressés dans la capitale Libanaise dans un Pays souverain et membre de l’Assemblée générale des Nations.

Comment ils ont tué, «Maurice Bishop », suite à l’attaque de la Grenada.

Nous avons précisé que la Grenada a été attaqué par 7000 soldats et 15 navires de guerre et des dizaines d’avions de chasses. Ils ont tués le président de ce pays, qui est membre de cette Assemblée.

Nous ne pouvons pas tolérer de rester face à ces crimes. Nous ne sommes pas des animaux de sacrifice. Nous défendons notre existence, celle de nos enfants et petits-enfants.

Nous n’avons pas peur, nous avons le droit à la vie.  Cette planète n’est pas faite par les grands Etats, le Dieu la fait pour nous tous.

Et puis nous allons ouvrir une enquête sur les massacres horribles:

–        Le massacre de Sabra et Chatila 3000 victimes. 

Cette région était sous la protection de l’armée d’occupation israélienne, qui a massacré 3000 hommes, femmes et enfants Palestiniens.

–        Le massacre de Gaza en 2008.

1000 femmes et 2200 enfants, ont été victime de ce massacre.

La destruction de 50 institutions des Nations Unies, appartenant à cette Assemblée, ainsi que 30 institutions non gouvernementales et 60 dispensaires.

Ils y ont été tués 40 infirmières et médecins qui ne faisaient que leur travail humanitaire.
Les auteurs de ce massacre sont vivants, ils doivent être conduits devant la Cour pénale internationale.

Autre chose, le piratage. Est ce possible qu’il se répande dans toutes les mers, et devienne une menace comme le terrorisme.

Pour la piraterie somalienne. Je vous dis que les somaliens ne sont pas des pirates. C’est nous qui sommes des pirates. Parce nous avons excédé leurs poissons,  qui est la subsistance de leurs enfants. Car nous n’avions pas respecté leurs eaux économiques et eaux territoriales.

Après la chute de l’état Somalien nous sommes venus effondrer leurs richesses. Les Somaliens en vue de défendre la richesse de leurs enfants sont devenus des « pirates ».

Ils ne sont pas des pirates, Ils défendent la subsistance de leurs enfants.
En tout état de cause, j’ai rencontré les pirates, et je leur ai dit que je travaillerai pour obtenir un traité entre vous et le monde. Le monde respectera la zone économique de la Somalie, l’ensemble des ressources marines de cette région sont la propriété de la Somalie.

Deuxièmement, tous les Etats vont s’abstenir de déverser des déchets toxiques dans les eaux somaliennes et sur les rivages de la Somalie. En occurrence vous arrêtez d’attaquer les vaisseaux.

Nous allons faire ce traité et remettre la convention à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Ceci est la bonne solution et non envoyer des Navires pour bombarder les Somaliens.
Notre traitement de la piraterie est mauvais ainsi que nos traitements des maladies ?

Notre traitement des maladies est mauvais. Parce que si le vaccin de la maladie, qui se propage comme la grippe porcine, les usines des services de renseignement opèrent fortement. Car en réalité c’est du commerce c’est une honte, ne vendez ni les vaccins ni les médicaments.

Lisez le Livre vert, il ne permet pas la vente des médicaments.

Ensuite, la Convention d’Ottawa interdisant la fabrication et la vente des mines n’est pas du tout juste.

Les mines ne sont pas un moyen d’attaque, elles sont un moyen de défense.

La mine ne bouge pas, elle reste là où vous la placez.

Je vous demande de réviser la Convention d’Ottawa.

Ce discours est dans l’Internet, sur le site « Kadhafi parle ».

Cette convention doit être annulée ou modifiée.

Quand je décide de planter des mines en face de ma maison et devant ma ferme, il s’agit d’un moyen de défense et non un moyen d’attaque.

Abolissez les bombes atomiques et les missiles intercontinentaux.
Quant à la question de la Palestine, la solution de deux Etat est impossible.

La bonne solution, c’est de créer un seul Etat démocratique pour les juifs, les Palestiniens musulmans et chrétiens comme au Liban.

La solution de deux Etats est irréaliste. C’est impossible :

Premièrement, ces deux pays sont étroitement liés. Il n’y a pas deux États.
Dans la Cisjordanie il y a un demi-million de colons israéliens et dans le soi-disant « Israël » il y a un million de palestiniens. Comment pourrions-nous faire deux Etats ?

Le monde doit imposer un état démocratique sans prendre en compte la religion ou la langue, parce que l’intolérance raciale est réactionnaire.

La solution de deux Etats sont des idées de la troisième guerre mondiale tels que Yasser Arafat et Sharon.

La nouvelle génération veut un État démocratique, et nous devons tout mettre en œuvre, pour imposer un seul État où tous les peuples vont vivre en paix.

Le Livre blanc présente une solution, fonder un seul pays nommé « Isratine ».

Les Arabes n’ont pas d’hostilité avec les Israéliens. Ils sont leurs cousins et vivaient dans la paix.

Que les réfugiés palestiniens rentrent chez eux, pour qu’ils vivent dans l’unique pays en paix.

Par contre c’est vous les occidentaux qui avez causés l’Holocauste, vous les avez mis dans des chambres à gaz en Europe.

C’est vous qui détestez les Juifs, et Non nous.

Nous les avons protégés au temps de l’Empire romain, après l’expulsion d’Andalousie, et pendant la guerre d' »Hitler ».

Nous les avons protégés. Pourtant vous les avez chassés, en leurs exhortant à combattre les Arabes.

Laissez-nous exposer la vérité. Nous ne sommes pas les ennemis des Juifs. Nos cousins, les Juifs auront besoin des Arabes un jour.

Regardez l’œuvre de «Titus», de « Hadrin », celui de « Edward I » et de « Hitler »!..

La question du Cachemire, est de fonder un Etat indépendant entre l’Inde et le Pakistan. Il ne sera ni Indien ni pakistanais, pour mettre fin à ce conflit.

Quant au «Darfour», j’appel les organismes humanitaires à lancer des projets de développement, industriel, pastorales et agricoles.

Le Darfour est maintenant, en paix, il n’y a plus de guerre.

Pourquoi je demande l’examination des ces problèmes par l’Assemblée Générale ?

C’est parce que vous avez transféré le problème de Hariri – Dieu ait pitié de lui – à l’Organisation des Nations Unies. Pourquoi ?

Vous voulez sacrifier le sang de Hariri et de M. Hariri, afin de régler des comptes avec la Syrie.
Sinon, le Liban n’est t-il pas un État indépendant, avec ces tribunaux et sa police ?

Donc, la question de Abou Iyad, de Al Khalil-Wazir, de « Kennedy », de « Lumumba » et  de Hammarskjöld,  doivent être transférés à l’Organisation des Nations Unies comme les autres.

En tout cas, l’Assemblée générale est sous la présidence de la Libye. La Libye, pourra aider le monde à quitter de stade en stade. Ce monde qui erre maintenant. Misérable, Effrayé, Menacée.

Je vais poursuivre ce travail avec l’Assemblée générale, avec « Triki » et le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, parce qu’il s’agit du destin de l’humanité.

Et la lutte de l’humanité pour vivre en paix, la lutte du tiers-monde en particulier et les 100 petits États, tous méritent la vie, le soleil et sur la terre.

La lutte continue jusqu’à la fin, que la paix soit sur vous.

Quelqu’un pour nous dire où en est le Cfa !!!

Parait-il qu’il est arrimé à la zone Euro. Logiquement donc, nous, dignes descendants de nos ancêtres les Gaulois, devrions être en première ligne de toute la chienlit autour des marchés boursiers européens, de la recapitalisation des banques, des dégradations tous azimuts des annotations économiques, du secours à la Grèce ou des plans de sauvetage accordés à plusieurs autres pays. A peine quelques vagues échos de toutes ces agitations du côté de Dakar, Lomé, Yaoundé, Bamako, Libreville, Cotonou et ailleurs en zone dite Cfa. Bien loin de la révolte à Bratislava contre la menace d’une « esclavage économique » selon des leaders politiques de la Slovaquie. Ils ne sont que 5 millions d’individus, membres à part entière de l’Union Européenne et de l’Euro-groupe, blancs, de tradition judéo-chrétienne mais très peu emballés par la perspective de laisser les autres décider à leur place, ou pire, de payer pour les autres. Bien que privilégiés et n’émargeant pas à Bruxelles par procuration ou par parrain ancien colon interposé comme leurs lointains partenaires africains tiraillés entre listes électorales, l’âge des présidentiables, les contestations de résultats des urnes, le chômage, la misère atroce, la famine et la maladie.

Quelle que soit la couture sous laquelle se présente l’affaire, on revient presque toujours aux motivations de ce mépris de l’opinion africaine de la zone Cfa au sujet des chamboulements monétaires mondiaux. Ou bien l’arrimage du Cfa à l’Euro est si factice qu’il ne suscite aucune poussée d’urticaire chez slovaques, allemands, polonais ou autres européens de souche opposés à toute idée de solidarité trop contraignante. A moins que ce ne soit ceux qui font office d’économistes francophones d’Afrique qui préfèrent adopter le profile bas, de peur de faire remonter en surface leur ignorance rédhibitoire en matière de gestion d’une monnaie. Dans la réalité, en effet, toute l’expertise autour du Cfa se concentre à la banque de France et non dans les banques centrales d’Afrique francophone (Bceao, Bceac), encore moins à la Boad et autres machins du genre, 51 ans après les indépendances nominales.

Ce n’est pas tant le renoncement de souveraineté à propos d’un élément aussi souverain que la monnaie qui pose problème. C’est le retrait tacite du sujet de tous les débats nationaux en zone Cfa qui interpelle les intelligences. Passe encore que les leaders et dirigeants soient en phase avec cette hérésie optionnelle considérée comme unique au monde (13 à 14 pays utilisant une monnaie dont-ils n’ont pas directement la gestion). Mais imposer le silence autour parait encore plus hérétique surtout à l’ère du pluralisme démocratique. Nos princes ne cherchent même pas un soutien quelconque de leurs peuples respectifs, même de façade, comme cela se fait chez les partenaires européens. Ne serait-ce qu’un début de réflexion autour des prévisions apocalyptiques de la part de nombreux experts dont fait l’objet le socle monétaire (l’Euro) sur lequel nous sommes sensés être adossés.

Il convient néanmoins de reconnaitre un certain stoïcisme de la part des gouvernants de la zone Cfa. Rien ne semble les dévier des mêmes recettes que jadis malgré les tempêtes sur le marché international. Les économies nationales continuent de tabler leurs feuilles de route sur la base de la portion congrue du secteur formel en choisissant d’ignorer l’informel, détenteur de l’économie véritable. A cette échelle microscopique, irréelle et théorique, il est plus facile d’entretenir des semblants d’indicateurs liés à la croissance économique, les équilibres macroéconomiques, des repères de performance. Quand bien même tout le monde est conscient que tout cela ne se traduirait pas en réduction de pauvreté, autosuffisance alimentaire, réduction de la fracture sociale, lutte contre la corruption etc…

La frime, la bouffe, la soumission…

arimi choubadé http://arimi.freehostia.com

L’Octroi du Prix Nobel de la Paix 2011 à Ellen Johnson Sirleaf serait-il pour changer le résultat des élections présidentielles ?

L’OCTROI DU PRIX NOBEL DE LA PAIX 2011 SERVAIT-IL POUR TENTER DE CHANGER LE RESULTAT D’UNE ELECTION PRESIDENTIELLE AU LIBERIA ?

C’était connu que les Occidentaux, (récemment re-baptisés en « Communauté Internationale ») aiment installer au pouvoir en Afrique les hommes et femmes des plus médiocres. Mais qu’ils soient prêts à tout faire pour les maintenir au pouvoir jusqu’à leur octroyer un Prix Nobel, relève d’une originalité des plus macabres que mêmes le cerveau tordu des plus cyniques ne pouvait imaginer comme simple hypothèse. C’est pourtant arrivé. C’est ce que la soit disant « communauté Internationale » va inventer pour améliorer les performances de leur candidate dans les élections présidentielles au Libéria, lui offrant un Prix Nobel de la Paix à 4 jours seulement du scrutin. En Occident, le ridicule ne tue plus.

L’histoire commence en Juin 2009, lorsque la Commission Vérité et Réconciliation (TRC) publie son rapport dans lequel elle met en cause la présidente Libérienne Ellen Johnson-Sirleaf pour crime de guerre et crime contre l’humanité pour son financement destiné aux multiples massacres de la guerre civile qui ont fait 250.000 morts entre 1998 et 2003 et intime son « éloignement de toute responsabilité officielle pendant 30 ans ». En théorie, à la fin de son mandat, pour réconcilier les Libériens entre eux, elle aurait dû prendre sa retraite et se retirer de la politique. Donc, elle n’aurait donc pas dû être candidate aux élections présidentielles du 11 Octobre 2011.  Mais c’était oublier que lorsqu’on a servi certains intérêts situés en Occident, il y a le retour de l’ascenseur au moment des difficultés.

Mme Ellen Johnson Sirleaf est alors la chouchou de Washington et de tout l’Occident. Le long marathon médiatique de propagande pour réhabiliter l’image de la chouchou qui s’est terminée avec le prix Nobel de la Paix va démarrer avec un déjeuner de travail que Obama improvise à New York en Septembre 2009 avec quelques Chef d’etats de l’Afrique Subsaharienne. En réalité c’est une occasion pour que Mme Johnson se présente en experte aux autres Chef d’Etats présents puisque c’est elle qui mène la discussion sur la création d’emplois. Après cette rencontre, Monsieur Obama lui envoie un courrier le 28/10/2009 et rendu publique sur le site de la Maison Blanche dans lequel il affirme : « J’apprécie l’attention que vous avez accordé à l’éducation et la formation basée sur les compétences, en particulier dans les situations post-conflit ».  Quelle genie ! On a envie de se demander pourquoi n’a-t-elle pas appliqué ces recettes à son propre pays le Libéria ? Qu’importe. Elle sera de nouveau reçue par Monsieur Obama le 27 Mai 2010 cette fois-ci à la Maison Blanche où elle est présentée comme l’exemple pour tous les président Africains avec une décoration que les Libériens ont du mal à comprendre encore aujourd’hui ce que cela récompensait.

Jusqu’au Prix Nobel de la Paix vendredi le 7/10/2011 à 4 jours seulement des élections alors qu’elle accuse dans les sondages un retard de 10 à 20 points de ses principaux adversaires, à cause de sa gestion calamiteuse du pays qui a permis en 6 ans à l’ancienne étudiante de la prestigieuse université américaine de Harvard, fonctionnaire de la Banque Mondiale et de Citygroup de battre un record mondial du plus important nombre de chômeurs durant un mandat présidentiel : 80% de la population active. Même le Zimbabwe de Mugabe sous embargo de l’UE n’a pas atteint les performances de Madame Johnson, qui ajoute à son piteux palmarès le taux de violence sexuelle sur les femmes, le plus élevé d’Afrique, dépassant de loin la République Démocratique du Congo qui est pourtant la seule qui intéresse la Secrétaire d’Etat Américain Hillary Clinton lorsqu’elle dénonce les viols en Afrique. Et c’est pour la battre qu’a été formé le ticket entre Tubman (fils de l’ex-président Tubman) arrivé 4ème en 2005 et l’ancien footballeur Georges Weah, arrivé second lors élections de 2005 et très populaire chez les jeunes plus touchés par le chômage à 94%, Madame Ellen Johnson Sirleaf n’avait donc aucune chance de l’emporter. Qu’importe, l’Occident adore les dirigeants africains lorsqu’ils sont serviles. Et c’est pour lui donner ce coup de main inespéré qu’on va lui décerner un Prix Nobel des plus contestables 4 jours seulement avec les élections de ce jour.

Le Libéria est la preuve même de l’échec de la politique américaine en Afrique. Si les USA pouvaient aider un pays africain à se développer, ce pays serait le Libéria, car c’est leur création (en 1816 pour accueillir les anciens esclaves libérés), c’est leur seule colonie en Afrique. C’est leur seul bébé, leur seul bijou sur le continent africain. C’est la vitrine même des USA en Afrique. Le Libéria dont les descendants d’anciens esclaves revenus des Etats-Unis d’Amérique ne représentent que 5% de la population, sont les seuls depuis l’indépendance en 1847 qui détiennent le pouvoir politique. C’est une sorte d’apartheid entre Noirs (divisés entre Américains et Africains), une division bien entretenue par Washington qui a toujours fait et défait tous les gouvernements de cette minorité américaine dans un pays en Afrique.

Comme tous les présidents qui l’ont précédée, Ellen Johnson Sirleaf provient de la minorité dite de « civilisés », parce qu’originaire des USA, elle a étudié aux USA, elle y a travaillé. Aujourd’hui, la présidente du Libéria tant adulée est celle-là même qui reconnait avoir financé et porté au pouvoir en 1997 Charles Taylor dont elle a été la collaboratrice intime. A Oslo étaient-ils au courant de ce rapport ? ou bien comme en Côte d’Ivoire, les décisions des instances mises sur pied pour gouverner et gérer les conflits ne comptent pas ? N’empêche la mère patrie américaine a su lui redonner sa sainteté et, alors que Taylor doit répondre de onze chefs d’inculpation de crimes de guerre et crimes contre l’humanité et est aujourd’hui sous les verrous à la Haye, aux Pays-Bas, l’autre,  Johnson bien soutenue par Washington peut tranquillement concourir pour un deuxième mandat  à la présidence de la république, et même devenir un prix Nobel de la Paix démontrant par là l’exemple emblématique de la contradiction et de l’incohérence de la politique occidentale en Afrique. Ce qui me fait dire qu’en Afrique il n’existe pas de dictateur. Il y a les Saints, parce qu’amis de l’Occident; peu importe leur bilan, peu importe leur popularité, peu importe leur rejet par la population, et les mauvais qui tentent de ne pas se mettre au pas; ceux-là sont priés de jouer le jouer le jeu de la démocratie en cédant leur place.

Ce n’est pas la première fois qu’un Prix Nobel est purement et simplement utilisé comme instrument de politique étrangère de l’Occident. Prenons l’exemple du dernier avant celui examiné plus haut, le Prix Nobel 2010, le Chinois Liu Xiaobo.

EN CHINE, UN PRIX NOBEL POUR TENTER DE DESTABILISER LE PAYS

Pourquoi le dissident Chinois Liu XiaoBo a-t-il gagné le prix Nobel de la Paix 2010 ?  En quoi s’est-il particulièrement distingué des aux autres très nombreux dissidents Chinois ? Pour sa fâcheuse tendance à insulter son pays et célébrer l’asservissement de la Chine à l’Occident. Voici ce qu’il déclare :

En 1988, alors qu’il travaille comme critique littéraire à la Columbia University à New York, il déclare dans une interview : « s’il a fallu 100 ans de colonisation à Hong Kong pour être ce qu’elle est, alors il faut 300 ans de colonisation à la Chine pour devenir comme Hong Kong mais je ne suis pas sûr que 300 ans suffiraient » pour développer le pays. Comme si cela ne suffisait pas, il ajoute : « la modernisation est synonyme d’occidentalisation totale ». Et encore, notre cher génie de conclure :  « choisir de vivre signifie choisir le mode de vie occidental. La différence entre le mode de gouvernement occidental et le mode de gouvernement chinois, c’est la même que celle entre l’humain et le non humain, il n’y a pas de compromis. L’occidentalisation est le choix non pas de la nation mais de la race humaine ». En d’autres termes, selon Liu, les pays qui ne choisissent pas le mode de gouvernement occidental sont des races animales. Ce que Liu ignore alors, c’est qu’il n’existe pas de mode de gouvernement occidental, chaque pays ayant un système différent de son voisin. Pire, personne n’avait jamais expliqué à Liu les contre-performances des Chicago Boys au Chili dans les années 1970. Encore moins les guerres civiles répétitives que ce modèle avait instaurées en normalité au Libéria depuis sa création en 1847 à cause d’un pouvoir entre les mains de 20.000 Noirs Américains avec des noms britanniques et la population locale avec des noms africains.

En 2004, il apporte son soutient à l’agression américaine contre l’Irak avec ces mots : « la guerre contre Saddam Hussein est juste, la décision du président Bush est la bonne (…) un Iraq libre, démocratique et paisible va naître »

En mars 2008, il soutient la position du Dalai-Lama sur le Tibet, c’est-à-dire que la Chine devrait faire ce que lui demande l’Occident : se désengager du Tibet. Parce que pour Liu, le monde devrait être sous la conduite des Etats-Unis d’Amérique et la Chine son élève. Il trouve pour cela justifiable toutes les guerres que les Américains peuvent déclencher sur la planète, même contre la Chine pour asseoir sa domination. Il affirme :  » Toutes les guerres importantes menées par le gouvernement américain sont défendables sur le plan éthique »

Voilà en clair pourquoi cet illustre Chinois a été sélectionné parmi ses 1,3 milliards de concitoyens Chinois comme le tout premier prix Nobel de la Paix de l’Empire du Milieu.

La malchance c’est que le pays qui distribue ces bons et mauvais points a aussi besoin de la Chine pour vivre. Quelque part, à Oslo, ils ont dû imaginer qu’ils avaient à faire à un pays africain où les dirigeants finissent toujours par se mettre à genou devant l’Occident et leur donner raison parce qu’ils sont des pays autoproclamés riches, autoproclamés développés, autoproclamés démocratiques et autoproclamés généreux. Erreur ! Ils avaient à faire à la Chine qui a tout simplement coupé toute relation au haut niveau. Le jour de la remise de ce prix en décembre 2010, par exemple, la Chine importait 1.000 tonnes par mois de saumon norvégien. Deux mois plus tard en février 2011, on est passé à 75 tonnes. Comme par hasard, les contrôles vétérinaires de la douane chinoise à l’entrée du poisson norvégien en Chine ont subitement découvert que ce poisson n’était pas adapté à la consommation des Chinois. Et depuis un an, la Norvège s’est retrouvée toute seule à gérer son conflit avec le colosse chinois. La solidarité de tout l’Occident qui avait suivi la proclamation du Prix Nobel s’est faite plus discrète, personne ne voulant risquer de voir retomber sur lui la foudre chinoise. Pire, des pays comme le Royaume Uni ont plutôt cherché à tirer profit du faux-pas norvégien pour exporter vers la Chine plus de saumon écossais. La même Norvège pour contrer l’offensive britannique, a tenté de faire transiter son poisson vers d’autres pays, sans succès. Lorsque ce pays scandinave abandonné à son triste sort par toute l’Europe a écourté sa participation aux bombardements de l’Otan contre la Libye, elle a clairement expliqué qu’elle était à court d’argent par des manque à gagner de ses échanges avec la Chine qui paradoxalement a vu ses exportations vers la Norvège augmenter de 43% pendant la même période, les petits Norvégiens ne voulant pas renoncer au dernier smartphone ou à la dernière tablette, bien évidemment made-in-China.

QUELLES LECONS POUR L’AFRIQUE ?

La démocratie est un leurre que certains pays utilisent pour s’octroyer un instrument de pouvoir sur les autres en mettant le costume de donneurs de leçons. Mais dans les faits, aucun pays n’est démocratique. Rousseau disait : « les Anglais croient qu’ils sont libres parce qu’ils élisent des représentants tous les cinq ans mais ils ne sont libres qu’un jour tous les cinq ans : le jour de l’élection ». La vérité c’est que le résultat qui sort des urnes est d’abord fonction du système électoral adopté par le petit groupe des politiciens aux affaires du moment, système méticuleusement élaboré avec le seul objectif non pas de faire parler le peuple, mais de se pérenniser au pouvoir. En voici quelques exemples :

– Aux USA Le parti Républicain créée le 28 février 1854 a gagné les premières élections de 1856 et avec un système électoral qui lui est favorable, il a remporté 23 des 39 élections présidentielles aux Etats-Unis d’Amérique, dont 7 sur 11 les derniers 40 ans, alors que sur le papier, les Démocrates sont plus nombreux que les Républicains. Selon le recensement de 2004, 72 millions d’Américains se sont enregistrés comme Démocrates et 55 millions comme Républicains et 42 millions comme ni à droite, ni à gauche, appelés « Indépendants ». Voilà la preuve même qu’un système électoral peut donner des résultats différents de la volonté populaire. Cherchez l’erreur. Il est dans le système électoral que les politiciens peuvent tripoter pour faire dire au peuple ce qu’ils veulent. Pour l’élection présidentielle de 2000, par exemple, le candidat démocrate Al Gore avait en effet obtenu 550 000 voix de plus que son adversaire républicain George Bush, mais l’histoire retiendra que c’est ce dernier qui a été choisi par le peuple américain.

– En France, sous la 5ème République, depuis la prise du pouvoir du Général De Gaulle le 8 Janvier 1959 comme Président de la République à nos jours, hors mis la parenthèse de François Mitterrand, tous les 5 présidents français ont été de droite. De même pour le Senat qui est à droite depuis sa création en 1958. En septembre 2011, pour la première fois de son histoire, il y a une majorité de gauche. Le plus grave ici est que 53% de ses membres proviennent des communes de moins de 1.500 habitants qui ne sont que 33% de la population française. Encore une fois, la loi électorale en vigueur fait que seulement 33% s’approprie la décision de choix du peuple français.

– En Italie, le système électoral proportionnel à un tour élaboré à la sortie de la deuxième guerre mondiale privera du pouvoir pendant 46 ans les résistants contre le fascisme, le parti Communiste parce que pendant la guerre froide, pour Washington le plus puissant parti communiste de l’Occident avec 40% de l’électorat ne devait pas accéder au pouvoir. Encore une fois, le peuple n’a jamais eu son mot à dire. Même lorsqu’il a voté en masse, son vote a été orienté vers le résultat déjà voulu.

En conclusion, si la « communauté Internationale » croyait dans la démocratie qu’elle professe et cherche à exporter, elle serait la première à l’appliquer à la majorité de la population autochtone dite africaine du Libéria. Mais c’est juste une manœuvre de diversion, une propagande pour asseoir la domination économique sur les autres peuples du monde. Il s’agit de mettre les administrations publiques de la planète au service d’une poignée de multinationales très actives à financer les élections américaines et se garantir la mise au pas de toute l’administration américaine pour assurer le profit de leurs entreprises sur la planète entière. Et dans tout cela, nulle part le peuple n’a son mot à dire. C’est raté, parce que la Chine qui avance sachant que les règles de ce jeu sont truquées d’avance, a décidé d’inventer son propre jeu, sa propre danse que l’occident a un mal fou à suivre. Il serait tant qu’il change vite de logiciel pour l’adapter au nouveau monde avec les nouvelles règles de jeu dictées par la Chine.  Le plus difficile à admettre pour Washington dans la question libérienne c’est que le seul élément positif des 6 ans de Madame Johnson à la tête du Libéria est d’avoir réussi l’exploit d’un afflux de capitaux étrangers. Malheureusement ces investissements évalués à environ 20 milliards de dollars US sont pour 75% chinois et le restant 25% partagé entre l’Inde et le Brésil. Peut-on prétendre commander l’Afrique et le monde sans en avoir les moyens ?

Genève le 11/10/11

Jean-Paul Pougala  

pougala@gmail.com

Israël a reçu le feu vert des Etats-Unis pour attaquer l’Iran

Plusieurs sources concordantes font état de l’imminence d’une attaque Israélienne envers les installations nucléaires iraniennes.

Les menées terroristes fabriquées par l’administration d’Obama et qui accusent l’Iran représentent un feu vert pour une attaque israélienne sur l’ensemble de l’Iran qui aura lieu dans les deux prochaines semaines, selon des sources militaires confidentielles qui ont parlé avec Alex Jones.

Israël s’inquiète que des grandes puissances comme l’Allemagne tissent des relations avec l’Iran et la laissent poursuivre son programme d’enrichissement nucléaire sans entrave. Une fenêtre de deux mois a été allouée au cours de laquelle Israël a l’occasion de lancer une attaque militaire, attendre jusqu’à l’hiver, quand l’attaque sera plus difficile à mener, n’est pas une option.

Le Secrétaire US à la défense Leon Panetta en visite le 3 octobre à Tel Aviv a été incité par les autorités israéliennes a convaincre l’Amérique de donner son feu vert pour l’attaque. Moins de 10 jours plus tard, un complot terroriste fantaisiste impliquant un vendeur de voitures d’occasion a été inventé pour impliquer l’Iran et créer le prétexte à une agression militaire.

« Ces dernières semaines, d’intenses discussions ont eu lieu au sein de l’armée israélienne et des cercles de renseignement sur le fait de lancer ou non une attaque militaire contre les installations nucléaires iraniennes. Apparemment, la question clé dans le débat était de savoir comment s’assurer que les États-Unis participent à l’attaque ou, à tout le moins, interviennent du côté d’Israël si la grève initiale a déclenché une guerre (civile?) écrit Patrick Seale de Gulf News.

Cette intervention a maintenant été mandatée par l’annonce de la tentative manquée d’attentat terroriste fabriquée de toutes pièces, qui a été réellement concocté le mois dernier, mais a seulement rendu publique aujourd’hui.

Alors que les agents des services de renseignement américains se préparent à apporter les éléments de preuves qui permettront d’accuser l’Iran, Time Magazine rapporte que l’administration d’Obama s’apprête à utiliser ces accusations pour agir au-delà des tactiques de simple isolation.

« Si l’Administration ne parvient pas à obtenir l’approbation à une escalade significative de sanctions ou d’autres formes de sanction pour le régime de Téhéran, après la présentation de la preuve des derniers crimes iraniens, la balle retournera dans la cour d’Obama, » écrit Tony Karon. « Ayant fait valoir que l’Iran a traversé une ligne rouge, il sera sous une pression accrue d’agir — ou il risque d’entrer dans une campagne électorale fortement perturbée par une accusation de laxisme vis à vis de l’Iran.

Avec les neo-conservateurs pressés d’obtenir des mesures énergiques contre l’Iran, Obama sera désormais contraint de poursuivre encore un autre acte de changement de régime. Comme nous l’avions postulé en février de l’année dernière, Obama est actuellement soumis à un chantage pour une attaque contre l’Iran, seul moyen de sauver sa présidence. Nous avions aussi avancé qu’une tentative d’assassinat servirait comme prétexte à impliquer l’Iran.

Les experts géopolitiques ne se sont pas trompés sur le fait qu’Israël s’apprêtait à frapper l’Iran cet automne.

En juillet, le vétéran de la CIA depuis 21 ans Robert Baer a dit sur KPFK Los Angeles que le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu préparait une attaque contre l’Iran en septembre pour la faire coïncider avec la soumission de l’adhésion de la Palestine à l’ONU.

S’entretenant avec Alex Jones Show aujourd’hui, l’ancien du département d’État Steve Pieczenik, qui a nombreux contacts à l’intérieur des sources de renseignement et qui a travaillé dans plusieurs postes sensibles au cours de sa carrière, a également indiqué que l’accusation terroriste était complètement fabriquée et qu’elle serait utilisée comme prétexte pour justifier une attaque militaire contre l’Iran.

Pieczenik a également fait remarquer qu’Israël a récemment pris livraison d’une grande quantité de missiles destructeurs de bunker.

Comme nous l’avons documenté, le complot présumé d’assassinat contre l’Ambassadeur d’Arabie Adel al-Jubeir, qui est maintenant cité par tout le monde de John Kerry à John McCain comme une justification pour une éventuelle frappe militaire, est un fantasme complet. L’ancien lieutenant-colonel américain Anthony Shaffer a révélé qu’un informateur avec une habilitation de sécurité élevée au FBI n’avait jamais eu connaissance d’éléments précisant que ce complot était connu au sein de canaux de MJ(?), ce qui indique clairement que l’épisode a été fabriqué.

Source : http://www.prisonplanet.com/sources-us-gives-israel-green-light-for-iran-strike.html