Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Côte d’Ivoire : No pitié !

Personne n’a pitié de toi. Car tu ne mérites pas de compassion. Ni celle de ceux qui t’utilisent comme un dromadaire pour porter leur fardeau de l’imposture. Ni celle de nous autres, combattants pour la dignité de l’Afrique. Car victime de ton goût prononcé pour le faux, ton humiliation et ta descente aux enfers qui font leur petit bonhomme de chemin, ne peuvent émouvoir personne.

Je le dis parce que beaucoup comme moi ont été émus de te voir au Ghana. En train de trimbaler un cortège honteux et faux. Parce que tu es en mal de popularité. Parce que tu sais que tout le monde connaît ton histoire. Et que seul, tu étais au Ghana, malgré les convois de la honte que tu as organisés à partir d’Abidjan et de Lomé, pour trouver des « applaudisseurs ». Cela ta coûté la somme de 10 millions de francs CFA. Soustraits de la poche du contribuable ivoirien.

Tout comme pour obtenir que les populations du Nord de la Côte d’Ivoire disent que tu es originaire de Kong sans que tu ne sois capable d’y montrer ton village, tu as été obligé de voler l’argent des caisses de l’Etat de Côte d’Ivoire, en enjambant le corps agonisant de Félix Houphouët-Boigny, afin de le distribuer dans les mosquées et aux cadres du Nord.

Le faux, c’est comme l’oxygène pour toi. Si tu n’en as pas, si tu en manques, tu piques une crise.

Sinon pourquoi t’es tu mis dans une situation aussi ridicule que celle d’aller payer des personnes peu scrupuleuses, convoyées à partir de Lomé et Abidjan, pour aller se faire filmer au Ghana en se faisant passer pour des réfugiés pro-GBAGBO qui t’attendaient avec enthousiasme.

Tu sais, un mensonge en appelle toujours un autre. Pour sortir de ce cycle dans lequel tu t’es enfermé, seule une confession publique peut te libérer.

Car de confusion en confusion, tu vogueras, en mentant à tous, partout, au point de passer aujourd’hui et demain, aux yeux de tous, pour un personnage totalement faux.

Alors dis-moi. De quoi avais-tu besoin au point de t’embarquer dans cette aventure luciférienne en Côte d’Ivoire ?

Avais-tu besoin d’honneur ? Tu l’as perdu pour toujours. Et ne te fie pas à ceux qui se plient en deux pour te saluer ou faire tes éloges. Ils sont des escrocs. Après ta chute, ils iront se plier en deux ailleurs. Ils trouvent leur pain quotidien en faisant cela. Depuis toujours.

Cherchais-tu la gloire ? Tu as triomphé sans honneur en Côte d’Ivoire pour un court instant. Alors quelle gloire peux-tu tirer d’un triomphe qui pue le vice moral ?

Tu veux entrer dans l’histoire ? Mais tu me surprends ! Tu es sorti de l’histoire en forçant un destin en Côte d’Ivoire à partir du faux, du crime, du sang humain. Personne n’entre dans l’histoire en enjambant des corps d’êtres humains en nombre aussi important. Personne n’entre non plus dans l’histoire en conduisant un projet de haine et d’auto flagellation.

C’est pourquoi ta confusion sera encore et encore plus grande. Car un mensonge en appelle toujours un autre. Un faux, en appelle toujours au autre. Un crime en appelle toujours un autre.

Ainsi en sera-t-il de tout ce qui te reste de temps à passer en Côte d’Ivoire. Et chaque jour en rajoutera.

En principe, avec ce sombre tableau, ta vie si tourmentée, ton avenir si compromis, tu devrais nous émouvoir. Tu devrais susciter de la pitié. Mais personne n’a pitié de toi.

Les sentiments qui nous animent te concernant, tu les connais. C’est pourquoi nous prions pour toi. Que les jours qui te restent te soient légers ! Et que la tempête te trouve debout. Car tu ne t’en sortiras jamais vivant de cette vie que tu t’es imposée par pure vanité.

A très bientôt.

Hassane Magued

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :