Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Fcfa : Dévalué, il sera dévalué

La Présidence (du Bénin) a souhaité que les nouveaux agrégés éclairent l’action gouvernementale par le contenu de leur savoir et leur capacité à décrypter. C’est une nouvelle agréable. A propos, pourrions – nous savoir si le franc Cfa sera dévalué dans cinq semaines ? Agrégés en Sciences Economiques et de gestion, à vos marques. A défaut d’éclairage public, la raison nous suggère des pistes de réflexion.

Les flux monétaires au niveau des banques sont de nature à présager d’une éventuelle dévaluation. Les comptes se vident lentement au profit des contrées européennes. On peut chercher à savoir. En fait, les titulaires de compte ont l’information. Ils sont dans la logique du profit. Deux déclarations confirment sans l’affirmer la thèse d’une dévaluation. Il est vrai que nous aurions préféré les avis de nos éminents agrégés, mais à défaut, contentons-nous des avis des experts étrangers. L’économiste Abdourahmane Sarr, ancien représentant du Fonds monétaire international (Fmi) au Togo et au Bénin se fait le point de vue que voici : « le franc Cfa n’est pas à son niveau d’équilibre ; il est surévalué ». Cela veut dire ce que cela veut dire, une monnaie faible devant l’euro. En ce temps de crise financière européenne, comment affaiblir le franc Cfa pour sortir l’euro version française du fond de l’eau des déficits publics ? Une solution unique s’impose : « 1 Euro = 1000f Cfa ». Et comme, l’indiscrétion est la règle en Côte d’Ivoire, disons que le secret africain reste ce qu’il est, le ministre d’Etat du Plan et du Développement a affirmé : « la dévaluation n’est pas une catastrophe et elle pourrait même générer des milliards de francs Cfa  » (Source SlateAfrique).

Comme en 1994, les dirigeants continuent de nous rassurer. Mais le cas du Bénin est compréhensible. Il n’y a de culture monétaire assez solide pour émettre un point de vue sur la situation de la monnaie. La preuve en est que nous sommes obligés de nous tourner vers l’extérieur pour rechercher la matière première qui servira de réflexions pour la question. Les propositions de l’économiste Sarr sont compliquées.

Qu’il vous souvienne que Mamadou Coulibaly, l’ex ami de Laurent Gbagbo avait écrit un livre merveilleux sur les servitudes du pacte colonial. Il est proposé que les pays de l’Uemoa et de la Cemac finissent avec la convertibilité du trésor français. La question de l’indépendance monétaire est ainsi posée. Pas d’illusion, on ne pourra pas s’en sortir parce que culturellement, nous sommes résolus à tirer vers le bas tout ce qui pourrait nous tirer vers le haut. Politiquement, les Chefs d’Etat et de gouvernement préfèrent les horreurs à l’honneur. Ils sont prêts à organiser la déportation de ceux qui pensent au rassemblement.

Comment s’en sortir ? Trois voies sont explorables. La production intense, la maîtrise de la science et la réorganisation politique.

Herbert Houngnibo

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :