Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Déportation de Gbagbo à la Haye, Rawlings dénonce un « enlèvement »

John Jerry Rawlings

J‘ai appris avec consternation que le président destitué de Côte d’Ivoire, Gbagbo a été transféré à la Cour pénale internationale (CPI), le mardi 29 novembre suite à une inculpation rapide, en totale violation du code international des procédures et au mépris total des exigences de la paix en Côte d’Ivoire.

Ce transfert fait suite a une procédure tellement rapide, qu’il peut être légitimement décrit comme un enlèvement.

Mes soupçons augmentent encore plus, lorsque le procureur affirme avoir pour cibles six officiels en Côte-d’Ivoire, mais insiste indûment sur Gbagbo, celui qui est le moins susceptible d’échapper parce que déjà en détention.

Cet empressement à inculper et à faire transférer Gbagbo [qui n’a pas couru s’échapper durant le bombardement de son palais] comme un criminel de droit commun, défie la logique d’une quête de véritable réconciliation et d’une paix durable en Côte d’Ivoire.

Après cinquante ans d’indépendance, l’Afrique devrait avoir tous le savoir-faire pour apporter la justice à ses propres citoyens et faire disparaître la justice importée.

Quel genre de poursuites plutôt hâtée consiste à traduire en justice la victime d’une attaque, et à être indulgents avec l’auteur de l’attaque?

Personne ne cherche à échapper à la justice. Mais quand la justice est baignée dans une mer d’humiliation et d’abus, de façon à être régi par la haine de soi-pensants avec sa logique intenable, il sied à la conscience humaine de se lever contre cette justice, pour le bien de tous.

Nous ne resterons pas silencieux à ce sujet car nous ne devons pas rester silencieux à ce sujet parce-que tous membres actifs de ce drame humain.

John Rawlings

Source : http://www.facebook.com/pages/La-Majorit%C3%A9-Pr%C3%A9sidentielle-Officielle/139464519462900

ENGLISH VERSION


STATEMENT BY H.E. JERRY JOHN RAWLINGS ON THE TRANSFER OF PRESIDENT LAURENT GBAGBO TO THE INTERNATIONAL CRIMINAL COURT (ICC)

I have learnt with dismay reports that deposed President Gbagbo of Cote d’Ivoire has been transferred to The International Criminal Court (ICC) on Tuesday, November 29th, following a speedy indictment, in total violation of relevant international code of procedures and in total disregard for the demands of peace in Cote d’Ivoire.

This transfer followed a procedure so hasty that it could be rightfully described as abduction.

My suspicion grows even more, when the prosecuting attorney claiming to be targeting six officials in Cote d’Ivoire, unduly focuses on Gbagbo, the one who is least likely to escape due to his being already in custody.

This eagerness to indict and transfer Gbagbo, who did not run in the face of the bombing of his palace like a common criminal, defies logic and the quest for true reconciliation and sustainable peace in Cote d’Ivoire.

After fifty years of independence, Africa should have all the knowhow to bring justice to its own citizens and do away with imported justice.

What kind of prosecution would rather be in haste to bring to justice the victim of an attack, and be lenient on the perpetrator of the attack?

No one is trying to evade justice. But when such justice is drenched in a sea of humiliation and abuses, so as to be governed by self-righteous hatred with its untenable logic, it only befits human conscience to stand up against it for the good of all.

We will not be silent about this because we must not be silent about it as participating members in this human drama.

Publicités

2 réponses à “Déportation de Gbagbo à la Haye, Rawlings dénonce un « enlèvement »

  1. Rose décembre 5, 2011 à 4:26

    Thank you Mr President John Jerry Rawlings!
    The worthy son of Africa must not be silent about what is happening currently. Help Côte d’Ivoire to truly reconcile. All children of Côte d’Ivoire must address present in the call for reconciliation. The International Criminal Court cannot and should not deal with this problem. Now that GBAGBO is no longer President, and he was also imprisoned in the stronghold of his opponent, what was it really dangerous? As to precipitate his transfer. It is a humiliation for Africa. But forgive our brothers because they do not know what they are doing! Obama and Sarkozy are not in the truth and are not the only ones to be democratic in this world. Have say. Obama and Sarkozy went really far! It must respond to that definitively cease this shameful and criminal way of establishing democracy in other countries. Thanks again Mr. the Pr…

  2. joetke décembre 5, 2011 à 7:57

    John Rawlings a été de trés loin et presqu’en exclusivité, le seul MESURÉ, le seul PONDÉRÉ, le seul HOMME D’ÉTAT Africain digne de ce nom, dès le début des problèmes Ivoiriens de 2010. Il n’est guère étonnant que cette figure de la RESPECTABILITÉ AFRICAINE, qui s’exprime rarement, tienne à ce que l’on tienne compte de sa cohérence et de ses multiples demandes de condamnation des vrais coupables. Parmi ceux-ci bien entendu, des gens étrangers aux Intérêts Africains – y compris des Africains eux-mêmes – des français comme sarkozy en particulier.
    Leurs armes favorites? L’humiliation TOTALE, le mensonge amplifié par des organes de désinformation permanente, les RFI tout le temps, les france24 de temps à autres, les arte-tv et autres RTL et d’autres insignifiantes « radios des Mille Collines » à la française, appelant au lynchage, approuvant avant les commanditaires eux-mêmes, le MEURTRE d’un Africain pointé du doigt de haut.
    Lire J. Rawlings est une bouffée d’encouragement et nous recentre sur ce que nous devons, nous Africains, DEVENIR, de vulgaires citoyens du monde qui réclamons que la Justice, la VRAIE, PASSE! et sans aucune RÉSERVE.
    .

%d blogueurs aiment cette page :