Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: Grande-Bretagne

Good bye Bagdad, Un retrait sans gloire mais pas de retour à la paix

Le retrait n’a pas été une retraite. Cela suffit au président Obama pour être content. « C’est une réussite extraordinaire, qui a pris neuf ans », a-t-il dit, sans paraître en douter.

Lors d’un discours devant des soldats à Fort Bragg (Caroline du Nord, Sud-est), le président a aussi évoqué le « prix élevé » de cette guerre de près de neuf ans, à laquelle il s’était opposé quand il n’était pas encore à la tête des Etats-Unis. « Nous laissons derrière nous un Etat souverain, stable, autosuffisant, avec un gouvernement représentatif qui a été élu par son peuple. Nous bâtissons un nouveau partenariat entre nos pays. Et nous terminons une guerre non avec une bataille finale, mais avec une dernière marche du retour« , a-t-il lancé. Cela reste très optimiste.

Avec le départ des derniers soldats américains d’ici la fin de l’année, c’est une guerre injustifiée qui se termine pour les USA en Irak; mais pas pour les Irakiens. Elle avait été déclenchée, pour de très mauvaises raisons, puisque Saddam Hussein ne cachait pas d’armes de destruction massive et que son alliance avec Al-Qaïda était totalement inventée. Elle se termine sans que l’Irak détruit et divisé soit reconstitué et dispose d’une stabilité politique même relative.

On ne les pleurera pas

L’Irak reste très vulnérable au terrorisme, aux affrontements ethniques et religieux, sans parler d’une action de l’Iran. Les généraux américains auraient souhaité garder sur place un contingent de conseillers militaires, capables de préparer notamment la défense aérienne irakienne. Aujourd’hui, celle-ci est égale à zéro! Idéalement, il aurait fallu laisser de 5 000 à 10.000 hommes sur place, ainsi qu’une force antiterroriste, comme dans d’autres pays de la région, pour de nombreux spécialistes.

Les Américains ne seront pas regrettés, notamment des les Sunnites qui dominaient un Irak unifié du temps, du président Saddam Hussein. Des centaines d’habitants de Fallouja, qui fut le premier bastion du refus de la présence américaine en Irak dès le printemps 2003, ont  célébré ce départ Cette ville d’un demi-million d’âmes reste profondément marquée par la double offensive menée contre elle, en avril et novembre 2004, dont la violence inouïe lui a valu une place à part dans la saga de la guerre d’Irak.

La première attaque américaine, qui visait à mater l’insurrection sunnite, fut un échec et la ville se transforma rapidement en un fief d’Al-Qaïda et de ses alliés qui y imposèrent leur loi. La deuxième bataille fit quelque 2.000 morts civils et 140 chez les Américains. Elle impliqua 15.000 GI’s et est considérée comme la plus dure qu’ils aient eu à mener depuis la guerre du Vietnam. Rien n’est oublié.

Un retrait peut cacher une intervention

En fait, le retrait d’Irak est indispensable dans l’hypothèse d’une intervention militaire contre l’Iran. Il est de plus en plus évident qu’une guerre furtive américano-israélienne contre l’Iran a déjà commencé, soutenue par la Grande-Bretagne et par la France. Un appui clandestin aux groupes armés de l’opposition s’est développé en une campagne d’assassinat de scientifiques iraniens, d’un général iranien, en cyber-guerre, en attaques sur les installations militaires etc.

La décision du gouvernement britannique de prendre l’initiative de l’imposition de sanctions sur toutes les banques iraniennes et de faire pression pour un boycott européen du pétrole iranien a déclenché le saccage de son ambassade à Téhéran par des manifestants, la semaine dernière, et l’expulsion ultérieure des diplomates iraniens de Londres.

C’est un avant-goût de la manière dont le conflit peut rapidement s’intensifier, comme ce fut le cas à la fin de la semaine lorsqu’un drone US, qui survolait le territoire iranien, a été capturé. Ce qu’un responsable israélien a appelé un « nouveau type de guerre » peut se transformer en une beaucoup plus classique. Si l’opposition à une attaque contre l’Iran ne se renforce pas, ce pourrait devenir la guerre au Moyen-Orient la plus dévastatrice de toutes. Le retrait US d’Irak ce n’est ni la paix pour le pays ni la paix pour la région.

Jean Bonnevey sur METAMAG

Publicités

Zimbabwe : Le taux de croissance passe à 9 %

C’est une fois encore de l’agence de presse chinoise Xinhua, le 25/11/2011, qu’on l’apprend : le Zimbabwe, jadis chanté par Bob Marley (et célébré par Gérard de Villiers, SAS en Rhodésie, 1975), voué, à cause de son leader, l’indéraciné Capt’ain Bob Mugabe, à toutes les gémonies occidentales, promis au plus moche avenir national (famine, extermination de l’opposition, choléra), aux plus considérables catastrophes humanitaires et sociales, le seul pays (avant la Grèce) que la coupable Allemagne de Big Mama Merkel se soit permis de tancer et de sermonner depuis la (si fâcheuse pour elle) seconde guerre mondiale… le  Zimbabwe se porte bien et  Mugabe les emmerde tous !

Malgré des campagnes médiatiques d’une violence inouïe (Gbagbo, lorsqu’il y sera confronté avouera comprendre Mugabe), des accusations qui eussent du avoir pour conséquences des démissions de journalistes, des limogeages à la tête des ONG et des excuses diplomatiques en cascade, et la mise sous tutelle internationale que représente le gouvernement d’union nationale (surtout si l’on considère la médiocrité du Premier ministre de l’étranger, l’hébété, imposé et stipendié Morgan Tsvangirai), « un budget de 4 milliards de dollars a été soumis au Parlement. Le taux de croissance annoncé sera étayé par la performance des secteurs en nette augmentation comme les finances (+23 %), l’industrie minière (+15,8 %), le tourisme (+13,7 %) et l’agriculture (+11,6 %). » Le reste ferait rêver n’importe quel dirigeant européen actuel… L’inflation devrait ne pas excéder 5% à la fin de 2011 (sont où les augures de mauvais oiseaux qui nous racontaient les valises de billets dévalués, l’augmentation phénoménalement exponentielle des prix ?). « Le ministre des Finances a révisé le budget initial de 3,4 milliards de dollars pour 2012 et l’a fait passer à 4 milliards. Les 600 millions supplémentaires proviendront de la vente de diamants de Marange, dont la commercialisation avait été auparavant suspendue par le Processus de Kimberley en raison de graves violations des droits de l’Homme, mais qui a été à nouveau autorisée au début du mois. »

Le secteur minier aura attiré 502 millions de dollars d’investissements en 2011, auxquels il convient d’additionner une aide étrangère de 618 millions de dollars (contre 370.7 millions l’année dernière). « Le pays s’attend à une légère croissance de la production du tabac, de 133 000 tonnes en 2011 à 150 000 tonnes en 2012. Quant à la production de maïs, une augmentation de 1.4 millions de tonnes à 1.8 millions de tonnes est prévue pour 2012. »

Avec un charlot comme Tsvangirai, dit l’homme de Londres, le Zimbabwe en serait-il là ?

Par Ezzat J.O. www.legrigriinternational.com

Syrie : La France commence à former des rebelles

Selon le « Canard enchaîné », des agents français actuellement au Liban et en Turquie « ont pour mission de constituer les premiers contingents de l’Armée syrienne libre ».

Des officiers du Renseignement français ont été envoyés au Nord du Liban et en Turquie avec pour mission de constituer les premiers contingents de l’Armée syrienne libre grâce aux déserteurs ayant fui la Syrie, affirme le « Canard enchaîné » du 23 novembre. « Plusieurs membres du Service action de la DGSE et le Commandement des opérations spéciales (COS) sont déjà prêts en Turquie, s’ils en reçoivent l’ordre, à former ces déserteurs à la guérilla urbaine », affirme l’hebdomadaire.

Selon l’hebdomadaire c’est une « intervention limitée préparée par l’Otan » qui est en projet. « Aide à la rébellion civile et militaire, présentation d’une résolution à l’Assemblée générale de l’Onu, trafics d’armes aux frontières de la Syrie, contacts nécessaires avec Washington via l’Otan… autant de sujets en discussion entre Paris, Londres et Ankara » indique le « Canard ».

Interrogé, un officier de haut rang de la Direction du renseignement militaire confirme l’info, indiquant que ce sont les Français et les Britanniques qui ont pris l’initiative de rencontrer les responsables de l’ASL. Plus inquiétant encore, l’hebdomadaire affirme qu’une « intervention limitée » de l’OTAN est en préparation contre la Syrie chez les cerveaux malades et atlantistes de l’Elysée. S’agirait-il, avec le concours de la Turquie, d’aider l’ASL a créer un embryon de « territoire libéré » dans le nord du pays ? En ce cas, décidément, l’armée syrienne a bien fait de se redéployer tout au long de sa frontière avec la Turquie.

Le nouvel accaparement des terres africaines

Le phénomène récent d’accaparement des terres, comme l’a montré une recherche extensive de l’Oakland Institute, a conduit à la vente d’immenses étendues de terre dans toute l’Afrique. Pour la seule année 2009, près de 60 millions d’hectares ont été cédées ou louées à travers le continent en vue d’une production de denrées alimentaires, de fleurs coupées et de cultures destinées à faire du biocarburant.

L’accaparement des terres a été partiellement généré par la crise financière et alimentaire de 2008, lorsque des organismes internationaux, des multinationales, des fonds d’investissement, de riches individus et des gouvernements ont commencé de nouveau à s’intéresser à l’agriculture et aux denrées alimentaires comme matières premières rentables. Comme le souligne le rapport cité plus haut, cet accaparement des terres conduit à une aggravation de l’insécurité alimentaire, à la dégradation de l’environnement, à l’oppression et aux déplacements des communautés, sans compter une plus grande dépendance à l’aide.

QUI SONT LES INVESTISSEURS ?

Les médias sont focalisés sur des pays comme l’Inde et la Chine dans cette course à l’acquisition de terres, mais l’enquête de l’Oakland Institute révèle une implication des firmes occidentales, de riches Européens et Américains et de fonds d’investissement liés à de grandes banques comme Goldman Sachs et JP Morgan. On retrouve également parmi ces investisseurs des firmes d’investissement alternatives comme Emergent, basée à Londres, qui travaillent à attirer vers ce secteur les spéculateurs et de nombreuses universités comme Harvard, Spelman et Vanderbilt.

Des intérêts financiers du Texas du Sud se sont associés à un accord portant sur 600 000 hectares dans le Sud Soudan, impliquant Kinyeti Development LLC, une firme basée à Austin (Texas) et impliquée dans le business global des partenariats pour le développement et des holdings. Elle est gérée par Eugène Douglas, un ancien ambassadeur américain et coordinateur aux affaires pour les réfugiés. Un acteur essentiel dans cet accaparement des terres en Tanzanie reste l’entrepreneur en agrobusiness de l’Iowa et pilier du Parti Républicain, Bruce Rastetter.

Les compagnies américaines sont souvent invisibles. Elles utilisent des filiales enregistrées dans d’autres pays comme Petrotech-ffn Agro Mali, filiale de Petrotech-ffn USA. De nombreux pays européens sont également impliqués à travers leurs ambassades installées dans des pays africains. Des compagnies suédoises et allemandes ont ainsi des intérêts dans la production du biocarburant en Tanzanie. La compagnie suisse Addax Bioenergy ou Quifel International Holding (QIH) du Portugal sont des investisseurs de taille en Sierra Leone. Dans ce pays, la Sierra Leone Agriculture (SLA) est une filiale de Crad-1 (CAPARO, Renewable Agriculture development LTD), compagnie basée en Grande Bretagne et associée à l’African governance initiative de Toni Blair. Comme l’ont rapporté les médias, des compagnies indiennes sont aussi impliquées dans l’accaparement des terres, particulièrement en Ethiopie. Des pays sans sécurité alimentaire comme ceux de la région du Golfe s’engagent aussi dans ces accords fonciers à des fins de production de nourriture pour leur propre pays.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ?

Un des principaux arguments avancés par les gouvernements et les investisseurs consiste à dire que ces investissements génèreront développement économique dans les pays qui cèdent ainsi leur foncier. Mais selon le rapport de l’Oakland Institute, ces transactions sont gratuites (comme dans le cas du Mali) ou faites à bon marché (comme en Ethiopie ou en Sierra Leone). Elles sont pour la plupart non réglementées, sans précisions ou garanties d’une aide à apporter aux populations locales ou une obligation de créer des infrastructures. Alors que les défenseurs de l’accaparement des terres africaines basent leur rhétorique sur l’investissement étranger direct, il n’y a rien qui prouve que ces fonds vont affluer de façon substantielle.

La plupart de ces accords sont accompagnés d’énormes réductions de taxes et autres incitations à l’investissement. Cela offre un excellent marché aux investisseurs, mais un moindre afflux financier pour le pays et donc moins de moyens à disposition pour l’amélioration des infrastructures ou des services sociaux. Par exemple, la Sierra Leone permet une possession à 100% étrangère, sans restriction sur le trafic des devises, le rapatriement de l’intégralité du profit, des dividendes et des royalties et sans aucune limites sur le nombre d’expatriés employés.

Une autre justification de ces accords fonciers repose sur l’idée sont laquelle ils vont permettre la création d’emplois dans les régions concernées. Là encore, le manque de stipulation dans les accords ainsi que l’enquête sur le terrain montrent que ces promesses sont au mieux exagérées ou, au pire, complètement fausses. Le projet d’investissement de Emvest Matuba, ainsi que le personnel d’Emergent et d’Emvest ont promis des créations d’emplois privilégiant le recrutement dans la communauté locale, mais un décompte récent au niveau d’Emergent révèle qu’actuellement seuls 17 postes permanents sont assurés sur 36. Au Mali, la région visée par un gros accords foncier portant sur une terre qui pourrait facilement accueillir 112 537 familles de paysans, soit plus d’un demi million de personnes (686 478) se trouve entre les mains d’un groupe de 22 investisseurs qui, au mieux, créeront quelques milliers d’emplois.

Pire encore, ces accords fonciers génèrent des emplois saisonniers à bas salaires et permettent aux investisseurs de profiter d’une main d’œuvre bon marché pour exploiter une terre obtenue pour une bouchée de pain.

LE DEPLACEMENT DE COMMUNAUTES

Dans les stratégies d’accaparement, il est prétendu que les communautés ne font pas l’objet de déplacements forcés loin de leurs terres et que ceux à qui il est demandé de s’en aller sont compensés pour la perte de leurs biens. En vérité, c’est le contraire qui est la norme. Les fonctionnaires du gouvernement éthiopien, par exemple, ont déclaré que les terres qui avaient été louées n’étaient pas utilisées et se trouvaient à l’abandon. Dans l’intervalle, un processus de villagisation est en cours, avec le déplacement e 700 000 autochtones qui vivaient sur une terre visée par les investisseurs.

En 2010, à Samana Dugu, au Mali, des bulldozers sont venus déblayer un terrain. Lorsque les villageois ont protesté, ils ont été confrontés à la police qui les a battus et arrêtés. En Tanzanie, les investisseurs de AgriSol Energy ont jeté leur dévolu sur les camps de réfugiés de Katumba et Mishamo. L’accord entre le gouvernement local et AfriSol Energy stipule que ces camps, qui abritent 162 000 personnes qui ont fui le Burundi en 1972 et qui ont cultivé la terre pendant 40 ans, doivent être fermés. En juin 2009, Amnesty International rapportait que les réfugiés étaient mis sous pression pour qu’ils s’en aillent. Certains d’entre eux ont perdu leur maison suite à un incendie causé par des individus agissant sur instructions du gouvernement tanzanien, en vue de forcer les réfugiés à quitter le camp. Des responsables dans les camps de réfugiés, qui ont tenté d’organiser les personnes affectées, ont été arrêtés et détenus.

Les sites d’investissement visités par l’Oakland Institute attestent d’une perte de terre agricole locale là où elle servait à divers usages et avait une valeur écologique et sociale. Une partie de ces terres dites abandonnées étaient à ce moment-là en jachère (en repos) et servaient des pâturages ou encore des terres communales. Des forêts et des réserves nationales qui ont abrité des variétés d’animaux, de poissons et de plantes permettant aux communautés de trouver de la nourriture dans les périodes de pénurie, ont été brûlées et défrichées. Ces terres sont détruites sans aucune compréhension de leur importance et sans aucune évaluation qui permettrait de comprendre comment leurs destructions vont affecter les communautés locales.

Lors d’entretiens, de nombreuses communautés ont déclaré qu’elles n’ont aucunement été informées avant ces investissements fonciers. Ils n’ont compris ce qui se passait que lorsque les bulldozers sont arrivés dans leur communauté.

INSECURITE ALIMENTAIRE

Alors que la plupart des pays et des régions visés souffrent d’insécurité alimentaire, les accords fonciers se concentrent sur la production de produits exportables, y compris des denrées alimentaires, des biocarburants et des fleurs coupées destinés à la consommation étrangère. Au Mali, la moitié des investisseurs qui ont accaparé de grandes étendues dans l’Office du Niger ont l’intention de faire croître des plantes produisant des biocarburants comme la canne à sucre, le jatropha et d‘autres cultures oléagineuses. Au Mozambique, la majeure partie de l’exploitation concerne l’industrie du bois et les biocarburants plutôt que des produits comestibles. Les denrées alimentaires ne sont cultivées que sur 32 000 des 433 000 hectares approuvées pour un investissement agricole entre 2007 et 2009.

En Ethiopie, une grande partie de ces gros accords fonciers a été consacrée à des produits alimentaires destinés aux marchés étrangers. L’accaparement des terres dans ce pays a conduit au déblayage de terres communautaires et de parcelles pour la culture par rotation, ainsi que de forêts, principales sources de subsistance des communautés. De même, leurs zones tampons sont menacées, sans compter que l’agriculture commerciale sur ces terres va affecter l’habitat des poissons et d’autres spécimens de la faune sauvage qui faisaient l’objet de chasse durant les périodes de pénurie alimentaire. La perte et la dégradation des pâturages vont également aggraver l’insécurité alimentaire.

Le problème de l’eau reste lancinant en raison des effluents des fermes industrielles qui entraînent des pollutions et des pénuries d’eau. La construction de barrages dans les zones d’investissement, comme le barrage proposé sur Alwero River, génère des préoccupations additionnelles liées aux conséquences imprévisibles. Aucune clause n’a été trouvé dans les contrats de bail concernant l’utilisation de l’eau, pas plus qu’il n’y a de signes que l’usage de l’eau par les fermes commerciales sera géré, surveillé ou régulé.

En Ethiopie, non seulement il n’y a aucune clause dans les contrats qui fasse obligation aux investisseurs d’améliorer la sécurité alimentaire locale ou de rendre disponible de la nourriture pour la population, mais le gouvernement fédéral a accordé des incitations à ces investisseurs qui s‘adonnent à la culture de rente pour les marchés étrangers. Abera Deressa, le ministre fédéral de l’Agriculture a déclaré : « Si nous obtenons de l’argent, nous pouvons acheter de la nourriture n’importe où et nous pourrons résoudre la question alimentaire ». Au niveau des communautés interviewées on voit à travers leurs préoccupations qu’ils croient que le gouvernement crée cette situation de manière intentionnelle afin que les communautés deviennent dépendantes de l’autorité centrale pour leur nourriture et avoir ainsi la possibilité de les marginaliser et les destituer.

LE FACTEUR ECOLOGIQUE

La dégradation de l’environnement est un souci principal par rapport à ces accords fonciers, dépourvus de transparence et de règlementations en matière d’impact sur l’environnement. Les forêts ont de nombreux usages pour les communautés locales. Elles fournissent de la nourriture, des médicaments, du bois de feux et du matériel de construction. Les forêts sont aussi des hauts lieux culturels et historiques. Les conséquences défrichage de ces terres et forêts incluent par ailleurs la perte et la dégradation des zones humides, la diminution de la faune sauvage et de son habitat, ainsi que la prolifération d’espèces invasives et la perte de biodiversité.

Ces préoccupations environnementales sont illustrées en Ethiopie dans le parc national de Gambela où l’Ethiopian Wildlife Conservation Authority (EWCA) estime que 438 000 hectares de terre ont été loués à proximité du parc. Alors que les limites du parc ne sont pas déterminées, des terres que la population locale considère comme faisant partie intégrante du parc ont été défichées sur une large échelle par des investisseurs, y compris la Karuturi et Saudi Star. Des zones humides ont été altérées et des forêts ont été abattues. Selon une évaluation récente, le parc national de Gambela abrite 69 espèces de mammifères, une zone humide de grande valeur, des centaines d’espèces d’oiseaux et 92 espèces de poissons.

Autre facteur aggravant, la pratique de l’agriculture industrielle va augmenter la toxicité, la perturbation des systèmes naturels de contrôle des parasites et va créer de nouvelles mauvaises herbes ainsi que des souches de virus, sans compter une perte de la biodiversité en plus de contaminer les plantes autochtones par des gènes manipulés. De plus, ces pays vont se retrouver dans une situation de faiblesse face à la question de l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques. Pour beaucoup de ces accords fonciers, une évaluation de l’impact sur l’environnement n’a que rarement lieu ou n’est pas pris en compte, rendant la situation encore plus alarmante.

LE VERDICT ET COMMENT AVANCER

L’investissement dans l’agriculture est crucial dans le combat contre la faim et le changement climatique, et pour garantir des moyens de subsistance aux paysans. Toutefois, comme l’a souligné Olivier de Schutter, le rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, le problème n’est pas seulement d’augmenter les allocations budgétaires à l’agriculture, mais plutôt  » de choisir entre différents modèles de développement agricole qui peuvent avoir des impacts différents et bénéficier à divers groupes différemment ».

En novembre 2010, les Nations Unies ont publié un rapport qui déclare que les bénéfices de l’agro-industrie sont largement supérieurs aux techniques d’agriculture industrielle. Il a ajouté que nous pouvons doubler la production des denrées alimentaires si nous soutenons les petits paysans. Les recherches de l’Oakland Institute corroborent ces conclusions. Par exemple, au Mali, avec l’intensification de la culture du riz le long du Niger, près de Tombouctou, les paysans ont réussi à produire des récoltes entre 5 et 15 tonnes par hectares, pour une moyenne de 9 tonnes par hectares. Ceci représente plus de deux fois la récolte du riz irrigué conventionnel de la région et plus que les prévisions de Moulin Moderne du Mali, l’un des principaux investisseurs. Le système d’irrigation comprend des parcelles de 35 hectares, partagées par des populations allant jusqu’à cent familles. Ce qui signifie que chaque famille a accès à seulement un tiers d’hectare. Mais même avec cette parcelle de terre, ils ont réussi à gagner 1879 dollars, soit plus du double de la moyenne nationale de revenu qui est de 676 dollars.

Aujourd’hui, les gouvernements et les investisseurs font l’exact contraire de ce que la recherche montre. Au lieu de soutenir les petits paysans, ces accords fonciers favorisent l’agriculture industrielle tout en déplaçant des populations, destituant les gens qui, précisément, ont la capacité de faire évoluer leur communauté de l’insécurité vers un environnement viable pour tous. L’accaparement des terres met ces pays en danger d’aggravation de l’insécurité alimentaire, la dégradation de l’environnement, l’augmentation de la dépendance à l’assistance alimentaire et la marginalisation des communautés de paysans et de bergers. En ce qui concerne l’alimentation, l’enjeu ne consiste pas uniquement en une augmentation de l’insécurité alimentaire, mais c’est aussi une attaque contre la souveraineté alimentaire et le droit des populations à produire leur propre nourriture.

L’accaparement des terres est au mieux irrationnel, au pire violent. C’est un acte de violence que de retirer aux gens leur droit à la nourriture et à l’accès aux terres ancestrales, de casser leurs liens historiques et sociaux et de les priver de leur droit inaliénable à la dignité. C’est un acte de violence que de les dépouiller de leur futur et dépouiller la terre de sa fertilité.

Alors que des accords fonciers se concluent derrière des portes closes, les communautés résistent. Les rébellions « alimentaires » de 2008, la révolte à Madagascar contre l’accaparement de terre et les récentes protestations en Guinée montrent que partout des communautés se lèvent pour défendre leurs droits à la souveraineté alimentaire. En fait, dans tous les pays visités, les accords fonciers ont été contrés par des organisations communautaires. Au vu de ce que nous en savons, résister sur tous les fronts à ces accords d’accaparement de terre et travailler pour des investissements dans une agriculture viable, rendre aux populations locales leur pouvoir, reste la seule façon rationnelle et humaine d’avancer .

Agazit Abate

* Cet article de Agazit Abate, stagiaire entre 2010 et 2011 à l’Oakland Institute, est basé sur la recherche et la publication faites par cette institution. Pour en savoir plus sur les investissements financiers en Afrique, visitez le site web de l’Oakland Institute

Libye : cas d’école de la lutte idéologique

Libye : cas d’école de la lutte idéologique par, Omar Mazri sur libération-opprimés

Dans « Libye : cas d’école de la lutte idéologique » nous avons vu quelques aspects de la lutte idéologique : guerre psychologique,  guerre médiatique, instrumentalisation des appareils bureaucratiques onusiens, faux témoignages des droits de l’homme et caution des rentiers de l’Islam qui tous ont donné la caution idéologique, politique, morale et religieuse à l’agression d’un pays souverain par la coalition néo colonialiste et islamophobe. Lutte idéologique ou les idées de la Jamahiriya libyenne ont été matraquées au profit d’une lecture ethnocentriste de la démocratie et des droits de l’homme contre la démocratie directe, décentralisée et participative, au profit d’un mode de vie occidental au détriment du progrès social atteint par les Libyens, au profit d’une illusion de Charia islamique par des cœurs qui ne connaissent ni la miséricorde ni la loyauté ni la vision géostratégique au profit d’une caricature épouvantail de l’Islam qui sert les intérêts des néo Croisades et dessert les intérêts des Musulmans.

La lutte idéologique vise à imposer les idées de l’Occident colonisateur et à faire taire toute voix et toute idée qui lui sont hostiles, différentes ou indépendantes. La lutte idéologique fait taire par différents moyens : diaboliser et criminaliser le porteur de l’idée sinon l’éliminer physiquement, faire porter ses idées par ceux qui ont la vocation de les falsifier ou mal les représenter, donner la parole à ses détracteurs et isoler le porteur de l’idée, pousser ses auditeurs (peuple, lecteurs, partisans) à douter de lui ou à s’occuper d’autre choses grâce au mensonge, à la diversion, au sensationnel, à la manipulation.

Nous avons vu que cette lutte une fois qu’elle a atteint son objectif, assassiner Mouammar Kadhafi elle s’est appuyé ensuite à faire de la diversion en faisant circuler l’idée que Seif-al- Islam allait se rendre à la cour pénale internationale. La lutte idéologique visait trois objectifs : Accréditer l’idée que Kadhafi aurait des révélations et que sa mort est un soulagement pour tout le monde et que Seif-al-Islam en se livrant allait faire la lumière sur ses révélations et rendre justice à son père. La lutte idéologique consiste à nous faire croire que la CPI est un tribunal de justice et non un instrument juridico politique de la lutte idéologique. En accréditant cette thèse par la force de persuasion nous faisons oublier l’essentiel : l’agression de la Libye par l’OTAN et son soutien par des savants religieux musulmans est une agression pure et simple, une transgression flagrante du droit international et une transgression de la Charia islamique dont les savants musulmans et les prédicateurs inféodés n’ont jusqu’à présent fournis aucunes justifications religieuses et ne pourront jamais donner au monde musulman une explication pouvant répondre à la question si tuer un prétendu tyran doit passer par la destruction d’un pays, la mort de milliers d’innocents et sa mise sur la voie d’une guerre civile de 100 ans allumée par une forteresse militaire et pétrolière américano sioniste.

Mettre la lumière sur Seif-Al-Islam est un objectif de la lutte idéologique pour faire de la Libye non plus une affaire du peuple libyen mais une affaire de famille dont il faut éradiquer tous les membres pour faire diversion le temps de mettre les tribus libyennes dans une guerre de mille ans et le temps de voir comment le FMI, la Banque mondiale et l’armée Égyptienne allaient mettre au pas cadencé la révolution égyptienne. Si en Tunisie les vainqueurs islamistes ou laïcs sont prêts à composer avec l’armée tunisienne, le département d’état américain et prendre pour modèle la Turquie hybride et pragmatique d’Erdogan les choses ne se dessinent pas nettement en Égypte avec ses 80 millions d’habitants, l’éclatement des frères Musulmans en cinq parties ingérables, les Nassériens, le mouvement Kifaya, les jeunes révolutionnaires qui continuent de remettre en cause le maréchal et les généraux égyptiens, un rapprochement d’une partie des révolutionnaires avec l’Iran, la frontière avec Israël…

Mettre la lumière sur Seif-al-Islam c’est bien entendu organiser une traque à l’homme comme du temps des cow-boys et des indiens et faire oublier l’assassinat d’un chef d’état dans des conditions justiciables.

C’est aussi faire écran à l’assassinat de l’autre fils de Kadhafi, Mou’tassim billah, qu’on veut montrer comme le fils d’un tyran qui a des privilèges alors qu’il est un général d’armée, issu des écoles militaires et qui a servi son pays en résistant contre l’agression de l’OTAN comme le lui commande son honneur d’officier. Fait prisonnier par l’OTAN il avait droit aux traitements dus à son rangs d’officier de haut rang et à aux respects de la convention de Genève. C’est un crime de guerre que de porter atteinte à la vie, à la dignité et au rang d’un soldat capturé sur le terrain de la bataille. Si l’OTAN peut se permettre de trafiquer les images, les réalités, le Musulman sait qu’il y a le regard d’Allah qui voit et que l’excuse irresponsable des lâches et des inconscients qui nous ont amené à cette nouvelle Nakba «  Il n’a eu que ce qu’il mérite » est la pire transgression envers un prisonnier de guerre de surcroit musulman, fils de musulman, car il s’agit bel et bien d’une guerre où se réjouir et jouir de la défaite même de son ennemi mécréant est tragique. L’Islam est par définition l’Honorificat de l’homme et la Justice. Les Musulmans n’ont pas vocation à humilier les gens ni à se réjouir de leur malheur. La biographie de Mohamed (saws) est là pour témoigner. Salah Eddine libérant Jérusalem est un exemple parmi tant d’autres.

La lutte idéologique continue prenant pour cible Seif-Al-Islam pour en faire l’arbre qui cache la forêt. Le tragico comique est que les « défenseurs de la résistance libyenne » tombent dans le jeu en se faisant les colporteurs des idées nocives et mortifères de la lutte idéologique. Ainsi Seif-Al-Islam est au courant des transactions que Kadhafi faisait pour le transfert de l’uranium dont on a trouvé des futs jetés dans le désert. Bien entendu personne ne viendra nous dire que la Libye « libérée » sera bientôt le plus grand dépotoir de déchets nucléaires et toxiques de l’Occident. Ainsi Seif-Al-Islam est destinataire d’une feuille de route terroriste que Kadhafi lui a léguée pour le venger après sa mort et bien entendu Seif-al-Islam est dépositaire des clés et des codes de la fortune colossale que Kadhafi a détourné à son profit. On continue de salir la mémoire d’un homme assassiné, de se donner bonne conscience en faisant des révélations, de restreindre les libertés individuelles et collectives au nom de Ben Laden ou de Kadhafi qui sont les produits d’un Occident belliqueux et prédateur condamnés à générer sa propre contradiction. Pour son bonheur, face à lui il n’y a ni idéologues ni politiciens, ni intellectuels ni gouvernants qui gèrent ou qui dévoilent ses contradictions structurelles le laissant ainsi lui-même toute la latitude de les gérer, de les maquiller et de nous les revendre à son avantage.

Les Russes experts en pragmatisme capitaliste, en réalisme géopolitique mais aussi en dialectique léniniste nous envoie ce message : « Le fils de Kadhafi Seif-al-Islam qui était jusqu’à présent chef du service spécial « Mukhabarat » (police secrète) jure de venger son père en luttant jusqu’au bout. Donc, le défunt colonel a «bien» légué son plan de «vengeance après l’écroulement du régime». La presse égyptienne, travaillant encore sous ordre des « Mukhabarat », écrit que « l’ex-leader de la Jamahiriya a été l’idéologue et le sponsor du plan secret de «vengeance après la chute du régime». Il a formé un groupe de terroristes internationaux à qui il a légué 28 millions de dollars. Le plan suppose des attentats en Libye, dans les pays arabes et européens. » Les journalistes arabes écrivant en arabe ou langue étrangère ne connaissent pas le conditionnel ou bien continuent d’écrire en lisant les flashes des agences y compris celle du Mossad sans discernement car la culture du bureaucrate et du vassal est enracinée. Il y a eu un début de révolution mais le temps semble s’arrêter entre un passé qui n’est pas révolu et un avenir qui ne veut pas naitre présageant d’une implosion ou d’un avortement de morts nés.

Au-delà du futur hypothétique ou du conditionnel la vérité est tout autre.

Seif-Al-Islam était préparé à jouer un autre destin dans la Libye que celui de venger son père et d’être le chef des terroristes internationaux à la place de Ben Laden. Il semble que la France, sa diplomatie, son armée et son BHL avec leur brutalité traditionnelle ont détruit le plan anglais plein de finesse mais plus nocif, et cela explique sans doute les fuites sur les désaccords entre anglo-saxons et latins avant et après l’assassinat de Kadhafi. Si j’ai écrit près de 300 pages d’analyse sur la Lybie c’est que j’ai probablement lu au moins dix fois plus pour tenter de comprendre et me positionner avec plus de justesse et de justice depuis le début dans une posture d’opposant à Qaradhawi, aux pantins du CNT et aux apprentis révolutionnaires algériens qui font abstraction des processus objectifs socio historiques ou des conditions subjectives psycho spirituelles d’une révolte ou d’une révolution qui ne s’importe pas comme on importe une voiture ou un métro.

La vérité, vraie ou rendue vraisemblable par la lutte idéologique est implacable. Elle est surtout impitoyable quand elle est aux mais des dominants et de leurs vassaux. Seif-al-islam, n’est qu’un simple instrument dans la lutte idéologique qui rappelons-le peut prendre des formes de guerre psychologique, médiatique ou militaire. Si cela convient aux maîtres du jeu, ceux qui nous livrent la lutte idéologique, ils vont le garder vivant, traqué, ou caché oublié sinon ils vont le liquider, le lyncher ou le livrer aux caméras dans un box des accusés ne comprenant toujours pas avec son air naïf ce qui lui arrive car le jeu dépasse sa propre personne et nos propres individualités. Nous sommes face à un empire en perte de puissance et en voie de déclin qui doit montrer sa cruauté et sa capacité de nuisance face à des dominés qui ne voient pas que le dominant est vulnérable malgré son armada sophistiqué. Le plus grand reproche que je fais à Qaradhawi et à ses prédicateurs c’est de ne pas voir la vulnérabilité de l’empire et ses instincts de prédation et de se focaliser sur un homme et sur un pays comme s’ils étaient les maitres du monde ou les maitres du jeu.

Je reprends mot-à-mot l’analyse d’un Algérien censurée car elle pointe dans le mille : « Seif-el- islam a fait ses études en Angleterre, et sur le plan idéologique il a été bien pris en charge par l’empire et la Cité de Londres, la cité du Griffon. Le griffon (la bête qui fait son nid avec des pépites d’or) veille depuis cinq siècles sur les trésors de cette cité. Ce n’était pas dans l’intention de Mouammar el Kadhafi de faire son héritier mais c’était dans celui de la cité de Londres… En 2005 et 2006, leurs relations s’étaient vraiment envenimées. Seif El Islam s’était éloigné de son père et partit pour une tournée occidentale exposée ses peintures. De passage au Canada, à voir la faune qui se précipitait au vernissage de ses peintures, on ne pouvait que rester perplexe pour qui ne connaissait pas les vrais raisons de cet engouement. À sa défense, on pouvait ajouter qu’il était naïf, très naïf, une naïveté qui perçait à travers ses tableaux en hommage à la cause palestinienne. Il faut être naïf pour dénoncer la bête en mettant sa tête dans sa gueule. D’ailleurs en mars 2011, il avait récidivé à Londres. Voici une critique du Gardian sur sa peinture : «Le fils du colonel Kadhafi est sans doute un ambassadeur culturel compétent, mais comme peintre, il n’est même pas un amateur doué : son sentimentalisme n’a d’égal que son incompétence technique.» Cette critique acerbe est faite par une crypto-sioniste Jonathan Jones qui ne voit le beau que dans son minois. ».

En effet l’impérialisme investit ses pépites sur les naïfs ou sur les ambitieux sans scrupules mais jamais sur des hommes avisés, doués et d’un caractère trempé. Cela ne veut pas dire que Seif-al-Islam était un traitre mais qu’il était malléable et qu’il pouvait à son insu être projeté au devant de la scène et mis sous les feux de la rampe comme successeur de Kadhafi. Ils sont sur tous les plans des oppositions de caractère et de vision du monde. Le père est anti occidental, bédouin, africaniste, machiavélique. Le fils est angélique, naïf, occidentalisé, « civilisé ». Là où le père est sous pression internationale, le fils apparait comme l’homme de la situation en faveur de l’ouverture vers l’Occident. L’Occident dans sa lutte idéologique met plusieurs feux et ouvre plusieurs fronts de lutte il a investit sur la ligue des droits de l’homme, sur les représentants à l’ONU, sur la bourgeoisie libyenne, sur les mécontents, sur les opposants. Seif-al-Islam dans l’équilibre tribal et la vénération des libyens pour leur guide pouvait apparaitre comme un successeur potentiel dans une transition suite à une révolution colorée dont l’intéressé lui-même n’aurait jamais compris comment il s’est trouvé à la tête d’une République « démocratique » ou d’une Monarchie « constitutionnelle » écartant son père selon les vielles traditions de l’empire britannique dans ses anciennes colonies.

Plusieurs éléments sont intervenus pour fausser ce scénario : la Révolution en Égypte qui a fait tomber un pilier du nouvel ordre mondial dans l’espace arabo musulman, les appétits et les empressements des vassaux du CNT, l’intervention de BHL qui intervient pour répondre aux empressés et apporter secours au Président Sarkozy en lui donnant un marchepied international, une guerre à la mesure de ses ambitions bonapartistes. Il doit y avoir d’autres raisons que le temps va dévoiler.

La stupidité française, la Fatwa de Qaradhawi incitant au meurtre, la conjoncture de la crise mondiale ont épargné au naïf d’être un Brutus, un Judas ou un Khalifat Thani. C’est sans doute dans ce genre de situation où on comprend que le Décret divin qui fixe le destin d’un homme sans lui ôter son libre arbitre intervient pour l’accomplissement du Dessein divin Sage, Juste mais échappant à notre entendement humain limité. Seif-al-Islam se trouverait à la pointe du combat conduisant la résistance libyenne ou une partie de la résistance libyenne et cette posture est un échec cuisant à la politique impériale anglo-saxonne dont les répercussions ne vont pas tarder à se manifester au sein de l’OTAN ou lors de la distribution du butin de guerre entre pays alliés de la coalition. Les Cocoricos sur les télévisions françaises sont en réalité des couacs dans les chancelleries impériales. Allah fera dévoiler la vérité de la manière la plus inattendue et la plus surprenante…

La plus grande stupidité pour les empires latins et anglo-saxons est de lire l’histoire des autres à travers leurs prismes idéologiques et culturels et ainsi une partie des jeux d’ombres et de lumières leur échappe et ainsi ils sont comme le dit le général Giap de mauvais élèves de l’histoire. Un cancre normal redouble sans porter préjudice aux autres. Les cancres impérialistes laissent derrière eux des pays en deuil de milliers de morts, d’estropiés à vie, en sinistres sanitaires, économiques et sociaux…

Comme le souligne l’anonyme algérien « Ce n’était pas dans l’intention de Mouammar el Kadhafi de faire Seif-al-Islam son héritier mais c’était dans celui de la cité de Londres. Si el Kadhafi avait une quelconque intention à sa succession, c’était plutôt en sa fille Aicha. ».

Le CNT AVEC SES LAïcs et ses islamistes semblent faire l’impasse de l’assassinat d’Allendé et l’installation de Pinochet par la CIA avec une différence fondamentale : Pinochet se représente comme l’allié légitime des Etats-Unis et  offre la garantie de représenter le cadre idéologique de la droite chilienne pro américaine. Sur le plan idéologique, religieux et sociologique nous sommes dans une configuration totalement différente qui laissent entrevoir des surprises, des retournements, des contre synergies, de l’entropie nulle part égalée.

Les proches de Kadhafi qui ont rejoint le CNT et ceux qui ont initialement formé le CNT trop focalisés sur Seif-Al-Islam n’ont pas vu que Kadhafi donnait plus d’importance à sa fille Aicha. Aveuglés par leur complot ils ne voyaient les  raisons  qui pouvaient faire de Aicha la légataire politique de Kadhafi : la politique d’émancipation de la femme que Kadhafi a menée, sa garde prétorienne féminine comme une insulte aux monarchies du Golfe qui ont confié leur sécurité aux troupes spéciales françaises, anglaises et américaines, les compétences d’avocate de Aïcha, sa conscience politique et son évacuation en Algérie dès les bombardements de l’OTAN. Kadhafi et ses proches collaborateurs, les volontaires libyens qui lui sont resté loyaux et son fils général d’armée ont livré bataille comme Hannibal protégeant en vain Carthage contre Scipion l’Africain. Aicha est sur la terre de Jugurtha celui qui a livré bataille contre Rome et son puissant empire.

Aicha est sur la même terre foulée par Okba Ibnou Nafa’â et Moussa Ibnou Nosayr fondateurs des villes nouvelles de l’Islam en Égypte, en Libye, en Tunisie, en Algérie, au Maroc et en Mauritanie fédérant les anciens empires pharaoniques, libyques et numides sous la bannière de l’Islam libérateur des peuples de l’oppression des Romains.

Le peuple algérien aura le courage et la détermination de dire non à ceux qui veulent exiler Aicha de la terre natale de son fils l’Algérie et de sa résistance aux colonisateurs. Ils diront au colonialisme, aux savants courtisans, aux prédicateurs en eaux troubles et aux revanchards ce qu’ont dit les Constantinois arabo berbères au Khalife ottoman qui voulait exiler et assassiner le bey turc qui a gouverné Constantine en s’insurgeant insurgé contre le despotisme de l’empire ottoman le Dey d’Alger :

Les Arabes ont dit

Nous ne livrerons pas Salah bey

Ni ne livrerons ses biens

Dussions-nous tous mourir

Et voir s’accumuler les cadavres

[…]

Le peuple s’est rué, affolé?

Ô mon Dieu, quelle journée!

Quand la ville fut encerclée et les portes

Refermées

Salah est sorti, désemparé, tête nue

On a pénétré dans sa demeure

[…]

Si j’avais su que cela m’arriverait

Je serais allé dans la campagne

J’aurais planté une tente à mes fils

Et j’aurais vécu parmi les campagnards.

[…]

Ô Hamûda mon fils!

Prends soin de la famille

Ainsi est la vie!

On ne peut lui faire confiance.

[…]

Montrez-moi sa tombe, ô mes Seigneurs

Afin que je soulage ma peine

Des vents et des vents pourront souffler

Mais qui remplacera Salah.

Dans la ville de Constantine!

Pleurez-le, ô assemblées!

Salah a été sacrifié !

Russie : Démocratie à la sauce Poutine-Medvedev

Lors du congrès de Russie unie (parti au pouvoir), le 24 septembre 2011, le président russe, Dimitri Medvedev, a accepté de mener la liste du parti pour les élections législatives du 4 décembre 2011 afin de devenir le prochain Premier ministre et a proposé à Vladimir Poutine (actuel Premier ministre) de se présenter à l’élection présidentielle de mars 2012. La nouvelle ne surprend personne car le scenario était prévisible. C’est en 2008 que Medvedev sera propulsé au pouvoir par Poutine, faute de pouvoir postuler pour un troisième mandat consécutif à la tête de la Russie, en vertu de la Constitution.

En effet, pour ne pas avoir la communauté internationale sur le dos, Vladimir Poutine avait trouvé un subterfuge : designer son dauphin, Dimitri Medvedev, alors vice-premier ministre pour le succéder. Ce dernier sera donc élu président de la Russie, le 2 mars 2008, avec une écrasante majorité dès le premier tour du scrutin. Et Poutine pour garder la mainmise sur l’appareil d’Etat, va « s’autoproclamer » Premier ministre. A cet instant, le monde entier s’est posé la question suivante : qui va diriger réellement la Russie ? Cette question méritait-elle une réponse ?

Le nouveau Premier ministre, Poutine, leader incontesté de la Russie depuis 2000, s’est même félicité d’avoir « respecté » la Constitution en ne demandant pas de troisième mandat présidentiel. Et pourtant, il modifie radicalement l’esprit et la lettre de la Constitution de 1993 puisqu’il tire les prérogatives présidentielles vers lui au gouvernement et crée de nouvelles fonctions auprès de lui. Medvedev n’aura été président que de nom. Si l’on en doute, il suffit de rappeler que Poutine, en personne, a souligné qu’il entendait épaissir et élargir le champ d’action dévolu au Premier ministre. Ainsi donc, Vladimir Poutine n’a jamais cacher son intention de gouverner la Russie « à vie ».

Car bien avant de quitter la présidence en 2008, il se susurrait dans les milieux politiques russes que l’homme fort du Kremlin (le palais présidentiel russe) avait l’intention de modifier la constitution, pour se présenter une troisième fois. Mais fort heureusement, la modification n’eut pas lieu, car Vladimir Poutine avait un tour dans son sac et le scenario était simple : devenir Premier ministre et attendre quatre ans pour revenir au pouvoir, tout en sachant que l’homme qu’il avait placé au kremlin en 2008, ne s’y opposerait pas, car ne dit-on pas que Medvedev doit « tout » à Poutine ? En réalité, la soif de pouvoir de Poutine n’a jamais fait l’ombre d’un doute.

On se souvient qu’en 2004, il avait été réélu dans des conditions peu orthodoxes car l’élection avait été entachée de fraudes massives. Et pour cause, l’opposition politique avait été muselée : de l’interdiction de tenir des meetings jusqu’à l’arrestation des militants voire de certains responsables des partis politiques. Russie unie pouvait tranquillement élire son candidat. Malgré l’injonction des Etats-Unis et de certains pays européens (France, Grande-Bretagne…), les autorités russes avaient fait la sourde oreille, arguant que c’était les affaires internes de la Russie. Elles s’étaient même permis de jeter des opposants, voire certaines personnalités soupçonnées de lorgner la présidence en prison sous le prétexte qu’ils devaient des sommes colossales au fisc.

Au nombre de ceux qui ont payé pour leur audace, Mikhaïl Khodorkovski, ancien patron de Ioukos (une compagnie pétrolière russe), arrêté le 25 octobre 2003, et envoyé en prison parce qu’il voulait devenir président. C’est à croire que seuls Poutine et ses proches avaient l’intelligence, voire la capacité de diriger la Russie. Le retour annoncé de Poutine au pouvoir était en réalité un secret de polichinelle, aussi bien pour les Russes (opposants tout comme citoyens lambda). Par ailleurs, certains analystes russes s’accordent à dire que Vladimir Poutine ne vient que confirmer, qu’il n’a jamais lâché le gouvernail.

On peut même s’aventurer à dire que Dimitri Medvedev, durant ces quatre ans au pouvoir, n’était qu’un « pantin » car si Medvedev était celui que l’on voyait dans les grands sommets (G8, Assemblée générale de l’ONU…), Vladimir Poutine était celui qui tenait les rênes de la Russie. Ou du moins, peut – être que lui accordait-il une certaine marche de manœuvre dans la gestion des affaires afin que celui-ci se sente président. Le scenario est si parfait que Dimitri Medvedev n’a jamais daigner briguer un deuxième mandat, car en général, lorsqu’une personnalité arrive au pouvoir, elle postule le plus souvent pour un second mandat. On le constate avec Barack Obama qui a annoncé qu’il sera candidat à sa propre succession, tout comme l’a fait George Bush.

Nicolas Sarkozy également s’apprête à le faire, puisque la constitution l’autorise, pourquoi pas Medvedev ? Serait-il incapable de diriger la Russie une seconde fois ? Tout porte à croire que ce tandem n’était qu’un arrangement savamment orchestré par Poutine pour revenir au pouvoir. Son dauphin l’a d’ailleurs accepté vu que c’est lui qui a annoncé samedi 24 septembre 2011, la candidature de Poutine à l’élection présidentielle de mars 2012. Par ailleurs, une réforme constitutionnelle adoptée en 2008 a prolongé la durée du mandat présidentiel de quatre à six ans à partir de 2012. Théoriquement, Poutine, aujourd’hui âgé de 58 ans, pourra donc se représenter en 2018 et rester au pouvoir jusqu’en 2024. N’en déplaise à ceux de son camp qui commencent à jeter l’éponge pour convenance personnelle ou désaccord clanique…

Souleymane KANAZOE (Kanazoe.souleymane@yahoo.fr)

Sidwaya

Les communistes Syriens soutiennent le mouvement pour des réformes démocratiques mais mettent en garde sur l’ingérence impérialiste croissante et les risques d’un ‘scénario Libyen’

Communiqué de Husein Nemer, premier sécrétaire du Parti communiste syrien (unifié)

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Nous tenons à vous présenter une brève analyse des événements successifs qui se sont déroulés dans notre pays, la Syrie, afin de mettre en lumière certains faits, d’une part, et tordre le cou à certains mensonges montés de toute pièce et médiatisés par la propagande impérialiste visant la Syrie.

Depuis que les événements ont commencé en mars dernier, des dizaines de chaînes de télévision en Amérique, en Grande-Bretagne et en France, certaines chaînes dans le monde arabe, et des centaines de sites internet ont travaillé d’arrache-pied pour falsifier la réalité sur ces événements, en tout cas pour l’opinion publique mondiale, avec des programmes spécifiques diffusés en ce sens, jour et nuit.

Le président Américain fait des déclarations quotidiennes comprenant des menaces directes visant la Syrie, ainsi qu’une ingérence flagrante dans les affaires internes du peuple Syrien. Plusieurs hauts dignitaires de l’Union européenne suivent les pas du président Américain.

Ces menaces et ces ingérences ont atteint un sommet lorsque le président Américain a affirmé l’illégitimité du régime Syrien. Des sanctions sévères et injustes ont été imposées au peuple Syrien et à son économie. Plus dangereux encore, des plans sont discutés et impulsés par l’OTAN afin de lancer des vagues de frappes aériennes pendant plusieurs semaines contre 30 sites stratégiques en Syrie, ressemblant exactement à ce qui s’est passé en Yougoslavie.

Certains hauts dignitaires Européens ne vont pas hésiter à appeler à traiter la situation en Syrie avec des méthodes qui en ferait une pâle copie de la crise Libyenne. Des dizaines de milliers de civiles ont été massacrés, des dizaines d’usines et de sites économiques ont été détruits par des frappes aériennes, et pendant ce temps, la Libye est divisée.

Des Etats-membres de l’alliance impérialiste internationale essaient, par tous les moyens possibles, de faire adopter une résolution du Conseil de sécurité condamnant la Syrie, qui serait suivie par des résolutions successives contre la Syrie et la soumettre au chapitre 7 de la Charte de l’ONU, afin qu’une campagne agressive puisse être légitimée. Grâce à l’opposition de la Russie et de la Chine, accompagnées de l’Afrique du sud, l’Inde, le Brésil et le Liban, les tentatives impérialistes au Conseil de sécurité de l’ONU sont tout simplement, jusqu’à présent, un échec.

Toutes ces manœuvres sont justifiées de deux façons :

  1. Des manifestants sont tués en Syrie, on a recours à des méthodes sécuritaires dans le traitement des manifestations ;
  2. La manipulation des insuffisances du régime en Syrie, tels que le manque de démocratie et le monopole du pouvoir exercé par le parti au pouvoir, afin de faire pression sur le régime pour qu’il adopte des changements internes, bien que tout changement interne doive être considéré comme une partie intégrante de la souveraineté nationale de n’importe quel pays ;

En fait, plusieurs manifestations ont eu lieu dès le mois de mars, appelant à des réformes sociales, économiques et démocratiques. La majorité de ces revendications ont été soutenues par notre parti comme une façon de s’opposer aux effets néfastes de la mise en œuvre de mesures économiques libérales, issues des accords passés avec le FMI, et de la transformation de la Syrie en une économie de marché. Les effets ont été très mauvais sur le niveau de vie des pauvres et des couches moyennes.

La direction politique du pays a été constamment mise en garde, par la presse du parti, des rencontres officielles ou des mémorandums officiels, le dernier il y a cinq semaines de cela. Les manifestations étaient pacifiques.

Elles ont été bien vite manipulées par des religieux fondamentalistes et des groupes radicaux à l’idéologie obscurantiste.

De pacifiques, les manifestations sont devenues armées, visant à atteindre des objectifs qui n’ont rien à voir avec des réformes politiques et sociales. Les forces de sécurité ont commis plusieurs erreurs injustifiables dans le traitement de ces manifestations. Des dizaines de civils et de soldats ont été tués. Des gangs armés se sont constitués, attaquant des propriétés publiques et privées, et mettant en place des barricades dans certaines villes où ils ont pris le dessus. Dans les tout derniers mois, ces bandes armées se sont chargées de mettre sur pied des sites armés dans les régions frontalières entre la Syrie, d’une part, et la Turquie, la Liban, la Jordanie et l’Irak pour s’assurer une continuité dans le ravitaillement en armes et en équipements divers.

Quoi qu’il en soit, les bandes armées n’ont pas réussi à établir une base frontalière stable. Cela a coûté à la vie à des centaines de civils et de soldats, plus de 2 000 victimes. Dans le même temps, certains événements ont été exagérés. Des faits ont été falsifiés. Les équipements dernier cri électroniques et médiatiques ont été utilisés afin de faire passer l’armée Syrienne comme étant complètement responsable de ces actes, et de déresponsabiliser totalement les bandes armées.

Pressé par les événements, le gouvernement a adopté plusieurs réformes sociales et démocratiques comprenant : l’annulation des lois d’urgence, des tribunaux exceptionnels, et le caractère légal accordé aux manifestations pacifiques. Récemment, une nouvelle loi électorale et une loi permettant la création de partis politiques ont été adoptées. Est en cours de préparation une nouvelle constitution ou une constitution modifiée.

De nouvelles lois couvrant les domaines des médias et de l’administration locale ont également été adoptées.

Les objectifs de ces lois et mesures sont : casser le monopole du pouvoir exercé par le parti Baath, pour établir une société pluraliste et démocratique, pour garantir les libertés publiques et privées, pour aider au développement de la liberté d’expression et à la reconnaissance du droit de l’opposition à une activité politique pacifique.

En dépit de nos réserves quant à certains articles, ces lois sont très importantes. Pendant plus de quarante années, notre parti a lutté pour que de telles lois soient adoptées. Si ces lois étaient mises en œuvre, elles pourraient être un pas important en avant, dans la transition de la Syrie vers une société démocratique et pluraliste.

De vastes secteurs de l’opposition nationale pacifique ont accueilli positivement ces mesures, tandis que l’opposition fondamentaliste et armée s’en tient toujours au slogan du renversement du régime, attisant les tentions communautaires.

Tenter de dépeindre le problème comme s’il s’agissait d’une lutte communautaire ou religieuse serait une falsification flagrante des faits.

Nous pouvons résumer la situation de la façon suivante :

  • Les tentions armées dans les villes Syriennes ont diminué. Les bandes armées ont subi de lourdes pertes. Cependant, certaines d’entre elles sont capables de reprendre leurs activités ;
  • Les manifestations pacifiques n’ont pas disparu et ne sont pas confrontées à la violence de l’État, à moins qu’elles se soient accompagnées d’agissements violents.
  • L’État a invité l’opposition nationale à participer à un dialogue politique général visant à contribuer à la réalisation de la transition à la démocratie et au pluralisme de façon pacifique. Ce dialogue doit affronter de nombreuses difficultés, la plus importante d’entre elles est la pression de groupes armés qui s’opposent au dialogue pacifique et à une solution pacifique, et dépendant du soutien de l’étranger.
  • Les menaces impérialistes et colonialistes contre la Syrie se sont intensifiées. Bien que ces menaces posent de nombreuses difficultés, nous devons être prêts à les affronter.

Pour ce qui est de la situation dans notre pays, il apparaît que :

  • Les mouvements de protestation existent toujours à différents niveaux. Ils diffèrent d’un gouvernorat à l’autre. On peut remarquer que la plupart des mouvements partent des mosquées, des zones rurales et des taudis, pour se diriger vers les centres-villes ;
  • Les mouvements parmi les minorités ethniques ou religieux sont rares. Dans les usines, les universités et les syndicats, il n’y a pas de mouvement ;
  • Dans les cercles de la grande bourgeoisie, qu’elle soit industrielle ou économique, en particulier dans les grandes villes comme Aleppo, Lattakia et Damas, il n’y a pas de mouvement ;
  • Il n’y a aucun mouvement parmi les clans et les tribus ;
  • L’opposition se compose d’un large spectre de partis très divers. Certains sont patriotiques, s’opposant à l’ingérence étrangère et aux bandes armées. De plus, il faut compter avec les Frères musulmans qui peuvent être considérés comme le parti le plus actif et le mieux organisé dans le pays et à l’étranger.

Il y a également plusieurs groupes traditionalistes avec différentes orientations, dont l’influence devient clairement visible dans des rassemblements et manifestations dans différentes régions. Ces groupes ne cachent pas leurs objectifs qui sont typiquement réactionnaires et sectaires.

Sur place, les groupes les plus actifs et importants depuis le début des manifestations sont les coordinations locales qui comprennent des groupes de jeunes n’ayant pas d’orientations ou de plans idéologiques communs clairs si ce n’est le slogan : « A bas le régime ! ». Ils sont vulnérables aux pressions externes et internes.

  • L’opposition en exil composée essentiellement d’intellectuels, de traditionalistes, de personnes qui ont abandonné le régime et ont certains contacts à l’intérieur (Khadam et Refaat Al Assad).

Durant la dernière période, ces forces ont organisé plusieurs conférences à l’étranger (exceptée une rencontre organisée à l’hôtel Samir Amis à Damas par l’opposition interne), dans l’objectif de mobiliser des forces et de coordonner leurs positions Des différences idéologiques, politiques ainsi que d’intérêts l’ont emporté. Certaines forces d’opposition à l’étranger ont travaillé dur pour obtenir le soutien des forces étrangères colonialistes.

  • Jusqu’à présent, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne mènent la campagne internationale de menaces et de provocation contre le régime en Syrie visant à imposer de plus en plus de sanctions contre la Syrie, en particulier des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU et d’autres organisations internationales, la Russie et la Chine continue de s’opposer à de telles sanctions et mesures. La Turquie a choisi une position opportuniste qui fluctue en fonction de ses intérêts régionaux et politiques. Grosso modo, il y a une unanimité internationale dans l’opposition aux mesures militaires directes contre la Syrie, comme cela s’est produit en Libye, étant donné que la Ligue arabe et le Conseil de sécurité de l’ONU n’adoptent pas de résolutions ouvrant la voie à cette perspective. Le conflit sur cette question est féroce.
  • Excepté le Qatar qui joue un rôle vital et important dans la conjuration contre la Syrie, il existe différentes opinions et position dans le monde Arabe concernant la situation en Syrie ;
  • Jour après jour, la situation économique se détériore, la pression sur les conditions de vie des masses s’intensifie ;
  • Le régime est cohérent et offre de grandes potentialités. Cinq mois après le début des événements, aucune des institutions de base (le parti, l’armée, la sécurité, les institutions d’État, les ambassades, les organisations populaires, les syndicats, le Front national progressiste…) n’a connu de divisions ;

Assurément, le tableau n’est pas statique, et doit être perçu dans ses aspects dynamiques, son évolution et son développement jour après jour.

Parmi les scénarios possibles :

  • La crise pourrait continuer encore pendant une longue période, menant à d’autres catastrophes, bains de sang et souffrances ;
  • Un effondrement menant à l’anarchie générale, une guerre civile ou quelque chose de ce genre, ouvrant la voie à une intervention extérieure ;
  • Une division claire dans l’opposition peut se produire, faisant en sorte qu’une partie d’entre elle s’ouvre à un dialogue sérieux avec le régime pour parvenir à un nouveau contrat social dans le pays ;
  • Un terme aux divergences d’approches et à l’ « immobilisme » en ce qui concerne les forces du régime ;

Il y a deux issues possibles : soit l’avancée vers une solution politique à la crise rendant possible une fin rapide et définitive, soit la poursuite du recours au traitement sécuritaire de la crise quelqu’en soit le prix.

Il est difficile de prédire la manière dont une solution décisive sera atteinte.

Certains événements inattendus peuvent se produire, poussant tous les partis à trouver un accord, ou à accepter un accord imposé par des puissances étrangères pour aider le pays à trouver une issue au tunnel dans lequel il s’est engouffré.

Où en est le parti désormais ?

Pour commencer, nous aimerions attirer votre attention sur le fait que notre parti a envoyé un mémorandum au commandement régional à la veille de la 10ème conférence nationale du parti Baath en 2005. Le parti a demandé à ce que l’État soit séparé du parti, que la démocratie et les libertés soient garanties, que les lois d’urgence soit levées, qu’une loi démocratique pour les partis soit adoptée, que les prisonniers d’opinion et politiques soient libérés, que l’on mette un terme à la domination du parti Baath sur les syndicats, que la corruption soit combattue, etc.

En outre, nous tenons à ajouter que le parti a affirmé, dans tous les documents adoptés dans la dernière période, qu’il soutenait la position nationale de la Syrie.

Pour réaliser cet objectif, les besoins sociaux, économiques et démocratiques des masses populaires doivent être satisfaits. Nous avons discuté en détail de ces revendications dans nos conférences et documents.

Dans son analyse de la crise profonde actuelle de notre pays, notre parti avait indiqué clairement que la principale contradiction se trouve entre la formule politique selon laquelle le pays est gouverné depuis des décennies et les revendications de démocratie, de développement social, économique et culturel dont a besoin la société Syrienne.

Le fond de notre position, c’est que cette formule politique repose sur le monopole de l’autorité par le parti Baath, la tutelle sur le mouvement populaire et ses organisations. Cette formule a mené à la décadence et à la bureaucratie, et à la corruption de l’appareil d’État. Par conséquent, les plans de réforme économique et sociale doivent être pris en considération, mis au niveau des exigences de progrès.

En bref, notre parti estime que le fond de la crise actuelle réside dans le décalage entre la structure du régime et les tâches que doit affronter la Syrie. Dans le même temps, le parti insiste sur le fait que l’ennemi et les forces impérialistes font de leur mieux pour utiliser ce décalage interne pour rendre possible la conjuration contre la Syrie, et l’utiliser comme un cheval de Troie pour servir son objectif bien connu, comme nous l’avons mentionné ci-dessus.

En conséquence, le Parti communiste syrien (unifié) n’est pas neutre pour ce qui est de l’alternative nécessaire, d’une part, et des moyens nécessaires pour atteindre cet objectif, d’autre part.

Une solution politique passant par la poursuite de réformes véritables et radicales est la seule issue à la crise. Les mesures sécuritaires ne font que développer les facteurs de la crise, et l’approfondir toujours plus tout en vidant de son sens le contenu des réformes.

Nous affirmons que la situation actuelle rend nécessaire un dialogue constructif et loyal entre toutes les forces patriotiques et honnêtes, indépendamment des différences d’opinions et d’idées dans l’objectif de parvenir à un accord ou à un plan de réformes radicales répondant aux besoins des masses populaires et des garanties sur la création d’un État civil laïc et démocratique s’opposant aux plans impérialistes et Israéliens dans la région.

Si le dialogue nécessite l’existence d’un climat propice, le dialogue même pourrait contribuer à créer un tel climat, car les autres options ne conduiraient qu’à de nouveaux bains de sang, de nouveaux désastres pour le pays et pour le peuple.

Chers camarades,

Étant donné la faiblesse des médias Syriens face aux gros médias de l’impérialisme, à la mobilisation des forces du monde entier contre la Syrie, et à l’alliance anti-Syrienne composée des puissances impérialistes ainsi que de leurs marionnettes dans la région, y compris la Turquie, qui a adopté une politique pragmatique pour se partager l’hégémonie dans la région avec les pays européens, pour toutes ces raisons, notre parti espère que tous les partis communistes, ouvriers et démocratiques dans le monde contribueront à diffuser ces précisions dans l’opinion publique de leurs pays respectifs.

Ainsi, nous appelons ces partis à soutenir la Syrie car elle est le plus important des pays Arabes à résister aux plans impérialistes de domination du Moyen-Orient, et à s’opposer fermement au plan Américano-Israélien visant à diviser la région en diverses entités communautaires dont le contrôle serait rendu plus facile. La Syrie soutient également la résistance nationale en Palestine, au Liban et en Irak. De plus, elle soutient le droit du peuple Palestinien à libérer ses territoires et à fonder un État national avec Jérusalem comme capitale.

Libye : La Libye ne sera jamais conquise !

TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR

Sept mois  de bombardements  par l’OTAN. Contre des civils, un carnage, de la rapine, des mensonges, de la tromperie, de la diversion et de la désinformation perpétuelle n’ont pas pu arriver à faire plier un peuple de 6 millions d’habitants  et qui vient de surcroit de commencer  sa résistance ! Quelle victoire a bien remporté l’OTAN ? L’OTAN – dont-il ne reste en Libye que la France de Sarkozy et la Grande-Bretagne de Cameron – connait Pyrrhus !

Les retraits des villes des forces armées libyennes est, en effet, purement  tactique car l’OTAN s’en sert comme argument – répondant à son objectif – pour viser les populations en bombardant en permanence les cités, en coupant l’eau et l’électricité mais aussi en empêchant l’approvisionnement des populations en nourriture et médicaments. C’est donc pour protéger les populations, en particulier, que ces retraits sont décidés.

Cette tactique s’avère un piège redoutable.  Malgré le retrait, les « rats » de l’OTAN n’arrivent pas à occuper les villes, y compris Tripoli, car ils rencontrent une forte résistance de la population qui pratique maintenant la guérilla et subissent de lourdes pertes face aux tireurs d’élite et ce, par le témoignage même de « Reuters » qui rapporte que des centaines de cadavres « d’insurgés » jonchent les rues ayant reçu une balle soit au front soit au niveau du cœur. Ceux qui y entre n’en sortent pratiquement jamais. Selon des rapports que la presse ne diffuse pas, les « insurgés » refusent  les ordres d’avancer. La débandade et la démoralisation sont réelles sur tous les fronts. De plus, l’OTAN n’arrive plus à mobiliser car la « chair à canon » n’est pas illimitée. Elle n’arrive plus à remplacer les centaines de morts que lui infligent les forces libyennes composées  de dizaines de milliers de volontaires libyens (les renforts des tribus arrivent tous les jours) et de l’armée. Elle n’arrive pas aussi à renforcer  un front par le transfert par manque d’effectifs au risque d’en dégarnir un autre.

Combien l’OTAN a bien pu avoir mobilisée ? 6000, 10 000 ? Exagérons à 20 000 !! Elle en a sacrifiée combien de ces clowns, sales, affreux et désorganisés ? Bien plus de 10 000.  Il reste disons  10 000 au maximum (sans possibilités de remplacement sinon pourquoi  en importer),  totalement démoralisés car se sachant vaincus, sans but que de se faire un « capital » par le vol et la rapine (puis déguerpir), actes qui deviennent de moins en moins possibles depuis que les Libyens ont totalement réorganisés leurs troupes, changés de stratégie et de tactique face à la folie, aux turpitudes,  l’empressement, la précipitation et les tâtonnements  de l’OTAN.  Donc 10 000 face à des dizaines de milliers motivés car défendant une cause juste ; leur pays et leur honneur ayant l’avantage du terrain, l’endurance et le temps. Au vu de l’évolution des choses ce nombre restant – inextensible – sera réduit à zéro en moins d’un mois !

C’est dans le sens de l’échec qu’il faut comprendre la diversion de Sarkozy et Cameron, singés par le vassal Erdogan de Turquie,  à l’approche de la réunion du Conseil de Sécurité même s’il ne faut pas trop y compter. C’est bien de sortir de ce guêpier aux conséquences politiques et économiques, voire personnelles, désastreuses. « Nous vous avons aidé dans votre révolution, vous voici donc à la capitale, à vous de poursuivre maintenant les réformes en tenant vos promesses. Nous on se retire » semblent dire ces deux idiots utiles, à un CNT qui s’avère être un ramassis hétéroclites de bras cassés, désunis, incompétents,  sans consistance et sans vision ni projet.  Même l’ONU, si force de « police internationale» de 5 000 hommes il y aura,  ne sera d’aucun secours ou utilité face à un peuple déterminé à défendre son pays. Le pétrole tant convoité ne dépassera pas les côtes libyennes. Il sera visé en priorité avec ses sociétés prédatrices, ses personnels, ses bateaux, ses pipe-lines  etc.  Toutes les forces étrangères,  sur le sol libyen, seront la cible légitime des Libyens. Elles seront terrorisées et traquées en permanence jusqu’à leur disparition.

L’enlisement est bien visible. La Libye ne sera jamais conquise. L’OTAN n’est plus qu’un géant aux pieds d’argile, l’ONU une escroquerie, les médias un instrument de propagande, les « journalistes » désormais des propagandistes et agents doubles, au service de la « démocratie » des « libertés » imaginaires, bien plus au service des mensonges et des leurres ! Le monde doit donc être refait sur d’autres bases, d’autres règles, d’autres pôles. L’échec est le débouché inexorable de tout ce qui est construit sur du faux, le mensonge, la falsification et l’escroquerie !

La Libye est bien l’endroit où les prétendues « valeurs universelles », dont se prévaut l’Occident autoproclamé « gardien du bien »,  sont mises à nues en s’avérant tromperies, où les institutions et organisations dites « internationales » chargés de défendre des droits, des principes et prévenir les conflits, se confirment être des instruments de domination et hégémoniques au service du Grand capital.

Sarkozy vous invite au buffet de la Libye

1er septembre 2011

La conférence des amis de la Libye

On dit, « Paris convie les amis de la Libye »… On prépare la table pour charcuter et dépecer la prise. Le convivial Sarkozy et autres bienfaiteurs de l’humanité sont déjà à planifier « l’après-Kadhafi ».

Les États-Unis avaient offert une aide au CNT (Conseil National de Transition) de 1,5 milliards. Mais L’Afrique du Sud a appliqué son droit de véto. N’en déplaise, les avoirs de « Kadhafi », qualifiés de plusieurs milliards de dollars, seront débloqués.

Une aide serait offerte par la France pour la …rentrée scolaire en septembre. Ce qui s’ajoute aux « armes légères données par « La France » aux rebelles libyens en juillet au sud-est de la Libye… Parole de Sarkozy… Mais pas de forces spéciales : seulement des observateurs.

Dans le langage du renseignement, on sait ce qu’est un observateur… Le mot – pris au sens primaire – fait allusion a une forme de voyeurisme. Parlons de voyeurisme « actif »…

Le dictionnaire des politiciens est semblable à un pistolet muni d’un silencieux…

Pouf ! et non bang…

On parle avec un oreiller sur le canon.

Pendant ce temps, aux USA, on préparait une éventuelle occupation de la Libye. Sans doute pour s’assurer du bon déroulement de la démocratie. Comme en Irak… Là où on semble avoir fait des tentes de beaux buildings pour ce que certain nomment déjà le IVe Reich !

Des amis en 2007

Kadhafi appelait Sarkozy son « frère », et l’actuel ambassadeur de France en Tunisie son « fils »…

Au lendemain de la libération des infirmières bulgares et du médecin d’origine palestinienne, nationalisé bulgare, emprisonnés pendant plus de huit ans en Libye, le président français, Nicolas Sarkozy, effectue une visite hautement symbolique à Tripoli, mercredi.

Manifestation de la normalisation des relations entre la Libye et les Européens, le chef d’État français a été accueilli par le dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, dans une rencontre visant à resserrer les liens entre les deux pays.

À l’issue de leur rencontre, a été annoncée la signature d’un mémorandum d’entente dans le domaine de l’énergie nucléaire civile. Selon un haut responsable français, l’accord prévoit la fourniture d’un réacteur nucléaire pour permettre à la Libye de désaliniser de l’eau de mer. Source : RC

Voici le texte de Radio-Canada (en partie) annonçant les détails de cette « grande fête » de la démocratie…

Une « grande conférence internationale » sur l’avenir de la Libye post-Kadhafi se déroulera à Paris le 1er septembre, a indiqué mercredi le président français, Nicolas Sarkozy.

Le chef d’État français en a fait l’annonce à l’issue d’un entretien avec Mahmoud Jibril, premier ministre du Conseil national de transition de la Libye (CNT), l’organe politique des rebelles, que la France a été la première à reconnaître.

La conférence des « amis de la Libye », également organisée par la Grande-Bretagne, ira au-delà du groupe de pays ayant participé aux opérations militaires, a précisé M. Sarkozy. Elle réunira notamment la Chine, la Russie, le Brésil et l’Inde ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

La date symbolique du 1er septembre marquera l’anniversaire du coup d’État ourdi par le colonel Mouammar Kadhafi, en 1969, a ajouté le numéro deux de la rébellion libyenne.

Celui-ci a dit espérer que la conférence « constituera un nouveau symbole pour les Libyens, pour la reconstruction de la Libye sur la base de la justice et de la démocratie ».

« Ce sera l’occasion pour le CNT d’expliquer à la communauté internationale comme elle peut l’aider sur le chemin d’une Libye libre, démocratique et unifiée, et pour tous ceux qui veulent soutenir la Libye de discuter le rôle qu’ils peuvent y jouer », a pour sa part précisé le premier ministre britannique, David Cameron, dans un communiqué.

Quatre ans après avoir reçu en grande pompe le colonel Kadhafi, le président français a par ailleurs exprimé la volonté de la France de poursuivre les opérations militaires contre les forces du colonel Kadhafi aussi longtemps que le CNT le jugera nécessaire. « Les opérations cesseront lorsqu’elles n’auront plus lieu d’être, et elles n’auront plus lieu d’être lorsque M. Kadhafi et ses séides ne constitueront plus une menace pour le peuple libyen », a-t-il déclaré.

M. Jibril a de son côté indiqué que la transition politique en Libye devrait passer par la formation d’une conférence interrégionale, qui désignerait une commission, laquelle rédigerait ensuite une Constitution, qui serait soumise à un référendum. Des élections se tiendraient par la suite dans un délai de quatre mois.

Le CNT prévoit également former une nouvelle armée et une nouvelle force de police avec les combattants engagés informellement dans l’insurrection, a-t-il poursuivi.

M. Jibril a ajouté avoir demandé à la France un appui spécifique pour l’aide médicale aux blessés du conflit et pour la préparation de la rentrée scolaire, en septembre.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/08/24/005-libye-diplomatie-conference-paris.shtml

Mais, le 26 février, on a voté une interdiction de voyage à l’ONU pour Kadhafi…

Il n’ira pas loin… Quoiqu’il se soit vanté de s’être promené dans Tripoli, incognito… En quémandant un peu, il pourra sans doute amasser suffisamment d’argent pour un billet d’avion, payé par les étatsuniens, la France, et Mister Cameron.

Gaëtan PELLETIER

URL de cet article 14475 http://www.legrandsoir.info/sarkozy-vous-invite-au-buffet-de-la-libye.html

Guerre Coloniale De L’OTAN En Libye : Les Pervers De L’UMP Applaudissent Au Pillage du Pétrole, du Gaz, A La Ruée Vers L’Or de Tripoli

« Je n’aime pas les grands mots, mais ce que je vois c’est le commencement d’une deuxième colonisation de l’Afrique » Lode Vanoost ancien porte parole du parlement belge.

Actualisation de la situation en Libye. NE CROYEZ PAS LES MEDIAS A LA SOLDE DES MARCHANDS DE CANON ET BANQUIERS ET LEURS LARBINS UMPS & C°

L’arrogance affichée par les élites politiques perverses de l’UMPS dans leurs propos concernant la situation en Libye après 6 mois de bombardements intensifs de l’OTAN qui ont fait des milliers de victimes civiles libyennes surtout ces derniers jours où ils ont redoublé d’intensité montre à quel point la seule chose qui les intéresse c’est la main mise sur le pétrole et le gaz libyens par leurs donneurs d’ordre les multinationales qui piétinent d’impatience de pouvoir acheter les truands/al Qaeda/royalistes libyens – qui sans l’aide de l’OTAN mais surtout de la France la Grande Bretagne et les US sans oublier le Qatar n’auraient rien pu faire et restent de surcroit divisés – pour pouvoir impunément comme au temps des colonies piller le peuple libyen.

C’est surprenant que pendant 6 mois la situation soit restée bloquée malgré ces bombardements criminels de l’OTAN et que brusquement les médias propagandistes crient victoire en montrant des scènes de liesse dans Tripoli le peuple de Tripoli supposé acclamé en libérateurs ces terroristes du CNT. Des évènements non confirmés pour l’heure par des journalistes honnêtes (il en reste quelques uns) actuellement sur place. Il serait fort étonnant quand on connaît l’animosité existante entre les « traîtres » de Benghazi et la majorité de la population de Tripoli que cette dernière se réjouisse de la « victoire » de cette bande de fanatiques supplétifs de l’OTAN.

Pour expliquer cette fulgurante avancée des gangs du CNT dans Tripoli certains avancent le soutien inconditionnel par la puissance de feu aérien et maritime en violation de la Résolution 1973 du CSONU de l’OTAN le déploiement de forces spéciales au sol pour entraîner les rebelles et effectuer des missions de reconnaissance et repérage de cibles, mais aussi lors de l’avancée sur et dans Tripoli de leurs participation aux combats.

L’OTAN ne dissimule même plus la présence de «bottes au sol» de même que ceux qui ont voté pour la Résolution 1973 oublient désormais dans leur précipitation de crier victoire de mentionner la «protection des civils» affirmant haut et fort que «Kadhafi doit partir» prouvant ainsi à tous ceux qui ont soutenu stupidement cette «guerre humanitaire» que l’objectif réel était bien un «changement de régime» pour une recolonisation et un pillage de la Libye.

On parle moins de l’importante réserve d’or possédée par le peuple libyen. La Libye dispose d’une réserve de 143.8 tonnes. Dans le contexte actuel de crise économique avec des banques en manque de liquidité cet or libyen détenu par la Banque Centrale Libyenne est fortement convoité et ce d’autant plus que le président du Venézuela, Hugo Chavez, vient d’annoncer la nationalisation de l’exploitation de l’or dans son pays qui possède d’importantes ressources minières mais aussi le rapatriement et le transfert de ces réserves d’or soit au Venezuela soit dans des pays amis tels la Russie, la Chine…

D’où le vent de panique qui souffle dans le monde des banques notamment américaines et européennes obligées de se séparer de ce magot et la flambée actuelle de l’or.

Mais cette flambée de l’or peut aussi s’expliquer par le fait qu’il soit possible que les 143.8 tonnes d’or de la Libye ne soit plus à Tripoli mais ait été transférés ailleurs dans un pays ami qui partageait avec Kadhafi le souci de faire directement profiter le peuple de ses richesses en ressources naturelles en instaurant l’accès gratuit aux soins à l’éducation, des aides aux logement, bref en développant et consolidant un « état providence » tant décrié par les élites néo libérales cupides qui applaudissent aux massacres de civils en Libye.

Alors pure coïncidence cette « Ruée vers l’Or « sur Tripoli de l’OTAN et ses gangs armés de supplétifs du CNT ?

Comme l’a déclaré si justement l’ancien porte parole au parlement belge, Lode Vanoost le 22/08/2011 au site russe RT :

« L’opération de l’OTAN en Libye est un spectacle politique parfaitement orchestré qui marque le début d’une deuxième colonisation de l’Afrique. Les US et l’UE ont de très bons analystes professionnels…

« Ils ne vont pas le dire à haute voix mais ils savent parfaitement bien qu’il n’y aura pas de transition en douceur et pacifique en Libye. C’est là-dessus qu’ils comptent. Cela va leur donner une parfaite excuse pour intervenir militairement au sol.

« Je n’aime pas les grands mots mais ce que je vois c’est le commencement d’une deuxième colonisation de l’Afrique. »

Il a prédit que l’OTAN ne se retirerait pas de Libye à la fin de son mandat en Septembre.

Actualisation sur la situation en Libye