Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: ICC-services

BENIN : Discours du Chef de l’Etat – l’affaire Icc services et l’avenir de la Lépi aux oubliettes

Dans le discours à la nation du Chef de l’Etat, prononcé le 31 Juillet dernier dans le cadre de la commémoration de l’accession du pays à la souveraineté internationale, il a omis certains dossiers d’intérêt national. Le sort des détenus et victimes du scandale Icc Services et Consorts et l’avenir de la Liste électorale permanente informatisé(Lepi) sont passés sous silence. Et…

Pendant que certains observateurs qualifient l’adresse à la nation du président de la république à l’occasion du 1er Aout de discours complet annonçant les grands enjeux de l’heure du pays, l’on doit accepter qu’elle n’aborde pas des questions non moins importantes de l’actualité nationale suscitant toujours des interrogations chez les citoyens. Icc Services et Consorts et leurs victimes aussi bien spoliés que détenus, la Lepi , avec ses imperfections et les nombreux laissés pour compte ont été occultés. S’il faut reconnaitre que du côté des spoliés de Icc Services et Consorts la commission mise sur pied à cet effet œuvre pour le début du remboursement de l’argent aux victimes des micro-structures appelées Consorts et la vente aux enchères des biens saisis devant permettre la satisfaction de celles de la structure mère qu’est Icc Services, du côté des détenus c’est toujours le mutisme des autorités sur leur sort. Et les populations s’attendaient à ce que Boni Yayi s’y prononce, notamment celui de l’ex-procureur de la République. Rien n’est dit depuis lors sur les tractations judiciaires devant décider de leur devenir. L’autre question d’intérêt national dont le Chef de l’Etat n’a pas fait mention et qui mérite commentaire est celle de la Liste électorale permanente informatisée(Lepi). Si l’établissement de la Lepi est un pas significatif du Benin dans l’apprentissage de la démocratie, tous les acteurs politiques du pays aussi bien de la mouvance que de l’opposition ont reconnu que le processus de l’établissement de ladite liste a connu des anicroches la tachant d’irrégularités. Selon les chiffres avancés par les différentes parties, plus d’un million de béninois en âge de voter n’avaient pu se faire enregistrer. Et après que les différentes institutions impliquées dans l’établissement de ladite liste aient remis leurs rapports au Chef de l’Etat, nombre d’observateurs s’attendaient à ce que Boni Yayi en fasse cas de la suite que connaitra la liste dans ce discours de la première commémoration de l’indépendance de son second quinquennat annonçant les grands chantiers de ce dernier. Plus rien n’a été dit sur les actions à mener pour la parfaire, la commission internationale d’audit proposée au moment où la divergence sur la crédibilité de la liste battait son plein est déjà oubliée. L’on se demande si le pouvoir va attendre la veille d’une autre échéance électorale pour s’activer à faire de la mauvaise manière une chose qui aurait pu être mieux faite plutôt. Aussi bien sur l’affaire Icc Services et Consorts que sur la suite de la Lepi, des interrogations subsistent et le peuple attend avec impatience les réponses du « Changeur » devenu, après l’échec du changement, « Refondateur ».

http://www.lanouvelletribune.info/i…

BENIN : Candidatures des promoteurs de structures de placements aux Législatives – L’immunité parlementaire comme bouclier ?

Alors que la question des spoliés par les structures de placement illégalement installés au Bénin n’est pas définitivement réglée, à la lecture de listes en lice pour les Législatives, on se rend compte que nombre des responsables des structures de placement d’argent sont en compétition. Pour une immunité parlementaire, parviendront-ils à leurs fins ?

Représenter la cause des populations en bon député ou se refugier au Parlement pour jouir de l’immunité parlementaire et échapper à l’épée de Damoclès liée au dossier d’escroquerie qu’est le placement d’argent au Bénin ? C’est là la question qui pour l’heure agite l’esprit de nombre de Béninois au lendemain de la publication par la Céna des listes pour les législatives.

En effet, suite à la banqueroute de ICC-services, structure pionnière du placement d’argent au Bénin, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures aussi bien conservatoires que judiciaires pour couper court à   l’activité financière l’illégale en plein essor dans le pays. Lesquelles mesures ont induit l’arrestation des responsables de ICC-Services et la saisie de tous leurs biens, le gel des comptes de toutes les structures de placement, et une procédure judiciaire intentée contre tous les promoteurs de structures illégales de placement d’argent. Autant donc d’actions qui auront laissé sur leur faim les spoliés qui à ce jour attendent de rentrer en possession de leurs mises.

Le hic, c’est qu’au lendemain de la publication des listes pour les législatives par la commission électorale nationale autonome, nombre de promoteurs de ces structures de placement sont comptés sur les listes. Ce qui amène à se demander à quelle fin déposent-ils leurs candidatures ? Est-ce pour jouer le rôle de défenseurs des causes des populations à la base en participant aux activités de la représentation nationale ou cherchent-ils plutôt refuge au parlement pour bénéficier de l’immunité parlementaire les quatre prochaines années de sorte à échapper au risque d’une arrestation lorsque s’éclatera le dossier qui est pendant devant les juridictions de notre pays?

En prononçant son discours d’investiture à Porto-Novo le 6 avril dernier, le réélu président de la république, le président de la République promettait une fois encore de mettre tout en œuvre pour que le plus tôt possible les spoliés des structures de placement soient remboursés. Alors la question qui se dégage de cette promesse du chef de l’Etat est de savoir de quel moyen usera-t-il pour forcer la main aux autres promoteurs de structures de placement quand on sait que ceux de ICC-Services sont déjà mis en détention et dépouillés de tous les biens ?

Car, on pourrait sans trahir aucun secret affirmer que les autres responsables de structures ne sont aucunement inquiétés, non pas parce qu’ils disposent des ressources nécessaires mais parce que le dossier semble perdre de son caractère d’urgence et tend à devenir uniquement une affaire proprement Icc-services. S’il est vrai que c’est cette dernière structure qui a révélé très tôt son incapacité à faire face à ses engagements vis-à-vis de ses clients, il faudra également reconnaitre que les autres n’en sont pas moins débitrices pour n’avoir pu rembourser leurs clients suite à la procédure de remboursement. Ce qui d’ailleurs a confirmé le caractère redoutable de l’activité. Pour l’heure les promoteurs sont dans la course aux sièges de députés. Les observateurs y voient non seulement une intention d’échapper à la justice mais également une malhonnêteté de ces promoteurs vis-à-vis de leurs clients. Car disent-ils les moyens qui serviront à ces structures dont plus de six responsables d’une seule structure sont candidats pourraient servir à rembourser des centaines de spoliés.

Voilà qui devrait donc remettre de l’eau au moulin de la justice béninoise qui vient d’avoir la preuve que loin de l’incapacité dont font montre ces promoteurs, il s’agit bien d’une mauvaise foi. Ce qui ramène les observateurs à établir une relation avec le cas Vodonou qui estiment que des dispositions doivent être prises afin que les citoyens qui ont des dossiers pendants devant une juridiction ne doivent pas entrer en lice pour les consultations électorales en l’occurrence les législatives qui donnent une part de couverture aux concernés. En attendant d’étudier la faisabilité d’une telle disposition règlementaire ; les spoliés, toujours insatisfaits attendent d’être remboursés. Pendant ce temps leurs débiteurs s’investissent à trouver refuge au parlement.

Vitali Boton

Par Adjinakou