Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: investiture ouattara

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara enfin investi comme préfet de Côte D’Ivoire

Le jour tant attendu est arrivé et même passé. Ce jour-là c’est le 21 Mai 2011 qui marque la fin de l’indépendance de Côte d’Ivoire et le début officiel de la recolonisation et l’esclavage de la Côte d’Ivoire version Sarkozy avec comme préfet Alassane Dramane Ouattara.

Vous avez dit préfet? Oui, le Préfet de Côte d’Ivoire car cette n ième cérémonie qui montre qu’Alassane n’est toujours pas Président de Côte d’ Ivoire malgré toute cette illusion qu’il se fait, Mme Henriette Dagri Diabaté dans son allocution l’a appelé M. le Préfet. Et ce mot n’est pas passé inaperçu devant les milliers de journalistes et invités de cette cérémonie. Comme quoi, Dieu fini toujours par dévoiler la nature réelle des personnes en présence.
Aussi, pour montrer qu’il est le nouveau prefet établi de Côte D’Ivoire, dans son discours, Alassane dit ceci :

‘‘La Côte d’Ivoire n’oubliera jamais ceux qui nous ont soutenus durant ces moments décisifs. Merci à tous. Excellence, Mesdames et Messieurs, vous permettrez de citer tout particulièrement la France. La France avec laquelle la Côte d’Ivoire a des liens historiques et une vision commune de l’avenir’’.

Cela a convaincu plus d’un qu’il n’est pas élu mais imposé. Ce n’est pas du fanatisme mais des faits que nous rapportons.

Mais il ne s’arrête pas là, il s’adresse maintenant à Sarkozy en ces termes :

‘‘Monsieur le président Sarkozy, le peuple de ivoirien vous dit un grand merci. Oui, un grand merci pour votre engagement dans la résolution de la crise ivoirienne sous mandat des Nations Unies qui ont permis de sauver des nombreuses vies. Nous serons toujours reconnaissants.’’
Pour dire qu’il doit sa place à Sarkozy, confirmant ainsi cette appellation de Henriette Diabaté : ‘‘M. le Préfet’’.

Alassane ayant été fait préfet de la France en Côte D’Ivoire, avec la Côte d’Ivoire comme un département français, ce qui restait à faire c’était de donner la feuille de route au nouveau préfet. Alors la présence de Sarkozy devait s’interpréter dans ce sens. Sarkozy est venu en Côte D’Ivoire pour donner non seulement sa feuille de route à Alassane mais aussi et surtout pour mettre fin à l’indépendance de la Côte D’Ivoire car souvenez-vous, le Président constitutionnel son Excellence Laurent Gbagbo disait ceci: ‘‘La Côte D’Ivoire n’est pas indépendante, car nous sommes indépendant théoriquement mais pas dans les faits’’. Et bien Sarkozy est venu concrétiser cette non-indépendance.

Annonçant les couleurs, Sarkozy informe les ivoiriens qu’ils sont dans un département français et donc de ce fait il maintient la présence des forces française en Côte d’Ivoire. Il fait nommer des fonctionnaires français dans l’administration du préfet Ouattara qui seront payé avec l’argent du contribuable ivoirien.

Au même moment la date des législatives ivoiriennes est dévoilée par le ministre belge des Affaires étrangères, indiquant qu’elles se tiendront dans le mois de novembre 2011.

Source: Wikilibre – Infodabidjan.net

Investiture à Yakro/Henriette Diabaté à Alassane : « Monsieur le Préfet… »

– Le Temps – Fantastique Henriette Dagri Diabaté ! Cette dame, c’est la toute nouvelle Grande Chancelière de la République de Côte d’Ivoire. Nommée par Dr Alassane Dramane Ouattara. Lors de la cérémonie d’investiture de ce dernier, à Yamoussoukro, le 21 mai 2011, devant le parterre de personnalités venues du monde entier, elle a fait parler son subconscient. On la sentait imbibée de joie. La joie de ses nouvelles fonctions. Première femme Grande Chancelière de notre pays. Comme une petite fille grisée par la folie d’un présent inespéré, elle vit sa joie devant un Nicolas Sarkozy tout aussi heureux d’avoir réussi son affaire. Et elle loue son bienfaiteur, Alassane Ouattara. Mais dans son discours de louange, visant à lui mettre la grande Croix, Dagri Diabaté sort ce que le monde entier sait, mais que Ouattara ne veut pas entendre sur son compte. Elle dit : « Monsieur le Préfet… » là où il faut dire « Monsieur le Président… » Et cela, de son intelligible voix épanouie par la grâce de la charge de Grande Chancelière. Le lapsus a retenti. Il est bien remarquable. Bien remarqué et retenu. Aléa du direct. Voilà ! Mais elle s’est ressaisie pour dire « Monsieur le Président… » et continuer sa cérémonie. Dagri la Grande Chancelière était pimpante. Qui est Préfet ? Préfet de quel pays ? Nommé par quel chef d’Etat ? Toutes ces questions avaient leurs réponses dans la salle. Ado la regarde, persuadé qu’elle est émue. La France a envahie Yamoussoukro et la salle avec ses hommes politiques et ses soldats. Sarko est là, l’œil paternel. Qui encore serait utile à la remise en place de la colonisation ? Personne. Henriette Dagri Diabaté a donc fait exploser le lapsus : « Monsieur le Préfet… » Quelqu’un d’autre l’aurait dit qu’il aurait essuyé le feu de Monsieur le Président Ouattara. Mais c’est sa « Tantie » elle-même qui le rappelle, devant le monde entier, face aux caméras venues de partout. « Monsieur le Préfet… » ! Tci, cette télévision pour la propagande de Ouattara peut effacer le lapsus de « Tantie ». France 24 peut le biffer. Mais les autres télévisions du monde, qui l’on capté en direct, ainsi que tous ceux qui ont enregistré la cérémonie conserve le sacré lapsus. Henriette Dagri Diabaté  a été trahie par sa langue. Aurait-elle déjà discuté en privé de ce sujet  avec des proches ? Que Ouattara faisait vraiment «le Préfet… » ou que ses détracteurs le prenaient pour un « Préfet » ? Comment cela a-t-il pu sortir de sa bouche avec autant de justesse ? « Monsieur le Préfet… » Et dire que Ouattara a voulu faire la peau à des journalistes pour cette appellation passée désormais dans le domaine public ! Mais « Tantie » Dagri Diabaté  l’a prononcé sans que le toit de la Fondation Houphouët-Boigny ne tombe sur la tête des invités de la cérémonie d’investiture du Dr Alassane Ouattara. Le débat est donc clos. Puisque le terme est « désacralisé ».

Germain Séhoué

Les présidents présents à l’investiture d’Alassane Ouattara

YAMOUSSOUKRO – Voici les principaux chefs d`Etat présents samedi à Yamoussoukro à la cérémonie d`investiture d`Alassane Ouattara comme nouveau président de la Côte d`Ivoire :

– Nicolas Sarkozy (France)

– Goodluck Jonathan (Nigeria), président en exercice de la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`Ouest (Cédéao)

– Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale), président de l`Union africaine (UA)

– Blaise Compaoré (Burkina Faso)

– Abdoulaye Wade (Sénégal)

– Alpha Condé (Guinée)

– Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie)

– Faure Gnassingbé (Togo)

– Mahamadou Issoufou (Niger)

– Ellen Johnson Sirleaf (Liberia)

– Ernest Koroma (Sierra Leone)

– Amadou Toumani Touré (Mali)

– John Atta-Mills (Ghana)

– Boni Yayi (Bénin)

– Malam Bacaï Sanha (Guinée-Bissau)

– Paul Biya (Cameroun)

– Idriss Deby (Tchad)

– Denis Sassou Nguesso (Congo)

– Ali Bongo (Gabon)

Autres personnalités et dirigeants:

– Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies

– Kgalema Motlanthe, vice-président d`Afrique du Sud.

– Raila Odinga, Premier ministre du Kenya et ancien médiateur dans la crise ivoirienne

http://www.abidjandirect.net/index2.php?page=poli&id=1288

Cote d’Ivoire : Paul Yao N’Dré reçu par Allassane Ouattara, investiture en Mai

Alassane Ouattara, Président installé par la communauté internationale, a reçu jeudi soir à Abidjan le président du Conseil constitutionnel, qui avait proclamé Laurent Gbagbo réélu après le scrutin de novembre 2010,selon des informations provenant du Golf hôtel.

Alassane Ouattara a reçu durant environ trois quarts d’heure le président du conseil constitutionnel à son QG du Golf hôtel d`Abidjan.

« Nous sommes tous responsables de ce qui est arrivé: le président actuel, le président parti, (Laurent Gbagbo), les citoyens, les médias, tout le monde est responsable », aurait-il dit.

Le chef de l’Etat installé par la communnaté internationale dirige la Côte d’Ivoire depuis que le président ivoirien Laurent Gbagbo a été enlevé par la force Licorne le 11 avril et remis aux combattants pro-Ouattara.

Le 3 décembre 2010, le Conseil constitutionnel, plus haute juridiction du pays avait proclamé Laurent Gbagbo réélu avec 51,45% des suffrages au scrutin du 28 novembre.
« Il faut reconstruire la Côte d`ivoire, tout le monde, dans un élan de solidarité, d`amour et de fraternité », aurait ajouté Paul Yao N`Dré.

M. Ouattara a prévu d`être investi prochainement lors d`une cérémonie, mais a souhaité être proclamé officiellement chef de l`Etat par le Conseil constitutionnel, la plus haute juridiction du pays.

Le contentieux électoral né du scrutin du 28 novembre s’est transformé en un conflit armé suite à l’intervention armée de la France et de l’ONU (Organisation des Nations Unies) aux côtés de la rébellion soutenant Alassane Ouattara.

Le Conseil Constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des présidentielles, avait constaté la victoire du Président Gbagbo. Young Jin Choi, représentant de l’ONU avait lui proclamé Ouattara vainqueur, justifiant l’enlèvement du Président légitime par la coalition armée pro-Ouattara.

reponse_cc_ado_1.pdf reponse_cc_ado.pdf  (615.74 Ko)