Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: Ronald Reagan

Dire adieu aux armes nucléaires, par Mikhaïl Gorbatchev

MOSCOU – Il y a vingt-cinq ans ce mois-ci, j’étais assis en face du président américain Ronald Reagan à Reykjavik, en Islande, pour négocier un plan qui visait à réduire, et à éliminer totalement à l’horizon 2000, les terrifiants arsenaux d’armes nucléaires détenus par les Etats-Unis et l’Union soviétique.

Malgré nos divergences, Ronald Reagan et moi partagions la ferme conviction que les pays civilisés ne devaient pas faire d’armes aussi barbares le pivot de leur sécurité. Même si nous ne sommes pas parvenus à concrétiser nos aspirations les plus élevées à Reykjavik, le sommet fut néanmoins, selon les termes de mon ancien homologue, « un tournant fondamental dans la quête d’un monde plus stable et plus sûr ».

Les années qui viennent risquent de déterminer si notre rêve partagé de débarrasser le monde des armes nucléaires se réalisera ou non.

Les critiques du désarmement nucléaire le présentent comme irréaliste au mieux, et au pire comme un rêve utopiste et dangereux. Ils avancent la « longue paix » de la Guerre froide comme preuve du fait que seule la dissuasion nucléaire est en mesure d’éviter une nouvelle guerre majeure.

En tant que personne ayant eu la maîtrise de ces armes, je ne suis absolument pas d’accord avec ce point de vue. La dissuasion nucléaire a toujours été un garant brutal et fragile de la paix. En ne parvenant pas à proposer un plan convaincant de désarmement nucléaire, les Etats-Unis, la Russie et les autres puissances nucléaires dessinent par leur inaction un avenir dans lequel les armes nucléaires seront fatalement utilisées. Nous devons prévenir cette catastrophe.

Comme moi-même, George P. Shultz, William J. Perry, Henry A. Kissinger, Sam Nunn et d’autres le disions il y a cinq ans, la dissuasion nucléaire devient de moins en moins fiable et de plus en plus dangereuse à mesure qu’augmente le nombre d’États dotés de l’arme nucléaire. A moins de guerres préventives (qui se sont révélées contreproductives) ou de sanctions efficaces (qui se sont jusqu’à présent révélées insuffisantes) seules des mesures sincères tendant à un désarmement nucléaire peuvent nous donner la sécurité mutuelle nécessaire à l’acceptation de compromis difficiles sur le contrôle des armements et les questions de non-prolifération.

La confiance et l’entente mutuelles établies à Reykjavik ont ouvert la voie à deux traités historiques. Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1987 a éliminé les inquiétants missiles de frappe rapide qui menaçaient alors la sécurité de l’Europe. Et le Traité de réduction des armes stratégiques (START I), signé en 1991, a réduit les énormes arsenaux nucléaires américain et soviétique de plus de 80 pour cent en une décennie.

Mais les perspectives actuelles de progrès sur le contrôle des armements et la non-prolifération se sont assombries en l’absence d’une volonté crédible de désarmement nucléaire. J’ai appris durant ces deux longues journées de négociations à Reykjavik qu’elles peuvent être aussi constructives que difficiles. En liant un éventail de questions interconnectées, le président Reagan et moi-même avons bâti la confiance et la compréhension nécessaires à la modération d’une course aux armements nucléaires sur laquelle nous avions perdu tout contrôle.

En rétrospective, la fin de la Guerre froide a annoncé l’émergence de capacités de persuasion et d’un nouvel ordre mondial plus troublés. Les puissances nucléaires doivent à présent se conformer aux exigences du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de 1968 et reprendre des discussions de « bonne foi » sur le désarmement. Ce retour à la table des négociations permettrait d’augmenter le capital moral et diplomatique dont disposeraient les négociateurs cherchant à limiter la prolifération nucléaire dans un monde où plus de pays que jamais ont les moyens de se doter de l’arme nucléaire.

Seul un programme sérieux de désarmement nucléaire universel peut apporter l’assurance et la crédibilité nécessaires à l’établissement d’un consensus global sur le fait que la dissuasion nucléaire est une doctrine qui a fait son temps. Nous ne pouvons plus nous permettre, que ce soit politiquement ou financièrement, de continuer avec ce système actuel discriminatoire de pays dotés et de pays non-dotés de l’arme nucléaire.

Reykjavik a prouvé que l’audace est payante. En 1986, les conditions étaient loin d’être favorables à un traité de désarmement. Avant que je devienne le dirigeant de l’Union soviétique en 1985, les relations entre les deux superpuissances de la Guerre froide étaient au plus bas. Ronald Reagan et moi sommes pourtant parvenus à créer un réservoir d’esprit constructif grâce à des échanges constants et des entretiens face à face.

Il semble qu’il manque aujourd’hui des dirigeants ayant l’audace et la vision pour établir la confiance permettant de replacer le désarmement nucléaire au centre d’un ordre mondial pacifique. Les difficultés économiques et la catastrophe de Tchernobyl nous ont poussés à agir. Comment se fait-il que la « Grande récession » et la catastrophe de Fukushima n’aient pas entraîné la même réponse aujourd’hui ?

Une première étape serait que les Etats-Unis ratifient enfin le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT) de 1996. Le président Barack Obama a approuvé ce traité comme instrument essentiel pour limiter la prolifération et empêcher une guerre nucléaire. Il est temps que Barack Obama honore les engagements qu’il a pris à Prague en 2009, qu’il endosse le rôle de Grand communicateur de Ronald Reagan et persuade le Sénat américain de formaliser l’adhésion des Etats-Unis au CTBT.

Cette évolution inciterait les autres irréductibles – la Chine, l’Égypte, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, Israël, la Corée du Nord et le Pakistan – à réviser leur position par rapport au CTBT. Nous serions alors un peu plus près d’une interdiction totale d’essais nucléaires dans quelque environnement que ce soit – atmosphérique, sous-marin, extra-atmosphèrique ou souterrain.

Une seconde étape nécessaire serait pour les Etats-Unis et la Russie de donner suite à l’accord New START et d’entreprendre des réductions plus importantes des têtes nucléaires, en particulier des armes tactiques et de réserve qui n’ont aucune utilité, qui gaspillent des fonds et menacent la sécurité. Cette étape doit être liée à l’imposition de limites sur les boucliers de défense antimissile, l’un des principaux points d’achoppement du sommet de Reykjavik.

Un Traité sur l’interdiction de la production de matières fissiles (FMCT), sur lequel les discussions multilatérales ont longtemps été bloquées à Genève, et la réussite d’un second Sommet sur la sécurité nucléaire en 2012 à Séoul, devraient permettre de contrôler les matières nucléaires dangereuses. Cela signifie aussi que le Partenariat mondial contre la prolifération des armes de destruction massive – nucléaires, chimiques et biologiques – soit reconduit et étendu lors de la prochaine réunion des pays participants l’an prochain aux Etats-Unis.

Notre planète reste trop militarisée. Dans le contexte économique actuel, les armes nucléaires représentent un gouffre financier sans fond. Si, comme il le semble, les difficultés économiques persistent, les Etats-Unis, la Russie, et les autres puissances nucléaires doivent saisir l’occasion pour lancer des réductions multilatérales des armements par le biais de nouveaux circuits ou de circuits existants comme la Conférence du désarmement des Nations unies. Ces délibérations devraient déboucher sur plus de sécurité, pour un coût moindre.

Dans le même temps, l’accroissement des forces militaires conventionnelles – dû en grande partie au déploiement par les Etats-Unis de leur énorme puissance militaire dans le monde – doit également être abordé. Alors que nous nous apprêtons à progresser sur la question du Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), il est temps de sérieusement envisager une réduction de la charge que représentent les budgets et les forces militaires dans le monde entier.

Le président américain John F. Kennedy a dit un jour que « chaque homme, chaque femme et chaque enfant vit sous la menace d’une épée de Damoclès nucléaire, qui tient par un fil ténu, capable de se rompre à tout moment ». Depuis plus de 50 ans, l’humanité regarde ce pendule mortel avec crainte, tandis que les chefs d’État débattent de la manière de renforcer ce fil qui s’effiloche. L’exemple de Reykjavik doit nous rappeler que des mesures palliatives ne sont pas suffisantes. Nos efforts passés ne seront justifiés que lorsque la bombe atomique se retrouvera aux côtés de l’esclavagiste et du gaz moutarde de la Première guerre mondiale dans le musée de la sauvagerie d’une époque révolue.

Mikhaïl Gorbatchev

*Mikhaïl Gorbatchev, ancien président de l’Union soviétique, est le fondateur de Green Cross International, une organisation non gouvernementale indépendante à but non lucratif dont les objectifs sont de répondre aux défis mondiaux interconnectés que sont la sécurité, l’éradication de la pauvreté et la dégradation de l’environnement.

Copyright: Project Syndicate, 2011.

http://www.project-syndicate.org

Traduit de l’anglais par Julia Gallin

Publicités

Rencontre du guide de la révolution Libyenne, Mouammar Kadhafi avec les professeurs et les étudiants de la London School of Economics and Political Science en Décembre 2010

La rencontre du frère, le guide de la révolution, avec les professeurs et les étudiants de la London School of Economics and Political Science

Introduction du Dr. Alya Ibrahim de la LSE

Bonsoir et soyez les bienvenus. Il me sied de souhaiter la bienvenue à notre invité, le Colonel Muammar Al-Gadhafi.

Je suis le Dr. Alya Ibrahim de l’université LSE, et je serai le modérateur de cette rencontre.

Que la Paix soit avec vous,

Al-Gadhafi est le guide de la révolution, et sa pensée diffère tout autant du capitalisme que du communisme. Il a publié de nombreux ouvrages, y compris le ‘Livre Vert’.

Le Colonel Al-Gadhafi soutient l’unité arabe et celle de l’Afrique également, et a réussi à donner à son pays une place privilégiée dans l’économie mondiale et régionale.

Vous aurez l’occasion de poser des questions et recevoir des réponses.

La parole est à vous distingué guide.

Le Guide:

Je vous remercie.

Bonsoir, mes chers fils, étudiants, et distingués professeurs.

Je vous salue ainsi que cette éminente université, qui mérite  le respect et l’admiration, puisqu’elle accueille des étudiants en provenance de cent quarante Etats de par le monde; des étudiants qui parlent une centaine de langues différentes, et qui s’attèlent à étudier les sciences économiques, politiques, et sociales.

Je salue cette institution académique internationale et je suis disposé à écouter vous questions, si vous en avez et à y répondre.

– Question : Bienvenue M. Al-Gadhafi. Je suis étudiant ici et ma question est la suivante : quelle est la position et le statu de la Libye dans le monde ?

Le Guide :

Bienvenu. Bonsoir et merci.

Sur le plan géographique, la Libye est au centre du monde. Elle dispose de deux mille kilomètres de côtes au long de la méditerranée et s’étend jusqu’au cœur du continent africain.

Elle est un lien et un accès principal de la méditerranée à l’Afrique, et de l’Europe à l’Afrique. C’est un pays qui produit du pétrole et du gaz naturel, où opèrent plusieurs sociétés de nationalités différentes.

Historiquement, et en vertu de sa position stratégique, la Libye a été la cible de plus de treize invasions étrangères qui voulaient l’occuper.

Enfin, en 1986 la Libye fut victime d’une agression brutale de la part des Etats-Unis d’Amérique sous le président Reagan aidé par la Grande Bretagne sous Margaret Thatcher.

Elle fut assujettie à une campagne de bombardement aérien qui comprenait cent quarante bombardiers et quarante Boeing gros porteurs pour alimenter les chasseurs en Kérosène. Ils parcoururent quatre mille kilomètres pour m’assassiner moi et ma famille alors que nous dormions, le 14 avril 1986.

Alors que nous et nos enfants étions endormis, le bombardement commença avec le soutien de la sixième flotte américaine stationnée en méditerranée. Ils assassinèrent ma fille et un grand nombre d’enfants. La ville fut également bombardée pour terroriser le peuple libyen, détruire la révolution et tuer Al-Gadhafi. Et pour s’assurer de la mort d’Al-Gadhafi, ils ciblèrent tous les endroits où ils soupçonnaient ma présence, mais la volonté de Dieu était toute autre que celle de Reagan ou de Thatcher. Il s’agissait là de la dernière invasion que la Libye a subie depuis la naissance du Christ. C’est à dire depuis l’époque de l’empire romain jusqu’à celle de l’empire américain en 1986.

La Libye a joué un rôle très important dans la libération de l’Afrique et a soutenu les mouvements de libération, qui ont fini par triompher. Aujourd’hui, ces dirigeants révolutionnaires jadis appelés terroristes sont des chefs d’Etats, tels que Mandela, Mbeke et Zuma. Les dirigeants de l’Afrique du Sud, de la Namibie, du Zimbabwe, du Mozambique, de la Guinée Bissau, du Cap Vert et de l’Angola, qui sont tous devenus des chefs d’Etat, étaient en Libye. C’était la Libye qui a entraîné les forces militaires des mouvements de libération, et l’Afrique fut ainsi libérée.

Bien évidement, les puissances coloniales considèrent ceci comme un acte terroriste et ont donc classifié la Libye parmi les Etats terroristes, dans la liste noire et nous ont assiégé et boycotté.

La libération, qui est une lutte légitime et sacrée pour la liberté et pour repousser les envahisseurs étrangers est considérée par ces puissances coloniales comme étant du terrorisme.

Si vous entendez souvent qu’Al-Gadhafi est un terroriste et que la Libye est un Etat terroriste, c’est parce que nos soutenons les mouvements de libération. Nous, en Libye, maintenant que la lutte armée pour la libération est achevée, œuvrons en faveur de la paix. La Libye mène le processus de paix en Afrique et dans le monde.

J’ai un site internet appelé “Al-Gadhafi Parle”. Prenez-en note et cherchez-le sur internet. Vous y trouverez des réflexions philosophiques et idéologiques ainsi que mes opinions sur les questions internationales. Même cette conférence ou cette réunion sera publiée sur ce site.

Merci, mon fils.

-Question:’ Je viens du Brésil. J’aimerai vous poser une question concernant l’élection de notre président et les relations avec la Libye. Comment sont-elles?

Le Guide:

Les relations était déjà très bonnes, pas seulement aujourd’hui. Elles le sont d’autant plus depuis que notre ami Lula est arrive au pouvoir. Son successeur marche sur ses pas et nos relations sont bonnes et étroites. Les relations de la Libye avec l’Amérique Latine en général sont excellents.

Merci.

Question: Chère frère Guide, Je viens du Nigéria.

Après votre élection à la tête de l’Union Africaine, vous avez demandé aux chefs d’Etats africains de vous déclarer les Etats-Unis d’Afrique. Pourquoi certains d’entre eux vous on soutenu alors que d’autres gardèrent le silence? Comment pensez-vous réaliser cette union?

Le Guide:

Quoi qu’il en soit, le monde entier est en train de changer dans l’espace, comme vous pouvez le voir sur cette carte qui reflète l’avenir de notre monde. Autrement dit, le monde sera désormais composé d’espaces divers et non plus d’États Nations comme c’est le cas aujourd’hui.

Le monde deviendra sept ou dix groupes ou espaces, voire même Etats ou Fédérations. Il n’y aura plus d’accord ‘NAFTA’ ou d’Amérique du Nord, Amérique du Sud, Union Africaine, Union Européenne, Fédération de Russie, ASEAN, SARC, qui est composé de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Bhutan, du Sri Lanka et des Maldives. Ce monde, cette carte du monde signifie que l’Etat Nation ne survivra pas.

A partir d’aujourd’hui, les Etats africains n’ont désormais plus le choix que de s’unir à l’instar des Etats-Unis d’Amérique, les Etats européens, la Fédération de Russie, et la Chine. Quiconque n’y croit est ignorant et retardé. N’importe quel Etat africain qui ne souhaite pas se joindre à l’Union Africaine, pour que l’Afrique devienne un seul Etat, ne pourra pas survivre tout seul et sera obligé de se joindre à l’Union.

Tous les peuples d’Afrique veulent l’union, l’intégration, et l’unification immédiate, un gouvernement fédéral africain et les Etats-Unis d’Afrique, exactement comme les Etats-Unis d’Amérique. Ceci dit, nous faisons face à un groupe égoïste à la vision courte, qui n’est pas apte à gouverner. Et c’est ce groupe qui nuit aux intérêts de leurs peuples et qui fait perdre du temps à l’Afrique.

Ils ont perdu quarante ans au sein de l’Organisation de l’Unité Africaine et aujourd’hui dix ans de plus après la création de l’Union Africaine, et ça continue…

Je lance un appel à la jeunesse africaine, aux femmes africaines, aux masses africaines pour qu’ils poussent ces leaders vers le sentier de l’union ou bien les renverser pour que le peuple prenne leur place.

Il est du devoir des hommes et des femmes d’Afrique d’exercer des pressions sur les dirigeants et ceux qui hésitent encore : Ou bien ils avancent vers l’union ou qu’ils s’en aillent. C’est l’appel que je lance ici. Toi, mon fils, tu es Africain ; c’est à toi et à la jeunesse africaine que je lance cet appel. Sinon, l’Afrique demeurera arriérée et une simple mine pour leurs usines.

Merci.

Question : Bienvenu cher frère Guide

Je viens de l’Azerbaïdjan. Et j’ai remarqué que sur votre carte mon pays fait partie de la Russie. Pensez-vous que la Russie va envahir mon pays ? Ou y aura-t-il une Fédération des anciennes Républiques Soviétiques ? Ou la Russie prendra-t-elle le control de ces pays à nouveau ?

Je n’ai pas bien compris. L’Azerbaïdjan est une république qui faisait partie de l’Union Soviétique, comme vous le savez.

Le Guide :

Merci.

Bien évidemment l’Union Soviétique fut établi après la révolution bolchévique. L’Union fut mis en place volontairement et non pas de manière coercitive. Environ 15 Etats ou nationalités furent intégrés dans ce qui allait s’appeler ‘ l’Union Soviétique’, l’Union des Soviets.

L’Union Soviétique était tout naturellement une puissance de taille. La Pacte de Varsovie en tant que contrepoids à l’OTAN constitua une dissuasion nucléaire soviétique face à l’autre bloc, les Etats-Unis d’Amérique.

Malheureusement, après la chute de l’Union Soviétique et le démantèlement du système soviétique, il n’y avait plus de dissuasion face à l’impérialisme. Par conséquent, les Etats-Unis devinrent une puissance coloniale et envahirent l’Irak sans juste cause, pendirent son président, tuèrent un million d’Irakiens et en déplacèrent des millions. 5 millions d’Irakiens ont été déplacés, alors que les champs de pétrole et les monuments furent détruits. Les monuments de Babel et des Assyriens ont été détruits par les bombardements des avions et de l’artillerie.

Les forces américaines ont détruit le pays, ce qui ne serait jamais arrivé si l’Union Soviétique existait encore. A l’époque de l’Union Soviétique, les Etats-Unis ne dépassaient pas leurs frontières pour aller envahir un autre pays. Aujourd’hui, les Etats-Unis sont profondément impliqués en Afghanistan et sont en train de bombarder le Pakistan, comme s’il s’agissait de détruire la ligne verte qui traverse le monde, en l’occurrence l’Islam ou la civilisation islamique. Aujourd’hui, les bombardements sont concentrés sur la ligne verte, en Somalie, en Afghanistan, en Iran, en Irak, et au Yémen.

Il est clair que la ligne verte de par le monde est aujourd’hui incendiée et bombardée. Il est une tentative de l’effacer de la carte du monde. C’est une stratégie impérialiste très sérieuse qui nous rappelle les anciennes entreprises coloniales comme celles d’Hitler et Napoléon, de Genghis Khan et Hulagu en Orient par le passé. Il me semble que l’Union Soviétique ne se reconstituera pas, mais il est impérieux qu’il y est une nouvelle relation entre les anciens Etats membres de l’Union Soviétique pour qu’ils puissent maintenir leur existence et leur sécurité ; pour qu’ils aient une économie forte et un grand marché et qu’ils ne deviennent pas des satellites des autres grandes puissances.

Les petits Etats issus de l’ancien Union Soviétique font la convoitise des autres Etats. Les Etats-Unis convoitent ainsi l’Azerbaïdjan et l’Ukraine. Même leurs propres voisins partagent ces convoitises.  Je parle des Etats-Unis d’avant le président Obama. Car Barack Obama est une tout autre personnalité ; il n’est pas un impérialiste ou un Yankee. Il ne veut pas impliquer son pays dans des guerres perdues.  Il ne souhaite pas non plus maintenir le colonialisme américain en Irak ou en Afghanistan, car les Etats-Unis saignent en ce moment au-delà de leurs frontières dans des guerres illogiques et injustifiées. Ceci nous rappelle les folles aventures d’Hitler, de Genghis Khan, d’Alexandre le Grand et de Kambiz. Ce sont des aventures que l’histoire relate. Je pense que les Etats-Unis ont changé. Leurs politiques sont saines et rationnelles et je soutiens Obama totalement. Mais, Obama ne pourra pas dépasser deux mandats présidentiels ( 8 ans au maximum). Après ça, les Etats-Unis redeviendront ce qu’ils étaient, une puissance coloniale si personne n’est là pour les en dissuader. Et ils finiront par détruire le monde. L’Union Soviétique était un contrepoids. En ce qui concerne l’occupation de l’Azerbaïdjan par la Russie, je pense que c’est invraisemblable.

Ceci dit, la Russie souhaite maintenir sa sécurité. Si les Etats-Unis et l’OTAN arrivent en Azerbaïdjan, devant les portes de la Russie ceci serait dangereux pour cette dernière. Tout ce que fait la Russie c’est chercher à se défendre, c’est pour cela qu’elle ne permettra pas aux anciens Etats soviétiques, qui sont ses voisins aujourd’hui, d’amener ses ennemis au seuil de sa porte, comme c’est le cas maintenant.

Il est conseillé aux petits Etats comme l’Azerbaïdjan, l’Ukraine, la Bélarusse et les autres de renouer les relations avec la Fédération de Russie, de trouver un arrangement ou d’établir une confédération ou un marché commun, et d’arrêter de chercher refuge et protection auprès des Etats-Unis et de l’OTAN, car ils ne font que jouer avec le feu. La Russie ne permettra pas que l’on joue avec sa sécurité au seuil de sa porte.

Merci.

Question : Honorable Colonel Al-Gadhafi, quelle est la nature de vos relations avec le Pakistan depuis 1970 et l’exécution de l’ancien Premier Ministre ?

Le Guide :

Merci.

Je vous jure que, bien évidemment, je ressens de la peine face à ce triste épisode, l’exécution de mon cher frère, Zulfiqar Ali Bhutto. Cet homme a dirigé le Pakistan dans des conditions difficiles, lorsque la guerre éclata entre le Pakistan et l’Inde, qui aboutit à la création du Bangladesh. Il a protégé le Pakistan et conclut un accord avec Indira Ghandi, qui évita ainsi à son pays une situation difficile. C’était lui qui fit du Pakistan un Etat nucléaire. Son exécution était un acte barbare calculée pour qu’il soit remplacé par un militaire.

Ainsi, Bhutto fut renversé sur la base d’accusations inventées de toute pièce, pour que le commandant général de l’armée prenne sa place. L’exécution, en elle-même, est un châtiment cruel, qu’il s’agisse du cas de Bhutto ou d’une quelconque autre personne. J’espère que la peine capitale sera abolie partout dans le monde.

J’ai toujours demandé au peuple libyen d’abolir la peine de mort, mais il ne partage toujours pas mon opinion.

Concernant ma relation avec le peuple du Pakistan, je considère les Pakistanais comme mes frères. Je les aime beaucoup, mais je n’ai plus visité le Pakistan depuis l’exécution de Bhutto. Je n’ai pas la moindre intention de visiter le Pakistan, qui a exécuté Zulfiqar  Ali Bhutto. Ma conscience ne me le permet pas, même si j’en ai envie et que cette visite pourrait s’avérer utile. Malgré la nature fraternelle de nos relations avec le Pakistan, personnellement je ne peux pas, pour des raisons psychologiques et morales, visiter le Pakistan après ce triste épisode.

Merci.

Question : Que la paix soit avec vous honorable Guide,

Je suis un doctorant libyen, à la LES. Je fais une thèse sur l’histoire de la révolution.

Lorsque vous êtes arrivé au pouvoir, il était question d’une unité avec le monde arabe. Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que c’est encore possible ? Par ailleurs, j’ai déjà parlé avec le Dr. Mahmud Al-Mughrabi, puis-je parlé à M. Al-Tarhouni pour évoquer avec lui l’histoire de la révolution libyenne l’été prochain ? Pouvez-vous m’accorder une entrevue ?

Le Guide :

Avec qui ?

L’interprète : elle souhaite savoir si c’est possible qu’elle s’entretienne avec vous, frère Guide, dans le cadre de sa recherche académique. Sa première question concernait l’unité arabe.

Le Guide :

Oui, merci. C’est clair.

Concernant l’entrevue, tant que vous êtes en train de rédiger votre thèse et si cela est utile ou nécessaire pour que vous obteniez votre doctorat, je suis disposé à vous aider et à vous encourager, et donc je peux vous accorder si Dieu le veut une entrevue. Nous fixerons une date ultérieurement. Je vous promets de vous aider et je vous accorderai une entrevue. Bon, cela concernait votre première question.

Concernant l’unité arabe, comme vous le savez bien l’un des objectifs de la révolution libyenne était la réalisation de l’unité arabe. Je pense que les Arabes doivent s’unir ; la seule nation qui n’est pas unie est la nation arabe. Les Perses, les voisins des Arabes, ont leur propre Etat, l’Iran. Les Turcs, également les voisins des Arabes, ont leur propre Etat, la Turquie. Seuls les Arabes n’ont pas leur propre Etat et sont divisés en vingt Etats. Toutes les nationalités s’incarnent dans un Etat, à l’exception du nationalisme arabe qui est divisé en vingt Etats.

Ces semblants d’Etats appelés ‘Etats Arabes’ ne sont que des nains ; des Etats en cartons sans la moindre importance. Ce sont des fiefs claniques. Le colonialisme occupa cette région puis la distribua sur un nombre de familles dirigeantes. Il en résulte que chaque Etat arabe est un Etat faible. Tous les Arabes peuvent à peine former un seul Etat.

Même après la création d’un seul et unique Etat, les Arabes auront besoin d’appartenir à un espace spécifique, qu’il s’agisse de l’Espace Africain ou Asiatique, qui deviendrait peut-être ainsi la Turquie, l’Etat Arabe unique, l’Iran. Une telle communauté pourrait ainsi devenir comme l’Union Européenne, qui est composée de plusieurs Etats nationaux parlant différentes langues, regroupés dans une seule union.

Ici il existe plusieurs nationalismes, turc, arabe et perse, ainsi que plusieurs langues, le turc, l’arabe, et le persan. Il est nécessaire qu’ils forment à l’avenir une seule confédération, un seul arrangement ou un marché unique. Les Arabes, par eux-mêmes ne sauraient constituer une entité conséquente même s’ils s’unissent, sans même parler de ces nains que sont les Etats arabes, qui ne sont que des marionnettes à la merci d’autres acteurs. Bien évidemment, je souscris encore à la conviction qui était mienne, et je m’efforce à unifier les Etats arabes en un seul et unique Etat, si je peux bien évidemment.

Or, comme je l’ai souligné les Arabes ont longtemps été sous le contrôle de forces réactionnaires, faibles et serviles. C’est le cas depuis longtemps et cela ne date pas d’aujourd’hui. Ces forces réactionnaires, faibles et serviles ont accouché de ces semblants d’Etats, dont le sort est plus que précaire.

Merci.

Question : Je suis enchanté d’être présent à cette conférence ; je pense parler au nom de tous mes camarades lorsque je dis que nous sommes honorés de nous entretenir avec le dirigeant qui s’est maintenu au pouvoir le plus longtemps dans le monde.

Concernant la conférence organisée la semaine dernière entre l’Union Européenne et l’Union Africaine, pensez-vous que les Européens ont compris le problème des réfugiés que vous avez essayé d’évoquer ? Est-ce que les dirigeants européens l’ont bien compris ?

Le Guide :

L’Europe fait face à une migration indésirable en provenance du sud et de l’est, ce qui pose un sérieux défi à l’Union Européenne. Tout le monde sait que la source de l’immigration est la pauvreté des Etats Africains, et que la porte de transit est l’Afrique du Nord, en particulier la Libye, et que la destination finale c’est l’Europe.

Ils veulent mettre fin à ce phénomène, sinon l’Europe finira par devenir un continent noir à l’avenir. Elle ne sera pas chrétienne, Européenne ou blanche, mais plutôt un Etat noir, avec une religion mixte, voire même un Etat islamique. C’est là un aspect des choses.

D’un autre côté, les Etats européens font preuve d’un manque de résolution, de volonté et de courage pour faire face sérieusement à l’immigration et consentir des sacrifices aujourd’hui pour mettre un terme à ce qui exigera d’autant plus de sacrifice à l’avenir si rien n’est fait aujourd’hui. Je leur ai proposé d’accorder à la Libye 5 milliards chaque année pour que l’on puisse arrêter le flux migratoire à travers la Libye, qui est la porte de transit de cette migration, comme je viens de vous le dire.

La Libye s’étend sur deux mille kilomètres de côtes au long de la méditerranée. Elle partage des frontières avec un certain nombre d’Etats Africains tels que l’Egypte, le Soudan, le Tchad, le Niger, et l’Algérie. Ce sont tous des pays d’où provient cette migration, qui passe par la Libye et traverse la mer, où certains migrants périssent, pour essayer atteindre finalement l’Italie, puis l’Europe.

 L’Italie sous Berlusconi est le seul Etat à prendre cette question au sérieux, et en concert avec la Libye a contribué sur le plan bilatéral à limiter ce flux migratoire. Mais le reste de l’Europe hésite encore. Ils se plaignent mais ne font rien pour endiguer le problème.

Durant la conférence qui s’est terminée deux jours auparavant à Tripoli, le sommet Euro-Africain, j’ai soulevé cette question. Je leur ai dis, ‘vous devez écouter ce que la Libye, la porte principale de transit, a à vous dire. Je vous dirai ce qu’il faut que l’Europe fasse pour aider la Libye à arrêter le flux migratoire. Ils en prirent note et l’enregistrèrent dans le procès verbal du sommet. Si Dieu le veut, je ferai un suivi personnel de la question avec les dirigeants européens et la commission européenne, car l’immigration est un phénomène sérieux à l’instar du changement climatique, qui est un autre phénomène déconcertant.

Merci.

Question : que pensez-vous personnellement de l’affaire ‘wikileaks’ ? est-ce que la Libye a été affectée d’une manière ou d’une autre ?

Le Guide :

Quoi qu’il arrive, je suis pour la liberté et contre la censure des idées. Ce site est d’une grande utilité lorsqu’il s’agit de dévoiler les conspirations et les plans concoctés dans les coulisses à l’encontre des individus et des personnes. Il (Wikileaks)  est utile car il expose l’hypocrisie mondiale en montrant comment on s’échange des amabilités au dessus de la table alors que des mains complotent en dessous, et commettent des meurtres.

C’est un site très utile tant que les documents qui y sont publiés sont véridiques. Mais si ce site se laisse influencer par les préjugés et les calomnies de personnes lunatiques et mauvaises, des personnes qui fabriquent ces documents et les publient, alors ce site perdra sa valeur et deviendra alors un forum de mensonges et de contrefaçons. Il sera exploité par tous les  escrocs qui trafiquent avec les faux documents. Ils diront ‘nous avons des documents importants et sérieux’ et ils seront rémunérés pour publier des mensonges. Dans ce cas, le site finira par perdre sa crédibilité et sa responsabilité légale sera engagée.

Ce site a dévoilé les rapports secrets envoyés par les ambassades américaines dans divers Etats du monde à Washington, et leurs points de vue sur les dirigeants et les politiques de ces Etats.

Il a également dévoilé l’hypocrisie américaine et la nature hypocrite des relations entretenues par Washington avec même ses amis et ses alliés. Il a prouvé que les assurances américaines à leurs amis et leurs alliés sont fausses et hypocrites et qu’elles sont en contradiction avec leurs véritables politiques dénoncées dans ces documents secrets.

J’espère que ce site continuera à publier les faits et à dévoiler ces correspondances confidentielles et ces relations. Ceci dit, si ce site continue à nager dans les eaux troubles avec des personnes malfaisantes, il perdra sa crédibilité ; Et c’est là que réside l’enjeux.

Je ne suis pas au courant que wikileaks a mentionné la Libye. Si vous avez lu quoi que ce soit concernant la Libye sur ce site, dites-le moi. Je suis disposé à en discuter avec vous. Nous sommes sûrs de nous.

Merci.

Question : frère Guide, la Libye a été sous les feux de projecteurs durant l’affaire Lockerbie. Pouvez-vous nous informer sur l’état de santé d’Almoughrabi. Je sais qu’il est en train d’écrire ses mémoires pour prouver son innocence. Qu’en pensez-vous ? Je sais que Tony Blair a aidé considérablement la Libye à rétablir sa réputation dans le monde. Vous conseille-t-il encore ? quel type de conseils vous prodigue-t-il ?

Le Guide :

En général, la question n’était pas très claire. Mais je vais y répondre selon ce que j’ai compris.

Tony Blair n’a rien à voir avec l’affaire de Lockerbie. Cette affaire a été montée de toute pièce par l’administration de Reagan et le gouvernement de Margaret Thatcher. Ce sont eux qui concocté ce complot.

A ce propos un livre intitulé ‘les secrets des présidents’ ou quelque chose de ce genre, a été récemment publié. Il est rédigé par un auteur français qui a démontré que tout ce qui a été dit sur Al-Ghadafi et sur la Libye était faux. Ce livre a dévoilé les discussions entre les chefs de gouvernements de la France, des Etats-Unis et de du Royaume Uni concernant la Libye. Il a également démontré que l’affaire Lockerbie était une distorsion préméditée et que ces pays s’étaient mis d’accord pour monter cette affaire de toutes pièces afin de saper la révolution. Car la révolution a sonné le glas pour que les peuples se lèvent, se libèrent et récupèrent leurs ressources spoliées par ceux qui les exploitent et les traitent en esclaves.

En réalité, la révolution libyenne a réveillé les consciences des peuples africains, d’Amérique Latine et de plusieurs autres peuples. Elle a inspiré leurs révolutions et les a soutenus. J’ai personnellement soutenu les mouvements de libération par tous les moyens jusqu’à ce que ces peuples eut achevé leur libération.

Tout naturellement, les colonialistes et les impérialistes et ceux qui ont sucé le sang des peuples ne veulent surtout pas que ces peuples se libèrent et se réveillent grâce à la révolution. Ils ont ainsi tenté de bâillonner la voix de la révolution en Libye et éliminer ce défenseur de la liberté qu’est la révolution libyenne. Ils ont donc inventé l’affaire Lockerbie en plus d’un grand nombre d’accusations. Or, ce livre les a démasqués et a dévoilé la vérité. Il est apparu ainsi que tout ce qui était dit à propos de la Libye et de l’affaire Lockerbie était faux, exactement comme ils ont injustement accusé l’Irak de détenir des armes de destruction massive, pour l’envahir par la suite. Ils ont détruit le pays, cherché partout mais n’ont pas trouvé la moindre trace de ces armes de destruction massive.

Quoi qu’il en soit, Blair est mon ami et depuis qu’il a quitté son poste il n’a plus rien eu à voir avec cette affaire. Je le rencontre en ami de temps à autre. Aujourd’hui, il cherche à rendre service autant qu’il le peut grâce à son expérience, à effectuer un travail humanitaire, à promouvoir le bien des Palestiniens, et tente de réduire les effets du siège barbare qui frappe Gaza. Le problème qui nous opposait était l’invasion de l’Irak et son soutien à Bush. Les Royaume Uni n’aurait pas dû se laisser entrainé par les Etats-Unis dans une entreprise barbare et inique en Irak. Même si l’Irak détenait vraiment des armes de destruction massive, il n’aurait certainement pas été le seul à les avoir. N’est-ce pas le cas d’Israël également ? pourquoi n’ont pas-t-ils envahi Israël, l’avoir détruit et mené des recherches là-bas ? Cela veut dire que certains ont le droit d’avoir ces armes et d’autres pas. Ce principe du deux poids deux mesures ne construit pas le monde, n’élabore pas de politiques intègres ni jeté les bases de la paix.

Merci.

Le Guide :

Ce n’est pas grave…laissez-la finir sa question.

Question : J’ai aussi posé une question sur la santé d’Abdelbasset Al-Migrahi.

Le Guide :

Je ne l’ai pas vu depuis un moment. Je ne l’ai vu qu’une fois après son retour. Il est bien évidemment dans un état critique car son cancer s’est beaucoup développé. C’est pour cela qu’ils l’ont libéré, puisqu’ils ont pensé qu’il allait bientôt mourir. Il est toujours en vie mais très souffrant. Son état de santé est très mauvais malheureusement.

Nous regrettons qu’ils ne se soient pas occupé de son état de santé en prison et l’ont privé pendant des années de soins médicaux, jusqu’à ce que le cancer se soit largement propagé.

Je lui souhaite longue vie. Ceci dit il est innocent. Et s’il décède, sa famille exigera que l’on juge ceux qui l’ont enfermé sans lui fournir des soins médicaux et qui l’ont délibérément négligé. Le monde entier considère que Abdelbasset est innocent et qu’il était un hottage politique. Il est clair aujourd’hui des documents publiés par ce site dont j’ai oublié le nom et du livre ‘Secrets de Présidents’ que l’affaire Lockerbie était monté de toutes pièces afin de bâillonner la révolution en Libye.

Merci

Dernier intervenant : Merci cher frère Guide pour le temps que vous nous consacre et pour votre participation à cette conférence. Nous souhaitons vous offrir un modeste cadeau que nous offrons à tous ceux qui visitent l’université. Nous l’avons également offert à Kofi Annan et aux dirigeants russes lorsqu’ils nous ont visités.

Le Guide :

Je vous remercie d’avoir si bien modéré ce débat. Je remercie l’auditoire et les enfants, les étudiants et les étudiantes. Je vous remercie des questions posées qui vous seront bénéfiques ainsi qu’aux autres également. Je serai honoré et ravi de garder le contact avec votre université de temps à autre. Je suis disposé à donner une conférence ici et à exposer davantage mes idées. Il est des questions importantes dont nous devons discuter afin de contribuer à la paix dans le monde.

Un grand merci à l’administration de l’université. Merci mes enfants.

Que la paix soit avec vous.

Merci.

Téléchargez le LIVRE VERT écrit en 1975 par Mouammar Kadhafi en cliquant ici